Skip to content

Un cadre pour les manuscrits de Tombouctou

by sur 31 janvier 2015

La situation inquiétante dans le Nord du pays n’empêche pas les partenaires de vouloir aller jusqu’au bout de la sauvegarde du patrimoine culturel malien.

La conférence s’est achevée sur une quinzaine de recommandations précises.

Manuscrits anciens du Mali : La CIMAM formule d’importantes recommandations

2 février 2015 – Par 22 Septembre – Ramata Diaouré

La Conférence Internationale sur les manuscrits anciens du Mali a vécu. Après quarante-huit heures de brainstorming, et sur la base des différentes communications présentées par des spécialistes maliens et étrangers de la conservation du patrimoine matériel et immatériel, les experts présents ont formulé d’importantes recommandations, dont nous vous proposons l’intégralité ci-dessous.

«Recommandons que soient prises les mesures suivantes :

  1. Accélérer et renforcer la sécurisation des manuscrits relogés provisoirement à Bamako, en mettant un accent particulier sur les conditions de conservation, sur la confection de boîtiers des manuscrits, sur la formation des ressources humaines pour la conservation, la numérisation et le catalogage, sur la sécurité des locaux et les conditions d’accueil.
  2. Mobiliser d’urgence tous les acteurs nationaux concernés par la protection et la gestion des manuscrits, en particulier les détenteurs, familles détentrices et bibliothèques privées, en vue de faire un constat exhaustif sur l’ensemble du patrimoine documentaire du Mali et les actions à mener pour sa sauvegarde durable.
  3. Soutenir la réhabilitation de l’IHERI-AB, des bibliothèques des familles et privées, de façon progressive pour préparer le retour des manuscrits à leurs lieux d’origine.
  4. Elaborer un plan d’urgence pour la sauvegarde des manuscrits anciens afin de prévenir tous les risques relatifs, entre autres, à la sécurité, la conservation, l’exploitation, et la diffusion des manuscrits.
  5. Renforcer le cadre législatif, juridique, administratif et institutionnel permettant de définir de manière claire le rôle et le statut des manuscrits, des collections et bibliothèques, des détenteurs et familles détentrices de manuscrits.
  6. Initier d’urgence et accompagner des projets d’inventaire, de catalogage, de numérisation et de cartographie des manuscrits anciens du Mali, des collections publiques et privées, ainsi que des programmes de renforcement des capacités pour la sauvegarde des manuscrits.
  7. Renforcer les mesures pour prévenir et lutter contre le trafic illicite des manuscrits en tant que biens culturels, conformément aux dispositions de la Convention Unesco de 1970 sur la lutte contre le trafic illicite des biens culturels, et en complétant le dispositif normatif en ratifiant la Convention d’UNIDROIT de 1995 sur les biens culturels volés ou illicitement exportés.
  8. Encourager les acteurs de la gestion du patrimoine culturel à créer un comité national du Bouclier Bleu, conformément aux dispositions de la Convention de La Haye et son 2ème protocole, pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé.
  9. Renforcer et favoriser la recherche scientifique, notamment en facilitant l’accès aux manuscrits, les collections et les bibliothèques de manuscrits, encourager et promouvoir des études critiques, des traductions et des publications de manuscrits.
  10. Promouvoir et valoriser les manuscrits en favorisant l’exploitation de leurs contenus dans le cadre de programmes d’éducation et de promotion d’une culture de la paix.
  11. Appuyer le développement économique et social en assurant la formation des métiers en valorisant les techniques, connaissances et savoir-faire traditionnels autour des manuscrits.
  12. Renforcer la coopération bilatérale et multilatérale en assurant une coordination plus efficace notamment entre tous les partenaires techniques et financiers impliqués dans la sauvegarde des manuscrits anciens du Mali.
  13. Etudier la possibilité d’ériger l’Institut des Hautes Etudes et de Recherche Islamique Ahmed Baba en Centre de catégorie II sous les auspices de l’UNESCO.
  14. Envisager la création d’un Musée national des manuscrits anciens.
  15. Demander au Comité national malien « Mémoire du monde » de tout mettre en œuvre pour que le Mali puisse présenter la candidature d’un fonds de manuscrits anciens à l’inscription au Registre international Mémoire du monde lors de la réunion du Comité consultatif international de 2017.

Fait à Bamako, le 29 janvier 2015»

Le numérique, un atout pour les manuscrits anciens

Le Journal du Mali – Par Moussa MAGASSA/ CD – 30/01/2015

Les manuscrits anciens du Mali se détériorent et il urge de les préserver. Une solution s’offre aux experts, la numérisation. Une méthode efficace pour les conserver pour les générations futures.

Le patrimoine malien comprend des centaines de milliers de manuscrits anciens dont la plupart sont de très grande valeur. Pendant l’occupation des régions nord du pays et particulièrement Tombouctou, ils ont été pillés par les différents groupes armés. Bamako accueille depuis le 28 janvier une conférence internationale qui se penche que les moyens de les préserver au mieux.

Venus du monde entier et du Mali, notamment de Tombouctou et de Gao, les participants partagent leurs expériences en vue d’atteindre les résultats escomptés. Lors de la journée du jeudi, a eu lieu un panel portant sur le rôle important du numérique dans la sauvegarde et la conservation des manuscrits anciens. Le numérique a en effet permis de conserver 4203 manuscrits anciens qui ont été brûlés ou volés lors de l’occupation des régions du nord en 2012 et 2013.

L’université numérique au service des manuscrits anciens a été présentée par M. Jean Pierre Chante, représentant de l’INSA Lyon-France. Créée depuis 2003, l’université numérique de Lyon est au service des manuscrits anciens. En 2011, elle a recensé 100 000 manuscrits sur Tombouctou et plus un détenteur de Diré. Elle entend former également les détenteurs de manuscrits à travers une aide de 100 000 euros par an. L’objectif est de relever les défis de l’heure et conserver de façon intemporelle les biens du patrimoine mondial.

Les manuscrits anciens dans leur ensemble sont porteurs d’enseignement indispensable pour le développement d’une société. Ils interviennent dans les domaines tels que la bonne gouvernance, la réconciliation, la cohésion sociale et la santé sexuelle. C’est le cas du manuscrit N° 2145 et N°827 respectivement sur la bonne gouvernance et les conseils pour un bon souverain.

 

Mali : Conférence internationale sur les manuscrits du Mali : L’UNESCO s’engage à réhabiliter les patrimoines détruits

Lassina NIANGALY – Tjikan du 30 janvier 2015

Autorités politiques, Partenaires Techniques et Financiers, chercheurs et conservateurs vont échanger dans la capitale malienne, Bamako, durant trois jours, sur le thème : ‘’les manuscrits anciens face aux défis de l’heure’’. Avec comme objectif de créer un cadre d’échanges entre les acteurs impliqués afin d’aboutir à une plateforme en vue d’une meilleure conservation et exploitation scientifique des anciens manuscrits et d’arriver à une compréhension cohérente des défis auxquels les manuscrits de Tombouctou font face.

Selon le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Me Mountaga Tall, cette rencontre internationale sur les manuscrits du Mali, est le fruit du projet d’aide d’urgence pour la sauvegarde et la conservation des manuscrits historiques du Mali, avec le Mali, comme pays bénéficiaire, sur financement de la Norvège à travers l’UNESCO.

A l’en croire, le Mali dispose d’environ 400.000 manuscrits, qui dit-il, constituent une partie considérable du patrimoine culturel mondial. D’où l’occasion pour lui de souligner l’impérieuse nécessité de leur conservation.

« Il s’agit d’un précieux trésor que nos prédécesseurs nous ont légué au fil des siècles et dont nous devons assurer la conservation afin qu’ils puissent également bénéficier aux générations futures » dit-il.  Avant d’ajouter que la valorisation du patrimoine écrit du Mali a toujours été une préoccupation des différents gouvernements du Mali depuis  son indépendance. La preuve de cet engagement du gouvernement malien, soutient-il, est la création de l’Institut des Hautes Etudes et des Recherches Islamiques ‘’Ahmed Baba’’ de Tombouctou à la place de l’ex-Centre pour la documentation et la Recherche, afin de répondre aux besoins de prospection, de collecte et de conservation des anciens manuscrits du Mali.

Quant à la directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, elle dira pour sa part que « notre patrimoine est le garant de notre culture, de l’histoire qui nous a forgés et que nous voulons transmettre à la jeune génération ».

Selon elle, la ville des 333 saints, Tombouctou, plus qu’une ville est un point de repère pour le reste du monde.

« J’ai visité Tombouctou, j’ai traversé ses rues, j’ai échangé avec ses habitants. Le 2 février 2013, j’étais avec le président Français, François Hollande, j’ai été bouleversée par les terribles désastres causés par les groupes armés sur le patrimoine culturel, auquel, les communautés de Tombouctou et l’ensemble du peuple malien sont tant attachés » a-t-elle témoigné.

Avant de poursuivre en rassurant le gouvernement malien que son organisation  s’engage à réhabiliter les trois mosquées endommagées et les quatorze mausolées détruits par les islamistes. Mais aussi, de sauvegarder son exceptionnel patrimoine documentaire. A savoir les manuscrits anciens, dont plus de 4200 ont été délibérément brûlés par les groupes armés narco-djihadistes qui ont occupé les trois régions du Nord du Mali entre 2012 et 2013.

David Gressly, le coordinateur résident du système des Nations Unies au Mali, soulignera pour sa part que la protection des manuscrits comme biens culturels menacés est une mission qui nécessité la conjugaison des efforts de l’ensemble des Etats de la sous région et  du Sahel. A cet effet rappelle-t-il, la Minuma et l’Unesco ont tenu un panel de haut niveau sur la ‘’Stratégie Intégré des Nations Unies pour le Sahel’’, dans l’optique dit-il, d’améliorer la coordination entre les Etats concernés pour lutter contre le trafic des biens culturels et protéger les manuscrits anciens du Mali.

 

Conférence internationale sur les manuscrits anciens du Mali : Sauvegarder notre patrimoine pour les générations futures

 Ramata Diaouré – 22 Septembre –  29 janvier 2015

C’est le message adressé aux participants par Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, qui a ouvert la série d’allocutions de la cérémonie d’ouverture de la CIMAM. Lu par Lazare Eloungou, son Représentant au Mali, il rappelle que «l’UNESCO a pris l’engagement de protéger et de reconstruire ce qui a été brisé», ajoutant «cette Conférence internationale est une opportunité de franchir une nouvelle étape de la renaissance culturelle du Mali».

SE l’Ambassadeur de Norvège au Mali, le pays qui a financé la CIMAM, Hege Hertzberg, empêché, a fait lire son discours par la maîtresse de cérémonie. Il en ressort que ce partenaire de longue date aidera notre pays à redevenir «paisible, prospère et stable» et «que l’histoire intellectuelle de Tombouctou, fort avancée, continuera de fasciner des générations de Norvégiens».

Le Coordinateur Résident du Système des Nations Unies au Mali, David Gressly, après avoir affirmé que le thème de la conférence «nous interpelle tous, en cette période où le Mali se reconstruit», magnifiera en Tombouctou «l’une des plus exceptionnelles richesses culturelles que sont ses manuscrits anciens». D’où l’impérieux devoir de les protéger comme un «bien culturel menacé».

Me Tall, après avoir souhaité la bienvenue à tous les invités et avant d’ouvrir officiellement les travaux de la CIMAM, déclarera que «le Mali compte environ 400 000 manuscrits anciens, selon les estimations» et qu’il s’agit là «d’un précieux trésor que nos prédécesseurs nous ont légué au fil des siècles». Le ministre martèlera «nous devons en assurer la conservation afin qu’ils puissent également bénéficier aux générations futures».

Dans ce domaine, et sous la houlette de l’association SAVAMA DCI du Dr Haïdara, notre pays peut compter sur le soutien de partenaires comme l’UNESCO, l’ISESCO, la Norvège, le Luxembourg, l’Arabie Saoudite, l’Afrique du Sud, les Pays-Bas et la Grande Bretagne. La cérémonie officielle terminée, place aux séances de conférences, visites de sites, projection de film et autres panels de spécialistes. Nous y reviendrons.

Mali: Manuscrits exfiltrés de Tombouctou : APRES LE SAUVETAGE, L’AVENIR EN QUESTION

DOUMBIA – L’essor – 28 janvier 2015

C’est aujourd’hui que débute au Centre international de conférences de Bamako (CICB) la première conférence internationale sur les manuscrits anciens de notre pays. Le Mali sort, en effet, progressivement de la crise politico-sécuritaire qui avait conduit notamment à l’occupation du nord par des djihadistes. Ces derniers ont détruit de nombreux éléments de notre patrimoine culturel notamment dans la ville de Tombouctou.

Face à la menace que l’occupation a fait naître, les responsables de l’Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba de Tombouctou et l’Ong Sauvegarde et valorisation des manuscrits pour la défense de la culture islamique (SAVAMA) DCI ont procédé à l’exfiltration de la majeure parie des manuscrits qu’ils avaient sous leur protection respective.

Ces parchemins sont conservés dans les meilleures conditions possibles à Bamako. Force cependant est de constater que les climats diffèrent et que la ville sainte a besoin de ces objets précieux. Près de deux ans après, une Conférence internationale sur les manuscrits anciens s’ouvre à Bamako et durera trois jours.

Le bureau de l’UNESCO à Bamako, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et l’Institut des Hautes études et des recherches islamiques Ahmed Baba, en partenariat avec le ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, sont les initiateurs de cet événement qui examinera les enjeux de préservation durable de ces trésors documentaires.

Intitulée « Les manuscrits anciens face aux défis de l’heure », la conférence posera la question cruciale de l’avenir de ces manuscrits déménagés en cachette de Tombouctou en 2012 et transportés dans l’urgence à Bamako où ils se trouvent toujours. Elle s’intéressera aussi à l’importance de ces documents dans l’histoire de la région, aux défis que pose la conservation de ce patrimoine culturel fragile, au rôle des communautés locales dans sa préservation, à la lutte contre le trafic illicite ou encore à l’action de l’UNESCO dans la sauvegarde de ces manuscrits.

De nombreux intervenants seront là pour débattre de tous ces aspects : universitaires, responsables d’institutions culturelles, représentants des autorités religieuses et des communautés locales, décideurs politiques, historiens ou chercheurs.
En 2012 et 2013, l’occupation des régions du nord du pays par des groupes armés s’est traduite par d’importants dégâts causés au patrimoine culturel, notamment aux manuscrits anciens. A l’Institut Ahmed Baba, 4203 de ces manuscrits ont ainsi été brûlés ou volés. Mais près de 90% de ces documents ont pu être sauvés grâce à l’action de la population organisée autour de SAVAMA-DCI, partenaire de la conférence.

 

Conférence internationale le 28 janvier à bamako : Les manuscrits anciens du Mali face aux défis de l’heure

El Moudjahid – LE : 25-01-2015 | 0:00

Une conférence internationale sur l’avenir des manuscrits anciens du Mali et les moyens de leur préservation sera organisée du 28 au 30 janvier à Bamako (Mali), lit-on sur le site internet de l’Organisation de l’ONU pour l’Éducation, les sciences et la culture (UNESCO).

Une conférence internationale sur l’avenir des manuscrits anciens du Mali et les moyens de leur préservation sera organisée du 28 au 30 janvier à Bamako (Mali), lit-on sur le site internet de l’Organisation de l’ONU pour l’Éducation, les sciences et la culture (UNESCO).

Organisée sur le thème «Les manuscrits anciens face aux défis de l’heure», la rencontre examinera l’avenir des « précieux » manuscrits du Mali qui ont échappé à la destruction lors de l’occupation de Tombouctou en 2012 par des groupes terroristes. La rencontre est organisée à l’initiative du bureau de l’UNESCO à Bamako, du ministère malien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, et de l’Institut des Hautes études et des recherches islamiques Ahmed-Baba.

En 2012 et 2013, l’occupation des régions du nord du pays par des groupes armés s’est traduite par d’importants dégâts causés au patrimoine culturel, notamment aux manuscrits anciens. À l’Institut Ahmed-Baba, 4.203 de ces manuscrits ont ainsi été brûlés ou volés. Mais près de 90% de ces documents ont pu être sauvés, grâce à l’action de la population organisée autour de l’ONG Sauvegarde et valorisation des manuscrits pour la défense de la culture islamique (SAVAMA-DCI), partenaire de la Conférence. Les spécialistes estiment à 300.000, le nombre de ces manuscrits.

Ce sont d’inestimables sources de connaissances transmises par des érudits ayant vécu entre le 12e et le 15e siècles. Les documents sauvés de l’Institut Ahmed-Baba traitent des mathématiques, de la musique, du droit islamique, de la poésie, de la médecine et bien d’autres domaines. Tombouctou, surnommée jadis la perle du Sahara et la ville des 333 saints patrons, a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1988.

 

Manuscrits anciens de Tombouctou : Bamako accueille une conférence internationale

Par Unesco – 23/01/2015

Intitulée « Les manuscrits anciens face aux défis de l’heure », la Conférence posera la question cruciale de l’avenir de ces manuscrits, exfiltrés de Tombouctou en 2012

Près de deux ans après l’occupation du nord du Mali par des groupes armés et les destructions de biens culturels qui s’en sont suivies, une Conférence internationale sur les manuscrits anciens est organisée au Centre international de conférences de Bamako du 28 au 30 janvier.

Le bureau de l’UNESCO à Bamako, le ministère malien de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et l’Institut des Hautes études et des recherches islamiques Ahmed Baba, en partenariat avec le ministère malien de la culture, de l’artisanat et du tourisme*, sont à l’origine de cet événement qui examinera les enjeux de préservation durable de ces trésors documentaires.

Intitulée « Les manuscrits anciens face aux défis de l’heure », la Conférence posera la question cruciale de l’avenir de ces manuscrits, exfiltrés de Tombouctou en 2012 et transportés dans l’urgence à Bamako où ils se trouvent toujours. Elle s’intéressera aussi à l’importance de ces documents dans l’histoire de la région, aux défis que pose la conservation de ce patrimoine culturel fragile, au rôle des communautés locales dans sa préservation, à la lutte contre le trafic illicite ou encore à l’action de l’UNESCO dans la sauvegarde de ces manuscrits.

De nombreux intervenants (voir programme) en débattront : universitaires, responsables d’institutions culturelles, représentants des autorités religieuses et des communautés locales, décideurs politiques, historiens ou chercheurs. Cet évènement sera aussi l’occasion de projeter en avant-première le film documentaire «Sur la piste des manuscrits de Tombouctou », du réalisateur Jean Crépu, à l’Institut Français de Bamako (28 janvier, 18h00).

En 2012 et 2013, l’occupation des régions du nord du pays par des groupes armés s’est traduite par d’importants dégâts causés au patrimoine culturel, notamment aux manuscrits anciens. A l’Institut Ahmed Baba, 4203 de ces manuscrits ont ainsi été brûlés ou volés. Mais près de 90% de ces documents ont pu être sauvés grâce à l’action de la population organisée autour de l’ONG Sauvegarde et valorisation des manuscrits pour la défense de la culture islamique (SAVAMA-DCI), partenaire de la Conférence.

Les manuscrits de Tombouctou forment un ensemble de plusieurs centaines de milliers de documents dont les plus anciens remontent au 13e siècle. Ils rassemblent aussi bien des traités savants que des textes religieux ou des documents commerciaux et sont rédigés en arabe ou dans une version africanisée de l’alphabet arabe.

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :