Skip to content

L’UNESCO à l’oeuvre à Tombouctou

by sur 11 avril 2015

Petit à petit, les traces des destructions des djihadistes à Tombouctou s’effacent lentement. L’UNESCO est à l’oeuvre dans la reconstruction  des mausolées.

Une délégation d’ambassadeurs accrédités au Mali visite le chantier de reconstruction des mausolées de Saints à Tombouctou

Infos MINUSMA

Une délégation d’ambassadeurs accrédités au Mali visite le chantier de reconstruction des mausolées de Saints à Tombouctou

L’adjoint du Représentant Spécial du Secrétaire Général de la MINUSMA et Coordinateur Résident et Humanitaire au Mali, M. David Gressly, a accompagné, le 8 avril dernier, à Tombouctou, une forte délégation de vingt-six (26) personnes dont les ambassadeurs d’Afrique du Sud, de l’Union Européenne, du Maroc ainsi que des représentants de la Banque Mondiale, de la France, de l’Allemagne, de la Suisse et des Etats-Unis.

Objectif : visiter les sites de réhabilitation des mausolées qui ont été endommagés pendant l’occupation de 2012.

La délégation d’abord rendu visite au gouverneur de la région de Tombouctou, Adama Kansaye. Ce dernier a exprimé sa gratitude à la communauté internationale pour ses actions en faveur de la réhabilitation et la protection du patrimoine culturel malien.

Au cours de ce périple auquel s’est joint le Gouverneur de Tombouctou, la délégation a visité en premier lieu les ruines du monument Alfarouk, détruit lors de l’occupation. Ce monument  symbolise  le génie protecteur de la ville placé sur un cheval blanc. Selon le Chef du Bureau de l’UNESCO au Mali, Lazare Eloundou, les travaux de reconstruction seront lancés au début de l’année 2016, dans le cadre du programme de réhabilitation du patrimoine culturel endommagé des régions du Nord et de la sauvegarde des manuscrits anciens.

Au cimetière des Trois Saints, les représentants, dont les organisations qui financent la réhabilitation des mausolées, après avoir suivi l’historique et les explications sur le processus de reconstruction de deux des trois mausolées, en phase d’achèvement , se sont félicité de l’état d’avancement des travaux. Arrivés au niveau du troisième mausolée de Cheikh Sidi Mohammed El Mikki, détruit le 1er juillet 2012, les principaux membres de la délégation ont chacun posé une pierre symbolique.

Comme de coutume, l’Imam de Djingarey Ber, Abdramane Ben Essayouti, a reçu la délégation à la Grande Mosquée, où les ambassadeurs et représentants ont posé pour une photo au pied du minaret en vue de soutenir la campagne de l’UNESCO en faveur de la protection des héritages culturels. La visite s’est achevée à la bibliothèque de la famille Ben Essayouti des manuscrits anciens dont la MINUSMA a financé les travaux de rénovation à travers le volet de projets à impact rapide (QIP).

« Le Conseil de Sécurité des Nations Unies a donné mandat à la MINUSMA d’aider à la sauvegarde du patrimoine culturel malien. Notre mandat comporte non seulement l’aspect de la protection physique mais aussi celui de la restauration de ces sites importants. Cette visite prend son sens par le fait que d’autres partenaires soient impliqués, et particulièrement l’UNESCO qui détient une  expertise avérée dans ce domaine. « J’ai vraiment été content de voir que les travaux de réhabilitation des mausolées du Cimetière des Trois Saints avancent bien. Il est aussi important de souligner que les partenaires ont fait un très bon travail en essayant de reproduire la même méthode de construction utilisée par le passé », a déclaré David Gressly, au terme de la visite.

Cette visite fut organisée par le Bureau de l’UNESCO à Bamako en partenariat avec le Ministère malien de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, l’Unité Environnement et culture de la MINUSMA en a appuyé la coordination.

 Mali: l’Unesco restaure les mausolées de Tombouctou

Par RFI – Publié le 09-04-2015 Modifié à 11:27

Au Mali, Tombouctou se reconstruit. En 2012 quand les jihadistes ont occupé le nord du Mali, ils ont détruit et abîmé une partie du patrimoine culturel, notamment les mausolées des Saints de Tombouctou. Depuis que les jihadistes ont été chassés de la région en janvier, l’Unesco a lancé des travaux de restauration de ces mausolées.

C’est au pied du mur qu’on reconnaît le maçon et dans ce cimetière de Tombouctou, il travaille d’arrache-pied. En un temps plutôt record, deux des mausolées de Saints, détruits par les jihadistes à l’époque où ils occupaient la ville, ont été restaurés.

Une étape importante pour Lazare Eloundou Assomo, représentant de l’Unesco au Mali et initiateur du projet de restauration : « En les détruisant, on détruit l’histoire. On détruit la culture parce qu’on nie l’existence même de cette population de Tombouctou qui a toujours bâti son organisation autour de sa culture. Et la reconstruire, c’est leur redonner leur dignité et contribuer à la paix ».

Les populations locales au coeur du projet

Les populations locales sont au cœur du projet de rénovation, 140 emplois ont été créés. Les matériaux de construction, des crépissages sont conformes à l’original. Le projet envisage la restauration des 14 mausolées, mais pour le moment le financement n’est pas bouclé.

A Tombouctou, l’opération restauration est plutôt appréciée. On rappelle volontiers qu’un saint est un érudit, un humaniste et que surtout décédé, il protège la ville de Tombouctou encore appelée « la Cité des 333 saints ».

 Les djihadistes partis, les mausolées de Tombouctou renaissent

Par Nouvelobs.com – Par Cédric Cousseau – 10 avril 2015

Trois mois après le départ des djihadistes, les artisans de Tombouctou se lancent dans la reconstruction d’un patrimoine multiséculaire.

À Tombouctou, les djihadistes arrivés en 2012 sont repartis depuis le mois de janvier. Ils laissent derrière eux une population marquée et 14 mausolées détruits. La cité malienne, classée au patrimoine mondiale de l’Unescotente de penser ses plaies.

Le cimetière de « la Cité des 333 saints » profite désormais d’un programme de reconstruction. Pour cela, l’institution des Nations unies participe au financement des travaux et a sollicité des artisans locaux, créant ainsi 140 emplois dans la région.

Le but : reproduire à l’identique les édifices disparus en usant des techniques traditionnelles. Les matériaux de construction et les crépissages sont conformes à l’original. Après seulement quelques jours, le chantier avance rapidement puisque deux mausolées sont déjà sortis de terre.

 

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :