Skip to content

Aguelhok : attentat suicide contre la MINUSMA

by sur 12 juin 2014

Décidément rien n’est réglé au Mali.

Au moment même où Serval veut se désengager au profit de la Minusma ; au moment où l’on discute de son éventuel renforcement (demandé instamment par Bamako); au moment où des mouvements armés reprennent pied un peu partout (une colonne du MNLA est arrivée à 80 km de Gao) et avec l’habituel sens de la médiatisation, qu’on leur connaît, un attentat suicide contre le camp de la Minusma à Aguelhoc (entre Tessalit et Kidal) vient à nouveau frapper l’armée tchadienne…

Attentat à la voiture piégée à Aguelhok : 4 CASQUES BLEUS TUES

L’Essor – A. M. CISSE 12 juin 2014

Les terroristes ont encore frappé dans le nord de notre pays. Hier, vers 15 h 30, une voiture a foncé sur des militaires en poste à Aguelhok. L’engin piégé a immédiatement explosé tuant des Casques bleus et des militaires maliens en poste dans cette bourgade de la Région de Kidal. Au moment où nous mettions sous presse, les premiers bilans recueillis faisaient état de 4 soldats tués et quelques blessés. Les victimes seraient de nationalité tchadienne et malienne. Le kamikaze qui a conduit la voiture a lui aussi péri dans l’explosion.
Kidal est une région actuellement cancérisée par des groupes djihadistes de tous bords. Ils s’accrochent à ces vastes territoires désertiques tels des sang-sus. Après l’intervention de l’Armée française, ils ont subi de lourdes pertes notamment en matériel de guerre. Mais leur détermination à semer la terreur et la désolation reste intacte. L’attentat d’Agul-hoc intervient à moins d’un mois après les affrontements sanglants de Kidal auxquels ces groupes djihadistes ont pris une part importante selon plusieurs observateurs.

En effet, les drapeaux du Mujuao et d’Ançardine étaient hissés sur des voitures chargées de combattants enturbannés au moment et après les affrontements du 21 mai dernier. En demandant un mandat plus robuste à la Minusma, nos autorités visent justement à donner à cette force internationale la capacité offensive nécessaire pour les combattre.

Le renouvellement du mandat de la Mission est en ce moment en discussion aux Nations Unies. Lors du dernier sommet extraordinaire de la CEDEAO sur le Nigeria et notre pays tenu à Accra il y a une dizaine de jours, les dirigeants de la sous-région ont unanimement appelé à un renforcement du mandat de la Minusma. Le constat était établi par Ibrahim Boubacar Keita et ses pairs que la force onusienne déployée dans notre pays, dans sa formule actuelle, n’est pas en mesure d’éradiquer le fléau terroriste dans le Sahel. Ce crime odieux qui porte l’emprunte des ennemis de la civilisation et de la laïcité vient brutalement corroborer cette analyse.

Mali : quatre Casques bleus tchadiens tués dans un attentat à Aguelhok

12/06/2014 à 08:12 Par Jeune Afrique (Avec AFP)
Quatre militaires tchadiens ont été tués mercredi lors d’un attentat-suicide contre le camp de la Minusma à Aguelhok, dans le nord-est du Mali.
Un kamikaze conduisant un véhicule piégé a visé mercredi 12 juin le camp de la Minusma (la force de l’ONU au Mali) à Aguelhok, dans le nord-est du pays. Selon le ministère malien de la Défense, quatre militaires tchadiens ont été tués dans cet attentat-suicide.
D’après un responsable de ce ministère, l’attentat, survenu à l’entrée du camp de la mission onusienne, a également fait « dix blessés, dont « six soldats de la Minusma et quatre militaires maliens ».
De son côté, Albert Koenders, le chef de la Minusma, a condamné une attaque « lâche et odieuse ». « Je suis choqué que de valeureux soldats de la paix soient à nouveau pris pour cible. Cet attentat ne détournera pas la Minusma de sa mission de rétablissement de la paix et de la sécurité au Mali, » a-t-il ajouté.
Les Tchadiens en première ligne
Début 2013, le président tchadien Idriss Déby avait envoyé ses troupes en première ligne contre les groupes terroristes aux côtés des forces françaises. Avec une cinquantaine de soldats tués, les Tchadiens ont depuis payé un lourd tribut à la traque des jihadistes, en particulier dans le massif des Ifoghas (nord-est).
Des attentats meurtriers ont encore régulièrement lieu dans le vaste nord du Mali, où les groupes jihadistes continuent également à poser des mines. En avril, plusieurs roquettes ont été tirées à l’arme lourde sur Gao, la plus grande ville du nord du Mali, ainsi que Kidal, ville qui échappe encore à l’autorité de l’État et de l’armée malienne.

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :