Skip to content

La Minusma piégée par le MNLA ?

by sur 28 janvier 2015

En publiant une version de l’accord passé avec la Minusma pour la création d’une zone démilitarisée ornée du drapeau de l’AZAWAD, le MNLA a-t-il piégé la Minusma ?

Toujours est-il que la population de Gao, après avoir marché, la semaine dernière, pour soutenir la Minusma et l’armée malienne s’est,  hier,  retournée contre la Minusma qu’elle accuse de vouloir diviser le Mali.

Il est évident que la multiplication des incidents, attentats (lundi, un général malien a été victime d’une tentative d’assassinat devant son domicile à Bamako), provocations, manipulations altèrent un climat de confiance qui peine à s’installer et rend de plus en plus difficile la convocation du quatrième round des pourparlers d’Alger initialement prévu à la mi-janvier.

Une situation qui fait l’affaire des groupes armés narco-trafiquants, dont la paix viendrait perturber les trafics.

En attendant, c’est la population qui trinque et un climat délétère qui s’installe.

 

Accord Minusma MALA arrangé

La version de l’accord publiée par le MNLA

Face à la pression : la Minusma retire son projet de zone de sécurité temporaire à Tabankort et ouvre une enquête sur les évènements de Gao

Par Malijet – Abdoulaye Diakité – 28 janvier 2015 à 10h (heure française)

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali (Minusma), face à la pression des populations maliennes notamment celles de Gao qui soutiennent les groupes armés de la plateforme, proches de Bamako, s’est vue dans l’obligation de retirer purement et simplement son projet d’établissement d’une zone de sécurité temporaire à Tabankort, localité située dans la région de Gao. L’annonce a été faite hier soir lors d’une conférence de presse au siège de la représentation onusienne à Bamako. Pour les responsables de la Minusma, le document ayant été mal compris et détourné de son objectif, il n’a plus sa raison d’être.

Tabankort, faut-il le rappeler est sous contrôle des groupes de la plateforme ou groupes d’autodéfense (Gatia, CM-FPR, CPA, MAA loyaliste). C’est dans cette localité, convoitée depuis un certain temps par les groupes séparatistes de la coordination (MNLA, HCUA, MAA dissident), que la mission onusienne voulait instaurer cette zone, histoire de chasser les occupants actuels que sont les groupes armés de la plateforme. Une manière pour l’ONU de soutenir les rebelles contre le Mali, dans la mesure où la plateforme se bat pour l’intégrité territoriale de notre pays.

C’est ce que les populations maliennes ont compris et se sont mobilisées notamment à Gao où il y a eu deux jours de manifestations, soldées par la mort de 3 personnes et plusieurs blessés. Ce sont les troupes de la Minusma qui ont tiré hier sur les manifestants dans la cité des Askia.

Le retrait de ce projet a été l’objet d’une grande satisfaction de la part du gouvernement malien, resté discret sur la question jusque-là. Aussi, la Minusma s’engage à mener des enquêtes par rapport aux évènements malheureux de Gao.

Accord ZTS: la MINUSMA fait marche arrière

Le Jouornal du Mali – Par Augustin K. FODOU – 28/01/2015

Après la manifestation anti-MINUSMA à Gao ce mardi à propos d’un accord sur la création d’une Zone Temporaire de Sécurité avec la Coordination, la mission onusienne revient à la case départ.

Le document de la discorde a fait long feu. « C’est un document de travail et n’a rien d’officiel. Il était censé être discuté avec les autorités avant sa mise en œuvre mais, il a été utilisé à des fins de propagande politique mais également de déstabilisation du processus de paix et nous le déplorons » s’est défendu David Gressly représentant spécial adjoint de la Minusma ce mardi soir lors d’une conférence de presse au QG de la mission onusienne à Bamako.

« Etant donné que l’objectif recherché n’est pas compris, il n’y a plus de raison de mettre en œuvre les dispositions contenus dans le document. D’autres dispositions seront recherchées en accord avec l’ensemble des parties concernées » a ajouté Arnauld Akodjènou, représentant spécial adjoint aux affaires politiques à la Minusma.

Cette rencontre avec la presse intervient à la suite d’une manifestation qui a dégénéré à Gao faisant « trois morts, quatre blessés suite à des tirs, huit blessés suite à des mouvements de foule, deux blessés parmi la police de la Minusma ». Tel est le bilan communiqué par la mission. La population de Gao manifestait depuis lundi contre la signature d’un accord entre la Minusma et les mouvements de l’Azawad pour la création d’une Zone Temporaire de Sécurité.

Qui a tiré à balle réelle sur les manifestants? Difficile de le savoir du moins pour le moment à en croire les responsables onusiens. « C’est très tôt de donner des explications sur ce qui s’est passé parce qu’on a pas toutes les informations » dira David Gressly. « La manifestation devait se tenir place de l’indépendance à Gao. Alors que nous recevions à leur demande les délégués de la manifestation, au bureau de la Minusma, une foule s’est dirigée vers notre camp où elle s’est amassée aux environs de 10 heures et a commencé à jeter des pierres et cocktails Molotov avant de tenter de pénétrer dans notre camp. Face aux événements, la police des Nations unies a lancé des gaz lacrymogènes et effectuer des tirs d’avertissement dans le but de disperser les manifestants et les empêcher d’entrer dans le camp de la Minusma ». On annonce l’ouverture d’une enquête dès ce mercredi pour situer les responsabilités.

A propos des pourparlers d’Alger, Arnaud Akodjenou estime que, « tant qu’il n’y aura pas un minimum de sérénité et de confiance sur le terrain entre les parties, il ne faut pas s’attendre à l’avoir au niveau des négociations. C’est pour cela qu’il est indispensable qu’on arrête de violer le cessez-le-feu, de prendre les populations en otage. (…) Nous devons nous prendre au sérieux de ne pas utiliser les points de discussion comme des points politiques qu’on peut se servir à souhait ».

Conférence de presse MINUSMA : Message d’introduction par M.David Gressly, Représentant spécial Adjoint de la MINUSMA aux affaires humanitaires et Officier en charge.

« Je tenais tout d’abord à vous remercier pour votre participation à cette conférence de presse qui se tient dans des conditions douloureuses pour le peuple malien ainsi que la MINUSMA

En effet, ce matin à Gao, ce qui devait être une manifestation pacifique a malheureusement dégénéré, et des victimes sont à déplorer. Des morts sont à déplorer. Des blessés sont à déplorer.

Nous avons demandé à la Croix rouge d’établir un bilan précis, mais ce que nous pouvons affirmer pour l’heure, c’est que :

 La manifestation devait se tenir Place de l’Indépendance à Gao.

Alors que nous recevions à leur demande les délégués de la manifestation dans nos bureaux de la MINUSMA, une foule s’est dirigée vers notre camp où elle s’est amassée aux environs de 10h et a commencé à jeter pierres et cocktails Molotov avant de tenter de pénétrer dans notre camp. Face à la tournure violente des évènements, la Police des Nations Unies a alors utilisé du gaz lacrymogène et effectué des tirs d’avertissement dans le but de disperser les manifestants hostiles et les empêcher d’entrer dans le camp de la MINUSMA.

Nous sommes attristés par cette escalade de violence qui n’avait pas lieu d’être. La MINUSMA s’engage tous les jours au côté du peuple malien dans le but de ramener paix et stabilité dans le pays.

Comme vous le savez des affrontements étaient en cours depuis plusieurs semaines à Tabenkort et ses environs. Des populations civiles étaient en danger. La MINUSMA est alors intervenue dans le but de sauver des vies alors que des combats s’y déroulaient.

Des négociations avec les parties concernées ont alors débuté. Un document de travail, qui je le souligne,  est un document de travail et n’a rien d’un document officiel a alors été manipulé et a fuité dans les médias le weekend dernier.  Je précise, un document de travail discuté avec la Plateforme et revu avec la CMA en vue d’arrêter les affrontements dans et autour de Tabankort. Ce document était censé être discuté avec les autorités avant de procéder à sa mise en œuvre.

–        Ce document a été utilisé à des fins de propagande politique, mais également de déstabilisation du processus de paix et nous le déplorons. Un tel procédé ne peut que créer de la confusion et détourner ce document de son objectif principal, à savoir : identifier une sortie de crise satisfaisante pour  la situation à Tabankort. Nous espérions qu’un accord final permettrait de retrouver un climat serein nécessaire à la reprise prochaine des pourparlers à Alger. La MINUSMA poursuit toujours les meilleures voies pour diminuer la tension à Tabankort et ailleurs.

Nous sommes ici avec vous pour la paix. C’est ce qui nous anime. Tous les jours.

La MINUSMA, par l’intermédiaire du Représentant spécial Adjoint M.Akodjènou ici présent s’est longuement entretenue hier avec les représentants des manifestants leur assurant que leurs doléances seraient prises en compte.

Ce matin, la manifestation n’avait donc aucune raison de dégénérer, la violence doit cesser. Nous appelons le peuple malien à sa plus grande sagesse, rien ne se résout par la violence.

J’ai tenu à vous rencontrer aujourd’hui pour apporter les éclaircissements nécessaires à une bonne compréhension de la situation et vous signifier que la MINUSMA reste aux côtés du peuple malien.

Nous regrettons les victimes d’aujourd’hui et présentons aux familles et au peuple malien nos condoléances les plus attristées, tout en souhaitant un bon et rapide rétablissement aux blessés. Je peux vous assurer qu’il y aura une enquête sérieuse sur ce qu’il s’est passé aujourd’hui, une enquête sérieuse.

Je vous remercie.

Accord ZTS: la MINUSMA crie à la manipulation

Le Journal du MPali – Par Célia d’ALMEIDA – 26/01/2015

La mission onusienne et la Coordination des Mouvements de l’Azawad ont signé un accord pour la création d’une Zone Temporaire de Sécurité (ZTS). Un document que le MNLA a publié, retouché à son goût.

Le document a circulé cette fin de semaine, diffusé abondamment par le MNLA sur ses canaux habituels. Le Mouvement National pour la Libération de l’Azawad annonçait avoir signé un accord avec la MINUSMA pour la cessation des affrontements qui ont cours depuis près de dix jours. Voici le document publié par le MNLA.

Accord Minusma MALA arrangé

© MINUSMA La version publiée par le MNLA

Une bonne nouvelle en somme pour les populations civiles qui se retrouvent au milieu des combats devenus quasi quotidiens, faisant un nombre important de victimes civiles dont plusieurs blessés dans un état grave.

Sauf que, le document a « fait l’objet de graves retouches, contraires à toute éthique » selon la MINUSMA. Dans un communiqué rendu public le 25 janvier, la mission onusienne « déplore vivement la manipulation à des fins de propagande politique dont elle est victime aujourd’hui, à travers la circulation du document de travail ». Intitulé « Accord pour l’établissement d’une zone de sécurité temporaire », le document a en effet été modifié.

Sur la version publiée par le MNLA, il apparaît le drapeau de l' »Azawad », entité territoriale que ce mouvement tente de mettre en place depuis 2012 au nord du Mali. Pour la MINUSMA, « un tel procédé ne peut créer que de la confusion et détourner le document de son objectif principal, à savoir identifier une sortie de crise satisfaisante à la situation à Tabankort ».

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :