Skip to content

Tout sur l’assemblée nationale du Mali

by sur 14 mars 2014

Ca y est !

La nouvelle assemblée nationale du Mali est installée. L’assemblée nationale comme si vous y étiez : avec son président, son cabinet, ses groupes et ses secrétaires parlementaires, ses présidents de commission et même leurs indemnités !

 Tout est ci-dessous !

Constitution des groupes parlementaires à l’Assemblée Nationale : Le RPM veut régler la crise du Nord par «une décentralisation poussée, responsable et approfondie»

Bruno Djito SEGBEDJI – L’Indépendant – 11 février 2014

Dans la déclaration politique du groupe parlementaire RPM, lue par le député Seydou Dembélé élu à Ségou, les 70 députés du parti majoritaire se sont dissociés des politiques conduites jusque-là pour résoudre la crise du nord-Mali. « Il ne s’agira plus de signer des accords de paix pour répondre à un problème circonstanciel, ni de mener des politiques de la petite semaine en créant ça et là des projets de développement budgétivores et improductifs… » a-t-il souligné. En revanche, il propose une «décentralisation poussée, responsable et approfondie».

Après le cafouillage autour d’une éventuelle poursuite du président Amadou Toumani Touré par les plus hautes autorités, c’est le tour du parti majoritaire à l’Assemblée nationale, le Rassemblement pour le Mali (RPM) de faire le procès du précédent régime pour sa gestion du dossier du septentrion.

En effet, à la faveur de la constitution des groupes parlementaires, le vendredi 7 février  à l’Hémicycle, le RPM a mis à profit son intervention par le biais du député de Ségou, Seydou Dembélé, pour dresser son réquisitoire. « Le groupe parlementaire RPM accompagnera toutes les actions de stabilisation des régions nord du pays. Il ne s’agira plus de signer des accords de paix pour répondre à un problème circonstanciel, ni de mener des politiques de la petite semaine en créant ça et là des projets de développement budgétivores et improductifs déformant au passage les élites locales par le gaspillage de deniers publics, ni de mener des actions sans lendemain en jetant quelques fusils aux flammes », a-t-il indiqué.

Pour le président du groupe parlementaire du parti du tisserand, il s’agira  » de gérer le destin  des populations à la base dans le cadre d’un partenariat sincère avec les vrais acteurs du développement » à travers  « une décentralisation poussée, responsable et approfondie ».

S’inspirant d’une profession de foi de feu l’honorable Kadari Bamba, Seydou Dembélé dira que le groupe RPM s’approprie l’engagement de : « penser ce que l’on dit, dire ce que l’on pense et faire ce que l’on dit. Voilà ce que le peuple attend aujourd’hui de ses dirigeants politiques qui doivent mettre l’honneur au premier rang de leurs comportements, pour nous… ».

Et M. Dembélé de réaffirmer la volonté du parti majoritaire à œuvrer pour la réconciliation nationale de toutes les composantes ethno-sociales, l’adoption de la loi de programmation et d’orientation militaire et sa mise en œuvre effective.

Il s’est aussi engagé à soutenir la lutte contre la corruption et la délinquance financière, une bonne, saine et équitable distribution de la justice, la création d’emplois, le lancement de la couverture médicale universelle, le développement des infrastructures routières, etc.

Le groupe parlementaire RPM, à en croire l’honorable Seydou Dembélé, se veut « le socle de la majorité parlementaire avec l’ambition d’être le creuset de toutes les bonnes initiatives pour l’élevation du niveau des débats, le professionnalisme dans les activités parlementaires et le respect de la différence telle qu’exige une Assemblée nationale digne du grand peuple du Mali « . Avant d’ajouter que le développement du Mali exige la lucidité dans les choix, la recherche de la vérité et la constance de sincérité dans les comportements.

Assemblée nationale : Après les groupes parlementaires, les membres du bureau seront connus demain

Youssouf Diallo 22 Septembre  du 10 fév 2014 à 04:00

Depuis le vendredi 7 février, les groupes parlementaires pour la 5e législature sont connus à l’Assemblée nationale du Mali. Au total, ce sont 5 groupes parlementaires qui animeront les  débats démocratiques  durant cette 5e législature. Après la constitution de ces blocs politiques, tous les yeux sont désormais fixés sur la constitution des membres du bureau de l’Hémicycle, prévue pour demain mardi au cours d’une séance plénière.

Après la constitution des groupes parlementaires, les députés sont de nouveau convoqués pour une autre séance plénière à l’Assemblée nationale, prévue demain mardi. Au cours de cette plénière, les élus de la nation vont mettre en place les autres membres du bureau qui vont assister le Président de l’Hémicycle dans la gouvernance, Place de la République.

Il s’agit des 8 Vice-présidents, des 8 Secrétaires parlementaires, des présidents et des membres des commissions de travail. Ce n’est pas tout. Le titulaire du très convoité poste de Questeur et de 2e Questeur seront également connus. Au cours de cette plénière, les élus de la nation vont choisir les députés devant représenter le Mali dans le Comité interparlementaire de l’UEMOA et dans le Parlement panafricain.

Ces groupes parlementaires ont été constitués par le RPM, avec 70 députés, Vigilance républicaine et démocratique (VRD) 21 députés, formés par les partis URD et le PARENA, l’Alliance pour le Mali (APM), une coalition de 11 partis politiques avec 27 députés, l’ADEMA/PASJ, 16 députés et les FARE-SADI avec ses 10 députés.

A ces groupes, s’ajoutent trois députés non alignés. Il s’agit des deux  députés  du PDES, élus à Ansongo et Douentza (Kalilou Bonzé et Ilias Goro) et du député démissionnaire des FARE, élu à Bougouni, Bakary Doumbia.

Après la formation de ces groupes parlementaires, la majorité présidentielle se trouve consolidée avec 133 députés. Tandis que l’opposition, formée par l’URD et le PARENA, réunis au sein de VRD, sera représentée à l’Assemblée nationale avec 21 députés. C’est dire que le PDES n’est presque pas présent à l’Assemblée nationale. Car, il n’est ni dans le groupe de l’opposition ni dans la majorité présidentielle.

Après la formation de ces groupes, chacun de ces blocs a fait une déclaration politique pour exprimer ses attentes et ses intentions durant cette 5e législature. Comme on pouvait s’y attendre, le porte-parole de l’opposition, l’Honorable Soumaïla Cissé, a déclaré que  VRD sera une opposition républicaine et constructive. Il a invité ses collègues à  faire preuve de redevabilité envers le peuple: «chaque voix donnée exige de nous parlementaires dignité et acharnement à lutter contre toutes les dérives, les manquements et les entorses aux lois républicaines».

De son côté, le porte-parole du RPM, l’Honorable Seydou  Dembélé, a apporté son soutien aux actions initiées par le Président de la République et son Gouvernement. Il a martelé que le RPM se veut être le socle de la majorité présidentielle avec l’ambition d’être le creuset de toutes les bonnes initiatives pour l’élévation du niveau des débats.

 Assemblée nationale : Quatre groupes parlementaires pour la majorité et un SEUL pour l’opposition

 Issa B Dembélé – L’Aube  du   10 fév 2014.

Le Rpm, la Vigilance républicaine et démocratique (VRD) nom du groupe parlementaire de l’Urd, du Parena et du Prvm) ; l’Adema-pasj ; les Fare-Sadi ; et l’Apm sont les cinq groupes parlementaires de la 5ème législature. Ils ont été constitués, avant-hier, lors de la première session extraordinaire de l’Assemblée Nationale.

Sans surprise, seul le groupe parlementaire (Vigilance républicaine et démocratique), conduit par l’honorable Soumaïla Cissé, s’est inscrit dans l’opposition. Une opposition « républicaine et solidaire » dans le respect de l’identité de chaque composante du groupe, affirme le chef de file. Fort de 21 élus, ce groupe entend définir, par des propositions et amendements, les fondements d’une alternative au pouvoir en place. Ce à travers des débats positifs d’idées.

Pour Soumaïla Cissé, la pluralité d’opinions, la liberté de la pensée et son expression sont l’apanage de la République. Elles sont inséparables de la dignité du citoyen et du respect scrupuleux des droits de l’homme, leur défense est le premier devoir du parlementaire. C’est « pour le respect de ces libertés fondamentales dans le cadre de l’Assemblée nationale que se sont regroupés les députés de l’Urd, du Parena et du Prvm », disait-il. Il a aussi indiqué qu’il n’y aura pas d’avenir pour notre pays sans dialogue, sans vérité, sans respect, sans solidarité et sans transparence entre les élus de la nation.

Lesquels (élus) doivent réfléchir ensemble, sans heurt, ni violence, sur les stratégies susceptibles d’assurer un avenir meilleur aux Maliens, éprouvés par la crise. Ainsi, son groupe s’engage à n’épargner aucun effort pour une meilleure sécurité des salariés; pour la sécurisation des personnes et leurs biens, l’amélioration du système éducatif, et la promotion des TIC afin de doter le pays d’un capital humain compétent.

Les quatre autres groupes parlementaires (le Rpm, l’Adema pasj, l’Apm et Fare-Sadi), sont tous du camp présidentiel.

Le Rassemblement pour le Mali (Rpm), première force politique, a, à son actif, 70 députés.

L’Adema-pasj, avec ses 16 députés, n’a pas eu le courage de se mesurer au parti présidentiel. Comme en 2002, elle a décidé de soutenir le pouvoir en place pour « se protéger contre les policiers et les gendarmes » de celui-ci.

Le groupe (Fare-Sadi) en a 10 et l’Alliance pour le Mali (Apm) regroupe 27 députés.

Ces groupes parlementaires entendent soutenir les actions du président de la République, Ibrahim Boubacar, qui « est résolution engagé pour la reconstruction d’un Mali nouveau ».

Les chefs de file des groupes respectifs se sont succédé pour présenter leur politique. Ces politiques sont axés essentiellement autour de l’amélioration des conditions de vie des citoyens.

Par ailleurs, il est à noter que 3 députés, à savoir Bakary Doumbia (Fare), Ilias Goro (Pdes) et Halidou Bonzeye (Pdes) ne se sont inscrits dans aucun des groupes.

Au paravent, le président du parlement a fait procéder à la lecture de l’arrêt n°2014-02/CC du 06 février 2014 de la cour constitutionnelle, déclarant conforme à la constitution le règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

 

Assemblée nationale : Le groupe parlementaire Fare-Sadi constitué

Boubacar SIDIBELe Prétoire  du 10 fév 2014 à 07:41

Les rideaux sont tombés la semaine dernière sur la configuration du nouveau parlement malien. Il est formé de cinq groupes parlementaires. À peine constitué le groupe parlementaire Fare- Sadi se déclare porte parole de toutes les couches de la société et inscrit son action en faveur de la politique du Projet présidentiel pour l’honneur et l’avenir du Mali et pour le bonheur des Maliens.

Fare Sadi est un  groupe parlementaire composé de dix députés qui sont : Daouda Coulibaly, Abdoulaye Dembélé, Souleymane Diarra, Amadou Araba Doumbia, Abdoulaye Fofana, Nanko Amadou Mariko, Oumar Mariko, Baferemé  Sangaré, Guédiouma Sanogo, Alassane Tangara. Dans leur déclaration politique, ce groupe parlementaire se veut être la porte parole de toutes les couches de notre société victimes à quelque titre que ce soit de l’arbitraire ou d’abus, d’où qu’ils viennent.

Le groupe  affiche dans sa politique  une réelle  volonté d’apporter des changements à tous les secteurs d’activité. S’agissant du monde rural, il estime qu’il  est inadmissible qu’au 21ème siècle, nos braves paysans soient contraints de pratiquer une agriculture de subsistance, avec des outils de production rudimentaires, totalement tributaire d’une pluviométrie chaque année incertaine. Au niveau  du monde du travail, il entend œuvrer pour l’augmentation faible des salaires face à l’envolée des prix des denrées de première nécessité.

Pour ce faire, il  demande au Gouvernement d’engager une réflexion sérieuse et approfondie en vue de procéder à un relèvement substantiel des salaires et émoluments des travailleurs. A cela s’ajoute le problème de chômage des jeunes. Car  estime t-il, le chômage des jeunes est devenu endémique, et constitue une véritable bombe à retardement. Pour prévenir  cette explosion sociale qui couve sous la cendre, il propose l’application d’une véritable politique d’emploi accompagnée d’une formation en esprit et création d’entreprise à tous les niveaux d’enseignement. Fare Sadi, pointe du doigt trois secteurs d’activité à savoir  l’éducation, la santé et  la justice dont les programmes nécessitent d’être évalués pour  trouver des solutions adéquates. Sur le plan international, il demande au Gouvernement de veiller à ce que les accords dont le Mali est partie sauvegardent notre indépendance et notre souveraineté nationale et de soumettre pour examen tout accord de portée internationale à l’Assemblée Nationale.

Le groupe parlementaire Alliance Pour le Mali (APM), un groupe d’obédience islamique ?

SOURCE: Inter De Bamako  du   10 fév 2014.  

Le groupe parlementaire Alliance Pour le Mali (APM), composé d’élus de partis politiques en voie de disparition au Mali, rassemble des députés élus sur la liste ADP-Maliba, un parti fondé par le fils d’un guide spirituel. Cela ne serait pas condamnable dans la mesure où le consensus prôné par le général Amadou Toumani Touré avait laissé champ libre aux associations islamiques de prendre le relais.

La ville de Bamako compte mille (1000) mosquées. Malgré ce chiffre, la pratique de l’islam reste  mal ancrée chez nous. Espérons que ce groupe parlementaire APM fera revenir la paix au Mali.

Assemblée nationale : le groupe parlementaire FARE- SADI est né

Les députés des partis Forces alternatives pour le renouveau et l’émergence (FARE) et Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (SADI) ont, au cours d’une cérémonie solennelle, signé une déclaration politique du groupe parlementaire FARE- SADI.

Dans la déclaration, le groupe parlementaire FARE- SADI s’inscrit dans la majorité parlementaire et présidentielle dont l’arme de combat sera la Constitution et la loi dans l’intérêt supérieur des Maliennes et Maliens. Les deux partis partagent les valeurs de solidarité, de probité, de bonne gouvernance, de justice sociale et de défense des masses populaires. Dans la déclaration, ils exhortent le gouvernement à procéder à une relecture de la loi électorale.

Des indemnités et primes astronomiques pour les députés : – Le président de l’Assemblée nationale empoche 25 millions F CFA d’indemnités de souveraineté par mois – Chaque député touche 2 millions F CFA par mois en période de session

 Bruno D SEGBDJI – L’Indépendant  du   7 fév 2014.  à 23:50

Une indemnité de souveraineté de 25 millions par mois pour le président de l’Assemblée nationale, des primes de téléphone oscillant entre 100 et 200 000F CFA par mois (simple député, président de commission, vice-président du bureau de l’Hémicycle ou président de groupe parlementaire), 150 000 F de prime de logement, entre 300 à 400 000 F pour le carburant, une prime de session de 600 000 F CFA par mois, sans compter le salaire brut de 350 000 F CFA pour chacun des 147 députés de l’Assemblée nationale. L’addition est simplement salée pour la poche du pauvre contribuable malien.

Par ces temps où on parle de plus en plus d’enrichissement illicite et de lutte contre la corruption et la délinquance financière, au point que le président de la République a décrété 2014, année de lutte contre ce fléau, il sied de jeter un coup d’œil sur ce que nos députés empochent.

Selon des sources proches de la représentation nationale, les indemnités et autres primes des représentants du peuple sont assez importantes et couvrent leur besoin en logement, en communication, en déplacement, etc.

Ainsi, le président de l’Assemblée nationale rafle la mise à Bagadadji. Son indemnité de souveraineté, une véritable caisse noire s’élève à 25 millions de nos francs chaque mois. S’y ajoutent d’autres avantages pécuniaires dont ceux du simple député. 

Un député touche chaque mois : un salaire net de 350 000 F CFA, une indemnité de représentation de 500 000 F CFA, une prime de logement de 150 000 F CFA, une prime pour le téléphone de 100 000 F CFA, une dotation en carburant de 300 000 F CFA.

Lorsque l’Assemblée nationale est en session (ordinaire ou extraordinaire, souvent sur une période de trois mois), le député  perçoit une prime de session de 600 000 F CFA.

Pour ce qui concerne les vice-présidents du bureau de l’Assemblée nationale, les présidents des commissions parlementaires, les présidents des groupes parlementaires, il y a une indemnité supplémentaire dite de fonction  d’une valeur comprise entre 100 et 200 000F CFA. Sans compter le chauffeur (payé sur le budget de l’Hémicycle) et le véhicule de fonction.

Si on s’amuse à faire le calcul, on se retrouve avec au moins 2 millions de nos francs pour chaque député simple et près de 2,5 millions pour les parlementaires qui ont la chance d’occuper des postes stratégiques de présidents de commissions, membres du bureau, ou présidents de groupes parlementaires.  Sans compter les nombreuses primes de missions que nos honorables s’arrachent à loisir.

Si on sait que la représentation nationale compte 147 députés, on a une idée de la charge financière en indemnité et prime de Bagadadji. Près de 400 millions de nos francs par mois perçus sur le contribuable malien.

Assemblée Nationale : liste complète des membres du bureau

Par Modibo FOFANA – 12/02/2014

Après la formation des groupes parlementaires, les députés ont élu cet après midi les membres du bureau. 133 ont voté pour, 10 contre et un bulletin nul.La liste complète du bureau parlementaire

    • Issaka Sidibé : président (RPM)
    • 1-Mamadou Tounkara (RPM)
    • 2-Amadou Thiam (APM)
    • 3-Amadou Cissé (VRD)
    • 4-Amadou Sounkouna (Adema)
    • 5-Aiché Belco Maiga (RPM)
    • 6-Bajan Ag Hamatou (RPM)
    • 7-Guediouma Sanogo (FARE SADI)
    • 8-Ali Hady Niangadou (APM)

Les questeurs

  • 1-Mamadou Diarrassouba 1er questeur (RPM)
  • 2-Belco Bah (RPM)

Secrétaires parlementaires

    • 1-Moussa Timbiné (RPM)
    • 2-Amadou Maiga (VRD)
    • 3-Aziza Mohamed (Adema)
    • 4-Rokia Traoré (RPM)
    • 5-Cheick Nimaga (APM)
    • 6-Maimouna Dramé (RPM)
    • 7-Sory Kouriba (RPM)
    • 8-Mohamed Ould Mohamed (RPM)

 Il faut noter la signification des groupes parlementaires suivants : VRD ou opposition (Vigilance républicaine démocratique) et l’APM (Alliance pour le Mali)

Assemblée nationale : Les nouveaux hommes du Président

Chahana TakiouLes Echos du Parlement  – 7 mar 2014 à 03:52

Après la mise en place du Bureau de l’Assemblée nationale, son Président, Issaka Sidibé, vient de constituer son cabinet, constitué d’hommes réputés compétents. Et ils ne sont pas que du sérail RPM.

Il s’agit de Mahamadou Diallo, nommé Directeur de cabinet du Président de l’Assemblée nationale. C’est un Administrateur civil expérimenté, membre de la direction du RPM et ancien Maire de la Commune II. Il a la réputation d’être un homme rigoureux, intransigeant sur les principes, à tel point que certains le trouvent méticuleux. Il est un esclave, dit-on, des textes.

En tout cas, si le Président lui prête une oreille attentive, aucun texte de la République ne sera foulé aux pieds par les parlementaires. C’est lui donc qui va désormais gérer les relations politiques du Président Issaka Sidibé.

Dans le Cabinet du Président de l’Hémicycle, on retrouve un ancien député, Ouali Diawara, nommé Conseiller économique et financier. L’ancien député de la Commune I, baron de l’ADEMA, est en terrain connu. Il fut élu de la Nation pendant 10 ans et Président de la prestigieuse Commission des finances de l’Assemblée nationale.

Titulaire d’une Maîtrise en Gestion et Finances, très connu dans les milieux financiers, Ouali Diawara est réputé être un cadre rigoureux, qui maîtrise bien l’élaboration du Budget, les relations entre le Mali et les institutions de Bretton Woods, la Banque mondiale et le FMI. Il va donc user de toute son expérience et de son intelligence pour prodiguer de bons conseils au Président de l’Assemblée nationale en matière de gestion financière.

En outre, d’autres nominations ont également été faites au Cabinet du Président, Place de la République. Il s’agit de Balladji Diakité, à qui on ne connaît aucune coloration politique, Conseiller des affaires étrangères, nommé Conseiller diplomatique et de Sidi Touré, titulaire d’un DESS en assurance, nommé Chef de cabinet.

Ce n’est pas tout. Modibo Sidibé, Administrateur civil chevronné, ancien Secrétaire Général du ministère de la Fonction publique, a été nommé Conseiller spécial.  L’Inspecteur des services économiques de classe exceptionnelle Mamadou Touré, a été nommé Conseiller aux affaires administratives du Président de l’Assemblée nationale.

Enfin, Abdoulaye Fofana, juriste a également été nommé Chargé de mission.

 Portraits des Secrétaires parlementaires de l’Assemblée nationale

Publié le 7 mar 2014 – 6:06 – Rassemblés par Adama Bamba et Amadou Camara – Les Echos du Parlement du 07 mar 2014

Honorable Moussa Timbiné: Premier Secrétaire parlementaire

Premier Secrétaire parlementaire, Mamadou Timbiné est marié et père de 4 enfants. Il est élu en commune V du district de Bamako sous les couleurs du RPM, parti du président de la République. Président du mouvement de la jeunesse de cette formation politique depuis 2004 jusqu’à nos jours.

L’honorable Timbiné est diplômé de l’Université des technologies en finances comptabilités. Agé d’une trentaine d’années, ce Peul venu des hauteurs des falaises de Bandiagara est titulaire d’une maîtrise en Math-Physique de la Faculté des sciences et techniques de l’Université de Bamako.

Il entame sa carrière professionnelle en qualité d’enseignant au second cycle de Daoudabougou avant de la poursuivre au service administratif et financier de la GTZ, agence allemande de coopération, devenue plus tard GIZ. Il est Conseiller municipal depuis 2004 à la mairie de la commune V du district de Bamako et non moins 5ème adjoint au Maire de la même mairie.

Il parle couramment le français, l’anglais, le peuhl et le bambara. Il aime la lecture, le sport, la musique et le voyage.

L’Honorable Amadou Maiga : 2e Secrétaire parlementaire

Il est membre du parti URD dont il est 2ème Secrétaire parlementaire, il est marié et père de 4 enfants.

L’honorable Maiga est titulaire du diplôme d’Ingénieur de génie civil (Option Bâtiments et Travaux Publics) de l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Bamako. Avec plus de quatorze ans d’expérience et en tant qu’Ingénieur principal dans de grandes entreprises privées de la place, Honorable Maiga a eu à concevoir et  à conduire la réalisation de plusieurs ouvrages hydrauliques et de génie civil dont notamment des réseaux d’adduction en eau potable (AEP) d’assainissement et de drainage des eaux pluviales, des ouvrages d’art (ponts, châteaux d’eau), des bâtiments (industriels, bureaux, habitation), des centres de santé, des écoles, l’aménagement de périmètres maraichers etc.

Avec les différents travaux réalisés sur une bonne partie du territoire national et en contact direct avec Ia population rurale, M. Maiga a une grande expérience des projets de développement ruraux. L’Honorable Maiga maitrise parfaitement l’outil informatique et utilise différents logiciels dans Ie cadre de ses activités.

A l’image du logiciel d’étude de prix, de gestion et suivi de chantier (Pentagone).  Il maitrise l’environnement Windows en général. Exploitation du logiciel de dessin Autocar. Langues :Français (très bien) Anglais (passable) Songhay (très bien) Peuhl (très bien) ; Bambara (très bien)

L’Honorable Aziza Mint Mohamed : 3e Secrétaire parlementaire

Née en 1967 à Tombouctou, mariée et mère de 5 enfants dont 3 garçons et 2 filles, l’Honorable Aziza Mint est élue dans la circonscription électorale de Tombouctou sous les couleurs de l’ADEMA-PASJ. Elle occupe le poste de 3ème Secrétaire parlementaire du bureau de l’Assemblée nationale. Elle est à son premier  mandat et évolue dans la Commission de Défense-Sécurité…

Niveau d’instruction : Enseignement supérieur (Chimie) ; Profession : Entrepreneur (G.I.E) ; Travail bénévole (groupements/associations) : Coordinatrice du Réseau des Femmes Elues et Leaders des Régions du Nord Mali ; Représentante de l’antenne Paix et Sécurité de l’espace CEDEAO de Tombouctou ; Présidente de la Coordination Régionale de la CAFO de Tombouctou.

L’Honorable  Rokia Traoré : 4e Secrétaire parlementaire

Députée élue à Sikasso au nom du parti RPM, 4ème Secrétaire parlementaire du bureau de l’Assemblée nationale, mariée, mère de 5 enfants dont 2 garçons et 3 filles, titulaire  d’un   BT2 IPG, l’Honorable Rokia Traoré a  longtemps  travaillé  avec les associations et groupements  de  femmes. Jusqu’à son  élection comme députée, elle était  Directrice de l’école Médine à Sikasso.

Cheick Tahara Nimaga : 5e Secrétaire parlementaire

Né en 1954 à Nioro du Sahel, député du parti MPR, élu dans la circonscription électorale de Nioro du Sahel, 5ème Secrétaire parlementaire du bureau de l’Assemblée nationale, l’Honorable Cheick Tahara Nimaga est à son premier mandat, il évolue dans la Commission Education…

Il a obtenu son Diplôme d’études fondamentales(DEF) en 1972. Après son DEF, il fréquenta le lycée Sankoré de 1972 à 1975. De 1975 à 1978, il accéda à l’Ecole normale secondaire de Badalabougou, section histoire-science de la terre (HST). Il obtint ce Diplôme avec la mention Assez-Bien.

N’étant pas à la retraite, l’Honorable Nimaga est enseignant de formation, dans les matières Biologie, Histoire et Géographie. Il a servi à Diéma de 1978 à 1984 et à Nioro du Sahel de 1992 à 1995. De 1995 à décembre 2013, il fut Conseiller pédagogique au CAP de Nioro, avant d’être Conseiller municipal de la mairie de Nioro de 1999 à 2004.

Honorable Maimouna Dramé : 6e Secrétaire parlementaire

Née en mars 1955 à Bamako, élue dans la circonscription électorale de Ségou sous les couleurs du parti RPM, 6ème Secrétaire parlementaire du bureau de l’Assemblée nationale, l’Honorable Maimouna Dramé évolue dans la Commission Emploi, Promotion de la Femme… Elle est à son premier mandat.

Chef de service subrégional de l’hydraulique de Ségou, Coordinatrice du Projet d’approvisionnement en eau potable dans les cercles de Ségou, Dioïla et Barouéli, un projet financé par l’Arabie Saoudite, Présidente du Comité d’actions du droit de l’enfant et de la femme (CADEF) antenne de Ségou, Présidente de la Coordination des Associations et ONG Féminines (CAFO) de Ségou, l’honorable Dramé fut ensuite Conseillère municipale à la mairie de Ségou et Vice-présidente au Conseil de cercle de Ségou.

L’honorable Sory Ibrahima Kouriba : 7e Secrétaire parlementaire

Député élu à Niono sous les couleurs du parti RPM, l’honorable Kouriba est né en 1955 à Markala. Il est à son premier mandat et il évolue dans la Commission  Développement rural et il est 7èmeSecrétaire parlementaire du bureau de l’Assemblée nationale.

Chef de l’agence FCRMD (Fédération des Caisses Rurales Mutualistes du Delta) Maire de la commune de Kalassiguida, Molodo (Niono). L’Honorable Kouriba est détenteur d’un Brevet de Technicien 1 et 2, Spécialité Comptabilité. Il est aussi Secrétaire général de la section RPM de Niono depuis sa création.

L’Honorable Belco Bah : Un détenteur de la clé des finances

Né en 1958 à Diankabou, cercle de Koro, élu à Niono sous les couleurs du parti UM-RDA, l’Honorable Belco Bah est le Second Questeur de l’Assemblée nationale ; il évolue dans la Commission de Défense et il est à son deuxième mandat.

Actuellement administrateur de l’Action sociale, il fut Chef de service Contrôle et Réglementation à Niono et a servi comme cadre à la Direction nationale du développement social (DNDS). L’Honorable Belco Bah est le 3ème Vice-président de son parti.

Conseiller communal chargé des finances à Niono, député de 2007 à 2012, à cette époque, il fut président de groupe parlementaire et président de commission et ensuite membre de toutes les Commissions ad hoc  à l’Assemblée nationale, l’honorable Belco Bah est encore député de la 5èmelégislature.

Présentation des Présidents des Commissions de l’Assemblée Nationale

Les Echos du Parlement  du   14 mar 2014.    

L’Assemblée Nationale du Mali dispose en son sein de 11 Commissions de travail, dirigées chacune par un Président. Ils occupent ces postes juteux pour un mandat d’un an renouvelable et proviennent de différentes localités et de différents partis politiques.

Honorable Yacouba Traoré, Président de la Commission des Travaux Publics

Un spécialiste aux commandes

Celui qui est le Président de la Commission des Travaux publics, de l’Habitat et des Transports est un spécialiste rompu à la tâche. Il a à son actif plusieurs réalisations de grands travaux, d’infrastructures routières et de bâtiments.       

En effet, l’Honorable Yacouba Traoré, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est diplômé de l’Institut Polytechnique de Krasnadar, en Russie. Il est titulaire d’un Master of Sciences en Ingénierie, Spécialité Constructions Civiles  et Industrielles, obtenu dans cet établissement en 1993. Il est désormais député, élu sous les couleurs du RPM dans la circonscription électorale de Ségou. Qui est l’homme?

Né à Markala le 3 Décembre  1967, Yacouba Traoré fit ses études primaires et secondaires dans la même ville. Après son baccalauréat 2ème partie, série Sciences Exactes, obtenu en Juin 1987,  il s’envolera pour l’ex URSS pour poursuivre ses études supérieures.

De retour au bercail, il décide de s’installer à son propre compte. Ainsi, il créa, en 1999, le bureau d’études «Société Africaine pour l’Etude et le Développement (SAED)», dont il est le Président Directeur Général. Domicilié à Bamako dans le quartier résidentiel de Bacodjicoroni Golfe, l’Honorable Yacouba Traoré est marié et père de six enfants.

Sur le plan professionnel, Yacouba Traoré a beaucoup travaillé dans le domaine des bâtiments, travaux publics, aménagements hydroagricoles et  de bas-fonds. Il a engrangé une longue expérience dans ce domaine depuis  la fin de ses études. Parmi ses nombreuses réalisations, on peut citer la construction des stations régionales de l’ORTM des régions de Koulikoro, Gao, Tombouctou et Kidal, pour un montant de 2,400 milliards chacune.

l a aussi à son actif la réalisation du grand pont de Sirakoto, le poumon économique de cette localité, qui dessert la zone CMDT de Kita, la construction de la Direction nationale de la police, pour un montant de 1,5 milliard, du siège de la BHM pour 2 milliards de francs CFA et celui de Graphic Industrie.

Présentement, cet héritier de Tiramakan est sur les chantiers de la construction des infrastructures des services collectifs d’élevage dans la région de Kayes. Il s’agit de Direction régionale de l’élevage, de la Direction régionale des productions d’industries animales, de la Direction régionale des services vétérinaires et du Laboratoire vétérinaire de la région de Kayes.

Toujours dans la première région, il a réalisé le siège du projet PADEPA – Kayes sud à Kita et la réalisation de 130 kilomètres de pistes dans les cercles de Kita, Keniéba  et Bafoulabé. Au plan international, il a mis en œuvre plusieurs projets au Niger, au Sénégal, au Bénin et au Togo.

L’enfant de Markala a également réalisé beaucoup de projets de développement, à titre personnel, dans plusieurs régions au Mali, notamment des infrastructures sociales.

Honorable Mme Aïssata Touré épouse Diallo, Présidente de la Commission des Affaires Etrangères

Une juriste «sanitaire» sur le terrain de la diplomatie

Celle qui est chargée de faire rayonner la diplomatie parlementaire de l’Assemblée nationale du Mali pour cette 5e législature s’appelle Mme l’Honorable Aïssata Touré, épouse Diallo, du nom du Secrétaire général de la Présidence de la République du Mali et ancien ambassadeur de notre pays auprès du royaume chérifien.

Elle est titulaire d’une Maîtrise en Droit privé de l’ex Ecole nationale d’administration du Mali (ENA) et d’un DESS en Administration sanitaire, obtenu en 2012 à l’Institut national d’administration sanitaire au Maroc. Elle est aujourd’hui députée élue à Youwarou, dans la zone inondée de la région de Mopti, sous les couleurs du parti présidentiel. Durant le séjour de son mari au Maroc, Aïssata Touré a été très active et s’est illustrée à travers des œuvres caritatives. Elle a notamment dirigé le Groupe africain et était membre active du Cercle diplomatique de bienfaisance de Rabat, en sa qualité d’épouse de l’ambassadeur du Mali. A ce titre, elle a organisé des activités caritatives en faveur des couches défavorisées des zones rurales du pays hôte.

Avant son départ pour le Maroc, elle avait assumé les fonctions de Chargé des questions juridiques et règlementaires à la Direction de la pharmacie et du médicament (DPM). Dans ce cadre, elle a réalisé plusieurs missions dans le domaine de la réglementation. Auparavant, elle avait été Chargée de mission auprès du ministre de la Santé, d’août 2004 à décembre 2007, et s’occupait des questions juridiques et institutionnelles.

De mai 1998 à juillet 2004, Mme Aïssata Touré a assumé les fonctions de Chef d’agence générale d’une société d’assurance de la place. Sa première tâche a été le recrutement et la formation du personnel de l’agence. De 1996 à 1998, l’élue de Youwarou a effectué un stage de qualification de 18 mois à la BIAO et dans une compagnie d’assurances, au Mali. A l’issue de ce stage, elle a obtenu un mandat d’Agent général.

L’épouse du Secrétaire général de la Présidence de la République du Mali a également participé à plusieurs sessions de formation et de renforcement de capacité.

Elle va donc user de sa formation initiale de juriste, couplée à sa carrière professionnelle dans le secteur de la santé et à son expérience dans le milieu diplomatique pour faire rayonner la diplomatie de notre Assemblée nationale.

Honorable Schadrac Keita, Président de la Commission du Travail, de l’Emploi, de la Promotion de la Femme, de la Jeunesse, des Sports et de la Protection de l’Enfant

Le traducteur de la Bible en boomu

Elu sous la bannière du MIRIA, l’Honorable Kéita est né le 5 janvier 1962 à Silo, cercle de Tominian, dans la région de Ségou. Il est marié et père de trois enfants, deux garçons et une fille. Titulaire d’une maitrise en Lettre modernes et d’une de linguistique africaine en 1987, délivrées par l’université de Leinden aux Pays-Bas, l’ancien maire de la commune rurale de Tominian était professeur à l’IFM de la même localité. Il est important de souligner qu’il est le traducteur de la Bible en Boomu. Il aime la lecture, les documentaires sur la culture, la politique et le football C’est d’ailleurs l’un des responsables du FC Bazani de Tominian.

Honorable Bakary Fomba, Président de la Commission de l’Eau, de l’Energie, des Industries, des Mines, de l’Artisanat, du Tourisme et des Technologies

Un ingénieur plein d’expérience

L’Honorable Fomba est né le 9 avril 1969 à Bonko, dans le cercle de Diola. Il est marié et père de 9 enfants. Il a été élu député sous les couleurs de l’URD. Il est détenteur d’un DEA en Hydrologie et d’un Master en finance de gestion.

Assistant à l’Office de recherche scientifique des territoires d’outre-mer (ORSTOM) et chef du volet recherche hydrologique à l’Unité technique spéciale de l’opération aménagement et production forestière, il fut Coordinateur du projet de gestion des ressources naturelles à Yanfolila, avant d’être le Chef de projet de la filière agricole de HELVETAS Mali à Bougouni et consultant pour le CILSS.

Il est actuellement le Directeur du bureau d’ingénieurs conseil BEACIL, basé à Bougouni. Il fut Coordinateur pour ce bureau de plusieurs autres projets et programmes de développement rural et d’appui à la décentralisation, parmi lesquels le PASAOP, le PASE, le PCDA, l’IICEM, le PAD etc. Il aime le sport, particulièrement le football, et la belote.

Honorable Salia Togola, Président de la Commission du Développement Rural et de l’Environnement

Un spécialiste de l’agriculture et de l’élevage

Né vers les années 1963 à N’Golotiorla, dans le cercle de Sikasso, l’Honorable Togola est marié et père de deux enfants. Il a été élu sous les couleurs du RPM à Sikasso et challenger de la liste Housseyni Amion Guingo dit Poulo dans cette circonscription électorale. Diplômé de l’Institut Polytechnique de Rural de Katibougou (IPR), il était fabriquant d’aliments composés à Sikasso (bétail, volaille).

Il fut conseiller municipal, section assainissement de la commune urbaine de Sikasso de 2009 à son élection à l’AN. Pour lui, il faut rénover et mécaniser l’agriculture et l’élevage au Mali, qui doit être le grenier de l’Afrique de l’Ouest et atteindre son autosuffisance alimentaire. Salia Togola aime le football, c’est d’ailleurs un grand supporteur du Stade malien de Bamako.

Honorable Mme Aïssata Haidara, Présidente de la Commission de l’Education, de la Culture et de la Communication

Une Amazone en terrain connu

L’Honorable Mme Haidara est née le 31 décembre 1960 à Kéniéba. Elle est aujourd’hui veuve et mère de huit enfants, dont un seul garçon. Professeur d’enseignement secondaire à la retraite, elle a été élue députée sur la liste RPM dans la circonscription de Kénieba, à Sitakily.

Conseillère municipale de 2009 à son élection de 2013 dans la commune rurale de Sitakily, elle est la Secrétaire générale de son parti dans cette localité et Présidente du mouvement des femmes RPM de Kénieba.

Détentrice d’une Maitrise en Sciences de l’éducation, elle fut enseignante au second cycle en biochimie de 1973 à 1983. Elle a travaillé à la Direction de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, au Bureau des bourses et équivalences de 1986 à1998 et est une ancienne Directrice adjointe de la promotion de la femme à la Direction de développement social. Elle aime le sport et Internet et passe beaucoup de temps à faire des invocations avec son chapelet.

Honorable Amadou Araba Doumbia, Président de la Commission de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation

Le défenseur des paysans et des enfants

L’Honorable Doumbia est né le 15 janvier 1960 à Niono. Il est marié et père de quatre enfants. Ingénieur en Zootechnique de formation et spécialiste en gestion des entreprises agropastorales, il fut chargé des études à l’Unité de recherche du développement observatoire du changement (URDOC) en Zone office du Niger.

Représentant de la société de vente de produits vétérinaires MEDIVET de 2002 à 2007 dans les régions de Mopti, Gao et Tombouctou, il fut également Chef d’antenne pour le BIT du Projet de lutte contre les pires formes du travail des enfants en milieu rural de 2007 à 2009. De 2009 à 2012, il sera responsable commercial de la Fédération des sociétés coopératives paysannes initiées par les syndicats des exploitants agricoles de l’office du Niger (SEXAGON). De 2012 à 2013, il fut responsable technique et commercial de la Fédération.

Honorable Karim Keita, Président de la Commission de la Défense nationale, de la Sécurité et de la Protection Civile

Le benjamin des Présidents de Commission

Agé de 34 ans, marié et père de famille, l’Honorable Kéita fut Directeur Associé de Prestige Consulting  (Côte D’Ivoire) jusqu’à son élection, après avoir été, en 2007, le Directeur et fondateur des Sociétés KONIJANE  (Location de véhicules) et Konijane Strategic Partners (KSP), un cabinet qui apporte conseil et assistance aux investisseurs désireux de saisir des opportunités d’affaires sur le continent africain. KSP dispose d’un important réseau au niveau des instances de décisions des Etats africains et des principaux acteurs du secteur privé.

Il est titulaire d’un BAA en Administration obtenu en 2007 à l’Université du Québec à Montréal (Canada). Ses distractions favorites sont le basket-ball, le football, le cinéma et la lecture.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :