Skip to content

Négociations d’Alger : le spectre d’un report

by sur 7 janvier 2015

Ce n’est pas la première fois que nous évoquons ici la possibilité d’un  report du rendez-vous qui avait été fixé  pour le quatrième round des négociations à la mi-janvier à Alger.

Tout pousse pourtant à ce que l’accord soit signé rapidement, car ensuite il faudra le « mettre en musique sur le terrain »: la communauté internationale, la situation des Maliennes et des Maliens qui souffrent, l’organisation des élections locales toujours prévues pour la mi-avril ouvrant la voie à la décentralisation.

Il est d’ailleurs notable que le très discret archevêque de Bamako, Mgr Jean Zerbo, ait fait une allusion directe aux négociations « qui durent depuis trop longtemps » dans ses voeux au pays.

Négociations d’Alger : Le spectre d’un report ?

Le Journal du Mali – Par Moussa CAMARA – 06/01/2015

Annoncées pour ce mois de janvier, les négociations d’Alger pourraient être reportées éventuellement en février à cause des derniers développements de l’actualité.

La reprise des négociations inter-maliennes sont censées reprendre ce mois de janvier. Pour cette phase cruciale, L’on parle tantôt de la première semaine de janvier, tantôt de la mi-janvier.

Au moment où l’on boucle la première semaine du mois de janvier, aucune date précise ne filtre sur la reprise tant attendue des pourparlers ni du côté du ministère des Affaires étrangères, ni du côté des groupes armés encore moins de la médiation internationale.

Au regard des derniers développements de l’actualité surtout au nord du pays, des Maliens ont du mal à cacher leur pessimisme quant à la reprise des pourparlers en janvier.

Report de circonstance 

Selon certaines indiscrétions, les groupes armés, notamment ceux de la coordination, demanderaient purement et simplement un report pour le mois de février. Cette demande de report serait liée au décès de l’Aménokal, Intallah Ag Attaher. Les membres veulent encore régler certains détails avant de retourner dans la capitale algérienne. Le malaise latent perceptible né suite à la désignation du nouvel Aménokal, Mohamed Ag Intallah, favorable à l’unité du Mali contrairement à une autre frange des touageg, ne serait pas étranger à cette donne.

Les attaques et affrontements à répétitions auxquels on assiste ces derniers jours dans le nord du Mali sont, selon certains observateurs, de nature à hypothéquer la reprise des pourparlers. L’attaque meurtrière d’hier à Nampala dans la région de Ségou est venue en rajouter à cette situation déjà inquiétante.

Pourtant certains minimisent la portée de ces événements. « Les attaques et affrontements sont l’œuvre des personnes malintentionnées qui veulent torpiller le processus de négociation en cours.

Mais l’Etat doit rester vigilant et se concentrer sur l’essentiel », affirme un membre dissident des mouvements de la de la coordination. Selon un membre des mouvements de la plateforme, ni le décès de l’Aménokal, ni les attaques et affrontements ne sauraient constituer un obstacle au processus. Car, explique-t-il, la France a déjà fixé le cap et verrouillé le cadre.

Une thèse plausible si l’on en croit l’information relative à un meeting du leader du Mouvement national de libération de l’Azawad(MNLA), Bilal Ag Chérif, tenu le vendredi dernier à Ber. Selon des sources militaires, il a indiqué au cours de ce meeting qu’un accord sera signé et appelé les populations à créer les conditions d’un retour de l’Administration malienne au nord du pays.

Un accord à tout prix ? 

En tout cas, la médiation internationale ne voudrait pas que les négociations s’enlisent surtout l’Algérie qui préside la médiation. Le pays veut vite finir avec ce dossier malien pour véritablement fait face à ces agendas personnels.

En effet l’Algérie doit régler son problème politique avec la problématique de la succession d’Abdel Aziz Bouteflika d’une part. D’autre part, elle doit faire face aux conséquences de la chute du prix du pétrole. C’est dire que le pays de Bouteflika est bien favorable à la signature d’un préaccord entre les protagonistes de la crise malienne dans les tout prochains jours.

Cependant certains membres de la médiation internationale ne trouvent pas cette option assez réaliste tant les lignes n’ont pas véritablement bougé entre la phase d’octobre et celle de novembre où des documents ont été remis par la médiation aux différentes parties. En effet le mémorandum proposé par le Mali pour la phase de novembre n’a été que parcimonieusement pris en compte par la médiation. Et le gouvernement compte bien lever certaines ambiguïtés comme la notion des régions intégrées, comme indiqué par le ministre Hamadoun Konaté lors d’une conférence de presse, avant de signer tout document au risque de se mettre sur le dos l’opinion nationale qui émet assez de réserves sur le projet d’accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

 Edito : Fin du cessez-le-feu

Le Journal du Mali – Par MDD – 06/01/2015

Comme à chaque fois que s’annoncent les pourparlers de paix, des éléments rebelles ou djihadistes s’activent à faire du nord un nouveau foyer de tension…

Bamba, une localité du cercle de Bourem, où des éléments armés ont perturbé la quiétude des populations par des actes de banditisme, il y une dizaine de jours. L’axe Ansongo-Ménaka, où un engin explosif a explosé lors du passage d’un véhicule transportant des troupes du contingent du Niger de la Minusma dans la région de Gao le dimanche 4 janvier 2015. Cette dernière attaque a fait six blessés, dont trois avec des blessures graves.

Il faut aussi mentionner les cibles vivantes que représentent désormais les autorités locales, comme si la mort de l’Aménokal de Kidal en fin d’année dernière avait fait sauter tous les verrous d’apaisement. Ainsi a t’on appris la mort du maire d’Amderaboukane Ayroudeni Ag Hamatou tombé dans un piège. Un acte qu’a vivement condamné le gouvernement du Mali.

Alors qu’il s’acheminait de Ménaka vers sa commune, le véhicule du maire est tombé jeudi 1er janvier dans une embuscade d’hommes armés supposés être du Mouvement pour l’unité et le jihad en Afrique de l’ouest (MUJAO, le groupe islamiste qui a occupé Gao en 2012).

Elle lui coûtera la vie ainsi qu’à l’un de ses neveux. Face à tout cela, la Mission de l’ONU au Mali (MINUSMA) a dénoncé une recrudescence de violences dans les régions de Gao et Tombouctou et exprimé son inquiétude face à cette évolution dans le nord du Mali. Du reste, il n’y a toujours pas de date précise quant à la reprise des négociations inter-maliennes de paix. Qui semblent-ils risquent de ne reprendre qu’à la fin Janvier. D’ici là, ne faut-il pas craindre une multiplication des attaques qui ont déjà mis à mal le fragile cessez-le-feu ?

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :