Skip to content

Echos du sous sol malien

by sur 3 novembre 2014

Quelques informations sur le sous-sol malien, des suppressions de concessions au mécontentement syndical, en passant par l’Algérie qui, tout en étant médiatrice dans le conflit au Mali, s’intéresse aussi au pétrole.

Recherche minière : Le gouvernement annule une dizaine de conventions de recherches pétrolières

SOURCE: L’Indicateur du Renouveau du 2 nov 2014.
Le ministre des Mines, Dr Boubou CISSE, a informé le Conseil des Ministres du jeudi 30 Octobre 2014 de l’annulation d’une dizaine de Conventions de Concession et Partage de Production de sociétés de recherches pétrolières. Ces annulations concernent dix blocs repartis sur les bassins de Taoudéni et Gao (nord du Mali) et de Nara (ouest, région de Koulikoro) parmi lesquelles figurent trois conventions de concession et sept de partage de production.
La décision d’annuler les blocs concernés a été prise en conformité avec la Loi N° 04-037 du 2 août 2004 portant organisation de la recherche, de l’exploitation, du transport et du raffinage des hydrocarbures au Mali.
Les motifs alors requis sont, entre autres, absence de recherche sans motif justifié pendant une période d’un an, défaut de paiement des taxes et de redevances prévues par ladite loi et ses textes d’application, et des travaux de recherche entrepris en dehors du périmètre de recherche.
En application des dispositions et clauses ci-dessus citées, le gouvernement malien, à travers le ministère des Mines, vient d’annuler les conventions de concessions et de partage de production liant le pays à certaines sociétés de recherche pétrolière au Mali – dont la liste est jointe en annexe- .
Ces annulations concernent dix blocs repartis sur les bassins de Taoudéni et Gao (nord du Mali) et de Nara (ouest, région de Koulikoro).
Pour le ministre des Mines, Dr Boubou CISSE, «cette annulation contribue à assainir le cadastre pétrolier. Ainsi, les blocs annulés reviendront à l’Etat et pourront faire l’objet d’autres attributions à des sociétés ayant les capacités techniques et financières requises».
Il faut rappeler que l’une des missions confiées au ministre des Mines, Dr Boubou Cissé, par le président Ibrahim Boubacar Kéita est de mettre de l’ordre dans le secteur, notamment l’attribution et la gestion de titres miniers ainsi que les conventions de concession et/ou de partage de production.
Il y a quelques mois, le Département avait annulé de 128 titres miniers en application des dispositions de la Loi n°2012-015 du 27 février 2012 portant Code Minier en République du Mali.
Liste
1. Annulation des Conventions de Concession (trois)
– Société Petro Plus Angola Ltd portant sur le bloc 1A du bassin de Taoudéni, approuvée par le Décret n° 2011-560/P- RM du 1er Septembre 2011 ;
– Société Petro Plus Angola Ltd portant sur le bloc 1B du bassin de Taoudéni, approuvée par le Décret n° 2011-549/P- RM du 1er Septembre 2011 ;
– Société New Catalyst Capital Investments portant sur le bloc 4 du bassin de Taoudéni, approuvée par le Décret n° 2013-695/P-RM du 02 Septembre 2013.
2. Annulations des Conventions de Partage (sept)
– Société SIMBA ENERGY INC portant sur le bloc 3 du bassin de Taoudéni, approuvée par le Décret n°2011-721/P-RM du 02 novembre 20 Il.
– Société Moh Oil portant sur le bloc 5 du bassin de Taoudéni, approuvée par le décret n? 08-507/P-RM du 10 Septembre 2008.
– Société Corvus Resources Managements LTD, portant sur le bloc 6 du bassin de Taoudéni, approuvée par le décret n° 2013-623/P-RM du 25 Juillet 2013.
– Société Mali Petroleum SA portant sur le bloc 8 du bassin de Taoudéni, approuvée par le décret n° 05- 318/P-RM du 12 Juillet 2007.
– Société Mali Petroleum SA portant sur le bloc 10 du Graben de Gao, approuvée par le décret n° 05-318/P- RM du 12 Juillet 2007.
– Société Oranto Petroleum Ltd portant sur le bloc 12 du fossé de Nara, approuvée par le décret n°08- 270/P-RM du 12 Mai 2008.
– Société Afex Global Limited portant sur le bloc 13 du fossé de Nara, approuvée par le décret n°07-154/P- RM du 10 Mai 2007.

 

Société G4S : 155 personnes menacées de licenciement pour fait de grève

Seydou Coulibaly – © AFRIBONE – Le 3 Novembre 2014
La société de gardiennage G4S (Group four securitors) se propose de licencier 155 personnes parmi ses agents. Ces travailleurs qui étaient tous en service à l’ambassade des Etats unis à Bamako n’ont pour tord que d’avoir suivi un mot d’ordre de grève du comité syndical de la société qui avait appelé à une cessation de travail.

Un comité syndical de la Société avait appelé ses militants à observer une grève de 72 heures, du 4 août au 6 août 2014. Le mouvement a été prorogé d’une semaine supplémentaire, avant de se muer automatiquement en une grève illimité qui a duré jusqu’au 20 octobre dernier. Dans le milieu des travailleurs, on explique s’être arrivé à cette radicalisation du mouvement à cause du mépris de la direction à l’égard des doléances du syndicat. Il faut dire qu’à la G4S, deux comités syndicaux se répartissent le personnel de la société. Celui affilié à la Confédération nationale des travailleurs du Mali (Cstm), initiateur de la présente grève, serait le plus grand en termes de personnes affiliées. Au total, selon nos sources, 513 personnes étaient concernées par cet appel à la grève. L’Assemblée générale de lancement de ce mouvement avait réuni quelques trois cents personnes au siège de la Cstm, le lundi 4 août.
Les initiateurs de ce vaste mouvement exigent notamment une augmentation de salaire et un plan de carrière pour les travailleurs de la société. Ces doléances, explique-t-on, avaient fait l’objet d’un protocole d’accord, le 15 mars dernier, avec rétro-effet au 1er janvier. C’est l’inapplication dudit protocole par la direction de la société qui avait abouti au mouvement de grève du 4 août au 20 octobre. Un conseil d’arbitrage fait, le 7 octobre, donna « raison » aux travailleurs, selon nos ces derniers. « Nous avions décidé de suspendre la grève pour reprendre le service le 9 octobre. Mais la direction s’est opposée à la reprise du service à cette date et a proposé le 20 octobre », a indiqué Cheickna Konaté, secrétaire général adjoint du syndicat. Le hic est qu’entre le 9 et le 20 octobre, l’administration de la société prépara une notre de licenciement d’au moins 155 personnes, tous en service à l’ambassade des Etats unis. La seule explication donnée comme motif de ces licenciements est que la représentation diplomatique aurait affirmé ne « plus travailler avec des grévistes ». La direction régionale du travail, instance habilitée à concilier ces parties en conflits, a opposé un refus catégorique à cette volonté de licenciement.
« A l’évidence, il n’existe aucun lien contractuel direct entre votre partenaire [l’ambassade en question, Ndlr] et les travailleurs mis à sa disposition », a souligné, le directeur régional du travail, Houday Ag Mohamed, dans une correspondance adressé au directeur général de la société, estimant qu’il appartient à la société de déployer lesdites personnes ailleurs. Si la mesure n’est pas encore effective, il est à noter qu’à ce jour les personnes concernées n’ont pas encore repris service. D’où l’inquiétude au sein du syndicat qui menace : « Nous allons nous battre jusqu’au bout. En les licenciant, la direction de la société doit s’attendre à des conséquences », a indiqué Cheickna Konaté.
La G4S est une société internationale de droit sud africain, représentée dans plus de 140 pays. A en croire les responsables du comité syndical, une délégation de la société mère est venue encourager la représentation locale à appliquer la l’accord du 15 mars. Mieux, ajoute-t-il, l’inspection du travail également a écrit à l’administration de la G4S pour l’intimer d’appliquer ce document. Mais le statut quo demeure. La même intransigeance a conduit la structure à ignorer le mouvement de grève en cours.

Négociations avec les sociétés minières : le syndicat des mines menace de débrayer

Harber MAIGA – Le Prétoire du 3 Novembre 2014
C’est la principale information qui ressort de la conférence de presse que le syndicat des mines a tenue, le jeudi 30 octobre dernier à la bourse du travail. Il s’est dit insatisfait des résultats de leur négociation avec le gouvernement et le patronat.
La conférence était animée par le secrétaire général adjoint du syndicat, Abdoulaye Kanté qui dira qu’au sortir des négociations, aucun n’accord n’a été trouvé sur l’ensemble des 6 points de revendication de son syndicat notamment, l’application de l’élaboration des plans sociaux en cas de licenciement pour cause économique ; la reprise des activités de Wassolor ; la régularisation de la situation des travailleurs de la cimenterie de Dio ; la renonciation par la société Somika de Kalana des licenciements en cours ; l’application des accords de 2010 par rapport à la prime de découverte et la régie spéciale de recherche.
Selon le syndicaliste, le constat est très amer aujourd’hui, car le gouvernement et le patronat refusent d’ouvrir des négociations alors qu’il y a tous les jours des licenciements sans mesures d’accompagnement.
Abdoulaye Kanté estime que si le ministre Boubou refuse de les écouter, une autre personne le fera à sa place. Pour lui, le combat va continuer jusqu’à ce qu’ils aient satisfaction. C’est ainsi qu’il annonce un arrêt de travail pour aujourd’hui lundi et demain mardi si rien n’est fait.
Comme autres actions de protestation, le syndicaliste annonce la tenue d’assemblées générales dans tous les services concernés. Il est formel que le gouvernement tout comme le patronat sont de mauvaise foi.
Le trésorier général du syndicat, Mamadou Diakité, ajoutera que dans certains services tels que l’Aurep et Wassolor, les travailleurs sont à plusieurs mois d’arriérés de salaires, et le ministre a la solution mais refuse de s’exécuter. Cela est inhumain de sa part. Il conclut que les sociétés minières se comportent comme des esclavagistes en complicité avec le gouvernement qui ne fait rien pour défendre les travailleurs.

Exploration d’hydrocarbures : Sonatrach veut reprendre ses activités au Nord Mali

Karam Kara-Békir – vendredi 24 octobre 2014 11:07
La compagnie nationale d’hydrocarbures Sonatrach a pris contact avec la Direction générale de l’Autorité pour la promotion de la Recherche Pétrolière au Mali (Aurep) pour reprendre son forage exploratoire au Nord Mali.
« En juillet dernier, dès qu’il a été décidé que les pourparlers entre les groupes rebelles du nord et les autorités maliennes auraient lieu à Alger, la Sonatrach a pris contact avec moi », a déclaré au journal Mondafrique, le directeur général de l’Aurep, Lamine Alexis Dembélé. « Ils souhaitaient vérifier que leur permis était toujours valable et ont affirmé que dès qu’un accord de paix sera signé, ils entreprendront un forage exploratoire. », a-t-il ajouté.
La société pétrolière algérienne engagée dans le bassin de Toudenni, à la frontière algérienne, à travers un contrat de recherche et d’exploration s’était retirée en 2012 après les combats qui ont éclatés dans la région Nord, suivis par l’enlèvement du corps diplomatique de l’Algérie à Gao et l’intervention militaire française. A présent, l’Algérie compte reprendre la main dans la région et « contrer toute velléité marocaine ». « Ils voulaient être rassurés sur nos intentions », a précisé la source de Mondafrique.
L’Algérie parraine le dialogue politique
L’Algérie parraine le dialogue inter-malien pour un retour à la paix dans la région après deux années de violences qui failli disloquer le pays. Un possible retour à la paix garantirait la reprise des activités de la Sonatrach dans le plus important bassin sédimentaire du Mali.
Le sous-sol malien largement inexploré renferme cinq bassins au potentiel pétrolifère : le bassin de Taoudeni au nord, le fossé de Gao, le bassin de Iullemeden, de Tasmena, à l’est et le fossé de Nara au centre. Le bassin de Taoudeni sur lequel s’est engagée Sonatrach est celui qui présente le plus grand potentiel pétrolifère. Ce bassin possède une géologie proche de celle du bassin d’Illizi en Algérie.

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :