Skip to content

L’armée est-elle prête à combattre

by sur 2 octobre 2014

Ministre et chef d’état-major l’ont affirmé devant les journalistes (égratignant la posture traditionnelle de « la grande muette ») : l’armée se reconstruit, elle s’est renforcée, elle est prête à toute éventualité en cas de rupture des pourparlers qui doivent reprendre à Alger au milieu de ce mois.

Reste à savoir si elle est désormais en état de combattre… et si elle dispose du réseau d’informations et des capacités de renseignement qui lui ont fait défaut à Kidal le 21 mai.

Car les djihadistes réinvestissent le pays, s’attaquent impunément à la MINUSMA (au grand dam du Tchad qui trouve ses soldats trop exposés) et la France a allégé son dispositif au Mali pour le redéployer dans l’opération Barkhane qui couvre un territoire plus vaste que le seul Nord Mali… déjà immense !

Mahamane Touré, chef d’Etat-major général : «L’armée se repositionne au Nord»

Fakara Faïnké – Lerepublicainmali – 2 octobre 2014
La fraude constatée suite à l’achat du matériel d’équipement de l’armée, les contrats annulés, la réforme entamée en son sein, les capacités et ses positions actuelles dans nos régions du nord ont été entre autres questions abordées par le ministre de la défense Ba N’Daou lors de la conférence de presse organisée, le 30 septembre 2014 au sein de son ministère. Pour la circonstance, le ministre était entouré de ses proches collaborateurs. Et au cours de cette rencontre avec la presse, le Général Mahamane Touré, chef d’Etat-major général a annoncé que l’armée est en train de se repositionné au nord.
Actualité oblige, outre le ministre lui, même, le général Mamadou Lamine Ballo, secrétaire général du ministère de la défense, le général de division Mahamane Touré, chef d’état-major de l’armée, le colonel Major Oumar Dicko de la Direction de la sécurité militaire, le directeur de la justice militaire, le colonel Souleymane Maïga, directeur de la DIRPA (Directeur de l’Information des Relations Publiques de l’armée), le colonel Diarran Koné, chargé communication au ministère de la défense étaient tous face à la presse.
Pour une fois, on peut dire que la grande muette a véritablement rompu le silence et s’est prêtée, sans tabou, à toutes les questions des journalistes concernant l’état actuel de notre armée. Par rapport à la fraude constatée suite à l’achat du matériel militaire, le ministre dira que tous les contrats qui n’ont pas eu un début d’exécution ont été annulés. Il s’agit d’une quinzaine de contrats. Par rapport à la position de l’armée sur le terrain, il a demandé au chef d’état-major de faire le point.
Et aux dires du général Mahamane Touré, les positions de l’armée Malienne sont conformes aux dispositions de l’accord cessez-le-feu du 23 mai. Il affirme que l’armée Malienne travaille conjointement avec les forces Barkhane et Onusienne, avec lesquelles elle fait des patrouilles, des rencontres, se déplace sur toute l’étendue du territoire et procède à des contrôles. « C’est dans ce cadre que Zeini Ag Rhissa a été interpelé par ce que l’on a estimé qu’il a violé le cessé le feu », a-t-il dit.
Le chef d’état-major a aussi indiqué que l’armée est en reconstitution. Pour lui, le commandement se reconstitue et se repositionne pour qu’au terme des pourparlers, on puisse avoir une armée républicaine. Il a indiqué que le déficit est comblé par nos partenaires. Aussi, il a rassuré que l’armée est aujourd’hui à mesure de répondre à toute situation, à toute velléité en cas d’attaque. «Nous sommes avec Barkhane et MINUSMA qui ont des responsabilités d’engagement », a dit le chef d’état-major.
Selon le général Mamadou Lamine Ballo, la réforme engagée sera soutenable par notre pays et ses partenaires. Pour lui, le remède aujourd’hui est d’avoir une armée de nos besoins. Il a indiqué que les travaux de constructions sont terminés et au niveau des régions militaires des ateliers ont eu lieu. Selon lui, le concept a été porté à un niveau plus élevé. Et, la loi sur la programmation militaire va concerner le recrutement, l’infrastructure, la formation.

Rencontre Bah Ndaw / hommes des médias : Le Général Mahamane Touré l’assure : l’armée d’aujourd’hui est plus forte que celle d’hier

Pierre Fo’o Medjo – 22 Septembre du 2 oct 2014.
C’est à bâtons rompus que le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, assisté des membres de son Cabinet, s’est ouvert, le mardi 30 septembre, à la presse nationale et internationale sur tous les sujets brûlants relatifs à son département.
Entre autres sujets abordés, la surfacturation et l’annulation de contrats du ministère de la Défense, la rencontre du ministre avec les Généraux et la situation actuelle de notre armée.
Les contrats ont été annulés suite à la mission du FMI, a déclaré d’emblée le ministre de la Défense. Mais cette annulation, a-t-il indiqué, n’aura pas de conséquences budgétaires fâcheuses, puisque lesdits marchés n’avaient pas connu de début d’exécution. Il a ensuite précisé qu’il s’agissait de 15 contrats.
Réagissant à la question concernant l’état actuel de notre armée, le ministre de la Défense a répondu : «notre armée se relève, prions Dieu que cela se fasse dans les meilleurs délais».
Revenant sur le même sujet, face à la préoccupation des journalistes de savoir si notre armée était prête à faire face à toute situation de rupture de négociations, le Chef d’Etat-major général des armées, le Général Mahamane Touré, s’est voulu rassurant : «l’armée, au jour le jour, renforce ses capacités. L’armée d’aujourd’hui est plus forte que l’armée d’hier.
L’armée malienne est capable de faire face à toute situation en cas d’échec des négociations. Elle ne sera pas seule, puisqu’elle devra bénéficier de l’appui des partenaires que sont la Minusma et Barkhane, conformément à leurs mandats au Mali».
Dans sa contribution, le Chef de Cabinet du MDAC dira que la réforme de l’armée est un domaine très vaste. «Le cas malien n’est pas dramatique, gardons confiance. La réforme sera soutenable par le budget, rien ne sera laissé au hasard».
Autre sujet abordé, celui des Généraux. Le ministre de la Défense a indiqué qu’il avait invité 35 généraux et que tous avaient répondu présents. Avant d’ajouter «ce sont des hommes d’expérience. Nous avons mis en place une cellule pour que leurs avis soient pris en compte».
Parlant du cas de Zéni Adissa, arrêté à Gao, Ba Ndaw a déclaré que ce dernier était en train de poser des actes de violence. La gendarmerie, selon lui, continue de mener ses investigations.
Pour conclure, le ministre Ndaw dira: «L’armée malienne respecte le cessez le feu. Nous travaillons avec Barkhane et la Minusma. Les patrouilles de l’armée malienne sillonnent tout le territoire. Nous menons des actions conjointes».

« L’armée se porte de mieux en mieux » dixit le ministre de la Défense

Par Journal du Mali – Par Augustin K. FODOU du 1er octobre 2014
Annulation des contrats d’équipements militaires, réforme de l’armée, tels sont entre autres les sujets débattus hier mardi 30 septembre, lors d’une conférence de presse au ministère de la Défense.
La grande muette n’est pas allée dans les détails par rapport aux préoccupations des journalistes lors de cette rencontre. « Quand il y a nécessité, on essaie de donner le minimum mais il faut ne pas s’attendre à de longs développements sur certaines choses » a précisé le ministre de la Défense et des anciens combattants, Bah N’daw. Ce dernier a confirmé l’annulation des contrats de fourniture d’équipements militaires. Au total, quinze contrats ont été partiellement ou totalement annulés, mais le montant n’a pas été dévoilé.
« Il s’agit des contrats qui n’ont pas eu un début d’exécution à cause des contraintes budgétaires » a déclaré le colonel-major Amadou Makan Sidibé, directeur des finances et du matériel du département de la défense.
L’arrestation de Mohamed Zeyni Aguissa Maïga, a été évoquée. En effet, ce membre du MNLA est appréhendé dans la nuit du 28 au 29 septembre dernier à Forgo dans la région de Gao. « Zeyni Aguissa est en train de poser des actes que nous considérons comme des actes de violation du cessez-le-feu signé le 23 mai. Il nous appartient dans le cadre de la sécurisation de toutes les villes de nous assurer que nous (les forces de sécurité, ndlr) ne faisons pas de violation mais aussi que d’autres personnes ne se livrent pas à la violation du cessez-le-feu. C’est dans ce cadre que l’intéressé a été interpellé. (…) La procédure suit son cours » a affirmé le Gal Mahamane Touré, Chef d’état-major général des armées.
Par rapport à la position des Forces armées sur toute l’étendue du territoire, le Gal Touré explique que des patrouilles sillonnent le pays. « L’armée malienne est présente sur toute l’étendue du territoire. Simplement nous ne posons pas des actes qui vont en contradiction avec le cessez-le-feu que les autorités ont signé, c’est la raison pour laquelle vous pensez certainement que l’armée malienne est cloisonnée dans le territoire » a-t-il ajouté.
Pour ce qui concerne la réforme en cours, le Secrétaire général du ministère de la Défense, le Gal Mamadou Lamine Ballo a précisé que la réforme a fait l’objet de large concertation au niveau civil, militaire et au niveau des chefs d’état major. « Nous sommes en train de travailler pour que toutes les conditions soient réunies afin que le Conseil supérieur de défense se réunisse pour valider le concept ».
Par ailleurs, le Chef d’état major général des armées a indiqué que « le moral est satisfaisant aujourd’hui sur le terrain, les équipements et les capacités se reconstituent, le commandement reprend les choses en main. Les déficits capacitaires sont comblés par la présence de nos partenaires. Nous avons confiance en notre armée et nous savons que l’armée d’aujourd’hui est plus forte que l’armée d’hier ».

La hiérarchie militaire s’est prêtée hier à un exercice d’explication devant la presse – 15 contrats d’équipements militaires ont été annulés conformément aux instructions de nos partenaires – L’armée malienne est capable de faire face à la menace même en cas d’échec des négociations

Boubacar PAITAO – L’Indépendant du 1 oct 2014.
Le ministre de la Défense et des anciens Combattants, Ba Daou, a animé une conférence de presse hier mardi 30 septembre. Objectif : échanger avec les hommes de média sur l’évolution de la situation sécuritaire dans la partie septentrionale du pays et des réformes de nos forces armées annoncée par nos plus hautes autorités. Il avait à ses côtés son secrétaire général, Général Mamadou Lamine Ballo et le Chef d’état-major général des armées, Général Mahamane Touré.
D’entrée de jeu, le Chargé de communication du ministère de la Défense et des anciens combattants, le Colonel Diarran Koné, a planté le décor de cette rencontre. Selon lui, elle s’inscrit dans le cadre d’une prise de contact entre le ministre en charge de la défense et les hommes de média. À sa suite, le ministre Ba Daou a déclaré que, depuis sa nomination, il avait souhaité avoir cette rencontre, mais compte tenu de son agenda très chargé, elle n’a pas pu avoir lieu.
Précisons que l’annulation des contrats d’équipements, la reforme des forces armées, la situation sécuritaire sur le terrain, la solution alternative à l’échec des pourparlers qui se déroulent à Alger depuis dernier, la restauration de la confiance entre l’armée et son peuple étaient au menu des échanges.
Sur la question épineuse des contrats d’armement, le ministre dira que 15 contrats d’équipements militaires ont été annulés totalement ou partiellement conformément aux instructions de nos partenaires, entendez le Fonds monétaire international (FMI). Cette opération concerne les contrats qui n’ont pas encore été exécutés. Cependant, il n’a pas voulu faire de commentaires sur le montant de ces contrats annulés.
A une question relative à l’implication des généraux dans la résolution de la crise sécuritaire que connait notre pays depuis 2012, le secrétaire général du ministère de la Défense et des anciens Combattants, Général Mamadou Lamine Ballo, a laissé entendre qu’une cellule dénommée Cellule d’appui et conseil (CAC) mise en place par les soins du ministre en charge de la défense et composée de trente généraux expérimentés, travaille d’arrache-pied pour la résolution de la crise. Selon lui, cette cellule est chargée d’analyser la situation sécuritaire sur le terrain et de proposer des pistes de solutions à la hiérarchie.
Par rapport à une question sur l’apport des » généraux cachés » alors que le pays a besoin de leur expertise pour faire face à la menace, sur un ton menaçant, le ministre Daou a exigé du respect envers ces officiers supérieurs qui ont donné le meilleur d’eux pour notre pays. Car, dit-il, ils restent encore des généraux de la République.
Pour sa part, le Chef d’état-major général des armées, Général Mahamne Touré, a confirmé l’arrestation de Mohamed Zeyni Maïga, l’un des responsables du Mouvement national de libération de l’Azawade (MNLA) par les forces armées maliennes, dans la nuit du 28 au 29 septembre dernier, dans le nord du Mali. À l’en croire, le bandit a été interpellé par nos forces lorsqu’il avait en sa possession des munitions, en violation des dispositifs du cessez-le-feu signé le 23 mai dernier. Il a rassuré que l’intéressé a été mis à la disposition de la Gendarmerie nationale.
Se voulant rassurant, le chef d’état-major général des armées dira que nos forces sont présentes sur toute l’étendue du territoire national à travers ses partenaires (forces onusiennes et françaises). Et d’ajouter que l’armée malienne organise des patrouilles sur le terrain conformément à ses missions. Elle organise également des patrouilles conjointement avec les forces alliées. Il a souligné que l’armée malienne a la responsabilité des forces étrangères présentes sur le sol malien.
À l’entendre, les forces républicaines du Mali agissent sur le terrain, tout en respectant les dispositifs de l’accord de cessez-le-feu. Par rapport à la fourniture d’armements de la Russie au Mali, le ministre n’a pas voulu s’étendre sur la question. Cependant, il a déclaré que la Russie est regardante de la situation sécuritaire dans notre pays. Et de poursuivre que la seule question à l’ordre du jour, c’est celle de la sauvegarde de l’intégrité territoriale du Mali.
À la question portant sur une solution alternative au cas où les pourparlers d’Alger n’aboutiraient pas, le Général Mahamane Touré a été formel : » L’armée est en mesure de répondre à toutes les éventualités. Elle est aujourd’hui plus forte qu’hier. Même en cas d’échec des négociations, l’armée malienne est capable de faire face à cette éventualité « .
Parlant de la reforme des FAMA, le secrétaire général, Général Mamadou Lamine Ballo, dira que cette réforme est nécessaire pour que nos armées puissent faire face aux défis du moment. Car, ajoute-t-il, notre armée était formée pour des guerres classiques (menaces extérieures). Maintenant, elle fait face à des guerres asymétriques où les menaces sont internes. Cette réforme prend en compte les difficultés liées à l’équipement, à la formation, au recrutement, à la mobilité. À l’en croire, les travaux de conception sont terminés et le projet a fait l’objet d’une large concertation. Ainsi, il a souhaité l’adoption d’une loi de programmation militaire pour rendre effective cette réforme.
Pour finir, le ministre Ba Daou dira que l’espoir est permis. Avant d’exhorter l’ensemble des Maliens à se focaliser sur la sauvegarde et la restauration de l’État.

Les autorités militaires préviennent : « l’armée malienne est capable de faire face à toute situation de rupture des négociations »

A. Diakité – Malijet – 30 Septembre 2014
C’est l’une des déclarations importantes faites ce mardi soir lors de la conférence de presse que le ministre de la Défense, Ba N’Daou, dans la salle de conférence de son département en compagnie du Chef d’Etat major général des armées, le général Mahamane Touré. Parmi les sujets abordés au cours de cette rencontre avec les hommes de médias, la réforme de l’armée malienne. Celle-ci est dans une véritable dynamique de refondation. Cette mue de la troupe se fait avec l’appui des partenaires du Mali notamment l’Union européenne laquelle a prolongé son programme de formation de l’armée malienne.
Cette formation qui se déroule à Koulikoro a déjà permis de former 4 bataillons par rapport aux menaces sécuritaires au Nord de notre pays. Autre sujet abordé, l’équipement militaire. Le ministre N’Daou a souligné que 15 marchés relatifs à l’équipement de l’armée malienne ont été annulés suite à la mission du FMI.
Mais cette annulation, a-t-il dit, n’aura pas de conséquences budgétaires fâcheuses puisque lesdits marchés n’avaient pas connu un début d’exécution ; au contraire leur annulation devrait donner une bouffée d’oxygène aux finances publiques.
L’armée malienne est-elle prête à faire face à toute situation de rupture des négociations ? Oui, a répondu le Chef d’Etat major général des armées, le général Mahamane Touré.
Pour lui, l’armée malienne est capable de faire face à toute situation en cas d’échec des négociations et elle ne sera pas seule puisqu’elle devra bénéficier de l’appui des partenaires que sont la Minusma et Barkhane conformément à leurs mandats au Mali.
Les conférenciers se sont montrés confiants et souhaitent que la presse soit un vecteur dans le rétablissement de la confiance entre l’armée et les populations.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :