Skip to content

Enlèvement au Burkina Faso

by sur 6 avril 2015

L’enlèvement d’un citoyen français d’origine roumaine, agent de sécurité dans une mine de manganèse située au Nord du Burkina Faso, à proximité de la frontière malienne, semble être l’oeuvre des mouvements armés maliens.

C’est une première au Burkina, mais ce n ‘est pas la première fois que les dhjihadistes-terroristes du Mali frappent hors frontières !

En fin d’articles, le rappel des enlèvements depuis cinq ans dans la région.

Le Burkina veut poursuivre les ravisseurs de l’otage roumain au Mali et au Niger

Publié le dimanche 5 avril 2015  |  AFP

Ouagadougou – Les autorités burkinabè veulent poursuivre les ravisseurs de l’otage roumain au Niger et au Mali, deux pays frontaliers du nord du Burkina Faso, où il a été kidnappé samedi, a indiqué un ministre dimanche à l’AFP.

« Les opérations de recherche se poursuivent. Nous discutons avec nos voisins du Mali et du Niger pour avoir des droits de poursuite sur leur territoire afin de mettre la main » sur les ravisseurs, a poursuivi ce ministre burkinabè, qui a souhaité garder l’anonymat.

D’après un responsable du ministère malien de la Défense, « le droit de poursuite est reconnu entre le Mali et plusieurs de ses voisins dont le Niger et le Burkina. Donc, si c’est nécessaire, le Burkina et le Niger peuvent exercer ce droit. »

Cinq hommes armés portant des turbans ont enlevé samedi un « officier de sécurité roumain » travaillant dans la mine de manganèse de Tambao, petite localité du nord du Burkina Faso, a confirmé dimanche Pan Africain Minerals (PAM), l’exploitant du site, dans un communiqué.

Le gouvernement burkinabè a indiqué samedi que les malfrats « ont pris la fuite en direction de la frontière Burkina-Niger », ce que le Niger a démenti, selon le ministre burkinabè. L’AFP n’a pu pour l’instant obtenir de réaction officielle des autorités nigériennes.

« C’est une zone qui fait frontière avec les deux pays, donc le ratissage se fera sur deux directions », a expliqué un haut gradé de l’armée burkinabè à l’AFP.

Des éléments du Régiment de sécurité présidentielle (RSP, une unité d’élite) spécialisés dans la lutte anti-terroriste ont été envoyés au nord du Burkina pour renforcer une équipe de militaires arrivée samedi depuis Dori, la plus grande ville burkinabè de la région du Sahel, a-t-il poursuivi.

Deux cellules de crise ont été activées au niveau gouvernemental et à l’Etat-major général des armées, a précisé un officier de l’Etat-major.

« Nous renforçons nos moyens militaires dans la zone ainsi que nos (services de) renseignements » sur place, a indiqué cette source.

Selon des habitants, d’inhabituelles « fouilles intensives » de véhicules sont instaurées depuis samedi soir dans les villes du nord.

« Les policiers et les gendarmes fouillent systématiquement les véhicules », a déclaré à l’AFP Al Hassane Barry, un professeur de lycée, dont la voiture a
été examinée « cinq fois » par la gendarmerie en 200 km lors d’un trajet le
menant du nord vers le centre du Burkina.

C’est la première fois qu’un ressortissant européen est enlevé au Burkina
Faso, un pays sahélien jusqu’alors épargné par les kidnappings d’Occidentaux
et les attentats terroristes, contrairement au Mali et au Niger voisins.

Burkina : 5 touaregs qui seraient venus du territoire malien ont attaqué la mine de manganèse de Tambao dans la région du Sahel

Par Radio Oméga – Date: 05 Avril 2015 

Pour le moment, le bilan selon des témoins fait état de l’enlèvement d’un expatrié européen du nom de Gherghut Lulian, âgé de près de la quarantaine. Un gendarme aurait été blessé dans l’attaque.

Un gendarme burkinabè est grièvement blessé de même qu’un chauffeur de la mine. L’attaque a été confirmée par des sources sécuritaires.

Le gendarme blessé est en train d’être évacué à Ouagadougou. L’expatrié enlevé est de nationalité française, mais d’origine roumaine. D’autres sources indiquent que les assaillants seraient repartis vers le Niger.

Le gendarme a été touché à la tête et la cuisse. Un chauffeur a également été touché à la cuisse lors de cette attaque.

Un Roumain, employé d’une mine, enlevé dans le nord du Burkina Faso

AFP – Le Point – Publié le 04/04/2015 à 21:17 – Modifié le 05/04/2015 à 10:02

L’homme, chargé de la sécurité de la mine, a été enlevé par cinq individus armés « ressemblant à des Touareg », qui l’ont emmené vers le Mali.

Des hommes armés ont enlevé samedi un Roumain chargé de la sécurité d’une mine de manganèse dans le nord du Burkina Faso puis l’ont emmené vers le Mali voisin, a-t-on appris auprès de sources sécuritaires burkinabé et malienne. « Un Roumain a été enlevé par cinq hommes qui ressemblent à des Touareg. Ils ont attaqué la mine de manganèse de Tambao » (Nord), a déclaré un haut gradé de l’armée burkinabé, faisant état d’un gendarme « grièvement blessé » dans l’assaut.

« Ils ont d’abord tiré sur le gendarme, le blessant grièvement, avant d’enlever le Roumain qui, lui, n’était pas armé », a raconté à l’AFP un responsable de la gendarmerie burkinabé, indiquant que l’otage travaillait comme « agent de sécurité de la mine ». Les auteurs du rapt, « des hommes enturbannés et armés », « se dirigeant vers la frontière malienne, nous avons envoyé des hommes armés pour éventuellement les intercepter », a fait savoir une source sécuritaire malienne.

Djihadistes dispersés dans la zone

Le Burkina Faso, un pays sahélien pauvre, avait jusqu’alors été épargné par les enlèvements d’Occidentaux touchant le Mali et le Niger frontaliers. Le président burkinabé Blaise Compaoré, renversé par la rue fin octobre après 27 ans de règne, faisait office de médiateur entre Bamako et une rébellion à dominante touareg du nord du Mali. Cette région est tombée au printemps 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda.

Ces djihadistes ont été dispersés et partiellement chassés de cette zone par une opération militaire internationale lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France, et toujours en cours. Mais des zones entières échappent au contrôle de Bamako.

La mine de manganèse de Tambao, qui dispose de réserves estimées à 100 millions de tonnes, a été octroyée à la société Pan African Minerals de l’homme d’affaire australo-roumain Frank Timis. Tambao se trouve à environ 350 kilomètres à vol d’oiseau de Gao, une importante ville malienne près de laquelle un employé de la Croix-Rouge a été tué fin mars par le Mujao, un groupe djihadiste.

 Les enlèvements d’Européens au Sahel depuis cinq ans

(c) maliactu.net avec AFP – 4 avril 2015

Voici le rappel des principaux enlèvements d’Européens dans les pays du Sahel depuis 2010, après le kidnapping samedi d’un Roumain chargé de la sécurité d’une mine de manganèse au Burkina Faso, emmené ensuite par ses ravisseurs vers le Mali voisin.

– 25 juil 2010: Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) revendique l’exécution d’un Français, Michel Germaneau, enlevé au Niger en avril et transféré au Mali. Un raid franco-mauritanien mené le 22 juillet pour tenter de le libérer –au cours duquel sept membres d’Aqmi ont été tués– avait échoué.

– 16 sept 2010: Cinq Français, un Togolais et un Malgache, collaborateurs des groupes français Areva et Satom, sont enlevés à Arlit, un site d’extraction d’uranium au nord du Niger. Le 21, Aqmi revendique l’enlèvement. La Française et les otages malgache et togolais sont relâchés en février 2011. Les quatre derniers otages français sont relâchés en octobre 2013.

– 7 jan 2011: Deux jeunes Français, Antoine De Léocour et Vincent Delory, sont enlevés par des membres d’Aqmi à Niamey. Antoine de Léocour est exécuté, selon la justice française, par Aqmi, alors que Vincent Delory meurt lors de l’assaut donné par des forces spéciales françaises.

– 2 fév 2011: Une touriste italienne, qui voyageait avec un chauffeur et un guide, est enlevée dans le sud de l’Algérie (sources sécuritaires). Libérée le 17 avril 2012.

– 23 oct 2011: Deux coopérants espagnols et une Italienne sont enlevés dans un camp de réfugiés sahraouis près de Tindouf (sud-ouest de l’Algérie). Le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), allié d’Aqmi, revendique l’enlèvement. Libérés le 18 juillet 2012.

– 24 nov 2011: Deux Français sont enlevés à leur hôtel d’Hombori, entre Mopti et Gao (nord du Mali). Le 9 décembre, Aqmi revendique l’enlèvement. Le 20 mars 2013, Aqmi déclare que Philippe Verdon, qualifié d’ »espion », a été exécuté « le 10 mars en réponse à l’intervention de la France dans le nord du Mali ». Le 15 juillet, le président français François Hollande confirme sa mort, son corps ayant été découvert au début du mois dans le nord du Mali.

  • Le 9 décembre 2014, Serge Lazarevic, 51 ans, est libéré au Sahel après trois ans aux mains d’Aqmi.

– 25 nov 2011: Un Suédois, un Néerlandais et un Sud-Africain sont enlevés. Un quatrième, de nationalité allemande, est tué à Tombouctou (nord du Mali) lors du kidnapping, revendiqué le 8 décembre par Aqmi.

– 15 avr 2012: Une ressortissante suisse est enlevée à Tombouctou (nord du Mali). Le 22 avril, des sources locales indiquent que l’otage se trouve désormais entre les mains du groupe islamiste armé Ansar Dine. Libérée le 24 avril.

– 20 nov 2012: Un Français qui circulait en voiture venant de Mauritanie est enlevé par au moins six hommes armés dans l’ouest du Mali, à Diéma, près de Kayes. Le 22 avril 2014, le Mujao annonce la mort de Gilberto Rodrigues Leal.

– 2 nov 2013: Deux journalistes français de Radio France internationale (RFI) sont enlevés par des hommes armés à Kidal, dans le nord du Mali. Leurs corps sont retrouvés moins de deux heures plus tard à une douzaine de kilomètres de là. Le 6 novembre, Aqmi revendique leur assassinat.

– 24 sept 2014: Jund al-Khilafa, un groupe algérien lié à l’organisation Etat islamique (EI) diffuse une vidéo de la décapitation du Français Hervé Gourdel, un guide de haute montagne de 55 ans enlevé quatre jours auparavant en Kabylie (est d’Alger). Ce groupe avait menacé de tuer l’otage si la France ne renonçait pas « sous 24 heures » à ses frappes en Irak.

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :