Skip to content

IBK manie la carotte et le bâton

by sur 20 mai 2014

Il était près de minuit la nuit dernière quand le président de la République malienne s’est adressé au peuple via l’ORTM dont les programmes avaient été bouleversés.

Un discours qui intervenait après l’annonce de la libération de la trentaine d’otages retenus par le MNLA dans les locaux occupés du gouvernorat de Kidal, et aussi après celle de l’assassinat de préfets et de sous préfets dans ces mêmes locaux.

Conséquences indirecte de ces événements, Jean Yves Le Drian devait visiter le Mali et le Tchad la semaine prochaine pour superviser le redéploiement des effectifs français dans la région et signer un accords de défense et de coopération. Cette visite est annulée.

Vous trouverez ci-dessous la liste des victimes, l’analyse du discours d’IBK et l’intégralité de ce dernier.

Les fonctionnaires assassinés

Dans son allocution télévisée de la soirée, le président IBK a déclaré : « Les auteurs de ces prises d’otages et exécutions sommaires seront poursuivis, car ils ont commis un crime contre l’humanité ». Il faut espérer que cela ne soit pas que de vains discours, face à une menace réelle, récurrente et qui à chaque fois sape, le processus de paix.
Pour ceux qui ont été sauvagement, à savoir le Cdt Mory Diarra, préfet de Tinessako, Agaly Ag Inamoud Yattara, préfet adjoint de Kidal, Amadou Belco Ba, Préfet de Kidal, Sékou Sissouma préfet adjoint de Tessalit, Lieutenant Paul Marie Sidibé, sous-préfet de Tinzawaten, Mahamane B. Maiga, sous-préfet de Boureissa, un informaticien et un autre travailleur du gouvernorat, la nation leur rend hommage : « Je vous fais le serment que ces crimes odieux ne resteront pas impunis », a aussi déclaré IBK face aux Maliens.

Quand IBK manie la carotte et le bâton

Par Moussa Camara – 20/05/2014

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a tenu un discours modéré et conciliant qui traduit d’une part la volonté de sévir et celle de continuer le dialogue d’autre part.

L’adresse du président de la République était très attendue hier sur les antennes de l’Office de Radiodiffusion télévision du Mali(ORTM). Les millions de Maliens sont restés scotchés devant le petit écran pour suivre un journal exceptionnellement diffusé aux environs de 22 heures au lieu de 20 heures. Ils ne voulaient sans doute pas rater une phrase de ce discours ô combien important. Après le premier ministre, Moussa Mara qui a déclaré que le Mali est en guerre, on attendait le chef suprême des Armées pour corroborer la position de son PM. En clair les Maliens attendait d’IBK une déclaration de guerre contre des bandits armées qui ont franchi le Rubicon samedi dernier à Kidal.

Au finish, le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita a quelques peu surpris sen livrant un discours où la prudence le disputait à la modération. Toute chose, selon plusieurs compatriotes, tranche avec les circonstances actuelles. Le discours tenu par IBK ne lui ressemblait pas de l’avis de nombreux observateurs, à une sentence. Le président de la République a-t-il édulcoré son discours après la libération des otages ? A-t-il cédé à la pression après son entretien avec les représentants de la communauté internationale ? Nombreux semblent y croire

Poursuites internationales
En effet, le président de la République a estimé que l’attaque du week-end dernier est une violation flagrante des accords antérieurs de Ouagadougou du 18 juin 2013 et constitue une déclaration guerre à l’Etat du Mali. II a rendu un vibrant hommage aux soldats maliens qui, selon lui, se sont vaillamment acquittés de leur mission de protection de la République et de ses institutions, face à des groupes armés qui, eux, ont mis à profit ledit accord pour reconstituer leurs forces, dans une incompréhensible liberté de mouvement et de manœuvre. Tout en rendant hommage aux victimes civils et militaires lâchement tués par les bandits armés, Ibrahim Boubacar Kéita a fait le serment que ces crimes odieux ne resteront pas impunis. Il a aussi assuré que les auteurs de ces prises d’otages et exécutions sommaires seront poursuivis devant les juridictions nationales et internationales.

Le chef suprême des Armées a dit toute son incompréhension face à l’attitude des groupes armés. « On ne peut comprendre, ni justifier, l’attitude de ceux qui, après avoir souscrit ou adhéré à l’unité et l’intégrité territoriale du Mali, s’opposent à l’arrivée du chef du Gouvernement de la République dans une partie du territoire national. On ne peut comprendre, a fortiori accepter, qu’ils s’opposent par la violence, au point d’attenter à leur sécurité et à leur vie, à une mission de hauts responsables de l’Etat ayant pour objet la mobilisation de l’administration locale pour la paix. On ne peut comprendre, encore moins tolérer que, dans l’environnement sociopolitique qui est présentement le nôtre, largement ouvert au règlement politique des différends, et marqué par l’existence d’accords auxquels les uns et les autres ont adhéré, l’on ne puisse pas entamer un dialogue sincère devant déboucher sur un accord de paix définitif et global (…) », a déclaré IBK.
Et d’affirmer : « Plus jamais, une délégation de l’Etat ne sera prise à partie à Kidal. Je ne laisserai pas ces mouvements armés, certains qualifiés de terroristes, d’autres désignés de manière commode comme rebelles, mais tous, réunis et solidaires à nouveau, comme ils le furent lorsqu’ils perpétraient, ensemble, l’horreur d’Aguelhoc, mais tous, de connivence avec le narcotrafic international, je ne les laisserai pas, disais-je, continuer à faire la loi, ni à Kidal, ni dans une autre partie de notre territoire ».
Malgré la gravité de la situation, le Mali ne renonce pas à l’option du dialogue. Ibrahim Boubacar a assuré que son pays serait respectueux de ses engagements et ira au dialogue, la voie du salut. A condition, selon le président de la République que « toutes les parties, le gouvernement du Mali, la communauté internationale, les mouvements armés, s’acquittent de leurs engagements, chacune à son niveau de responsabilité ».

Intervention du président IBK sur la situation de Kidal

Message à la Nation de SEM Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République, Chef de l’Etat, suite [aux évènements de Kidal (Koulouba, le 19 mai 2014)

Mes chers compatriotes,

Vous avez suivi les développements tragiques que les mouvements armés ont tenu à donner à la visite du Premier ministre à Kidal, samedi 17 mai 2014.

Cette visite avait pour but d’apporter aux populations éprouvées de nos régions septentrionales, un message fort de paix, d’espoir et de solidarité.

Avec une importante délégation, le Premier ministre et une dizaine de ministres ont été chaleureusement accueillis à Tombouctou et Gao.

Il n’en ira hélas pas de même à Kidal, où ils furent reçus sous des balles et des tirs à l’arme lourde de groupes armés.

Nous qualifions cela d’acte crapuleux et de lâche trahison de tous les engagements antérieurs, notamment ceux contenus dans les Accords de Ouagadougou.

Et ce n’est là, ni plus ni moins, qu’une déclaration objective de guerre à l’Etat du Mali, au moment où tout est mis en œuvre pour relancer les pourparlers devant conduire à une paix définitive au Nord, à travers un dialogue inclusif.

Bien qu’en nombre nettement insuffisant, conséquence de l’application de l’Accord préliminaire du 18 juin 2013, les soldats de l’armée régulière se sont vaillamment acquittés de leur mission de protection de la République et de ses institutions, face à des groupes armés qui, eux, ont mis à profit ledit accord pour reconstituer leurs forces, dans une insolente et incompréhensible liberté de mouvement et de manœuvre.

Sous les balles de snipers qui n’hésitent pas, à leur manière lâche, à se servir de femmes et d’enfants comme chair à canon, comme bouclier humain placé entre deux feux, des soldats de l’armée malienne ainsi que de paisibles citoyens, sont tombés.

Ils sont tombés dans la ville malienne de Kidal, malienne à tous égards.
Et même dans l’esprit comme dans la lettre de l’accord préliminaire de Ouagadougou, il ne peut subsister aucun doute sur l’appartenance de Kidal à la République du Mali dans ses frontières internationalement reconnues.

Y compris par les mouvements armés signataires de cet accord, devenus les sinistres signataires du bain de sang du 17 mai dernier dont le Mali n’a que faire.

Comble de l’abjection, l’armée malienne s’étant trouvée en situation d’assurer, seule, la sécurité des déplacements terrestres de la délégation du Premier ministre, les groupes armés ont investi le gouvernorat dès lors dégarni, ont pris en otage le personnel et les agents en place, et en ont froidement assassiné plusieurs.

Je vous fais le serment que ces crimes odieux ne resteront pas impunis.
Devant nos soldats et agents de l’Etat morts sur le champ de l’honneur, en hommes d’honneur, nous nous inclinons.
La République et la nation s’inclinent.

Ils sont morts en mission, dignes fils du Mali qui ne saurait jamais les oublier !
En mon nom, au nom de la nation malienne, au nom de la République du Mali, je formule mes condoléances les plus sincères aux familles de tous ceux qui sont tombés lors de ce tragique événement.

Aux blessés, je dis que le gouvernement entreprend tout ce qu’il est possible pour qu’ils recouvrent la santé au plus vite.

A nos courageux soldats, policiers, gendarmes et agents de l’Etat se trouvant à Kidal, que la folie des ennemis de la paix cherche à transformer en champ de bataille, je dis : le Mali est avec vous, la vérité est de votre côté, et tous [Ad by Plus-HD-1.6] ceux qui aiment la vérité sont avec vous.

Mes chers compatriotes,

Le Premier ministre, dont je salue le courage, le sang-froid, l’esprit patriotique et le sens élevé de l’Etat, ne posait aucun acte de provocation à travers cette visite à Kidal.

Au contraire, suivant  en cela mes instructions, et dans l’exercice de ses prérogatives, il s’y rendait pour écouter notre peuple, en prélude aux pourparlers dont les animateurs et les détails se mettent en place autour de l’ancien Premier ministre Modibo Kéita, aîné de valeur et de mérite.

On ne peut comprendre, ni justifier, l’attitude de ceux qui, après avoir souscrit ou adhéré à l’unité et l’intégrité territoriale du Mali, s’opposent à l’arrivée du Chef du Gouvernement de la République dans une partie du territoire national.

On ne peut comprendre, a fortiori accepter  , qu’ils s’opposent par la violence, au point d’attenter à leur sécurité et à leur vie, à une mission de hauts responsables de l’Etat ayant pour objet la mobilisation de l’administration locale pour la paix.

On ne peut comprendre, encore moins tolérer que, dans l’environnement socio-politique qui est présentement le nôtre, largement ouvert au règlement politique des différends, et marqué par l’existence d’accords auxquels les uns et les autres ont adhéré, l’on ne puisse pas entamer un dialogue sincère devant déboucher sur un accord de paix définitif et global.

On ne peut comprendre que, précisément au moment où j’ai mis en place un dispositif devant concrétiser cette volonté de paix que j’ai fortement exprimée, et que partage l’immense majorité du peuple malien, des acteurs du processus  de paix choisissent la violence comme mode d’expression et décident d’éventrer l’espoir de paix que les Maliens appellent de leur vœu, avec l’accompagnement des organisations régionales et de la communauté internationale.
Pour ce qui nous concerne, nous ne faisons pas d’amalgame ; nous ne nous trompons pas d’analyse.

Nous savons que, malgré les gesticulations de ces fauteurs de trouble et de guerre, la Région de Kidal compte  majoritairement des Maliens qui n’aspirent qu’à la paix, au bien-être et à la considération dont notre politique-phare, la décentralisation poussée jusqu’à la régionalisation, est porteuse.
A ces braves et honnêtes citoyens dont je mesure les difficiles conditions de vie, je réitère mon profond respect.

Je leur dis que les tragiques événements de Kidal qui nous endeuillent ne nous feront pas dévier du chemin que nous nous sommes tracés : le développement, le développement rapide et visible dans tout le Mali, sur l’ensemble du territoire malien.
D’où les agences de développement régional qui seront mises en place et seront opérationnelles dans un délai de six mois, instruction  ferme que j’ai donnée au gouvernement dès sa mise en place.

Oui, le développement harmonieux, intégré et intégral du pays !
De Diboli à Labezzanga, de Zegoua à Tinzawaten.
Partout, le Mali  utile ! Nulle part, un Mali moins utile ! Et jamais, un citoyen malien privilégié par rapport à un autre !
Tous les citoyens sur le même pied d’égalité, toutes les régions logées à la même enseigne !
Mais personne ne prendra le Mali en otage. Personne !

Elu pour réunifier le pays, recoudre le tissu national fortement éprouvé, consolider la sortie de crise, car notre pays sort à peine de la crise la plus insidieuse de son histoire, je n’ai pas d’autre honneur que de remettre à mon successeur, demain, un Mali debout, uni et un.

Ce Mali debout, uni et un ; ce Mali qui arrive à nourrir, soigner et scolariser ses enfants ; ce Mali qui crée de l’emploi et prend en charge sa jeunesse, je m’y suis engagé et je ne faiblirai pas sur cette voie.

Plus jamais, une délégation de l’Etat ne sera prise à partie à Kidal.
Je ne laisserai pas ces mouvements armés, certains qualifiés de terroristes, d’autres désignés de manière commode comme rebelles, mais tous, réunis et solidaires à nouveau, comme ils le furent lorsqu’ils perpétraient, ensemble, l’horreur d’Aguelhoc, mais tous, de connivence avec le narcotrafic international, je ne les laisserai pas, disais-je, continuer à faire la loi, ni à Kidal, ni dans une autre partie de notre territoire.

D’autant qu’il n’est plus permis de douter de la collusion entre les mouvements armés sévissant dans le Septentrion malien et le terrorisme international : samedi dernier, les fanions d’AQMI et d’Ansardine flottaient en effet sur les véhicules des agresseurs, à côté de ceux du MNLA ; Qui plus est, la prise d’otages ainsi que leurs exécutions sommaires, constituent les meilleures illustrations, quoique macabres, de cette collusion.

Le Président que je suis, investi de la confiance des Maliens et tenu par la Constitution du Mali, assumera ses charges, toutes ses charges.
Le gouvernement du Mali jouera pleinement son rôle. En particulier, les auteurs de ces prises d’otages et exécutions sommaires seront poursuivis devant les juridictions nationales et internationales.

La souveraineté du Mali sur toute l’étendue de son territoire n’étant pas négociable, nos Forces de Défense et de Sécurité en reconstruction assumeront, totalement, les missions que la constitution malienne leur assigne et que les Maliens attendent d’elles.

Ceci dit, chers compatriotes, le Mali ne perdra jamais de vue une de ses valeurs cardinales, à savoir le respect de ses engagements.
Nous allons donc au dialogue, convaincus que nous sommes que le salut passe impérativement par là. Le salut si, bien entendu, toutes les parties, le gouvernement du Mali, la communauté internationale, les mouvements armés, s’acquittent de leurs engagements, chacune à son niveau de responsabilité.
C’est à ce prix que sera capitalisé le formidable élan de solidarité internationale dont notre pays a bénéficié et pour laquelle je renouvelle la gratitude de toute la Nation. C’est à ce prix que peut prospérer le fragile processus de pacification et de réconciliation de notre pays.

Vive la paix, pour que vive le Mali, un et indivisible !

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :