Skip to content

Une nouvelle mine à Sitakily

by sur 30 avril 2015

Après Tabakoto, c’est à nouveau dans le cercle de Kiéniéba qu’une  nouvelle mine a été inaugurée; exactement à Kofi situé dans la commune de Sitakily, 

Inauguration de la mine d’or de Kofi : La production annuelle envisagée est de 56.500 onces, soit environ 1,8 tonnes d’or par an

Diango COULIBALY – le Reporter du 30 avril 2015

L’évaluation des ressources de la mine d’or de Kofi-Nord donne des estimations de réserves de 240.000 onces, soit environ 7, 7 tonnes d’or. La production annuelle envisagée est de 56.500 onces, soit environ 1,8 tonne d’or par an.

Sur la base des ressources estimées et de la production annuelle projetée, l’exploitation de ce gisement devrait rapporter à notre pays 13.770.000.000 Fcfa environ sur une période d’exploitation de quatre à cinq ans. Elle permettrait par ailleurs à notre pays de retrouver sa position de 3èmepays producteur d’or en Afrique.

          Après celle de Tabakoto, le ministre des Mines, Dr. Boubou Cissé, a procédé à l’inauguration de la mine d’or de Kofi de la société Endeavour Mining, dans le cercle de Kéniéba.

Cette cérémonie d’inauguration s’est déroulée en présence du ministre des Maliens de l’extérieur, Abdrahamane Sylla ;  du président de Endeavour Mining, Neil Woodyer ; de la directrice du groupe Endeavour, Mme Maïga Aïssata Koné ; du gouverneur de la région de Kayes ; du préfet du cercle de Kéniéba ; du maire de la Commune rurale de Sitakily, Fawaly Sissoko, et de plusieurs personnalités administratives et communales. C’était le vendredi 24 avril 2015.

L’inauguration de cette nouvelle mine s’inscrit dans la nouvelle vision du département des mines qui vise l’intégration de l’activité minière aux autres secteurs pour l’édification d’une économie forte et émergente. Les travaux préliminaires sur le périmètre ont été réalisés par l’Etat à hauteur de 750.000.000 Fcfa.

Dans sa détermination à approfondir la connaissance géologique sur cette zone, l’Etat a accordé un permis de recherche à la société Nevsun Mali Exploitation LTD-Sa, filiale de la société canadienne Endeavour Mining, qui a réalisé des travaux pour un coût évalué à environ 10.000.000.000 Fcfa. Les résultats positifs obtenus par cette société ont permis de réaliser une étude de faisabilité et de solliciter un permis d’exploitation sur le gisement de Kofi-Nord couvrant une superficie de 52 Km2.

Après la réalisation de l’étude de faisabilité et l’étude d’impact environnemental, sanctionnées par la délivrance du permis environnemental, le permis d’exploitation de Kofi-Nord a été attribué à Kofi-Sa, société d’exploitation de droit malien dans laquelle l’Etat participe dans le capital social à hauteur de 20%.

L’évaluation des ressources de la mine d’or de Kofi-Nord donne des estimations de réserves de 240.000 onces, soit environ 7, 7 tonnes d’or. La production annuelle envisagée est de 56.500 onces, soit environ 1,8 tonne d’or par an. Sur la base des ressources estimées et de la production annuelle projetée, l’exploitation de ce gisement devrait rapporter à notre pays 13.770.000.000 Fcfa environ sur une période d’exploitation de quatre ou cinq ans. Elle permettrait par ailleurs à notre pays de retrouver sa position de 3ème pays producteur d’or en Afrique.

En terme d’emploi, la mine générera 168 emplois directs et le double en emplois indirects. S’inscrivant dans une logique d’intégration de la mine à son environnement, les responsables de la société de Kofi-Sa se sont engagés à réaliser des infrastructures socio-économiques au bénéfice de la communauté dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’équipement…

Le ministre des Mines, Dr. Boubou Cissé, a invité les populations riveraines à prendre soin de cette mine et à s’impliquer dans la mise en application du programme de développement communautaire, composante essentielle de ce projet. Il a enfin demandé à la société Kofi-Sa le respect des engagements pris en matière d’emploi, de développement communautaire et de protection de l’environnement.

Quant au ministre des Maliens de l’extérieur, Abdrahamane Sylla, il a pris l’engagement devant la population de Sitakily que les problèmes d’eau, d’électricité et d’emploi des jeunes seront réglés dans les jours à venir.

Dans son intervention, le président de Endeavour Mining, Neil Woodyer a déclaré : «Nous travaillons activement avec les communautés locales. Nous avons creusé plus de 13 puits et nous soutenons financièrement 4 écoles. Nous avons des plans pour les produits agricoles à long terme et nous avons soutenu aussi la communauté locale dans la lutte contre la maladie à virus Ebola».

Le maire de la commune de Sitakily, Fawaly Sissoko, a, dans son intervention, exprimé des préoccupations de la population liées au problème d’eau potable, d’électricité et d’emploi des jeunes. Il a remercié les responsables des sociétés minières qui, à travers un partenariat fécond, n’ont cessé d’accompagner sa commune dans le processus  d’opérationnalisation du concept de développement durable.

Inauguration de la mine d’or de Kofi : La production annuelle envisagée est de 56.500 onces, soit environ 1,8 tonne d’or par an

Moulaye Hassan HAIDARA – L’Indépendant du 29 avril 2015

L’évaluation des ressources de la mine d’or de Kofi-Nord donne des estimations de réserves de 240.000 onces, soit environ 7, 7 tonnes d’or. La production annuelle envisagée est de 56.500 onces, soit environ 1,8 tonne d’or par an.

Sur la base des ressources estimées et de la production annuelle projetée, l’exploitation de ce gisement devrait rapporter à notre pays 13.770.000.000 de FCFA environ sur une période d’exploitation de quatre ou cinq ans. Elle permettra par ailleurs à notre pays de conforter sa position de 3ème pays producteur d’or en Afrique.

Après celle de Tabakoto, le ministre des Mines, Dr. Boubou Cissé a procédé à l’inauguration de la mine d’or de Kofi exploitée par la société Endeavour Mining, dans le cercle de Kéniéba. Cette cérémonie d’inauguration s’est déroulée en présence du ministre des Maliens de l’extérieur, Abdrahamane Sylla, du président du groupe Endeavour Mining, Neil Woodyer, de la directrice du groupe Endeavour, Mme Maïga Aïssata Koné, du gouverneur de la région de Kayes, du préfet du cercle de Kéniéba, du maire de la commune rurale de Sitakily, Fawaly Sissoko et plusieurs représentants des autorités administratives et communales de la localité. Nous sommes le vendredi 24 avril 2015.

Pour le ministre des Mines, Dr. Boubou Cissé, l’ouverture de la mine d’or de Kofi est l’aboutissement d’un long et laborieux processus qui se concrétise grâce à la volonté et à la détermination de l’Etat et de son partenaire, la société Endeavour Mining. Il a rappelé que pour faire connaitre, apprécier et valoriser la destination Mali, malgré le contexte de crise politico-sécuritaire à laquelle notre pays a été confronté ces trois dernières années, il a fallu des efforts soutenus et constants du gouvernement qu’il conviendrait de reconnaître et saluer à leur juste valeur.

Ces efforts de promotion, dira-t-il, nous ont conduits successivement en Chine, au Maroc, au Qatar, en Australie, en Tunisie, en Afrique du Sud et au Canada, pour apporter le message du Mali plus que jamais décidé à prendre en main son destin à travers l’édification d’une économie forte et émergente, bâtie sur le socle solide de la bonne gouvernance, du développement local et de la préservation des intérêts des générations futures.

Selon Dr. Boubou Cissé, l’inauguration de cette nouvelle mine s’inscrit dans la nouvelle vision de son département, qui vise l’intégration de l’activité minière aux autres secteurs pour l’édification d’une économie forte et émergente. Il a indiqué que les travaux préliminaires sur le périmètre ont été réalisés par l’Etat à hauteur de 750.000.000 de Fcfa.

Dans sa détermination à approfondir la connaissance géologique sur cette zone, l’Etat a accordé un permis de recherche à la société Nevsun Mali Exploitation LTD. SA, filiale de la société canadienne Endeavour Mining, qui a réalisé des travaux pour un coût évalué à environ 10.000.000.000 de Fcfa, a expliqué le ministre des Mines. Avant d’ajouter que les résultats positifs obtenus par cette société ont permis de réaliser une étude de faisabilité et de solliciter un permis d’exploitation sur le gisement de Kofi-Nord couvrant une superficie de 52 Km2.

La mine d’or de Kofi génèrera 168 emplois directs et le double en emplois indirects.

En effet, après la réalisation de l’étude de faisabilité et l’étude d’impact environnemental sanctionné par la délivrance du permis environnemental, le permis d’exploitation de Kofi Nord a été attribué à Kofi SA, société d’exploitation de droit malien dans laquelle l’Etat participe dans le capital social à hauteur de 20%. L’évaluation des ressources de la mine d’or de Kofi-Nord donne des estimations de réserves de 240.000 onces, soit environ 7, 7 tonnes d’or.

La production annuelle envisagée est de 56.500 onces, soit environ 1,8 tonne d’or par an.  Sur la base des ressources estimées et de la production annuelle projetée, l’exploitation de ce gisement devrait rapporter à notre pays 13.770.000.000 de Fcfa environ sur une période d’exploitation de quatre ou cinq ans. Elle permettra par ailleurs à notre pays de conforter sa position de 3ème pays producteur d’or en Afrique. En termes d’emploi, la mine génèrera 168 emplois directs et le double en emplois indirects. S’inscrivant dans une logique d’intégration de la mine à son environnement, les responsables de la société de Kofi SA se sont engagés à réaliser des infrastructures socio-économiques au bénéfice de la communauté dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’équipement, etc.

Le ministre des Mines Dr. Boubou Cissé, a invité les populations riveraines à prendre soin de cette mine et à s’impliquer dans la mise en application du programme de développement communautaire, composante essentielle de ce projet. Il a enfin demandé à la société Kofi SA le respect des engagements pris en matière d’emploi, de développement communautaire et de la protection de l’environnement.

Quant au ministre des Maliens de l’Extérieur, Abdrahamane Sylla, il a pris l’engagement devant la population de Sitakily que les problèmes d’eau, d’électricité et d’emploi des jeunes seront réglés dans les jours à venir.

Dans son intervention, le président du groupe Endeavour Mining, Neil Woodyer a déclaré « nous travaillons activement avec les communautés locales. Nous avons creusé plus de 13 puits et nous soutenons financièrement 4 écoles. Nous avons des plans pour les produits agricoles à long terme et nous avons soutenu aussi la communauté locale dans la lutte contre la maladie à virus Ebola ».

Le maire de la commune de Sitakily, Fawaly Sissoko, a dans son intervention noté que des efforts ont été consentis par la société Endeavour pour l’amélioration de la situation sociale, économique, culturelle et sanitaire des habitants, tout en demandant des efforts supplémentaires dans ces domaines. Il a exprimé des préoccupations de la population liées aux problèmes d’eau potable, d’électricité et d’emplois des jeunes. Le maire de Sitakily a remercié les responsables des sociétés minières qui, à travers un partenariat fécond, n’ont cessé d’accompagner sa commune dans le processus d’opérationnalisation du concept du développement durable.

Une nouvelle mine ouvre à Kofi : le Mali conforte sa place de 3ème producteur d’or en Afrique

A. TRAORE – L’Essor du 28 avril

Sur la base des ressources estimées et de la production annuelle projetée, l’exploitation de ce gisement devrait rapporter à notre pays environ 13, 770 milliards de Fcfa sur une période d’exploitation de 4 ou 5 ans.

Une nouvelle mine est entrée en exploitation dans la commune rurale de Sitakily dans le cercle de Kéniéba (région de Kayes). Située précisément dans le village de Kofi, à 46 km de Tabakoto, cette mine à ciel ouvert a été inaugurée vendredi par le ministre des Mines, Boubou Cissé. C’était en présence du ministre des Maliens de l’Extérieur, Abdrahamane Sylla, de Neil Woodyer, le président du groupe « Endeavour Mining », la société qui exploite la nouvelle mine, de la directrice de « Ségala mining corporation SA » (S-EMICO), Mme Maïga Aissata Koné, des autorités politiques et administratives de Kayes, Kéniéba, Sitakily, Kofi, Tabakoto et Loulo.

La mine de Kofi est située au nord-ouest de celle de Tabakoto. Elle alimente l’usine de Tabakoto d’environ 1000 tonnes de minerai par jour, transportées par camions. L’exploitation de la nouvelle mine, a expliqué Neil Woodyer, permettra de prolonger la vie de celle de Tabakoto.

En effet l’évaluation des ressources de Kofi-Nord donne des estimations de réserve de 240.000 OZS soit environ 7,7 tonnes d’or. La production annuelle envisagée est de 56.500 OZS soit environ 1,8 tonne d’or par an. Ainsi sur la base des ressources estimées et de la production annuelle projetée, l’exploitation de ce gisement devrait rapporter à notre pays environ 13,770 milliards de Fcfa sur une période d’exploitation de 4 ou 5 ans. Ce qui permettra au Mali de conforter sa place de troisième pays producteur d’or en Afrique.

Le patron de la société canadienne a indiqué que « Endeavour Mining » possède 5 mines en production en Afrique de l’ouest. Il s’agit de Kabakoto et Kofi dans notre pays, NZema au Ghana, Youga au Burkina Faso et Agbaou en Côte d’Ivoire.

La mine de Tabakoto, a précisé Neil Woodyer, a une capacité de traitement de 4000 tonnes de minerai par jour pour une production de 135 000 OZS à 150 000 OZS. Avec ses galeries souterraines (Tabakoto et Ségala), la mine dispose de réels atouts pour se positionner parmi les leaders dans la production aurifère dans notre pays, a assuré le patron de « Endeavour Mining ». Cette année le groupe attend une production de 500.000 OZS.

Acquise en 2012, la mine de Tabakoto commencera cette année à faire des profits. L’investissement global est estimé à 400 milliards de Fcfa. La mine emploie 1700 personnes dont 1544 Maliens.

En plus, le groupe paie environ 25 milliards de Fcfa de taxes dans notre pays et des investissements pour le développement local. A cet effet, la société minière a construit des puits et soutient financièrement 4 écoles. « Nous avons également un plan à long terme d’agriculture », a annoncé Neil Woodyer qui a aussi signalé que les principaux actifs en exploration dans notre pays sont axés sur des cibles à proximité des mines de Tabakoto et Kofi.

Pour le maire de Sitakily, Fawaly Sissoko, l’exploitation minière doit profiter aux populations locales. La société minière a mené des actions dans ce sens mais beaucoup reste à faire, a souligné l’édile qui ne comprend pas que malgré la présence de 5 mines d’or sur sa commune, les problèmes d’eau et d’électricité persistent. Insistant sur la nécessité d’investir dans les infrastructures, Fawaly Sissoko a recommandé le bitumage de la route nationale Kenièba-Kayes, l’amélioration des conditions de vie des populations et le recrutement des locaux dans les mines.

Le ministre des Mines, Boubou Cissé, a d’abord rappelé les efforts de promotion du secteur minier effectués dans un contexte de crise. Ces efforts de promotion l’ont conduit successivement en Chine, au Maroc, au Qatar, en Australie, en Tunisie, en Afrique du Sud et au Canada, rappellera le ministre Cissé qui a insisté sur la philosophie de son département d’intégrer l’activité minière aux autres secteurs pour édifier une économie forte et émergente.

L’ouverture de la mine de Kofi est, de son point de vue, le résultat d’un programme de développement des ressources minérales entrepris par notre pays. Les travaux préliminaires sur ce périmètre ont ainsi été réalisés par l’Etat à hauteur de 750 millions de Fcfa. Afin d’approfondir les connaissances géologiques sur la zone, l’Etat a accordé un permis de recherche à la société Nevsun Mali exploitation Ltd. SA, filiale de la société canadienne « Endeavour Mining ». Les résultats de ce processus ont permis de conduire une étude de faisabilité et de solliciter un permis d’exploitation sur le gisement de Kofi-Nord couvrant une superficie de 52 km2. C’est ainsi que le permis d’exploitation a été attribué à Kofi-SA, société d’exploitation de droit malien dans le capital social de laquelle l’Etat participe à hauteur de 20%.

Boubou Cissé a assuré que les responsables de la société Kofi-SA s’étaient engagés à réaliser des infrastructures socio-économiques au bénéfice de la communauté dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’équipement, etc. Il a fait remarquer que cette première mine ouverte sous le mandat du président Ibrahim Boubacar Keita dispose d’un contrat social propre à garantir le bien-être de la population de Kénièba, Kofi, Loulo et Tabakoto. « C’est sur cela que nous allons insister. Nous serons très vigilants pour que, dans les mois et années à venir, ces populations puissent voir qu’il y a une amélioration dans la qualité de leur vie. Cela passe par la réalisation des infrastructures de base qui permettent le développement », a assuré le ministre des Mines. 

Mine de Tabakoto : Les Travailleurs lancent un préavis de grève

Fakara Faïnké – 24 avril 2015

Les travailleurs de la mine de Tabakoto exigent l’arrêt immédiat du recrutement des expatriés inutiles, le licenciement d’expatriés ayant plus de 2 ans de contrat et la promotion des nationaux qualifiés à des postes de responsabilités…

Malgré le déplacement de l’inspection de travail de Kayes pour trouver une issue favorable et l’intervention du ministre Boubou Cissé, le syndicat a maintenu son mot d’ordre de grève de 48 heures allant du mercredi 29 à 00H au jeudi 30 avril 2015.

Les travailleurs nationaux des mines ont estimé qu’ils sont laissés pour compte au profit des expatriés. Ni le traitement salarial n’est égal, ni les avantages. Et, pourtant, ils estiment qu’ils font le même travail sinon mieux que ces expatriés venus d’autres pays. Et, avec cette situation qui a perduré, le syndicat n’entend plus se laisser faire.

C’est au moment où le ministre des mines annonce l’inauguration d’une nouvelle mine à Tabakoto que les travailleurs montent au créneau pour dénoncer l’exploitation de l’homme par l’homme de ces entreprises minières.

Selon le secrétaire général de travailleurs de la mine, Yaya Traoré, les sociétés et entreprises minières, au-delà des revendications citées ci-dessus, refusent l’application de la convention collective des sociétés minières, géologiques, hydrogéologiques,  la sécurité, la restauration et l’hébergement, l’installation d’une clinique SEMICO SA.

Aussi, le syndicat demande à la société : d’arrêter le harcèlement des représentants des travailleurs, c’est à dire les membres syndicaux et la reprise immédiate de leur collègue Abdoul Karim Traoré au département du mining et une augmentation de salaire de 25% pour tous les travailleurs de SEMICO SA ; vingt et un jour de break pour les cadres maliens ; la révision à la hausse de la prime de risque à la mine souterraine de Ségala et de Tabakoto ; l’application immédiate en fin avril 2015 des résultats des évaluations de 2014. Pour se faire entendre, le syndicat a fait une ampliation à la direction Régionale de Kayes, à la Préfecture de Kénièba, à la Direction SEMICO, la SECNAMI, la Coordination Tabakoto-Loulo-Goukoto ; l’UNTM Kéniéba ; la Synacome DE Kayes.

 

Publicités

From → Mines

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :