Skip to content

Après les exécutions à Charlie Hebdo

by sur 8 janvier 2015

Mis à jour le 9 janvier à 11h

On sait désormais que, plus qu’un attentat, c’est une exécution qu’ont programmé les tueurs islamistes ; ils l’ont crié, ils l’ont prouvé : en exécutant ses « piliers », c’est bien Charlie Hebdo qu’ils voulaient tuer. C’est à dire la liberté d’expression, la liberté de la presse, la liberté de penser différemment, la liberté de créer : tout ce que les fondamentalismes exècrent.

La seule réaction pour les contrer, pour éviter les amalgames, pour lutter contre les communautarismes de tout poil et les replis identitaires, c’est de se ressouder autour des valeurs de la République : Liberté, Egalité, Fraternité.

« Charlie Hebdo » : « Horrible », « tragique », « odieux »… Ce que les dirigeants africains ont déclaré

Jeune Afrique – 08/01/2015 à 12:20 Par Mathieu Olivier – Mis à jour à 18h38.

Après l’attaque contre le journal « Charlie Hebdo » à Paris mercredi, qui a fait douze morts, les soutiens internationaux se sont multipliés, notamment depuis l’Afrique. Les chefs d’État du continent, en première ligne dans la lutte contre l’extrémisme et l’islamisme radical, ont assuré le peuple français de leur soutien.

Ce sont des messages de solidarité qui sont parvenus, au fil de la journée et de la soirée du 7 janvier, au président et au peuple français depuis l’Afrique.

Beaucoup de chefs d’État ont ainsi réaffirmé leur engagement, aux côtés de la France, dans la lutte contre le terrorisme et l’islamisme. Des paroles de soutien et de condoléances provenant de pays qui sont ou ont été touchés par la barbarie terroriste.

  • « Le gouvernement du Malia appris avec consternation l’attentat terroriste perpétré contre le journal Charlie Hebdo (…) qui a causé la mort de 12 personnes et blessé plusieurs autres. (Il) condamne fermement cette attaque contre la démocratie et la liberté », a fait savoir le président Ibrahim Boubacar Keïta, dans un communiqué.

« Au nom du président malien Ibrahim Boubacar Keïta et en son nom, il adresse « aux familles des disparus, au président et au gouvernement français, ainsi qu’à l’ensemble de la Nation française ses condoléances les plus attristées et (forme) des voeux pour les blessés », précise le document. Celui-ci ajoute que le Mali « réaffirme sa solidarité et son engagement résolu aux côtés de la France et de l’ensemble des Nations démocrates qui luttent contre le terrorisme, pour la liberté et le respect des droits de l’Homme ».

  • Idriss Déby Itno, chef de l’État tchadien, a également fait part de sa profonde « consternation ». « En cette circonstance particulièrement douloureuse pour vous-même, pour le gouvernement français, ainsi que pour les familles des victimes, voudrais-je vous adresser au nom du peuple tchadien, du gouvernement et en mon nom propre, mes condoléances les plus attristées », écrit le président tchadien.
  • Le président de la République du Niger Mahamadou Issoufoucondamne avec la dernière énergie ce crime odieux visant ce que la France a de plus cher, à savoir la Liberté. Le président de la République exprime ses condoléances émues au Président François Hollande et au peuple français et les assure de la solidarité et du soutien du peuple du Niger dans cette douloureuse épreuve. Ce crime lâche et barbare est aux antipodes des valeurs de la religion musulmane et ceux qui l’ont accompli sont les pires ennemis de l’islam.
  • Le chef de l’État sénégalais Macky Salla quant à lui « condamné cet acte criminel ayant occasionné des pertes en vies humaines et des blessés graves », selon un communiqué diffusé par la présidence sénégalaise mercredi soir. Le président, qui s’exprimait lors du conseil des ministres hebdomadaire à Dakar, « a présenté ses sincères condoléances au président François Hollande, au gouvernement français, aux familles des victimes ».

Il a aussi « exprimé la solidarité du gouvernement sénégalais au peuple français, tout en réaffirmant l’engagement du Sénégal dans la lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme sous toutes ses formes ».

  • « C’est avec une profonde consternation et une réelle affliction que j’ai appris l’horrible attentat injustifié contre le siège du journal « Charlie Hebdo », occasionnant d’importantes pertes en vie humaine et de nombreux blessés », écrit de son côtéle président ivoirien Alassane Ouattara dans un télégramme officiel adressé à François Hollande.

« En cette douloureuse circonstance », ajoute-t-il, « le peuple et le gouvernement ivoirien se joignent à moi pour condamner avec la plus grande fermeté cet acte odieux et adresser à votre excellence et aux familles éplorées nos sincères condoléances ainsi que nos vœux de prompt rétablissement aux blessés ».

  • Le chef de l’État  togolais, Faure Gnassingbé, n’a pas caché sa « vive indignation » et sa « profonde consternation ». « Le tragique attentat de ce jour touche à un symbole de la liberté d’expression dont la défense a toujours été au cœur de l’humanisme et des valeurs universelles chères à la France. Il rappelle combien notre commune adhésion à une lutte sans merci contre l’hydre du terrorisme doit être sans cesse renouvelé et renforcé pour le triomphe d’un monde paix, de liberté et de tolérance », souligne le message.
  • Pour le président gabonais Ali Bongo Ondimba, les auteurs de l’attentat « ont trahi l’islam ». « Ceux qui ont commis cet attentat ont trahi l’Islam, déshonoré le prophète Mohamed et tourné le dos à Dieu. Tout le contraire de ce qu’ils prétendent défendre », estime-t-il, parlant « d’acte odieux que rien ne peut justifier ».
  • Le Premier ministre centrafricain Mahamat Kamouna condamné « l’attaque ignoble de Charlie Hebdo ». « C’est un acte de barbarie qui déshumanise leurs auteurs », a-t-il ajouté.
  • Le gouvernement de la RDCa quant à lui « appris avec la plus grande consternation l’attaque sauvage dont la rédaction de Charlie Hebdo a été victime ». « Nous déplorons et regrettons sincèrement la disparition des Cabu, Charb, Honoré, Tignous et Wolinski, ces figures de proue de la liberté d’expression que nous avons appris à connaître depuis de longues années », ajoute le communiqué. Et de conclure : « Le gouvernement de la RDC considère les journalistes de Charlie Hebdo tombés sous les balles des ennemis de la liberté et de la démocratie comme des soldats, et donc des héros morts au front de cette guerre qui demeure plus que jamais d’actualité ».
  • « C’est dans l’effroi et la consternation que j’ai appris l’attentat criminel qui a visé le journal français », déclarele président djiboutien Ismaël Omar Guelleh, dans un communiqué. « Le Peuple et le Gouvernement de Djibouti se joignent naturellement à moi pour témoigner aussi leur solidarité et compassion à la nation amie française », continue-t-il. Et d’ajouter : « Cette attaque menée avec des armes contre des civils sur leur lieu de travail constitue ce qu’il y a de plus inadmissible et leurs auteurs sont à nos yeux au service d’idéaux exécrables ».
  • Le président algérien Abdelaziz Bouteflikacondamne l’attentat contre Charlie Hebdo, dans un message de condoléances adressé à son homologue français. Le peuple algérien « a souffert pendant deux longues années des effets du terrorisme pour mesurer à sa juste valeur la douleur du peuple français ami », a-t-il dit, exprimant « sa solidarité avec lui ».

« L’acte terroriste perpétré aujourd’hui contre le siège parisien d’un organe de la presse écrite française est condamnable quelles que soient les motivations de ses auteurs », a dit le ministère algérien des Affaires étrangères dans un communiqué.

  • La Primature tunisiennea vigoureusement condamné l’attentat qu’il a qualifié de « terroriste, lâche », exprimant sa « solidarité avec le peuple français ». Le gouvernement tunisien a quant à lui renouvelé l’appel à la communauté internationale pour davantage de coordination et de coopération pour faire face au terrorisme qui vise la sécurité et la stabilité dans le monde.
  • Le souverain marocain Mohamed VIaffirme quant à lui avoir appris avec « une profonde émotion la triste nouvelle du lâche attentat terroriste perpétré contre le siège de l’hebdomadaire ». Il a aussi condamné « fermement cet acte haineux ». Le roi a ainsi adressé au président français, ainsi qu’aux familles des victimes et au peuple français ami, « ses condoléances les plus attristées et ses souhaits de prompt rétablissement aux blessés ».
  • De son côté, le gouvernement égyptiena condamné cette « attaque terroriste » par la voix du ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri, ajoutant que « l’Égypte est aux côtés de la France face au terrorisme qui nécessite un effort international conjoint pour y mettre fin ».
  • « Fidèle à son engagement dans la lutte contre le terrorisme et son attachement aux valeurs  humaines, la Mauritanie condamne fermement l’attentat terroriste perpétré aujourd’hui à Paris provoquant des morts et des blessés », a fait savoirle gouvernement mauritanien. « En cette douloureuse occasion, le gouvernement présente ses condoléances aux autorités et au peuple français, ainsi qu’aux familles des victimes », souligne la déclaration.
  • Nkosazana Dlamini Zuma, présidente de la Commission de l’Union africaine, a condamné l’attaque. « Cet acte de terrorisme, comme tous ceux qui continuent d’être perpétrés sur la planète, doit être condamné et combattu avec la plus grande énergie par la communauté internationale », a-t-elle déclaré.

Attentat contre Charlie Hebdo : Les Maliens sont choqués

Par Moussa MAGASSA, Célia d’ALMEIDA – 08/01/2015

Le gouvernement a condamné l’attaque meurtrière du journal satirique Charlie hebdo. Dans la rue, même si beaucoup n’épousaient pas l’humour du journal, tous disent non à la barbarie de cet acte.

Plusieurs officiels maliens se sont exprimés dans le courant de l’après-midi. Ainsi, pour le ministre des Affaires Etrangères Abdoulaye Diop : On peut aimer ou pas Charlie Hebdo mais aucune religion n’autorise d’aucune façon une personne à ôter la vie à son prochain. Ce qui s’est passé ce matin au cœur de Paris est la preuve, s’il en fallait encore, que le terrorisme peut frapper n’importe où et n’importe qui. De tout cœur avec les familles endeuillées des journalistes qui ont perdu la vie dans cette terrible fusillade.

Ignace Brissi, opérateur économique : Des innocents ont été tués, des journalistes et des policiers, c’est malheureux. Le mal est fait et il est important de trouver une solution afin que cela ne se répète plus. Cette situation est quelque part la conséquence de la position de la France dans les conflits dans le monde. Je propose que la France revoie sa politique étrangère, parce que c’est cette politique qui est certainement est à la base de ces frustrations et de tous ces morts aujourd’hui.

Sidi Touré, gérant de cyber café : D’abord il faut fait la différence entre l’islam et le djhad parce que ces individus cagoulés ne sont nullement des musulmans. Et cette attaque est lâche, barbare, cruelle et inhumaine !

Filani Sidibé : Cette attaque est une tentative d’entraver ou entamer la liberté d’expression même si je ne partage pas les opinions de Charlie Hebdo. C’est un acte terroriste condamnable. Le 4e pouvoir doit être protégé. Comme l’a dit un philosophe dont je ne me rappelle pas le nom  » je ne suis pas d accord avec ce que vous dites mais je me battrais pour que vous puissiez le dire ». Ces gens sont des sauvages, il faut les traquer et les faire payer! C est un acte odieux.

Abba Diallo, administrateur de société : Je crois que c’est la folie de vouloir s’en prendre aux innocents qui n’ont rien à voir avec la politique internationale de leur pays. Nous devons respecter la liberté de presse partout dans le monde.

Pas tous, pourtant…

Pour Etienne Fakaba Sissoko, observateur bien connu de la scène politique malienne et internationale, cette attaque n’est pourtant pas si surprenante. « Autant l’extrémisme religieux sous toutes ses formes doit être combattu, autant on doit combattre ceux qui font de la xénophobie et de l’islamophobie une stratégie marketing. Maintenant vous savez qu’un crayon est aussi dangereux qu’une kalasnikov, affirme-t-il. Oui la vie humaine est sacrée mais je ne peux pas compatir. Oui à la liberté d’expression…mais lorsque nos écrits et dessins heurtent des confessions religieuses et des individus au plus profond de leur sensibilité on doit avoir le sens de l’autocensure. Non on ne peut pas et on ne doit pas rire de tout. Charlie hebdo n’avait pas de limites. Je ne suis pas Charlie, je ne me réjouis pas, je suis simplement indifférent ».

Sensiblement du même avis, Traoré Modibo, entrepreneur : « Je n’approuve pas ce qui s’est passé. Mais il faut dire aussi que les caricatures du journal ont touché beaucoup de monde. Les journalistes doivent faire attention à ne pas, au nom de la liberté de la presse, blesser leurs lecteurs. Quand il s’agit de la religion (Islam) ou de son prophète, aucun musulman ne prend cela à la légère ».

 

Attaque de Charlie Hebdo : ce que l’on sait des présumés tireurs

08/01/2015 à 09:21 Par Trésor Kibangula – Jeune Afrique

Cherif et Saïd Kouachi

 

Photos, diffusées par la police à Paris, des suspects Cherif et son frère Saïd Kouachi. © DR

La police française a diffusé dans la nuit de mercredi à jeudi un appel à témoins avec les photos des deux présumés auteurs de l’attaque qui a fait 12 morts et plusieurs blessés au siège du journal « Charlie Hebdo » à Paris. Que sait-on, à ce stade, des enquêtes en cours ?

Retour sur les faits

C’est l’attaque la plus meurtrière en France depuis 1961. Mercredi 7 janvier, vers 11 heures 30, deux hommes cagoulés et lourdement armés ont attaqué le siège de la rédaction de Charlie Hebdo, rue Nicolas Appert, dans le 11e arrondissement de Paris. Mais selon le ministère français de l’Intérieur, un troisième « criminel » est également impliqué dans l’attaque.

Les assaillants ont d’abord froidement tiré sur le chargé d’accueil du journal avant de faire feu sur les personnes qui participaient à la conférence de rédaction au deuxième étage de l’immeuble.

Au total, 12 personnes ont été tuées dont deux policiers de l’équipe qui assurait la protection des locaux de Charlie Hebdo. Parmi les victimes, on compte également les dessinateurs Charb, Cabu, Wolinski, Tignous, Honoré et le journaliste Bernard Maris, des figures emblématiques de l’hebdomadaire satirique français. Un « acte d’une exceptionnelle barbarie », a déclaré François Hollande qui s’était rendu au siège du journal après l’attaque, promettant de tout mettre en œuvre pour traquer et traduire les terroristes en justice.

Qui sont ces « terroristes »

Dans la nuit du mercredi à jeudi, la police a révélé l’identité de deux frères, auteurs présumés de l’attentat contre Charlie Hebdo. Il s’agit de Chérif et de Said Kouachi, respectivement âgés de 32 et 34 ans. Le premier, connu des services de renseignement, avait été condamné en 2008 pour avoir participé à une filière d’envoi de combattants en Irak. Les deux suspects, nés à Paris, sont de la nationalité française.

Ils sont « susceptibles d’être armés et dangereux », prévient la Préfecture de police dans son appel à témoins.

A l’Élysée, la « révolte » des religions face au terrorisme

Nicolas Senèze et Loup Besmond de Senneville – 7/1/15 – 20 H 12

Mercredi soir 7 janvier, la traditionnelle cérémonie des vœux des autorités religieuses au président de la République a été marquée par l’attentat perpétré le matin même à la rédaction de Charlie Hebdo, causant la mort d’au moins 12 personnes.

Entouré par ses homologues, réunis en bas du perron, le visage grave, le pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France (FPF) a lu une déclaration commune exprimant la « révolte » des représentants religieux français face à « cet acte odieux (…) qui ne peut avoir aucune justification, dans aucune religion, quelle qu’elle soit ».

Les responsables religieux français ont été reçus par François Hollande, mercredi 7 janvier à l’Élisée, pour la traditionnelle cérémonie de vœux. Entouré par ses homologues, réunis en bas du perron, le visage grave, le pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France (FPF) a lu une déclaration commune exprimant la « révolte » des représentants religieux français face à « cet acte odieux (…) qui ne peut avoir aucune justification, dans aucune religion, quelle qu’elle soit ».

 « SOLIDARITÉ AVEC LA PRESSE ET LES FORCES DE POLICE »

« Nous voulons exprimer notre plus vive émotion et surtout notre affection et notre solidarité envers les victimes, leurs familles, leurs proches et leurs amis », a-t-il ajouté, à l’égard de la rédaction de ce journal qui n’a jamais été tendre envers les responsables religieux.

« Ce n’était pas vraiment des vœux mais l’occasion d’exprimer notre solidarité avec la presse et les forces de police », a affirmé Joël Mergui, le président du consistoire central israélite de France. De fait, la totalité de leur entretien, qui a duré environ une heure, a porté sur l’attentat perpétré à la rédaction de Charlie Hebdo, causant la mort d’au moins 12 personnes.

MGR PONTIER : « LE DRAME DE L’IGNORANCE »

Le président de la Conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier, a souligné l’attente de François Hollande vis-à-vis des religions : « Nous lui avons expliqué que nous étions conscients de nos responsabilités ». Il a déploré « le drame de l’ignorance » mutuelle. « Il y a tout un travail de formation à faire, de connaissance réciproque », a-t-il ajouté.

« Le président nous a dit qu’il fallait continuer à espérer. Il nous a enjoint à ne pas baisser les bras », a également souligné le grand rabbin de France, Haïm Korsia. Le responsable juif a cité l’épisode de l’Exode dans lequel Moïse est soutenu par son frère et son beau-frère, « qui lui soutiennent les bras » : « De même, il faut que dans notre société, quand l’un est faible, quand l’un est attaqué, un autre vienne et lui porte les bras. C’est un enjeu majeur. »

UNE DÉCLARATION COMMUNE JEUDI 8 JANVIER

Les responsables religieux se retrouveront jeudi 8 janvier pour élaborer « une déclaration commune plus élaborée » et « faire des propositions ». De même, Dalil Boubakeur, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) et recteur de la grande mosquée de Paris a annoncé que l’ensemble des représentants musulmans de France se réuniront aussi jeudi « pour définir une position commune ».

LE PAPE FRANÇOIS CONDAMNE AVEC LA « PLUS GRANDE FERMETÉ »

A Rome, le pape François a lui aussi, mercredi 7 janvier en fin d’après-midi, condamné avec la « plus grande fermeté » l’« horrible attentat » perpétré contre le journal Charlie Hebdo à Paris, a déclaré son porte-parole le Père Federico Lombardi : « Le Saint Père exprime la plus ferme condamnation pour l’horrible attentat qui a endeuillé ce matin la ville de Paris », a-t-il indiqué le porte-parole du Vatican, dans un communiqué.

 

 

Attaque de Charlie Hebdo : les condamnations internationales se multiplient

07/01/2015 à 16:02 Par Jeune Afrique – Mis à jour à 18h10

Les condamnations de l’attaque perpétrée contre la rédaction de Charlie Hebdo à Paris mercredi se multiplient dans le monde. L’attentat terroriste a fait au moins douze morts, dont quatre dessinateurs vedettes du journal et deux policiers.

Alors que trois hommes armés ont attaqué mercredi la rédaction de Charlie Hebdo à Paris faisant au moins douze victimes, la communauté internationale a unanimement réagi, dénonçant un acte de barbarie.

  • La Maison Blanchea condamné dans les termes les plus forts l’attentat, le président Barack Obama dénonçant une « fusillade terrifiante ». « Toute la Maison Blanche est solidaire des familles de ceux qui ont été tués ou blessés dans cette attaque », a déclaré Josh Earnest, porte-parole du président américain Barack Obama, sur la chaîne MSNBC. « De hauts responsables de la Maison Blanche sont en contact étroit avec leurs homologues français (…). Les États-Unis sont prêts à collaborer avec les Français pour les aider à mener l’enquête », a-t-il ajouté.
  • Le président russe, Vladimir Poutine, a dénoncé le terrorisme sous toutes ses formes après l’attentat qui a fait 12 morts à Paris mercredi, selon son porte-parole cité par l’agence de presse Tass. « La Russie condamne fermement le terrorisme sous toutes ses formes », a déclaré le porte-parole, Dmitri Peskov. « Nous sommes convaincus à Moscou que rien ne peut justifier des actes terroristes », a-t-il ajouté, cité par Tass. « Le président russe présente ses condoléances aux proches des victimes, ainsi qu’aux Parisiens et à tous les Français », a ajouté le porte-parole selon la même source. « Nous avons la conviction que la lutte contre le terrorisme est impossible sans coopération multilatérale », a encore déclaré le porte-parole de Vladimir Poutine, dont les relations avec ses homologues occidentaux sont au plus bas.
  • Le Premier ministre britannique David Camerona également exprimé sa solidarité avec la France. « Les meurtres commis à Paris sont révoltants. Nous nous tenons aux côtés du peuple français dans le combat contre le terrorisme et pour la défense de la liberté de la presse », a déclaré M. Cameron sur son compte Twitter.
  • La chancelière allemande Angela Merkelévoque un « acte abominable » qui « n’est pas seulement une attaque contre la vie des citoyens français et la sécurité intérieure de la France », a déclaré la chancelière Angela Merkel dans un message de condoléances adressé à François Hollande en début d’après-midi. « Il représente aussi une attaque que rien ne peut justifier contre la liberté d’opinion et de la presse qui est un élément essentiel de notre culture de liberté et de démocratie ». « Les proches de victimes, mais aussi les journalistes, les écrivains, les artistes, qui se battent pour la liberté d’expression, ont besoin de toute notre solidarité », a ajouté le vice-chancelier Sigmar Gabriel, évoquant une attaque « contre notre société ouverte ».
  • L’Union européennea condamné cet attentat par la voix de Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne. Celui-ci s’est dit « choqué par l’attaque brutale et inhumaine qui a frappé les locaux de Charlie Hebdo ». « C’est un acte intolérable qui nous interpelle tous en tant qu’êtres humaines et Européens », a-t-il ajouté dans un communiqué.
  • Le Canadas’est quant à lui dit « horrifié par un acte terroriste barbare ».
  • La Ligue arabe et l’université Al-Azharont également condamné l’attaque contre Charlie Hebdo. Al-Azhar a déploré une attaque « criminelle », soulignant que « l’islam dénonce toute violence », tandis que l’institution panarabe, également basée au Caire, a condanné « avec force cette attaque terroriste ».
  • Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moons’est dit consterné par l’attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo, qualifié d’attaque contre la liberté d’expression et la liberté de la presse, deux piliers de la démocratie. « Cette attaque vise à diviser, nous ne devons pas tomber dans ce piège, a souligné M. Ban, qui s’exprimait en français devant la presse au siège de l’ONU. « C’est le moment de montrer notre solidarité », a-t-il ajouté en anglais. « Partout dans le monde, nous devons soutenir fermement la liberté d’expression et la tolérance et nous opposer aux forces de la division et de la haine ».

Côté africain, les réactions sont pour l’heure moins nombreuses.

  • « Le Togocondamne dans les termes les plus forts l’attaque terroriste à Paris », a fait savoir sur Twitter le président Faure Gnassingbé.
  • En Côte d’Ivoire, le ministre Alain Lobognon s’est dit « attristé et peiné par l’assassinat des journalistes ». Le président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, a quant à lui déclaré être « horrifié par cet acte terroriste barbare commis en France ». « Je m’incline devant la mémoire des martyrs de l’info décalée. Prions pour la Paix et la Réconciliation partout dans le monde », a-t-il ajouté.
  • En Tunisie, « le parti Ennahdha est horrifié et indigné par l’acte lâche et criminel ayant visé les journalistes et le personnel de #Charlie_Hebdo ce matin, mercredi 7 janvier 2014 », a fait savoir la formation politique. « Nous condamnons avec la plus grande fermeté ces actes terroristes, leurs auteurs, leurs instigateurs et tous ceux qui les soutiennent. Nous exprimons notre parfaite et entière solidarité avec les victimes, leurs familles, et tout le peuple français ami. Nous présentons nos sincères condoléances aux familles et proches des victimes et nous souhaitons également un prompt rétablissement aux blessés », ajoute le communiqué.
  • Le député de RDC Patrick Muyaya a également exprimé sa solidarité. « Rien ne peut justifier une telle barbarie…. Cela renforce les journalistes dans leur quête de la vérité », a-t-il déclaré.
  • Mehdi Bensaïd, député marocain, président de la Commission des affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires islamiques et président de l’Union des jeunes parlementaires africains (UJPA), a quant à lui dénoncé un « acte odieux ». « Sincères condoléances aux familles des victimes françaises. Et tout soutien à la France face à cet acte odieux perpétré au nom de la haine », a-t-il déclaré
  • Le Premier ministre centrafricain Mahamat Kamouna condamné « l’attaque ignoble de Charlie Hebdo ». « C’est un acte de barbarie qui déshumanise leurs auteurs », a-t-il ajouté.
  • « L’acte terroriste perpétré aujourd’hui contre le siège parisien d’un organe de la presse écrite française est condamnable quelles que soient les motivations de ses auteurs », a réagi le ministère algérien des Affaires étrangèresdans un communiqué.
  • L’Algérien Mohcine Bennabasa quant à lui dénoncé un « attentat barbare ». « La liberté d’expression est attaqué partout en ce mois de janvier », a déploré le président du RCD algérien.
  • Atoki Ileka, ambassadeur de RDC en France: « Je condamne fermement cet acte terroriste commis au Siege de Charlie Hebdo a Paris. Mes pensees aux victimes a leur familles et amis ».

 De nombreux dessinateurs ont également exprimé leur soutien, via les réseaux sociaux.

Selon des sources policières, la carte d’identité de Said Kouachi a été retrouvée dans une voiture abandonnée par les suspects dans le nord-est de Paris.

Quid du troisième homme ?

Beau-frère de Chérif Kouachi, Mourad Hamyd, 18 ans, le plus jeune des trois hommes visés par un avis de recherche lancé mercredi, s’est lui rendu dans la soirée au commissariat de Charleville-Mézières (Ardennes) et a été placé en garde à vue. Il est soupçonné d’avoir aidé les deux tireurs.

Une source proche du dossier a expliqué à l’AFP que le jeune homme s’est rendu « après avoir vu que son nom circulait sur les réseaux sociaux ». Certains internautes se présentant comme ses camarades de classe affirment que Mourad Hamyd était en cours avec eux au lycée au moment de l’attaque.

Outre Hamyd Mourad, six autres personnes, proches des deux principaux suspects, ont été placées en garde en vue, selon des sources policières. Une information confirmée jeudi par Manuel Valls. « Il y a eu plusieurs interpellations cette nuit, il y a des gardes à vue », a déclaré le Premier ministre français sur RTL, sans donner plus de détails.

 

J.A. exprime sa solidarité aux victimes de l’attaque contre « Charlie Hebdo »

 

07/01/2015 à 18:10 Par La rédaction de Jeune Afrique

 

J.A. exprime sa solidarité aux victimes de l’attaque contre « Charlie Hebdo »

Message de soutien et de solidarité de la rédaction de « Jeune Afrique » envers les victimes de l’attentat contre le siège du journal « Charlie Hebdo » qui a fait 12 morts, mercredi à Paris.

Une attaque ignoble a visé mercredi 7 janvier le journal Charlie Hebdo. L’ensemble du groupe Jeune Afrique tient à manifester sa solidarité envers les victimes et leurs familles – et à condamner cet acte terroriste qui cible en plein cœur la liberté et toutes les valeurs de la démocratie. Aujourd’hui, c’est une idée de l’humanité qui a été bafouée, mais cette idée qui nous porte est indestructible.

 

 

Publicités

From → Revue de Presse

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :