Skip to content

Cafouillage autour d’une marche « morte née »

by sur 10 mai 2014

Ce devait être un moment fort pour réaffirmer l’attachement du Mali à  l’intégrité du pays et le retour effectif de Kidal dans son giron. C’est raté ! La marche d’hier n’a finalement pas eu lieu.
Elle a été annoncée le matin même comme si elle était déjà un succès par un quotidien qui la soutenait.
Un Collectif pour la Défense de la République au Mali » autoproclamé « comité de la marche » fait ensuite parvenir une déclaration grandiloquente, sans dire qu’elle n’avait pas eu lieu…

Sans doute pour couper l’herbe sous les pieds des « Sofas de la République » qui, lors d’une conférence de presse ont expliqué, à la fois, pourquoi elle n’avait pu avoir lieu faute d’autorisation administrative et quels étaient ses buts.

Sofas: la marche pour Kidal n’a pas eu lieu

Par Célia d’ALMEIDA – 09/05/2014
Les Sofas de la République avaient appelé l’opinion ce matin à une marche de protestation contre un éventuel statut d’autonomie pour Kidal. Une manifestation qui a finalement été annulée.
La marche devait aller du monument de la Liberté à celui de l’indépendance avec comme message principal, « non à l’autonomie de Kidal ». Le mouvement des Sofas de la République qui regroupe plusieurs associations a du renoncer à la manifestation prévue ce vendredi 09 mai.
La raison de cette annulation, les organisateurs n’avaient pas obtenu d’autorisation formelle de la Mairie de la Commune 3 du District de Bamako. L’un des leader des Sofas, Mohammed Bathily dit Ras Bath a tenu à expliquer la situation.
« Nous avons envoyé une lettre de demande d’autorisation à la Mairie le 30 avril dernier. En principe, la demande doit être faite trois jours ouvrables avant la date prévue, nous étions donc largement dans les temps » explique-t-il. Avant d’ajouter ne pas comprendre « à quoi à jouer la Mairie qui a attendu la vieille de la marche, c’est à dire hier jeudi, pour leur demander de la repousser ». « Nous avons été contacté par un membre de la sécurité de Koulouba qui a dit que la marche risquait d’être infiltrée. Ce n’est pas une raison valable à notre sens. Nous avons décidé de maintenir le rassemblement et avons demandé aux forces de l’ordre de venir expliquer aux militants le pourquoi de cette annulation ».
C’est donc dans la cour du Carrefour des jeunes que le petit groupe (environ 50 personnes), s’est retrouvé pour écouter le commissaire du 1er Arrondissement qui a expliqué ne pas pouvoir assurer la sécurisation de la marche car n’ayant pas reçu d’instructions dans ce sens.

A défaut de la marche, les Sofas ont finalement improvisé une conférence de presse pour faire passer leur message. Il s’agit en substance d’opposer une fin de non recevoir  » à la France et au MNLA qui veulent imposer un statut d’autonomie de la région de Kidal au peuple malien ». « Nous avons entendu le PM Moussa Mara occulter lors de sa DPG l’opposition à l’autonomie de Kidal. Est-ce à dire qu’il n’est plus question de mettre un frein aux velléités indépendantistes des bandits du MNLA? Nous assistons à un fléchissement de l’Etat du Mali face aux pressions de la France qui veut garder pour elle cette région et en exploiter l’uranium sans contrôle de l’Etat malien », dira encore Ras Bath, lisant le communiqué des Sofas.
Les Sofas qui attirent l’attention du Président de la République et du Premier ministre sur le fait que le peuple malien, dans sa grande majorité est opposé à une quelconque « décentralisation poussée » de la région de Kidal. « C’est non négociable, le Mali est un et nul ne saurait entériner sa partition ». Ils appellent les autorités à plus de fermeté dans le processus de négociation avec les groupes armés, en en exigeant au préalable le désarmement et en faisant entendre la voix du Mali.

Déclaration de la Marche Pacifique et Patriotique du 09 Mai 2014

Par Malijet – 9 mai 2014
Collectif pour la Défense de la République au Mali
Vu la Constitution de février 1992 du Mali,
Vu le Préambule de la Constitution de 1992 du Mali,
Considérant l’article 25 de la Constitution de 1992 du Mali
Stipulant : « Le Mali est une République indépendante, souveraine, indivisible, démocratique, laïque et sociale. Son principe est le gouvernement du Peuple, par le Peuple et pour le Peuple… »
Considérant l’article 29 de la Constitution de 1992 du Mali
Stipulant : « Le président de la République est le chef de l’Etat. Il est le gardien de la Constitution. Il incarne l’unité nationale. Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire, du respect des Traités et Accords internationaux. Il veille au fonctionnement régulier des pouvoirs publics et assure la continuité de l’Etat. … »
Vu la Résolution 2056 (2012)
Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 6798eséance, le 5 juillet 2012,
stipulant : « Le Conseil de sécurité,
Rappelant les déclarations de son président en date des 26 mars (S/PRST/2012/7) et 4 avril 2012 (S/PRST/2012/9), ainsi que ses déclarations à la presse sur le Mali en date des 22 mars, 9 avril et 18 juin 2012,
Réaffirmant son ferme attachement à la souveraineté, à l’unité et à l’intégrité territoriale du Mali, … »
Vu, la Résolution 2071 (2012)
Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 6846eséance, le12octobre 2012, stipulant : « Le Conseil de sécurité,
Rappelant sa résolution 2056 (2012), les déclarations de son président en date des 26 mars (S/PRST/2012/7) et 4 avril 2012 (S/PRST/2012/9), ainsi que ses déclarations à la presse sur le Mali et le Sahel en date des 22 mars, 9 avril, 18 juin, 10 août et 21 septembre 2012,
Réaffirmant son ferme attachement à la souveraineté, à l’unité et à l’intégrité territoriale du Mali, … » ;
Vu, la Résolution 2085 (2012)
Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 6898e séance, le 20 décembre 2012, stipulant : « Le Conseil de sécurité,
Rappelant ses résolutions 2056 (2012) et 2071 (2012) et ses déclarations présidentielles des 26 mars 2012 (S/PRST/2012/7) et 4 avril 2012 (S/PRST/2012/9), ainsi que ses déclarations à la presse des 22 mars, 9 avril, 18 juin, 10 août, 21 septembre et 11 décembre 2012,
Réaffirmant son ferme attachement à la souveraineté, à l’unité et à l’intégrité territoriale du Mali, … »
Vu, la Résolution 2100 (2013) sur LA SITUATION AU MALI / Rapport du Secrétaire général des NU sur la situation au Mali (S/2013/189)Texte de résolution (S/2013/242) : « Le Conseil de sécurité, Rappelant ses résolutions 2056 (2012), 2071 (2012) et 2085 (2012), les déclarations de son président en date des 26 mars (S/PRST/2012/7) et 4 avril 2012 (S/PRST/2012/9), ainsi que ses déclarations à la presse sur le Mali en date des 22 mars, 9 avril, 18 juin, 10 août, 21 septembre et 11 décembre 2012 et du 10 janvier 2013,
Eu égard, l’adoption le 02 Mai 2014 de la déclaration de politique générale du gouvernement présentée par le 1er ministre son excellence Monsieur Moussa Mara devant l’Assemblée Nationale, et sa déclaration solennelle à l’occasion : «le Mali ne sous-traitera pas sa sécurité»
Réaffirmant les clauses fermes de la Constitution de 1992 s attachant à la souveraineté, à l’unité et à l’intégrité territoriale du Mali,
Nous, peuple souverain du Mali dans un élan de sursaut national et patriotique,
– Demandons au Président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar KEITA d’instruire à l’administration, et à l’armée malienne, symboles de l’autorité de l’état, leur déploiement sur tout le territoire malien, et particulièrement la prise du contrôle total et effectif de Kidal ou tout autre endroit occupé par les groupes armées et sbires ;
– Réclamons la Liberté de circulation de l’armée malienne dans toute la région de Kidal sans entrave ;
– Demandons le démantèlement immédiat de toutes les milices armées sur toute l’étendue du territoire ;
– Exigeons le cantonnement et le désarmement immédiat du mouvement terroristes MNLA conforment à l’accord de Ouagadougou et la résolution de l’ONU ;
– Dénonçons le mutisme, le laxisme et la complaisance de la communauté internationale : MINUSMA, Union Africaine, CEDEAO ;
– Disons à la France et à la communauté internationale que :Le peuple malien, attaché à sa souveraineté et à l’intégrité du Mali, ne cèdera pas un(1) cm² de son territoire aux irrédentistes.
– Pensons que France + MNLA égale division, autonomie, suivit de l’indépendance d’une partie du Nord du Mali, et le pillage de nos ressources.
– Exigeons que tout accord de défense ou coopération militaire entre le Mali et la France soit discuté et accepté par l’Assemblée Nationale du Mali et les clauses portées à la connaissance des maliens avant toute signature. Le peuple malien par notre voix, réaffirme son soutien au Président de la République, à son Gouvernement et à l’Armée malienne, dans toutes les actions visant à renforcer la souveraineté et l’intégrité territoriale du Mali.
Vive le Mali UN et INDIVISIBLE !!!!
Bamako le 09 Mai 2014.
Pour le Collectif pour la Défense de la République au Mali

 

C’est raté ! La marche d’hier n’a finalement pas eu lieu. Elle a été annoncée le matin même comme si elle était déjà un succès par ce quotidien qui la soutenait.

Situation à Kidal : Des centaines de Maliens dans les rues ce matin

Bréhima Sogoba – 9 mai 2014 – L’Indicateur du Renouveau

Le Collectif pour la défense de la République au Mali et ses partenaires marchent ce jour pour mettre la « pression » sur le gouvernement à propos de la gestion de la crise à Kidal, fief de tout ce que le Mali compte comme groupes armés.
Plusieurs centaines de Maliens, selon les organisateurs, vont participer ce vendredi 9 mai, à Bamako à une grande marche pour interpeller les acteurs de la crise malienne afin que le Mali exerce pleinement sa souveraineté sur la région de Kidal.
Le Collectif pour la défense de la République au Mali a invité plusieurs associations à constituer un « front uni » afin de faire une démonstration de force, après les marches des 27 novembre et décembre 2013.
Lors d’une assemblée générale, lundi dernier au Carrefour des jeunes, qui a donné lieu à un communiqué de presse comportant trois revendications, plusieurs orateurs ont fustigé le gouvernement, lui reprochant d’être inactif dans les faits alors que les populations de Kidal souffrent dans leur âme, du fait du diktat imposé par les groupes armés du Nord.
« Nous n’allons jamais accepter que nos concitoyens de la région de Kidal soient la cible d’hommes sans foi ni loi. Kidal doit être sous l’autorité des Maliens et non des groupuscules d’individus, qui d’ailleurs ne reconnaissent pas l’intégrité du Mali », a tranché le président Handicap-Mali, Djadja Traoré.
Et au porte-parole du Collectif, Mohamed Youssouf Bathily, de dire que face au silence inquiétant qui plane sur le dossier de Kidal, les Maliens sont décidés à interpeller les acteurs de la crise malienne sur la situation afin que le Mali exerce pleinement sa souveraineté sur la région de Kidal.
« Ce qu’il faut craindre est en passe d’arriver au Mali. Venues pour aider le Mali à recouvrer toute sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire, les forces onusiennes et françaises ont tendance à devenir des forces d’interposition. Aujourd’hui, elles ressemblent à des forces d’interposition entre l’armée malienne et les soldats des groupes armés. Après Konna, Dibaly, Gossi, Léré, Nampala, Niafunké, Goundam, Diré, Gourma-Rharous, Gao, Tombouctou, Bourem, Ansongo, Ménaka, Anéfis, l’armée malienne peine à prendre pied à Kidal et dans sa région. Comme si Kidal n’était plus en territoire malien, l’administration et les quelques éléments des forces de défense et de sécurité y sont confinés au gouvernorat, qui ressemble aujourd’hui plus à l’ambassade du Mali en Azawad », a-t-il fulminé.
Il a ajouté que si les autorités ont abdiqué, les citoyens maliens ont décidé de ne pas être complices de la partition du pays. « Bamako abritera le 9 mai 2014, à partir de 8 h 30, une grande marche qui partira de la place de la République pour prendre fin à la place de l’Indépendance », a-t-il expliqué. Dénommée « grande marche patriotique », selon ses organisateurs, la manifestation vise à réclamer la souveraineté du Mali sur l’ensemble de son territoire.
« Cette marche interpellera l’ensemble des acteurs et partenaires sur l’urgence à régler sans délai la question Kidal », a indiqué le porte-parole. Selon lui : « Sans Kidal libéré, pas de sécurité ni paix au Mali ». Pour cela, il a invité tous les Maliens et sympathisants du Mali à participer le vendredi 9 mai à 8 h à la grande marche qui suivra l’itinéraire suivant : Carrefour des jeunes, Bamako-Coura/Gondole et boulevard de l’Indépendance ».
La déclaration de Mara, un mépris
L’autre plat de résistance des organisateurs de la grande marche du vendredi a été la déclaration du Premier ministre sur la situation de Kidal. Selon les organisateurs, il y a bien un fiasco au sommet de l’Etat. Fraîchement élu en septembre, le président Ibrahim Boubacar Kéita a déclaré que tout est négociable sauf l’intégrité du territoire, l’autonomie et un statut particulier au Nord. Mais Mara a insisté sur la laïcité dans la déclaration.
« Chose qui signifie que les autorités sont prêtes à donner une autonomie aux rebelles du MNLA. Et si cela se fait, le gouvernement va trahir le peuple. Nous devons être informés sur les contours des discussions. Nous exigeons un éclaircissement. Pas d’autonomie ni statut il faut que le PM soit plus explicite. S’il nous arrive quelque chose, ce gouvernement est responsable devant le peuple », a dit le porte-parole du Collectif, Mohamed Youssouf Bathily.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :