Skip to content

Société civile : la restitution

by sur 18 avril 2015

En février, une « tournée de la plateforme de la société civile » en Europe a permis à une délégation malienne à la composition très éclectique (leaders religieux, des femmes, anciens dirigeants politiques) de rencontré pas mal de personnalités politiques et religieuses pour faire entendre la voix du peuple malien dans sa diversité.

Elle était conduite par Cheick Ousmane Madani Haïdara, leader de la confrérie Ançar Dine, avec Mgr Jean Zerbo comme porte parole. 

La restitution de cette visite et la présentation de ses résultats ont été faites lors d’une cérémonie officielle.

Cheick Ousmane Haïdara - Ançar Dine

Mali: Après sa tournée en Europe : La délégation de la plateforme fait la restitution de ses missions

Mamadou BALLO – Zenith balé – 17 avril 2015

    Du 25 Janvier au 05 Février 2015 soit environ 10 jours, la délégation de la plateforme des organisations de la société civile dirigée par le prêcheur Chérif Ousmane Madani Haïdara a effectué une tournée en France, en Belgique et en Suisse en vue de délivrer un message fort en faveur de la paix au Mali.

Après son séjour dans les capitales européennes, la délégation a rencontré la population au pavillon des sports du stade Modibo Kéïta, le mardi 15 Avril 2015 pour la restitution de sa mission. Au présidium, Chérif Ousmane Madani Haïdara était accompagné de Monseigneur Jean Zerbo, porte-parole de la délégation, de Mohamed Hamed Ag Hamani ancien Premier ministre en qualité de personne ressource, Oumou Touré de la Cafo et Mohamed Salia Touré du CNJ.

La visite de la délégation en Europe est une initiative propre de la plateforme des organisations de la société civile. Qui, après avoir profondément analysé les impacts de la crise multidimensionnelle qui affecte notre pays, a décidé de jouer pleinement sa partition dans la recherche de solution durable.

Pour la délégation de la plateforme composée de 15 membres, les motivations découlent de la lenteur des négociations d’Alger et de la persistance du statut particulier de Kidal, malgré la reconnaissance par les belligérants et la communauté internationale de l’intégrité territoriale et de la souveraineté nationale du Mali sur son territoire.

Selon Chérif Ousmane Madani Haïdara, la multiplication des milices armées, la recrudescence de l’insécurité dans les régions de Kidal, Gao, Tombouctou et Mopti, se traduisant par l’absence de l’administration, le non retour des réfugiés et la détérioration du tissu social, compromettant les efforts louables entrepris par l’Etat et la société civile malienne, ne doit laisser aucun citoyen indifférent. Parlant des objectifs de la mission, le président du groupement des leaders spirituels musulmans du Mali a souligné qu’ils visaient à soutenir les efforts du Mali à travers la société civile pour une paix durable et lutter contre le terrorisme. « Partout où la délégation est passée, elle n’a plaidé que la cause d’un Mali Un et Indivisible » a-t-il déclaré avant d’ajouter que la délégation a sérieusement échangé avec le Secrétaire Chargé des questions africaines à l’Elysée.

Dans son intervention, Monseigneur Jean Zerbo a indiqué que les pays hôtes ont été surpris de voir une telle délégation de société civile composée des membres de plusieurs couches sociales. Bien avant, il a rappelé que la société civile, après avoir étudié le document de l’accord d’Alger, a réaffirmé son attachement à une paix durable, tenant compte des principes inaltérables du droit et de l’égalité pour tous les citoyens maliens.

A l’entendre, c’est ainsi que la société civile a décidée de lancer un appel, à travers un document intitulé « Message de la Plateforme de la Société Civile malienne aux amis du Mali », aux autorités nationales, au peuple du Mali et à tous les acteurs de la négociation d’Alger, ainsi que de déployer des efforts et actions supplémentaires urgentes en vue d’alléger les souffrances du peuple malien, meurtri et endeuillé par un conflit qui n’a que trop duré.

Globalement, c’est  ce message que la délégation de la Plateforme a transmis aux autorités politiques, administratives, religieuses, civiles et associatives au cours des entretiens qu’elle a eu avec des personnalités dans les trois pays sillonnés. Elle a aussi exprimé l’engagement de la société civile malienne, dans son intégralité, à consolider son unité pour mener à son terme le combat engagé pour l’instauration d’une paix durable et définitive, devant garantir la sécurité, le développement et le retour à la stabilité d’antan.

En terme de résultats, les représentants de la plateforme ont souligné que la mission avait atteint ses objectifs, en ce sens que des réactions ont été suscitées chez les différents partenaires, qui d’ailleurs ont tous salué cette belle initiative. Selon le porte-parole de la mission, ils ont pris l’engagement de soutenir le Mali dans sa lutte pour le rétablissement de la paix et la signature d’un accord définitif, équitable et durable.

Avec cette implication de la société civile qui vient renforcer les efforts louables des plus hautes autorités du Mali, en se rendant dans des lieux où la diplomatie malienne ne peut aller, l’on peut espérer avoir une sortie de crise honorable. 

Signature de l’accord de paix au Mali : Chérif Ousmane Madani Haïdara brise le silence

 Ibrahim M.GUEYE – Le Prétoire – 16 avril 2015

Le chef de la délégation de la plateforme des organisations de la société civile du Mali, Chérif Ousmane Madani Haïdara, a profité de la cérémonie de restitution de la mission pour clarifier la position des OSC en rappelant que le Mali, déjà divisé, n’a d’autre choix que d’accepter cet accord.

Du 25 janvier au 05 février dernier, la plateforme des organisations de la société civile (OSC) du Mali a envoyé en Europe une délégation de 15 personnes, regroupant toutes les couches de la nation. Celle-ci s’est rendue successivement en France, Suisse et en Belgique.

L’objectif de cette mission dirigée par Ousmane Madani Haïdara, était de rencontrer les partenaires du Mali afin de trouver une solution à la crise que traverse le pays. C’est ainsi que le pavillon des Sports du Stade Modibo Keïta de Bamako a servi de cadre, mardi 14 avril 2015, à la cérémonie de restitution de la mission. Faisant le compte rendu de la mission, le guide spirituel des Ançar Edine du Mali a affirmé que la mission a été un succès dans la mesure où les partenaires ont promis d’aider le Mali.

En outre, M.Haïdara dira qu’il s’agissait également de préserver l’intérêt du Mali. «Partout où la délégation est passée, elle a plaidé la cause d’un Mali un et indivisible», rassure le guide. Profitant de cette occasion, il a brisé le silence par rapport à la signature de l’accord de paix. Selon le chérif, le Mali est déjà divisé et les Maliens n’ont d’autre choix que d’accepter cet accord.

«La division du Mali est déjà consommée. Pour se rendre compte de cette triste réalité il vous suffi d’appeler à Kidal pour constater la présence de nos militaires ou administrateurs. Nous ne sommes ni pour le contenu de cet accort ni contre. Nous sommes partisans d’un Mali un et indivisible. Cet accord permettra de soulager la population du Mali et plus particulièrement celle du Nord», a conclu Haïdara.

Pour sa part, le Porte-parole de la mission, Monseigneur Jean Zerbo, Archevêque de Bamako, dira que les partenaires ont accordé une oreille attentive au lobbying des membres de la plateforme. En outre, il rejoint le chérif en disant qu’un mauvais accord vaut mieux qu’un non accord.

Pour sa part, la présidente de la Cafo a mis l’accent sur l’engagement des partenaires à aider notre pays.  «Partout où nous avons été, les partenaires ont été sensibles à la composition de la délégation ‘’Arc en ciel’’. Ils ont promis de nous aider tout en rappelant que c’est d’abord aux Maliens de prendre leur sort en main», dira Oumou Touré.

Mali : Chérif Ousmane Madani Haïdara, guide spirituel des Ançars : ‘’Sans l’opposition dans un pays, il n’y a pas de démocratie’’

Aguibou Sogodogo – Le Républicain – 15 avril 2015

La plateforme des organisations de la société civile du Mali a organisé hier mardi 14 avril 2015, une cérémonie de restitution d’une mission qu’elle a eu à faire en Europe du 25 janvier au 5 février 2015.

L’objectif de cette mission était de rencontrer les partenaires du Mali afin de trouver une solution à la crise que traverse le pays. La délégation ayant effectué ladite mission était composée de 15 membres avec à sa tête Chérif Ousmane Madani Haïdara, guide spirituel des Ançars.

Selon la délégation, les partenaires ont promis de soutenir le Mali. Au cours de cette cérémonie de restitution, le guide spirituel des Ançars, le Chérif Ousmane Madani Haïdara,  a invité les uns et les autres à soutenir l’accord d’Alger tout en faisant savoir qu’il n’y’a pas de démocratie dans un pays sans l’opposition.

Beaucoup de personnalités ont pris part à cette rencontre : les représentants des partis politiques de la majorité présidentielle et de l’opposition, des religieux, les anciens premiers ministres, Ag Hamani et Moussa Mara et bien d’autres. La plateforme regroupe les confessions religieuses, les organisations féminines et de la jeunesse.

Selon le chef de la délégation, Chérif Ousmane Madani Haïdara, la mission qui s’est déroulée en Europe (France, Belgique, Suisse etc.) du 25 janvier au 5 février a été faite pour la cause du Mali. Il a indiqué qu’ils ne font pas de la politique et ne sont encore moins des politiciens. Selon lui, ils sont guidés par la préservation de l’intérêt du Mali.

A l’en croire, les partenaires ont pris l’engagement d’aider le Mali. Ils ont été impressionnés de la diversité de la délégation (Musulman-Chrétien-blanc-Noir-jeune et Femme), a-t-il dit. Et de poursuivre « du fait qu’on ne parle pas de division dans l’accord d’Alger, nous le soutenons pour le bien de la population. Sans l’opposition dans un pays, il n’y’a pas de démocratie. Il faut qu’il y’ait l’opposition pour dénoncer et critiquer ce qui ne va pas. Nous ne sommes pas contre l’opposition ni en faveur de la majorité ».

A cet effet, il a invité les uns et les autres à soutenir cet accord pour l’union car, de son avis, en l’état actuel, le Mali est divisé puisqu’il n’y’a ni administration ni armée à Kidal. Cet accord permettra de soulager la population du Mali plus particulièrement celle du nord, a conclu Haïdara.

Monseigneur Jean Zerbo, Archevêque de Bamako abonde dans le même sens. Selon lui, un mauvais accord vaut mieux qu’un non accord.

« Partout où nous avons été, les partenaires ont été sensible à la composition de la délégation arc en ciel. Ils ont promis de nous aider tout en attirant notre attention sur la bonne gouvernance. Toutes les questions intéressantes de la nation ont été évoquées, du chômage à la santé en passant par la sécurité », a expliqué Mme Oumou Touré, membre de la délégation.

Pour sa part, l’ancien premier ministre, Ag Hamani a fait savoir que la société civile malienne veille sur les intérêts de la population. Avant de mettre l’accent sur 12 points qui selon lui, permettra de parfaire l’accord.

Quant à Youssouf Dembélé de l’église protestante, il a souhaité que chacun soit un artisan de la paix. La cérémonie a pris fin par des bénédictions.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :