Skip to content

Que faire face aux groupes armés ?

by sur 12 janvier 2015

Les groupes armés sont de retour dans le Nord du Mali sans que l’armée malienne, la Minusma et Barkhane puissent y faire quoi que ce soit.

Préparent-ils l’installation d’un califat comme base de repli du sud-libyen et sur le modèle de ce que Boko Haram réussit dans le Nord du Nigéria, aux frontières du Niger, du Tchad et du Cameroun  ?

Retour des groupes armés au nord du Mali : Comment faire face à ces morts en cascade ?

Paul N’GUESSAN – Le Prétoire du 12 janvier 2015

Le Mali revit encore la pire douleur qu’il avait connue en début d’année 2013, où les criminels de tout genre avaient pris les 2/3 du territoire national. Une nouvelle fois encore, précisément dans la nuit du 04 au 05 janvier, des membres d’Aqmi ont attaqué Nampala, ces attaques auraient déjà fait plus de sept morts.

Avec la reprise des hostilités, cette fois-ci à quelques 550 km au nord ouest de Bamako, les pourparlers d’Alger risquent de prendre un sérieux coup. Doit-on revenir au point de départ ?

Selon certaines sources, l’armée malienne vient une fois de payer un lourd tribut à Aqmi. La vraie question du désarmement des groupes armés opérant au Mali doit être mise à l’ordre du jour. Pourquoi accepter de laisser souffrir le Peuple du Mali? Que se passe-t-il exactement ?

Mais, vu le fait que les dirigeants n’ont pas encore compris et sont toujours dans la fiction, la lutte contre les djihadistes, soutien du Mnla, doit être discutée sérieusement. Car IBK bloqué aux portes de Kidal pour négocier avec ces derniers doit prendre le taureau par les cornes. La crise du nord Mali est bien la cause de la chute d’ATT.

L’on se souvient que dès le déclenchement de la rébellion du nord qui a coûté la vie à des militaires maliens, Nicolas Sarkozy, alors président de la France, avait dit à ATT qu’il n’y avait pas de solution militaire à la rébellion du nord. Et qu’il fallait négocier avec le Mnla. Malgré la bonne foi des autorités maliennes, elles sont aujourd’hui victimes de leur bonne foi. Pour le bonheur du digne Peuple du Mali,  la France est-elle sincère avec IBK ? Faudra-t-il au nom de la paix laisser ces bandits armés continuer à tuer et prendre en otage les paisibles populations du nord de notre pays ? Faut-il cantonner l’Armée malienne dans les casernes, au péril de leur vie ?

Il est grand temps que le président de la République songe à un plan B, afin que nos vaillants soldats puissent faire face à leur devoir régalien, car l’avenir même de notre armée est en jeu ainsi que celui de la vie des populations du nord. Ne dit-on pas que qui veut la paix prépare la guerre !

L’organisation de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), communément appelée Daech, selon certaines informations, ces djihadistes-terroristes attendraient le moment opportun pour installer leur QG au nord du Mali pour y créer un califat et appliquer la loi divine. Et comme l’argent est souvent le nerf de la guerre, en l’espace de quelques mois, l’EIIL serait devenu le groupe terroriste le plus riche au monde. Sa fortune est estimée à 2,3 milliards de dollars, selon certains experts, dépassant ainsi, et de loin, les talibans afghans (400 millions de dollars), le Hezbollah (entre 200 et 500 millions de dollars) et les Forces armées révolutionnaires de Colombie “FARC“ (entre 80 et 350 millions de dollars).

L’EIIL bénéficierait du soutien financier de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, du Koweït et d’autres pays du Golfe. Son dernier butin lui permet de payer 60.000 combattants pendant un an. Il faut dire que l’instabilité politique et sécuritaire en Libye accentue le flux massif de ces bandits armés, toutes nationalités vers le septentrion malien au sein duquel il pourrait y avoir des djihadistes-salafistes.

Donc, des inquiétudes se font sentir sur nos frontières par les tentatives d’infiltration d’éléments terroristes qui font passer des armes et minutions dans leurs véhicules. Alors, faut-il réellement s’inquiéter pour le Mali ? Sans aucun doute. Mais il ne suffit pas de s’inquiéter, la vigilance doit être de mise, et nous devons abandonner notre hypocrisie et notre peur. Car l’ennemi tire souvent sa force de la peur de l’autre. Et dans les conditions actuelles, si jamais les djihadistes en Libye décident de s’installer dans notre pays, l’armée nationale ne semble pas en mesure d’y faire face, car cantonnée. Alors ce sont tous les Maliens qui doivent se mobiliser pour défendre la patrie.

 

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :