Skip to content

Critiquer IBK ! on censure à Bamako ?

by sur 31 juillet 2014

Le Républicain, qui se montre pour le moins critique à l’égard du pouvoir en place à Bamako, ne manque pas une occasion pour fustiger ce qu’il appelle « la mauvaise gouvernance d’IBK ».

Il relève deux faits qui viennent appuyer ses accusations : l’absence de Francis Simonis, après celle d’André Bourgeot, au colloque d’experts venus débattre du pouvoir politique au Sahel, et le mensonge d’Etat sur la visite d’IBK sur les lieux du crash du vol AH 5017.

Menace sur la liberté d’expression : Francis Simonis exclu de débat au Mali

B. Daou – Par Lerepublicainmali – 31 juillet 2014 

Francis Simonis, historien, spécialiste de l’Afrique occidentale et du Mali, qui enseigne à l’Institut des Mondes Africains, basé à Aix-en-Provence, et qui était attendu aux journées de réflexion sur les pistes de solutions politiques et sécuritaires pour une sortie de crise au Mali et la stabilité de la zone sahélo-saharienne, n’a pas finalement venu ce rendez-vous. Il a été exclu par les autorités maliennes. Alors qu’il avait déjà son billet d’avion en poche, il a été informé au dernier moment qu’il était persona non grata à ce débat. Pourquoi ?

Plus proche de nous, je veux dire la famille de la presse, un vieux briscard de la presse malienne aurait eu la malchance de commettre un crime de lèse-majesté, en mettant sa bouche dans l’histoire de l’avion présidentiel. La colère de Koulouba se serait abattu sur le frère Drabo, ‘’Solo’’, pour être plus familier. S’il s’avère qu’il a été banni de l’Essor pour avoir répondu aux questions du journal Libération sur l’avion présidentiel, le Boeing 737 mal acquis sur fonds du trésor et qui a provoqué notre brouille avec nos amis financiers, alors notre pays est sur la chaussée glissante de l’intolérance et d’une menace grave de la liberté d’expression.

Quant à l’absence de Francis Simonis aux travaux du colloque international dont le thème était : « Quelles constructions politiques dans la zone sahélo-saharienne ? Réflexion sur les pistes de solutions politiques et sécuritaires pour une sortie de crise au Mali et la stabilité de la zone sahélo-saharienne », il y a péril à la demeure. Il avait été invité à ces journées de réflexion, et avait même mon billet d’avion. La veille de son voyage sur le Mali, le ministre Camara l’aura fait savoir par l’un de ses contacts que sa présence à Bamako n’était pas souhaitée, parce qu’il aurait critiqué le président IBK et aussi l’ambassadeur de France. Et certains participants au colloque auraient menacé de se retirer s’il était présent. Il a donc été exclu de ces journées, une parole libre étant manifestement dérangeante pour certains.

Les organisateurs du forum à savoir le gouvernement malien ne lui aurait jamais fourni la moindre réponse à la question de savoir, pourquoi Francis Simonis a  été exclu de ces journées. Et quel est cet ostracisme qui frappe aux portes de notre pays sous perfusion ?

 

La présence douteuse de Pierre BOILLEY à Bamako

Rebelles pacifiques – Posté le 28 juillet 2014 par Samira Abbach

En ce moment même dans la capitale malienne Bamako se déroule un colloque international sur les propositions de sortie de crise sécuritaire au Mali. Le thème est : « quelle construction politique dans la zone sahélo sahélienne?».

Le CICB est le lieu qui abrite ce colloque sur demande du gouvernement malien avec le docteur Oumar KEITA comme membre du comité de pilotage. Oumar KEITA est connu pour avoir été le porte-parole de la campagne présidentielle du président IBK pour la France.

Les conclusions de ce colloque scientifique sont censées enrichir les  pourparlers qui ont débuté à Alger le 16 Juillet et qui se poursuivront pour prendre fin à Bamako. Les organisateurs ont fait appel à nombreux « experts occidentaux » dont Pierre BOILLEY, chercheur au CNRS. Son cas nous intéresse car s’est illustré plus d’une fois sur les médias français et dans les conférences qu’il anime souvent pour ses propos malveillants sur le Mali et le peuple malien. BOILLEY est un adepte de la scission du territoire malien, il prône l’impossibilité d’un état malien unitaire. Membre influent du lobby MNLA qui discrédite toute initiative et toute personne allant dans le sens de l’unité du territoire, il est légitime de se poser la question sur sa présence au Mali au moment même où l’état malien au plus haut niveau met en touche l’idée d’autonomie, d’indépendance ou de fédération au Mali.

La question est d’autant plus légitime que André BOURGEOT, un éminent chercheur du CNRS qui donne souvent la réplique à Pierre BOILLEY lors des débats télévisés n’est pas présent à Bamako. Sachant que BOURGEOT défend l’intégrité du territoire malien, il est important pour nous de mettre en lumière les raisons de son absence et les intérêts en jeu pour les organisateurs de ce colloque. Des experts maliens participent au colloque mais selon nos informations, ils n’auraient pas droit au chapitre car très souvent tétanisés par la présence de leur compères occidentaux.

 Le crash du vol AH 5017 d’Air Algérie : IBK à Gao et Blaise à Boulikessi

B. Daou – Par Lerepublicainmali – 31 juillet 2014

Le crash du vol AH 5017 qui assurait la liaison Ouagadougou-Alger et qui a terminé sa course en territoire malien dans la nuit du mercredi 23 au jeudi 24 juillet, a une fois de plus ramené notre pays sous les feux du projecteur. En effet le jeudi après midi avec l’annonce par le président de la République du Mali Ibrahim Boubacar Keita, « Je viens d’apprendre que l’épave a été aperçue entre Aguelhoc et Kidal », lors de ses rencontres avec des dirigeants politiques, religieux et de la société civile à Bamako. Cette déclaration d’IBK fera le tour du monde relayée par la presse internationale (Rfi, le monde, etc.)

Mais le même jour, en fin d’après midi, le général burkinabè Gilbert Diendiéré, chef d’état-major particulier de la présidence burkinabè, déclarait à la presse, à l’issue d’une réunion de crise à Ouagadougou : « Nous venons de retrouver l’avion algérien. L’épave a été localisée […] à 50 kilomètres au nord de la frontière du Burkina Faso », dans la zone malienne de Gossi. Les autorités burkinabè, venaient de localisé l’avion sur le territoire malien à 80 kilomètres au sud-est de Gossi, à la frontière avec le Burkina Faso, dans une zone de plaines et de marécages.

La trouvaille burkinabé se traduisait par le président IBK en dérision. Sur la base de quelle information notre président a pu faire une telle déclaration pour paraître ‘’ridicule’’ aux yeux du monde ?

Vendredi soir, le ministre de l’Equipement, des Transports et du désenclavement a solennellement annoncé à la télévision nationale, une visite du président de la République sur le site du crash. Mais la télévision a montré IBK à l’aéroport de Gao avec un chapeau. IBK ne s’est rendu qu’à Gao. Déjà le jeudi soir, c’est du Burkina Faso que nous viennent les premières images des lieux du drame.

Et le vendredi 25 juillet 2014, le Président du Faso, Blaise Compaoré s’est rendu sur les lieux du crash du MD 83 de la compagnie aérienne Air Algérie en territoire malien, entre les mares Boulikessi et Teberemte, dans le Ghourma malien (région de Tombouctou). Une zone marécageuse entre mares et oueds, bien loin de Kidal et d’Aguel Hoc.

On a essuyé le camouflet de voir Blaise à Boulikessi et le président IBK à Gao. IBK ne s’est pas rendu sur les lieux du crash. C’est simplement ridicule. On a eu droit qu’à une interview du président de la république, habillé en touriste, à l’aéroport de Gao, et qui s’est d’ailleurs excusé auprès de la population de Gao pour son « voyage très rapide », qui ne lui a pas permis d’être en contact avec elle.

Contrairement à IBK, le président burkinabé, Blaise Compaoré, apparait sur plusieurs photographies ramenées du site du crash : avec des bérets rouges burkinabés, des militaires français, des casques bleus, des gendarmes et officiels locaux maliens.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :