Skip to content

L’Algérie et le pétrole malien

by sur 4 novembre 2014

La célèbre phrase, tantôt attribuée à Churchill, tantôt à De Gaulle : « les pays n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts » se vérifierait-elle (aussi) pour l’Algérie ?

Celle-ci, désormais débarrassée d’un des médiateurs (Blaise Compaoré, président du Burkina Faso,  imposé par la CéDéAO), voit son rôle renforcé dans le processus d’Alger dont les rencontres doivent reprendre ce mois-ci.

Et, sans attendre les résultats de sa médiation dans le conflit inter-malien, elle se positionne au Nord du Mali pour  prospecter à nouveau certains gisements prometteurs.

Cela n’est pas non plus étranger au fait que l’Algérie ne souhaite pas de forces militaires étrangères au sud de sa frontière…

Sonatrach attend un accord de paix pour reprendre l’exploration pétrolière dans le nord Mali

(Agence Ecofin) – lundi, 27 octobre 2014 16:23

Pétrole malien TaoudenitCarte Isis(Agence Ecofin) –

Le groupe public algérien Sonatrach se prépare à reprendre ses activités d’exploration dans le bassin de Taoudeni dans le nord du Mali, dès que Bamako aura signé un accord de paix avec les forces rebelles occupant le nord du pays.
Il aurait pris contact, à cet effet, avec l’Autorité pour la promotion de la Recherche Pétrolière au Mali (Aurep), à un moment où les autorités maliennes ont décidé d’entamer des pourparlers avec les groupes rebelles, apprend-on. « La Sonatrach a pris contact avec moi », a confié au journal MondAfrique, le directeur général de l’Aurep, Lamine Alexis Dembélé.
Selon M. Dembélé, il s’était agi pour le groupe public algérien de vérifier si ses permis décrochés sur le potentiel d’hydrocarbures de cette partie du Mali, aux mains des forces rebelles, étaient « toujours valables ». Occasion saisie par la Sonatrach pour affirmer qu’elle entreprendra un forage exploratoire, « dès qu’un accord de paix sera signé», a-t-il ajouté.
Le sous-sol malien renferme cinq bassins ayant révélé un potentiel pétrolifère intéressant : le bassin Taoudeni au nord, le fossé de Gao, le bassin de Iullemeden, de Tasmena à l’est et le fossé de Nara au centre.

Exploration d’hydrocarbures : Sonatrach veut reprendre ses activités au Nord Mali

Karam Kara-Békir – vendredi 24 octobre 2014 11:07  Ptréole à TaoudenitLe bassin de Taoudeni présente le plus grand potentiel pétrolifère du Mali (dr.)

La compagnie nationale d’hydrocarbures Sonatrach a pris contact avec la Direction générale de l’Autorité pour la promotion de la Recherche Pétrolière au Mali (Aurep) pour reprendre son forage exploratoire au Nord Mali.
« En juillet dernier, dès qu’il a été décidé que les pourparlers entre les groupes rebelles du nord et les autorités maliennes auraient lieu à Alger, la Sonatrach a pris contact avec moi », a déclaré au journal Mondafrique, le directeur général de l’Aurep, Lamine Alexis Dembélé. « Ils souhaitaient vérifier que leur permis était toujours valable et ont affirmé que dès qu’un accord de paix sera signé, ils entreprendront un forage exploratoire. », a-t-il ajouté.
La société pétrolière algérienne engagée dans le bassin de Toudenni, à la frontière algérienne, à travers un contrat de recherche et d’exploration s’était retirée en 2012 après les combats qui ont éclatés dans la région Nord, suivis par l’enlèvement du corps diplomatique de l’Algérie à Gao et l’intervention militaire française. A présent, l’Algérie compte reprendre la main dans la région et « contrer toute velléité marocaine ». « Ils voulaient être rassurés sur nos intentions », a précisé la source de Mondafrique.
L’Algérie parraine le dialogue politique
L’Algérie parraine le dialogue inter-malien pour un retour à la paix dans la région après deux années de violences qui failli disloquer le pays. Un possible retour à la paix garantirait la reprise des activités de la Sonatrach dans le plus important bassin sédimentaire du Mali.
Le sous-sol malien largement inexploré renferme cinq bassins au potentiel pétrolifère : le bassin de Taoudeni au nord, le fossé de Gao, le bassin de Iullemeden, de Tasmena, à l’est et le fossé de Nara au centre. Le bassin de Taoudeni sur lequel s’est engagée Sonatrach est celui qui présente le plus grand potentiel pétrolifère. Ce bassin possède une géologie proche de celle du bassin d’Illizi en Algérie.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :