Skip to content

L’accord de paix signé ce dimanche 1er mars ?

by sur 1 mars 2015

Des sources algériennes ont annoncé, hier samedi 28 février en soirée, la signature d’un accord de paix dés ce dimanche matin à 9h, entre les groupes armés (hors Al Quaïda et alliés) et le gouvernement malien.

Cependant, à Kidal, à Ber et à Ménaka, des manifestants pro indépendance demandent aux mouvements de rentrer au Mali sans signer un texte qui ne prévoit ni autonomie ni indépendance.

De nouvelles manifestations sont annoncées pour ce dimanche.

Crise au nord : Accord de paix imminent au Mali

Le Monde.fr avec AFP Le 28.02.2015 à 20h42 

Deux semaines après une « déclaration » prévoyant la « cessation immédiate de la violence », le processus de paix Mali devrait entrer dimanche 29 février dans une phase décisive, avec la signature d’un accord de paix entre le gouvernement de Bamako et six groupes armés du nord du pays.

« Les parties maliennes signeront sous les auspices de l’Algérie un accord de paix demain matin », a indiqué samedi à l’AFP une source au sein du ministère algérien des affaires étrangères.

La médiation algérienne avait récemment présenté aux parties un nouveau projet d’accord

Dans un souci d’équilibre entre les exigences contradictoires de souveraineté et d’autonomie, le texte appelle à« reconstruire l’unité nationale du pays sur des bases novatrices, qui respectent son intégrité territoriale, tiennent compte de sa diversité ethnique et culturelle ». Il sera signé par :

  • le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA)
  • le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA)
  • le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA)
  • le MAA-dissident
  • la Coordination pour le peuple de l’Azawad (CPA)
  • la Coordination des Mouvements et fronts patriotiques de résistance (CM-FPR)

Al-Qaïda exclu

Le gouvernement malien et ces six groupes avaient entamé à la mi-février à Alger un nouveau round de négociations, le cinquième depuis juillet 2014. Ces négociations étaient les premières à rassembler l’ensemble des parties prenantes au conflit depuis celles qui avaient abouti à un accord intérimaire le 18 juin 2013 à Ouagadougou, au Burkina Faso.

Etaient exclus des négociations les groupes liés à Al-Qaïda qui, à un moment alliés du MNLA, ont occupé pendant plus de neuf mois le nord du Mali avant d’en être partiellement chassés par une intervention armée internationale lancée en 2013 par la France.

En août 2014 lui a succédé l’opération « Barkhane », dont le rayon d’action s’étend à l’ensemble de la zone sahélo-saharienne. Cette zone a cependant enregistré depuis l’été une recrudescence d’attaques, notamment jihadistes, visant les forces maliennes ou étrangères, mais aussi les civils.

Manifestations à Kidal contre des accords en vue à Alger

Par RFI – 28 février 2015

Alors que la délégation malienne et la plateforme des mouvements pro-Mali ont accepté de parapher, ce dimanche à Alger, le document préparé par la médiation, les mouvements de la coordination de l’Azawad pourraient boycotter cette cérémonie. En effet, sur le terrain, les pro-Azawad sont mécontents du texte qui n’intègre ni l’autonomie ni le fédéralisme dans le projet d’accord de paix.

Une cérémonie de clôture des discussions et de paraphe du projet d’accord est prévue ce dimanche matin à 9 heures à Alger en présence de toutes les parties et des partenaires internationaux qui soutiennent ce processus depuis des mois. Bamako et la plateforme des mouvements pro-Mali ont accepté de parapher ce texte, le jugeant équilibré.

En revanche, il en va tout autrement du côté des mouvements pro-autonomie de l’Azawad. La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) se retrouve coincée entre la médiation et sa base sur le terrain. En effet, certains délégués sont convaincus qu’un mauvais accord vaut mieux que pas d’accord du tout et se disent prêts à parapher, sans conviction. Or, sur le terrain, à Kidal, à Ber ou à Ménéka, la base pense tout le contraire : pas question de reconnaître un texte qui a oublié l’essentiel des revendications des populations de l’Azawad.

La journée de samedi a donc été très compliquée pour la délégation de la Coordination des mouvements de l’Azawad. Des manifestations ont donc eu lieu samedi après-midi dans plusieurs localités du nord du Mali, à Ber et à Kidal. Le texte proposé par la médiation a été brûlé à côté de l’arbre dit « de la Liberté », une place située près de l’aéroport de Kidal. Entre 400 et 500 personnes, selon plusieurs témoignages, se sont rassemblées devant l’aéroport avant de prendre la direction du centre-ville.

Les manifestants demandent à leurs représentants de ne pas signer de texte

Les manifestants demandent à leurs représentants partis à Alger de rentrer sans signer un texte qui ne correspond pas à leurs attentes. « Nous sommes venus manifester, car nous rejetons le projet d’accord qui est en train d’être signé à Alger parce qu’il n’y a pas de fédéralisme, explique à RFI un habitant de Kidal. On a reconnu le nom l’Azawad, mais en tant que simple nom. Notre révolution a commencé par l’indépendance de l’Azawad et on nous a demandé de renoncer à l’indépendance et maintenant qu’il n’y a pas de fédéralisme, nous ne signerons pas d’accord. Nous demandons à notre délégation à Alger de rentrer et de ne rien signer. » « Ce texte ne parle ni de fédéralisme ni d’autonomie, déplore un autre joint au téléphone, il n’y a que le Mali que ça arrange ! » « Il ne faut pas accepter cet accord, il faut trouver une meilleure solution, clame cet autre manifestant, nos représentants doivent quitter les négociations, ils doivent partir d’Alger et rentrer à Kidal. » « L’Algérie veut nous tordre le bras, poursuit ce militant du MNLA, l’Algérie veut coûte que coûte valider son accord ».

La CMA demande un délai pour expliquer le texte

La manifestation s’est achevée en fin d’après-midi, aucun débordement n’a été signalé. Un nouveau rassemblement est prévu ce dimanche.

La CMA a demandé un délai supplémentaire à la médiation pour aller expliquer le texte aux militants et aux responsables militaires. Samedi soir, des officiels algériens confirmaient la tenue de la cérémonie de clôture des négociations pour dimanche matin, 9 heures.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :