Skip to content

L’aménokal des Ifoghas contre l’indépendance

by sur 27 février 2015

Mis à jour vendredi 27 février à 19h30

Le nouvel aménokal élu il y a deux mois s’est prononcé contre l’indépendance du Nord du Mali, ce qui ne manquera pas d’influer sur le cours des pourparlers d’Alger, et aussi, sans doute, de lui créer quelques problèmes à Kidal.

Rappelons qu’à la mort de son Père, il avait été préféré à son frère, plus radical, engagé dans le HCUA, proche de Iyad Ag Ghali, leader salafiste du mouvement Ansar Eddine; ce dernier ayant menacé tous ceux qui signeraient des accords avec le gouvernement malien à Alger.

Des déclarations du nouvel aménokal soutenant l’indépendance de l’Azawad ont été présentées comme étant les siennes, prononcées le 19 février à Aguelhock.

Il les a démenties hier sur, les ondes de RFI, et c’est toute une autorité morale qu’il met dans la balance.

Décidément, nous sommes aussi en pleine guerre de communication, mais, en annonçant une mission itinérante dans le Nord pour prôner l’entente et la paix, cette fois-ci l’aménokal des Ifoghas affirme haut et fort sa loyauté au Mali.

Reste à, savoir s’il sera entendu par la majorité. 

Pourparlers inter-maliens à Alger : le jeu trouble des rebelles ne doit tromper personne

Mamadou DABO – Source : Maliglobe.com – Zénith Balé du 27 Février 2015

Chaque fois que les pourparlers d’Alger reprennent cours, l’occasion est saisie par les groupes rebelles d’amuser la galerie. Des documents sont élaborés par-ci, des déclarations fantaisistes sont faites par là. Cette fois, c’est le chef coutumier des touareg Mohamed Ag Intalla qui rentre dans la danse. Faut-il lui accorder le minimum de confiance ?

Comme nous le disions dans une de nos précédentes parutions, aux dernières législatives, des circonscriptions électorales n’ont pas observé de second tour. Dans la région de Kidal notamment, tous les candidats ont été élus dès le premier tour. Ils sont trois députés rebelles du RPM (Abéibara, Tessalit, Tin Essako) plus un indépendant (ville de Kidal) sur la liste de l’Association pour la paix qui a gagné dans la ville de Kidal. Leurs résultats sont ainsi qu’il suit : à Kidal l’indépendant Ahmoudene Ag IKNASS a été élu avec 65,30% ; à Abéibara le député Ahmada Ag BIBI du RPM avec 96,69% ; à Tessalit Mme Aïcha Belco MAIGA du RPM avec 65,47% ; à Tin Essako c’est Mohamed Ag INTALLA du RPM qui est venu avec 100%.

Ce qui devrait expliquer indéniablement la popularité sinon l’influence de ces « honorables » dans ces circonscriptions respectives. Cependant, force est de reconnaître l’ambiguïté de leur présence dans la mouvance présidentielle et la violence meurtrière qui sévit incessamment dans la région de Kidal de la part de leurs électeurs. C’est pourquoi nous sommes en droit de nous interroger en quoi ces députés servent-ils le Mali ?

Et Kidal n’arrête pas de défrayer la chronique, alternant la violence contre les autorités, l’armée malienne et la MINUSMA, malgré la signature du cessez-le-feu par l’ensemble des belligérants. Or, c’est dans la circonscription électorale de Kidal que la liste d’une association dénommée l’Association pour la paix a remporté les élections législatives dès le premier tour avec un score sans appel de 65,30%. Comment donc se fait-il que tout Chef du Gouvernement malien soit indésirable à Kidal au point d’ouvrir le feu sur sa délégation ?

Ensuite, ils sont trois députés rebelles à remporter sous les couleurs du RPM les législatives avec des scores encore plus lourds : Tessalit : 65,47% ; Abéibara : 96,69% ; Tin Essako : 100%. Même si le nombre des abstentions est élevé à Kidal et Tin Essako, rien ne justifie cette mollesse des députés de la région à ne pouvoir faire taire les armes dans cette localité.

Enfin, c’est Mohamed Ag Intalla actuellement amenokal de Kidal, mais d’abord député RPM élu à Tin Essako avec 100% des voix, qui entre dans la danse, comme s’il avait entendu notre appel à la raison : « Je suis Malien, Kidal ne réclame ni indépendance, ni autonomie « , a-t-il déclaré.

Nous aimerions qu’il en soit ainsi. D’abord parce que tous les Maliens aspirent à la paix, ensuite parce que le Président Ibrahim Boubacar Kéïta n’a ménagé aucun effort, pour ramener ces » égarés » dans les rangs, ou en tout cas dans ses rangs. Mais à force de ruse et d’actes machiavéliques, ces hommes inspirent difficilement confiance aujourd’hui. Alors, attendons d’en savoir plus, avant de s’empêtrer dans un guet-apens.

La Déclaration de Mohamed Ag Intala : « Je suis Malien, Kidal ne réclame ni indépendance, ni autonomie », dixit le chef coutumier des touareg Mohamed Ag Intalla

Pour la première fois depuis qu’il a succédé à son père décédé en décembre dernier, Mohamed Ag Intalla actuellement amenokal, c’est-à-dire chef traditionnel des touareg de la tribu des Iforas de la région de Kidal s’est exprimé dans la presse.

Cette personnalité respectée dont la voix porte, affirme être à la veille d’entreprendre une mission de sensibilisation dans le nord du Mali, il affirme également être contre toute forme d’autonomie de la région de kidal aux mains des touareg depuis mai 2014 après une défaite sur place de l’armée malienne.

« Je suis malien » dit même Mohamed Ag intalla, personnage influent dans la région.

« Kidal est malien, je suis contre l’indépendance et même l’autonomie de Kidal « , a déclaré mercredi à maliglobe.com, Mohamed Ag Intalla nouvel aménokal (chef traditionnel) des touareg.

Prenant sur ce point le contre-pied de certains groupes rebelles touareg actuellement en négociation à Alger qui réclament l’autonomie du nord du Mali qu’il appellent » Azawad « , Mohamed Ag Intalla, pour montrer qu’il est plutôt farouchement opposé à toute idée d’autonomie, a ajouté » ce qu’il faut même, c’est de décider que Kidal devienne la capitale du Mali « .

Il a par ailleurs affirmé que dans le cadre de la réconciliation nationale, il s’apprêtait à sillonner le nord du Mali avec d’autres chefs de communauté pour prôner la paix.

« Il y aura une mission à l’intérieur de la région de Kidal. La même mission dans la région de Gao pour sensibiliser la société civile. Pour prôner la paix « , a insisté le nouvel aménokal interrogé depuis Bamako

Abordant la question des négociations actuellement en cours à Alger entre les groupes rebelles et le gouvernement malien, le chef traditionnel des touareg de la tribu des iforas a expliqué que » ce sont des discussions entre maliens pour trouver une paix durable pour que dans un an, dans deux ans, ou dans trois ans, on ne parle pas à nouveau de guerre « .

« Il faut une paix durable dans le nord. C’est comme ça que je vois les choses « , a-t-il ajouté.

 L’Amenokal Mohamed Ag Intalla : le nouveau pèlerin de la paix au Mali ?

Madiassa Kaba Diakité – Le Républicain du 27 Février 2015

En réaction aux velléités indépendantistes qu’on l’attribuait, le tout nouveau amenokal de la tribu des ifoghas, non moins député à l’Assemblée nationale, rompt le silence et réaffirme, très haut, sa « malienneté ». Est-ce à croire que le chef traditionnel des Touaregs est devenu le nouveau pèlerin de la paix au Nord du Mali ?

Tout d’un coup, la frustration des Maliens est tombée. Il y a eu plus de peur que de mal finalement. Contrairement à ce qui était annoncé dans la presse malienne, l’Amenokal de Kidal, le MALIEN Mohamed Ag Intalla, tient au Mali comme la prunelle de ses yeux. « Je suis Malien, Kidal ne réclame ni indépendance, ni autonomie », a, en effet, déclaré Mohamed Ag Intalla, au site d’information maliglobe.com.

On est peut être plus clair. La boucle est donc bouclée. L’influent notable de Kidal est pour l’unité du Mali. Un ouf de soulagement alors pour les Maliens qui voient au nouveau Amenokal de Kidal, un trait d’union entre les différentes parties engagées dans les pourparlers inter maliens d’Alger. Un espoir pour la paix.

Reste à savoir quel sera l’impact de ses propos de l’amenokal sur les négociations en cours dans la capitale algérienne. D’autant plus que Mohamed Ag Intalla se démarque, non seulement, des velléités indépendantistes de la Coordination des mouvements de l’Azawad mais propose l’Adrar des Ifoghas comme capitale du Mali. « Ce qu’il faut même, c’est de décider que Kidal devienne la capitale du Mali », explique l’Amenokal toujours sur maliglobe.com.

Un signal fort envoyé à l’endroit des groupes armés qui misent sur un Etat fédéral avec pour capitale la Venise malienne : MOPTI. Et Mohamed Ag Intalla n’attend pas s’arrêter là. Il veut prendre son bâton de pèlerin pour prêcher le retour de la paix au Mali « Il y aura une mission à l’intérieur de la région de Kidal. La même mission dans la région de Gao pour sensibiliser la société civile.

Pour prôner la paix », poursuit-il sur maliglobe.com. Avant de se prononcer sur les négociations en cours à Alger. « Ce sont des discussions entre Maliens pour trouver une paix durable pour que dans un an, dans deux ans, ou dans trois ans, on ne parle pas à nouveau de guerre. Il faut une paix durable dans le nord ». Cet acteur incontournable de la scène nationale, vient, ainsi de montrer la voie à suivre. Son discours, sans langue de bois, renvoie les différents protagonistes engagés dans les pourparlers d’Alger devant leurs responsabilités face à l’histoire.

 Nord Mali : le chef coutumier touareg de Kidal rejette toute idée d’indépendance

L Essor du 26 février 2017

Le nouveau chef coutumier de la région de Kidal, bastion touareg de l’extrême nord-est du Mali, a rejeté mercredi toute idée d’indépendance ou d’autonomie du nord du pays, plaidant pour l’intérêt de la paix avec Bamako, dans une déclaration à l’AFP.

« Kidal est malien, je suis contre l’indépendance et même l’autonomie de Kidal », aux mains des rebelles touareg depuis mai 2014 après avoir vaincu l’armée malienne, a assuré Mohamed Ag Intalla, qui a succédé en décembre à son père comme Amenokal (chef élu par les sages) de l’Adrar des Ifoghas, après le décès de celui-ci.

« Ce qu’il faut même, c’est décider que Kidal devienne la capitale du Mali », a-t-il ajouté dans une première déclaration depuis sa désignation, prenant délibérément le contrepied de certains groupes rebelles touareg actuellement en négociation avec le gouvernement à Alger revendiquant l’autonomie du nord du Mali qu’ils appellent « Azawad ».

Joint par l’AFP à partir de Bamako, Mohamed Ag Intalla, député du parti au pouvoir, a par ailleurs affirmé que dans le cadre de la réconciliation nationale, il s’apprêtait à sillonner le nord du Mali avec d’autres chefs de communauté pour « prôner la paix ».

« Il faut faire la paix. Il faut parler entre Maliens pour savoir comment on va tous profiter du développement. Il faut qu’on implique les populations », a-t-il estimé.
« Il y aura une mission à l’intérieur de la région de Kidal. La même mission dans la région de Gao pour sensibiliser la société civile. Pour prôner la paix », a insisté le nouvel Amenokal.

Les revirements d’alliances au sein des mouvements armés du Nord, traditionnellement fluctuants, se sont multipliés à l’approche de la reprise des pourparlers d’Alger le 16 février.

La semaine dernière, un des chefs militaires de la branche du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA) favorable à la rébellion, Ali Idriss Hamaha, a annoncé son ralliement au camp progouvernemental.

En décembre, un chef militaire de la rébellion touareg, le colonel Hassane Ag Mehdi, avait également fait défection.

Mali: le nouvel amenokal de Kidal contre l’indépendance du nord

Par RFI – Publié le 26-02-2015 Modifié le 26-02-2015 à 11:30

Le chef traditionnel des Touaregs de la tribu des Ifoghas, personne influente dans la région de Kidal, prend le contre-pied des indépendantistes de sa région et du nord du Mali. Pour sa première déclaration à la presse depuis qu’il a succédé à son père, Mohamed ag Intalla a confié à RFI se sentir avant tout Malien.

Plus de deux mois après sa désignation, le chef des Touaregs maliens de la tribu des Ifoghas abat ses cartes. « Non pour l’autonomie, non pour l’indépendance de la région de Kidal », martèle-t-il. Et quand, sur cette question, RFI le pousse dans ses derniers retranchements, Mohamed ag Intalla ne démord pas, va plus loin et déclare avec humour : « Je suis Malien, il faut peut-être même que Kidal devienne la capitale du Mali. »

Cette sortie en annonce peut-être une autre. La ville de Kidal est aux mains des rebelles touaregs depuis le mois de mai dernier. Nombreux de ses rebelles affirment ne pas se sentir Maliens ; ils réclament même une fédération, une autonomie voire une indépendance. Le nouvel amenokal s’adresse donc probablement également à eux pour leur dire qu’il est contre ces idées.

Mohamed ag Intalla s’exprime au moment où se déroulent les pourparlers d’Alger entre groupes armés et gouvernement malien. C’est donc un message clair qu’il leur adresse. Etcomme pour imprimer sa marque, dans les prochains jours, le chef coutumier de Kidal entend sillonner avec d’autres notables les régions de Kidal et de Ménaka. Avec un objectif : prôner la paix et la réconciliation entre fils du même pays.

 

Mali: Cédant aux menaces des radicaux du HCUA et de Iyad Ag Ghaly : Le nouvel Aménokal de Kidal Mohamed Ag Intallah déclare » ne plus faire partie du Mali

Abdoulaye     DIARRA –  L’indépendant – 24 février 2015

Il ne fait plus l’ombre de doute que le tout-nouvel Aménokal de Kidal, Mohamed Ag Intallah, qui était considéré comme un homme favorable à l’unité nationale et proche de Bamako, a désormais  pris fait et cause pour les irréductibles de Kidal qui réclament haut et fort  le fédéralisme.

L’homme a cédé face à la pression des extrémistes de son clan, notamment son frère Algabass Ag Intallah et  Cheick Haoussa, tous  deux membres du HCUA. Et c’est Iyad Ag Ghaly, fondateur de l’organisation terroriste dissoute Ansar Eddine dont est issu le HCUA, qui détient  la réalité des forces sur le terrain. L’aménokal Mohamed Ag Intallah a déclaré au cours d’un meeting que « Kidal ne fait plus partie du Mali ». C’était le 19 février dernier à Aguelhok.

En effet,  son bras droit, Cheick Haoussa et l’Aménokal des Iforas, Mohamed Ag Intallah, ont animé, le jeudi 19 février à Aguelhok, une réunion avec les populations de la localité pour les exhorter  à plus de soutien aux délégations de la Coordination des mouvements de l’Azawad présentes à Alger dans le cadre des pourparlers inclusifs inter-Maliens.

Il nous revient que Mohamed Ag Intallah, non moins député RPM, le parti majoritaire à l’Assemblée nationale,  a demandé aux habitants d’Aguelhok et des autres villes qu’ils ont visitées de « ne plus compter sur le Mali » et de se considérer comme de « l’Azawad » . Cette première sortie du chef des Iforas, depuis son intronisation il y a quelques semaines, sera élargie à d’autres localités sous le contrôle des séparatistes.

Cette prise de contact est consécutive au revers subi par les séparatistes lors des derniers combats qui les  ont opposés à des groupes patriotes de la Plateforme. Mais aussi aux nombreuses défections constatées avec les ralliements  de chefs de guerre aux unionistes.

Mohamed Ag Intallah, qui se trouvait  dans une situation inconfortable après son intronisation a, semble-t-il, été menacé par les séparatistes d’opter pour l’Azawad au détriment de l’unité nationale. On se rappelle que sa désignation avait été rejetée par l’aile dure de la Coordination des mouvements de l’Azawad, qui a désigné son frère Algabass Ag Intallah pour succéder au défunt patriarche. L’actuel  chef de la sécurité de Kidal, le colonel déserteur de la garde nationale du Mali, Hassane Fagaga, avait, lors d’une récente apparition publique, demandé au nouvel Amenokal de faire son choix entre le Mali et l’ « Azawad » avec le risque de perdre sa couronne.

Toutefois, les mises en garde de Iyag Ag Ghaly contre Mohamed Ag Intallah semblent avoir précipité les choses pour ce dernier qui a déclaré  » ne plus faire partie du Mali » et demandé à tous ses  partisans de le suivre.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :