Skip to content

Seconde attaque à Ténenkou

by sur 16 janvier 2015

Nampala puis Djoura ont été attaquées par des bandes armées dans le Nord de la région de Mopti. Lors d’une tournée d’inspection pour rassurer les populations inquiètes,  le gouverneur de Mopti, Kaman Kané, a fait halte à Ténenkou.

Alors qu’il y était, le village a  fait l’objet d’une attaque d’hommes armés arrivés à moto. L’escorte du gouverneur a repoussé les agresseurs qui s’étaient fondus dans la population ce jour de marché.

Le gouveneur est resté sur place deux jours,  le temps qu’arrive un peloton de l’armée malienne pour patrouiller et sécuriser la zone.

Cela n’a pas empéché les bandes armées de revenir à la charge la nuit dernière. Un combat les a opposés à l’armée malienne qui semble avoir finalement repris le dessus.

Attaque de la ville de Ténenkou : un mort et 3 blessés dans les rangs de l’armée…un jihadiste tué

Par Malijet – D Abdoulaye Diakité le 16 janvier 2015 à 10h

Après l’attaque du 8 janvier, la ville de Ténenkou a été encore l’objet d’une violente attaque tôt ce matin.

A 5 heures du matin, des assaillants-jihadistes ont investi la ville. Des sources locales avaient indiqué que l’armée malienne avait décidé dans un premier temps de se retirer de la ville sans combattre afin d’éviter des pertes en vies humaines et qu’elle était en train de peaufiner sa stratégie en dehors de la ville.

Elle a finalement mené l’assaut et les combats ont été rudes entre les deux parties. Des combats qui ont fait, selon une source locale, un mort et 3 blessés dans les rangs de l’armée alors qu’un jihadiste a été tué. La ville est présentement contrôlée par les forces maliennes, les jihadistes ayant été chassés.

Selon la même source, ce sont des éléments du Mujao qui ont fait l’attaque et ils sont venus à motos et dans quelques véhicules. Ils criaient aussi Allahou Akbar…Allahou Akbar au cours de leur opération.

Les mêmes assaillants avaient attaqué cette ville le 8 janvier dernier alors que le gouverneur de Mopti y était en mission.

 

Ténenkou : RETOUR AU CALME

A. DEMBELE – AMAP-Ténenkou – 15 janvier 2015

Grâce à la présence rassurante d’un détachement militaire, la menace des attaques des bandits armés s’éloigne

Afin de rassurer les populations après l’attaque de Nampala, le gouverneur de la région de Mopti, Kaman Kané, s’était rendu, le 8 janvier dernier, à Ténenkou. Tandis que le chef de l’exécutif régional et sa délégation tenaient une réunion à ce sujet avec la population, dans les environs de 15 heures, des tirs d’armes automatiques ont retenti dans la ville (voir l’Essor du 9 janvier). Les assaillants ont endommagé les deux réseaux téléphoniques (Orange et Malitel).

Les militaires assurant l’escorte du gouverneur ont réussi à les chasser de la ville après une heure de combats. Les bandits ont fui vers le nord. Poursuivis par les militaires, ils ont réussi à se fondre dans la population puis à disparaître dans la nature.
Des témoins indiquent que le groupe qui a attaqué Tenenkou était composé d’une dizaine d’hommes armés. Des individus à la peau noire, portant des tenues militaires, enturbannés et s’exprimant en peulh. Ils seraient arrivés du côté Est de la ville, à bord d’un véhicule aux couleurs de la Garde nationale et se sont infiltrés dans la population. C’était jeudi, jour de la foire hebdomadaire de Ténenkou qu’ils avaient manifestement l’intention de piller.

Ces bandits armés qui ont poussé la hardiesse jusqu’à attaquer la ville de Ténenkou en présence du gouverneur de Mopti et de son escorte, appartiennent certainement aux groupes qui mènent des actions dans la zone depuis quelques jours.
Avant d’attaquer Ténenkou, des bandits à motos s’en sont pris à des forains venant de la localité de Doungoura. Bilan : un homme assassiné, une importante somme d’argent emportée. Ils avaient obligé les forains à se coucher à plat ventre avant de les fouiller.

Les mêmes individus sont certainement à l’origine du drame survenu quelques jours plus tôt dans le hameau d’Ouro Tiéélo, à 28 km de Dioura. Trois individus armés à motos y ont assassiné un homme du nom de Nouhoum Amadou Bah qui avait refusé d’adhérer à leur mouvement djihadiste. Des hommes armés ont ensuite incendié nuitamment la mairie de Dioura, le bureau du sous-préfet et pillé le domicile de l’administrateur.

Après l’attaque de Ténenkou, il a été décidé la création de cellules, de comités de prévention et de collecte d’informations, sous la supervision du préfet Seydou Traoré afin d’amener les populations à participer activement à la sécurisation de la ville.
Le gouverneur a rassuré la population en promettant que l’Etat mettra tout en œuvre pour protéger Ténenkou contre le harcèlement des bandits armés. « Nous ne ménagerons aucun effort pour la sécurité des populations », a-t-il assuré.

Mais la série d’attaques dans la zone avait créé la psychose dans la population. Dès la nuit tombée, les rues se vidaient. Tout le monde se barricadait. Ténenkou devenait une ville morte. Certains habitants avaient choisi de quitter la ville. Des chefs de service aussi. Les services publics étaient fermés. Des ONG avaient arrêté leurs activités. L’administration en général dans le cercle était perturbée. La vie chère s’était installée.

L’arrivée d’un détachement militaire a permis de ramener la quiétude et de rassurer les populations qui ont encore en mémoire certains épisodes douloureux de 2012.

Commandé par le capitaine Hamidou Kodio, l’ETIA 42 est actuellement basé à Ténenkou. Ces militaires ont en charge le contrôle et la sécurisation de la zone. Ils effectuent des patrouilles militaires de proximité. Leur présence rassure. Du coup, les populations qui étaient parties, ont commencé à revenir. Quelques services ont repris leurs activités. Des écoles aussi.

Les populations recommencent à vaquer à leurs occupations. L’inquiétude et la psychose se dissipent peu à peu. Resté seul à la préfecture, le préfet du cercle coordonne les activités de sécurisation avec les FAMA et les autorités politiques. La situation évolue vers le calme même si la menace des attaques de bandits plane toujours à cause des difficultés d’accès de Ténenkou, de l’immensité de cette zone aux portes du désert, exposée aux attaques des rebelles et des terroristes depuis 1994.

Les autorités régionales et locales s’emploient à ne pas laisser la peur s’installer et tentent de ramener l’ordre et la quiétude. Le regain de violence dans la zone est venu perturber le retour progressif des services de l’Etat, ainsi que les activités du processus de paix et de réconciliation en cours.

Le gouverneur de la région est resté deux jours à Ténenkou après l’attaque pour calmer la population, en attendant l’arrivée du renfort militaire qu’il avait demandé. Il a remercié les élus et la population du cercle pour le soutien financier et matériel apporté aux militaires venus pour la défense de la zone contre les bandits armés.

 

 

Publicités
2 commentaires
  1. AMIDOU COULIBALY permalink

    Je commence à y croire. Notre armée a certainement des moyens en dessous du nécessaire, mais elle se défend bien.

    Un mot aux politiques intérieur et extérieur:

    – nul ne peut trahir son pays et qu’il vienne à la tâche un jour s’il n’est pas trahi par les siens ;
    – nul ne peut souhaiter du mal à une nation et que sa propre nation demeure dans la prospérité.

    Je m’arrête là et comme c’est la 1ère, d’autres suivront.

  2. AMIDOU COULIBALY permalink

    FAITES VOTRE TRAVAIL ET SURTOUT FAITES LE BIEN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :