Skip to content

Le président IBK : « Nous sommes debout ! »

by sur 9 mars 2015

Le Président Ibrahim Boubacar Keïta s’est déplacé sur les lieux de l’attaque, à la Terrasse; il s’est ensuite adressé solennellement à la presse dimanche soir.

Attentat de Bamako: le président IBK prend la parole

Par RFI – 9 mars 2015

Pour la première fois depuis les événements survenus dans la nuit de vendredi à samedi à Bamako, le président Ibrahim Boubacar Keïta s’est exprimé ce dimanche 8 mars au soir, devant la presse, à l’occasion de la Journée internationale des femmes.

Le chef de l’Etat malien a condamné l’attaque meurtrière qui a frappé les clients de l’établissement La Terrasse, dans le quartier de l’Hippodrome. Trois Maliens, un Français et un Belge ont perdu la vie dans la fusillade.

« Nous sommes debout, nous sommes sereins, nous ne sommes pas dans la peur, il n’y a pas de psychose, ils ont échoué et ils échoueront. Ils ne nous feront pas peur ! Nous disons non, non et non à cette forme qui n’a rien, absolument rien d’islamique. Et ceux qui ont osé le revendiquer, ils le paieront au plus cher », a fait savoir IBK dimanche soir, soit deux jours après les évènements meurtriers du week-end, une première depuis l’opération française Serval.

IBK à la Terrasse

Le président malien IBK (au centre) et le Premier ministre Modibo Keïta (à sa gauche) se sont rendus sur les lieux de l’attentat, samedi 7 mars 2015.AFP PHOTO/STRINGER

« C’est l’ensemble international qui a été, ici, agressé, considère le président malien. Le Mali et des jeunes partenaires qui étaient venus dans le cadre de la coopération bilatérale ou multilatérale, nous aider, ont été fauchés, lâchement, sauvagement, cruellement, injustement, cela révolte toute conscience humaine. Mais les concernant, peut-on parler d’humains ? »

Et Ibrahim Boubacar Keïta de tacler encore plus précisément : « Sont-ils des hommes, ceux-là qui mettent des cagoules pour commettre l’innommable, l’indicible ? Non, ce nom d’homme, je préfère le réserver à ceux qui le méritent. Ces lâches, en rampant comme des reptiles nocturnes, ont été cette fois-ci un peu trop loin. Que personne n’ait peur, c’est cela qu’ils recherchent. Le terrorisme, c’est ça. La terreur ? Non ! »

 IBK sur les lieux de la fusillade à l’hippodrome : amertume et consternation !

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita ainsi que le Premier ministre Modibo Kéita et les ministres de la communication porte-parole du gouvernement Choguel K. Maiga, celui de la solidarité Hamadoun Konaté et de la santé Ousmane Koné se sont rendus sur les lieux du crime pour constater les faits de cet acte ignoble de ce commando.

Les autorités ont constaté sur le terrain l’acte ignoble et barbare de ce commando. Elles ont été guidées par le commandant Fallaye Kanté de la police technique et scientifique qui dirigeait les opérations. Occasion pour le Président de la République et sa suite de visiter le restaurant attaqué, les lieux où le Belge et le gardien ont été tués ainsi que le véhicule de la police criblé de balles.

Une équipe de déminage des forces armées maliennes était sur le terrain pour désamorcer les grenades qui n’ont pas pu exploser. Les terroristes dans leur fuite ont criblés de balles des domiciles privés. L’on a pu constater de l’amertume sur le visage du président IBK qui était sous le choc. Juste après la visite, le président de la République a convié le Premier ministre et certains ministres à Koulouba pour un conseil extraordinaire de défense.

Le ministre porte-parole du Gouvernement, Choguel Maiga s’est prêté à nos questions et dira qu’il « pense que la réaction du gouvernement a été à la mesure de l’événement. Vous venez de constater que très tôt depuis 5h du matin, autour du Premier ministre se sont retrouvés les ministres de la communication, de la santé, de la solidarité qui sont allés sur le terrain pour faire une première analyse de la situation, étant donné que le ministre de la sécurité est en mission. A l’issue de cette analyse, un certain nombre de mesures ont été prises. Mais la mesure la plus importante est le fait que le président de la République a décidé de convoquer un conseil extraordinaire de défense à l’effet d’appréhender les faits dans toutes ses dimensions.

Nous avons fait aussi un communiqué pour donner officiellement la position du gouvernement du Mali sur ce qui s’est passé, pour donner les informations les plus fiables. Ce que je voudrais ajouter à cela, c’est dire toute la compassion du gouvernement à l’endroit des familles et des proches des victimes, singulièrement nos amis expatriés qui sont venus nous aider. Nous présentons nos condoléances les plus attristés au nom du gouvernement et du Chef de l’Etat aux familles des disparus et souhaitons prompt rétablissement aux blessés.

Le second message important que nous voudrions faire passer, c’est à l’endroit de nos populations, la description de la situation ici indique clairement que quels que soient les efforts des forces de sécurité, il est nécessaire que les populations collaborent étroitement avec nos forces de sécurité, sinon à elles seules, elles viendront difficilement à bout du fléau auquel nous faisons face.

C’est extrêmement important, c’est un appel à toutes les populations maliennes pour qu’elle redouble de vigilance pour que les uns et les autres comprennent que tous les Maliens sont des soldats au front aujourd’hui, chacun se bat avec les armes qu’il a, et aujourd’hui l’information est très capitale pour faire le bon choix par nos forces de sécurité.

Nos forces de sécurité ont pris toutes les dispositions nécessaires et je crois qu’à l’issue du conseil extraordinaire de défense, l’ensemble des informations seront collectées et mises à la disposition de la population.

Ce qu’on sait à ce niveau de l’enquête, ce que nous avons eu malheureusement à déplorer, c’est qu’il y a eu cinq morts dont deux expatriés, à savoir un Belge et un Français et trois Maliens dont un policier, un gardien et un citoyen de passage.

Nous avons eu aussi à déplorer cinq blessés dont trois Maliens et deux expatriés qui sont tous des Suisses dont un est en train d’être évacué et le second pris en charge au niveau de l’hôpital du Mali. Pour ce qui est de l’enquête, il faudra laisser le temps avant de communiquer là-dessus. ».

Notons que l’homme qui a ouvert le feu a ensuite « pris la fuite dans un véhicule conduit par un complice », les deux hommes étant « cagoulés ». Peu après avoir quitté les lieux de l’attaque, ils auraient croisé une voiture de police et un nouvel échange de tirs aurait eu lieu.

 

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :