Skip to content

CAN 2015 : tout se jouera le 28 !

by sur 25 janvier 2015

CAN 2015 : Le Cameroun accroché par la Guinée : 1-1

·         Côte d’Ivoire-Mali : 1-1

·         Le Sénégal obtient le nul contre l’Afrique du Sud : 1-1

CAN 2015 / Groupe D : les 4 équipes à égalité parfaite – 2 points, 2 buts marqués, 2 encaissés – avant la dernière journée, le 28/01

Le groupe où évolue le Mali dans cette CAN 2015 se caractérise par l’absence de leader ! 

La pression monte sur les ailes des Aigles qui ne parviennent pas à décoller.

CAN 2015 : Les Aigles, comme d’habitude

Ousmane THIÉNY KONATÉ –  © maliactu.net – 25 janvier 2015

Tous le Maliens étaient d’accord sur une chose : ces Eléphants-là étaient prenables par les Aigles du Mali. Jamais dans l’histoire des confrontations Mali-Côte d’Ivoire, les nôtres n’ont été aussi près de gagner contre les Ivoiriens et de briser du coup le signe indien.

Mais comme d’habitude, les Aigles ont décidé de nous faire patienter jusqu’à l’ultime match de poule. Pourtant tout semblait bien parti avec ce but psychologiquement important, marqué par SAKO à la 7ème minute de jeu. La reprise de volée du n° 10 malien était magnifique et imparable. On croyait les nôtres partis pour décrocher leur première victoire de cette Can d’autant plus les adversaires du jour étaient incapables de mettre la défense malienne en difficulté et que les contres menés par les frères YATTABARÉ et SAKO obligeaient les Ivoiriens à se replier constamment.

Les Aigles ont été impériaux pendant la première mi-temps, tant dans la relance du jeu que défensivement. C’est donc en toute logique que l’arbitre marocain siffla la pause sur ce score de 1 à 0 non sans avoir étonné plus d’un téléspectateur et commentateur en accordant un coup-franc indirect, justifié, au Mali sur une retro passe volontaire et sans pression d’un défenseur ivoirien à son gardien de but.

A la reprise, on a vu une équipe malienne défendre de plus en plus bas, laissant l’initiative du jeu aux Eléphants. Les ivoiriens qui n’en attendaient pas moins se ruèrent sur le camp malien qui ne tenait plus que par la défense qui, malheureusement, s’est échiné à renvoyer de grands ballons que Sambou YATTABARÉ, esseulé, n’est jamais arrivé à exploiter.

Les balles renvoyées revenaient comme un boomerang notamment sur le côté gauche de notre défense pour laquelle l’ailier droit ivoirien était trop rapide. C’est justement de ce côté que viendra l’égalisation ivoirienne sur une balle en retrait dont la reprise par GRADEL arrive à surprendre le second gardien malien, Germain BERTHÉ, rentré un peu plus tôt à la place de Soumaïla DIAKITÉ, blessé.

Comme d’habitude, les Aigles nous donnent rendez-vous au dernier match de poule. Là l’équation est claire mais pas simple : IL FAUT COÛTE QUE COÛTE BATTRE LE SYLI de Guinée Conakry, sans se soucier de ce qui peut arriver dans le match explosif devant opposer Ivoiriens et Camerounais.

Pour les Aigles un seul souci : ils n’arrivent pas à marquer plus d’un but (les autres aussi !) mais surtout ils n’arrivent pas à garder leur avantage. L’équipe malienne s’est fait rattraper dans les 10 dernières minutes des rencontres contre le Cameroun et la Côte d’Ivoire.

Les poulains d’Henry KASPERZACK devraient donc empêcher les Guinéens de marquer les premiers (nous n’avons pas encore vu les nôtres dans cette situation) et surtout de garder l’avantage si jamais nous scorons en premier. Cela va être plus facile à dire qu’à faire car les Guinéens ont un mental d’acier et un football très alléchant.

Dans cette CAN, les nôtres ont montré de l’endurance et affiché une réelle volonté de gagner leurs matchs. Ils ont fait plus que jeu égal avec deux équipes qui sont parmi les meilleures d’Afrique. Il ne faut surtout pas sous-estimer les Guinéens qui sont très rapides et très techniques. Mais ces-Aigles-là peuvent nous faire rêver.

Lançons donc le cri de guerre de Soundjata : An nyé wa !

 

Le Mali et la Côte d’Ivoire se sont neutralisés sur un score désormais devenu monnaie courante dans cette CAN : 1-1.

RFI – Par David Kalfa

Les équipes de Côte d’Ivoire et du Mali ont fait match nul 1-1 dans le groupe D de la Coupe d’Afrique des nations 2015, ce 24 janvier à Malabo. Les Maliens, qui menaient au score, ont craqué en fin de rencontre, comme face au Cameroun (1-1). Les Ivoiriens, eux, ont encore affiché des lacunes inquiétantes en défense.

Comme un air de déjà-vu ce 24 janvier à Malabo dans le groupe D de la Coupe d’Afrique des nations. D’un côté, une équipe du Mali plutôt habile mais incapable de conserver un résultat, comme face au Cameroun (1-1). De l’autre, une sélection ivoirienne médiocre en défense, nerveuse, mais qui parvient à inverser la tendance grâce à sa force de caractère, comme face à la Guinée (1-1).

Des erreurs de jeunesse ivoiriennes

Le match débute idéalement pour le Mali. A la 7e minute, l’ailier droit Sambou Yatabaré renverse le jeu vers l’ailier gauche Bakary Sako, laissé seul, qui reprend parfaitement de demi-volée. Sylvain Gbohouo, le portier ivoirien, ne peut rien faire : 0-1. Les défenseurs ivoiriens Serge Aurier et Eric Bailly étaient absents sur ce coup-là.

Eric Bailly fait encore preuve de naïveté lorsqu’à la 41e minute, il lève le ballon pour le passer à Gbohou de la tête. Ce dernier s’en saisit. Grave erreur. L’arbitre siffle un coup franc indirect dans la surface de réparation ivoirienne, pour ce geste antisportif. La tentative malienne ne donne toutefois rien.

Gênée par l’excellent pressing exercé par l’équipe malienne, la Côte d’Ivoire peine à développer son jeu. Et Yaya Touré, sa vedette, n’est une nouvelle fois que l’ombre de lui-même.

Les Eléphants s’en remettent donc une nouvelle fois aux exploits individuels et aux coups de pied arrêtés. A la 33e minute, Wilfried Bony efface Molla Wagué avec un superbe râteau. Mais, en chutant, le défenseur déséquilibre l’attaquant. L’arbitre siffle un corner plutôt qu’un penalty. Sur ce corner, le défenseur Kolo Touré catapulte le ballon de la tête que Soumaila Diakité, le portier malien, dévie sur sa barre transversale.

Pas satisfait pour autant du rendement de son équipe, le sélectionneur Hervé Renard fait entrer l’attaquant Max Gradel à la place du milieu de terrain Ismaël Diomandé. Les Aigles laissent la possession de balle (37% en première période) et cette stratégie s’avère payante. Seule ombre au tableau, la sortie du portier malien Soumaïla Diakité, blessé à la cuisse droite. Après cinq minutes de battement, Germain Berthe prend sa place dans la cage malienne.

Gradel sauve les meubles

Les Maliens gagnant du temps à la grande rage des Ivoiriens qui ne cessent d’invectiver l’arbitre M. Bouchaib El Ahrach. Les esprits s’échauffent et les cartons jaunes sont distribués. A force de spéculer, les Aigles finissent pas être punis. A la 87e minute, le latéral droit Serge Aurier passe la balle en retrait vers Gradel. Esseulé, l’attaquant a le temps d’ajuster sa reprise du plat du pied : 1-1, score final.

Seydou Keita et ses partenaires peuvent se mordre les doigts une nouvelle fois. Alors qu’ils s’acheminaient vers une victoire, ils ont encore craqué en fin de partie. Résultat : ils devront battre la Guinée le 28 janvier à Mongomo pour pouvoir se qualifier. Même constat pour les Eléphants, condamnés à battre les Camerounais, le dernier jour, à Malabo.

 

Le Mali et la Côte d’Ivoire dos à dos

Par Christian Grégoire – Publié le 24/01/2015 | 19:00, mis à jour le 24/01/2015 | 20:10

Le Mali et la Côte d’Ivoire ont fait match nul (1-1) samedi lors du 2e match du Groupe D de la Coupe d’Afrique en Guinée Equatoriale. Comme lors de leur premier match les Ivoiriens sont allés chercher l’égalisation dans les toutes dernières d’un match sans grand relief sur le plan du jeu. Ce partage des points n’arrange aucune des deux équipes dans un groupe où il n’y a jusqu’alors eu que des nuls et où rien n’est encore fait.

Si le Mali a cru longtemps tenir son succès après avoir rapidement ouvert le score par Bakary Sako, auteur d’une superbe volée après avoir été parfaitement servi par Sambou Yatabare, menant 1-0 dès la 7e minute, il a sans doute eu le tort de vouloir conserver ce maigre avantage laissant l’initiative du jeu aux Ivoiriens.

Des Éléphants au pas lourd

Comme lors de leur premier match face à la Guinée, où ils avaient égalisé à six minutes de la fin du match, ceux-ci ont certes essayé, mais ils ont fait preuve une fois encore d’une stérilité inquiétante dans le jeu. Pendant près de 86 minutes, les Éléphants se sont montrés indignes de leur statut de prétendants au titre. Des transmissions trop lentes, des erreurs techniques grossières: leur prestation a été indigne d’un favori et comme lors de la première rencontre, les cadres ont largement failli. A commencer par Yaya Touré. Hervé Renard avait pourtant exhorté le quadruple meilleur joueur africain d’assumer enfin ses nouvelles responsabilités de capitaine et d’être à la  auteur de son statut. Mais le milieu de Manchester City est resté amorphe dans  le jeu et ses grands gestes pour inviter ses coéquipiers à se révolter n’ont  servi à rien. On l’a même vu s’énerver en deuxième période contre le jeune défenseur Eric Bailly (20 ans).

Signé Gradel           

A signaler toutefois à l’actif de Yaya Touré un centre pour Kolo Touré dont la tête heurtait la barre malienne à la demie-heure de jeu. C’était une des occasions que les Ivoiriens ne parvenaient pas à transformer. Les Maliens se contentaient de gérer face aux vains assauts ivoiriens, en pensant tenir la victoire. Jusqu’à ce que Max-Alain Gradel sorte de sa boîte et permette aux siens de respirer. L’attaquant stéphanois a surgi in extremis  pour leur permettre grappiller leur 2e point dans le tournoi et de  pouvoir encore croire à une qualification pour les quarts de finale.

Les Ivoiriens ne sont donc pas encore totalement terrassés même si ce 2e nul, après celui concédé d’entrée face à la Guinée (1-1), est loin d’être glorieux. Quant au Mali, il est dans la même situation. Tout devrait se jouer lors de la dernière journée qui s’annonce brûlante.

 

 

·

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :