Skip to content

Quelle signature le 15 mai et pour quoi ?

by sur 20 avril 2015

On ne peut pas dire que l’actualité soit joyeuse et optimiste en ce début de semaine. Et ce n’est pas l’annonce, par la médiation et par le président malien, d’une signature de l’accord d’Alger le 15 mai à Bamako qui va y changer quelque chose.

Car, dans les faits, on ne sait pas trop ce qui sera signé ni par qui. Mais toutes les craintes sont possibles quand on constate que sur le terrain les attaques et attentats continuent, que les troubles gagnent sérieusement les régions de Mopti et de Ségou,  que les populations souffrent et, qu’en définitive, cet accord sera sans doute celui de la partition  du mali…

Accord sur le nord du Mali: la stratégie du diviser pour mieux signer

Par RFI Publié le 20-04-2015 Modifié le 20-04-2015 à 04:52

En Algérie, les délégations des mouvements du nord du Mali quittent progressivement la capitale. Une cérémonie de signature de l’accord de paix malien a été fixée pour le 15 mai prochain. Pourtant, les mouvements de la Coordination refusent toujours de parapher le texte. Pour éviter un échec et convaincre tout le monde de signer, les médiateurs de la communauté internationale ont changé leur stratégie.

L’objectif est clair : convaincre certains mouvements de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) de parapher puis signer le texte d’accord de paix d’ici la cérémonie du 15 mai. Si les réunions officielles sont terminées, des membres de la médiation ont passé de longues heures dans les couloirs de l’hôtel à s’entretenir avec différents leaders de la Coordination, un à un.

Selon un participant, les médiateurs ne tentent plus d’obtenir l’accord de tous les mouvements, mais espère diviser. Aujourd’hui, dans chaque mouvement de la CMA les avis divergent en interne sur la position à adopter.

La communauté internationale se dit très confiante. Mais officiellement, la Coordination refuse toujours de parapher l’accord. Les médiateurs ont un espoir cependant. Les mouvements de l’Azawad qui doivent quitter Alger comptent se réunir de nouveau à partir du 4 mai à Nouakchott.

« Le train avancera sans eux »

Lors du Forum de Tana qui s’est tenu ce week-end à Bahir Dar en Ethiopie, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a déclaré qu’en dépit du refus persistant de certains mouvements du nord de signer, la cérémonie de signature aurait bien lieu : « J’ai le bonheur de vous dire qu’après tous les errements que nous avons connus, le processus de paix au Mali avance. Grâce à nos amis algériens notamment qui en conduisent le processus, nous arrivons enfin au terme. (…) Oui, il y en a qui ne veulent pas signer l’accord, mais le train avancera sans eux, a-t-il prévenu. Nous n’allons pas rester en gare, il est temps. Huit mois de va-et-vient à Alger, cela suffit largement. »

 Mali : Nord du Mali : Malgré les blocages persistants, la cérémonie de signature de l’accord de paix est prévue pour le 15 mai

 Zénith Balé – 20 avril 2015

C’est la fin d’une semaine de réunions entre la médiation internationale, les mouvements du nord du Mali et les autorités de Bamako en Algérie. La communauté internationale a publié samedi un communiqué pour annoncer qu’il y aurait bien une signature de l’accord de paix. Mais la Coordination des mouvements de l’Azawad ne souhaite toujours pas parapher le texte.

La coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) n’a pas signé le document soumis par la médiation conduite par l’Algérie. Mais la partie gouvernementale a paraphé. Certains groupes armés du Nord du Mali, favorables au gouvernement de Bamako ont également paraphé.

La date est fixée. La cérémonie de signature de l’accord de paix doit avoir lieu le 15 mai à Bamako, a annoncé la médiation dans un communiqué. La médiation qui dit se féliciter que » l’accord paraphé ait été accueilli favorablement par la grande majorité des Maliens » et qui assure qu’elle veillera à la mise en place de l’accord.

Pourtant, samedi soir à Alger, les négociations n’avaient pas beaucoup avancé. Les mouvements de l’Azawad se sont entretenus avec l’envoyée spéciale américaine Bisa Williams. Mais la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) ne souhaite toujours pas parapher le document.

Alors la médiation a modifié sa stratégie. Alors que l’Algérie avait insisté pour structurer les différents mouvements du Nord en deux groupes, la plateforme d’un côté, et la Coordination de l’autre, les médiateurs tentent maintenant de convaincre chaque mouvement de parapher séparément.

Au sein de la Coordination, on assure qu’aucun groupe ne se désolidarisera car les bases sont trop proches les unes des autres. Mais samedi, un groupe minoritaire au sein de la CMA dirigé par Younoussa Touré, annonçait dans une lettre qu’il donnait son accord pour parapher. Lisez plutôt le communiqué de la médiation :

Communiqué de la Médiation

La Médiation, élargie aux Etats Unis d’Amérique et à la France, a tenu une série de réunions et de consultations à Alger du 15 au 18 avril 2015 sous la présidence de son Chef de file, l’Algérie, pour faire le point sur le processus de paix en cours au Mali depuis l’ouverture au paraphe le 1er mars 2015 à Alger de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger et arrêter les actions à engager au titre des prochaines étapes.

La Médiation a passé en revue les résultats des efforts entrepris pour s’assurer de la pleine adhésion de toutes les parties prenantes à l’Accord et à ses objectifs dans la perspective de son ouverture à la signature.

La Médiation se déclare très encouragée par les nombreuses marques de soutien exprimées, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Mali, en faveur de l’Accord. Elle se félicite à cet égard de ce que l’Accord paraphé ait été accueilli favorablement par la grande majorité des Maliens. Elle prend bonne note du contenu des déclarations du Conseil de Sécurité du 10 avril 2015 et du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union africaine du 27 mars 2015 sur la situation au Mali et fait sien l’appel des membres des deux organes engageant les Parties à saisir cette occasion historique qui s’offre à elles pour asseoir une paix durable au Mali.

La Médiation souligne que le processus de paix en cours doit se poursuivre de la manière qui puisse consolider les acquis jusqu’ici obtenus. A ce titre, elle invite et engage tous les mouvements politico-militaires parties à la Déclaration d’Alger du 09 Juin 2014 et à la Plateforme d’Alger du 14 Juin 2014 et/ou toutes les Parties signataires de la feuille de route du 24 juillet 2014 à procéder à la signature de l’Accord à l’occasion de la cérémonie qui sera organisée le 15 mai 2015 à Bamako à cette fin.

Cette étape ouvrira la voie à la mise en œuvre et à l’opérationnalisation des engagements pris. Les dispositions nécessaires seront prises pour permettre et faciliter à toute personne et entité désireuse de marquer leur contribution à la réalisation des objectifs de l’Accord d’apporter leur soutien direct et formel à l’Accord.

La Médiation veillera à ce que la mise en œuvre de l’Accord soit effective et complète, selon des modalités et un calendrier d’application à convenir conformément aux dispositions de l’Accord.

La Médiation considère que l’Accord comporte un dispositif robuste de garanties internationales, de suivi et d’accompagnement, gage d’une application effective de l’ensemble des dispositions de l’Accord. Le paraphe de l’Accord par tous les Membres de la Médiation et d’autres partenaires du Mali, ainsi que le soutien unanime dont il bénéficie au plan international, constituent, en eux-mêmes, un engagement juridico-politique de la Communauté internationale en faveur d’une mise en œuvre intégrale des engagements convenus. La Médiation s’emploiera à faire en sorte que ces engagements soient effectifs.

La Médiation souligne combien le peuple malien était plein d’espoir et d’optimisme lors du lancement des pourparlers inter-maliens inclusifs dans le cadre du Processus d’Alger le 16 juillet 2014, à la perspective de voir la crise qui durait depuis trois ans prendre fin. Aujourd’hui, il a hâte de voir cette aspiration légitime concrétisée et que, par leurs actions, ses dirigeants puissent le conduire sur la voie de la paix, de la réconciliation nationale, de la bonne gouvernance et du développement socio-économique.

Tous les acteurs, séparément et collectivement, doivent prendre conscience de la responsabilité qui est la leur en la matière. Il y va de la stabilité et de la prospérité non seulement du Mali et de la population malienne mais aussi de l’ensemble des Etats et des populations de la région sahélo-saharienne.

A ce titre, la Médiation exhorte fortement les Parties à continuer à respecter jusqu’à terme tous les engagements qu’elles ont pris à travers l’Accord de cessez-le-feu du 23 mai 2014 et ses modalités de mise en œuvre, la Déclaration de cessation des hostilités du 24 juillet 2014 et la Déclaration des parties au Processus d’Alger du 19 février 2015. Elle les engage à promouvoir toute initiative qui soit de nature à restaurer et renforcer la confiance et à permettre une mise en œuvre complète des dispositions de l’Accord. La Médiation ne manquera pas de saisir les instances internationales concernées au sujet de toute attitude ou action de nature à mettre en péril le processus de paix en cours.

La Médiation lance un appel à toutes les bonnes volontés, notamment celles au Nord du Mali,  y inclut les Chefferies traditionnelles, les Autorités coutumières et toutes les Personnalités influentes à soutenir l’Accord et à apporter toute contribution nécessaire à sa mise en œuvre.

La Médiation, réitérant l’engagement sans faille de ses membres aux côtés du Mali souverain, uni et réconcilié, appelle les partenaires de ce pays et l’ensemble de la Communauté internationale à une mobilisation continue et soutenue jusqu’à une sortie effective et définitive de la crise.

Alger, le 18 avril 2015

 Gilles Huberson, Ambassadeur de France au Mali : « Ceux qui ne signeront pas l’accord deviendront des obstacles à la paix »

Madiassa Kaba Diakité –  Lerepublicainmali – 20 avril 2015

A l’initiative de l’Amicale des Anciens Ambassadeurs et Consuls Généraux du Mali, l’ambassadeur de France au Mali, Monsieur Gilles Huberson a animé, le 18 avril 2015 à l’institut français du Mali, une Conférence débats sur la relation bilatérale franco-malienne. La question du Nord dont l’accord d’Alger a occupé une place importante dans les débats. Et selon le diplomate français, l’accord d’Alger est un bon accord en ce sens que tout le monde y trouve son compte. Ceux qui veulent s’inscrire dans l’accord, ajoute Gilles Huberson, sont les bienvenus et ceux qui ne le signeront pas, pour des raisons qui les appartiennent, deviendront des obstacles à la paix.

La conférence débats, qui a drainé beaucoup de monde, était modérée par l’ancien ministre et ancien diplomate le Dr Abdoulaye Amadou Sy, en présence du secrétaire général de l’Amicale des Anciens Ambassadeurs et Consuls Généraux du Mali, Amadou Alioune Sarr. On notait, aussi, la présence de Abdalla Coulibaly, le président du forum de Bamako, du Pr Younouss Dicko, ancien ministre et d’autres personnalités.

Ainsi pendant plus de trois tours d’horloge, le représentant de la France au Mali a échangé avec le public sur la relation bilatérale franco-malienne. En réponse à des nombreuses questions sur  le Nord du Mali dont l’accord d’Alger, l’ambassadeur de France au Mali a déclaré que la France est strictement attachée aux principes de laïcité, à la forme républicaine et à l’intégrité territoriale du Mali. « La France soutient à 3000% ces principes », a-t-il dit.

Avant d’ajouter que l’accord soumis au paraphe des différentes parties est un bon accord. Selon lui, c’est un accord que la communauté internationale appuie car tout le monde y trouve son compte. Le diplomate a, en outre, indiqué que ceux qui veulent s’inscrire dans l’accord sont les bienvenus et ceux qui ne le signeront pas, pour des raisons qui les appartiennent, deviendront des obstacles à la paix. « Kidal est au Mali.

C’est un problème inter maliens. La communauté internationale ne fait qu’aider. C’est un bon accord, il faut qu’il soit signé par le plus grand nombre. Si certains veulent s’en exclure, ils s’excluent eux-mêmes avec des conséquences », avertit le diplomate français. Auparavant, Gilles Huberson, dans son discours luminaire, a mis l’accent sur les liens historiques, culturels et économiques qui lient la France au Mali. Il dira que le Mali et la France sont deux vieux pays et deux peuples fiers.

Selon lui, il y a trois tragédies qui ont fait pousser des fleurs entre les deux pays : la traite négrière a donné à la France des antillais qui sont de descendance malienne ; la colonisation qui a donné la langue française et l’immigration qui a donné les franco-maliens. « Le Mali et la France ont un attachement pour les verbes et aux mots », a-t-il dit.

Sur le plan de la coopération bilatérale, l’ambassadeur Gilles Huberson a expliqué qu’en raison d’une visite par mois, le Mali est, actuellement, le pays africain qui reçoit le plus de visite de cadres français. Sur le plan économique, le diplomate français a fait savoir qu’il y a eu 315 millions d’euros d’échanges entre le Mali et la France.

La France est, ajoute Gilles Huberson, le premier donateur du Mali avec 200 millions d’euros dont plus de 70% d’aide budgétaire directe. « Nous venons d’effacer la dette du Mali à hauteur de 44 milliards de FCFA », a-t-il dit. Selon le diplomate français, les entreprises françaises qui sont au Mali s’installent sur la durée et font un travail de qualité à un prix raisonnable. Gilles Huberson a expliqué que, sur le plan sécuritaire, la France a remis 30 millions d’euros de matériels à l’armée malienne.

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :