Skip to content

France-Mali : rétablir des relations saines

by sur 1 juin 2015

Alors que les choses ne s’arrangent pas sur le terrain (tirs d’obus à Gao et plusieurs milliers d’habitants qui fuient la zone de Tombouctou, chasse continue d’ennemis « invisibles »), les ambiguïtés des buts poursuivis par la France au Mali ne sont pas levées.

France-Mali: Normaliser les relations

Par Yaya Sidibé – Le 22 Septembre – 2015-06-01

Les relations entre le Mali et la France, de parfait amour depuis le déclenchement de l’opération Serval, se sont progressivement détériorées avec des moments de poussée de fièvre et des périodes d’accalmie. L’on se rappelle même qu’au début de la lune de miel, quand les forces françaises avaient stoppé la progression des narco-jihadistes à Konna, qui menaçaient Bamako de leurs foudres, des Maliens, dans l’euphorie générale, avaient même poussé le sens de la gratitude jusqu’à baptiser leurs enfants, du nom du Président français, François Hollande.

Les relations entre le Mali et la France, de parfait amour depuis le déclenchement de l’opération Serval, se sont progressivement détériorées avec des moments de poussée de fièvre et des périodes d’accalmie. L’on se rappelle même qu’au début de la lune de miel, quand les forces françaises avaient stoppé la progression des narco-jihadistes à Konna, qui menaçaient Bamako de leurs foudres, des Maliens, dans l’euphorie générale, avaient même poussé le sens de la gratitude jusqu’à baptiser leurs enfants, du nom du Président français, François Hollande.

Le drapeau français avait fleuri partout à côté de celui du Mali. Il ne restait plus aux Maliens qu’à entonner la Marseillaise. Si c’était à refaire…Le charme ne sera que de courte durée. Il sera rompu au fur et à mesure que les Maliens se rendront compte que «l’ami» français n’était pas uniquement venu au secours d’un pays en difficulté et au nom des principes de solidarité et de défense de la liberté, comme le clamait, à l’époque, le Président Hollande à qui voulait l’entendre.

Manifestement, d’autres raisons ont motivé la France à voler promptement à la rescousse du Mali. Exactement le contraire de la thèse de François Hollande qui proclamait, urbi et orbi, qu’hormis les motifs susmentionnés la France n’avait pas d’autres intérêts.

La lente et pénible progression des forces armées maliennes, leur cantonnement actuel, la pression mise sur le Mali par «la communauté internationale» à négocier, fait surréaliste, avec des groupes armés, des indices de complicité avec le MNLA, à la faveur des événements de mai 2014, ont fini, entre autres arguments, par dessiller les yeux des Maliens sur la réalité.

Devant ce tableau pour le moins déplorable, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, a mis les pieds dans le plat. C’était lors la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, le 15 mai dernier à Bamako. Répondant au Français Hervé Ladsous, Sous-secrétaire des Nations Unies chargé des missions de maintien de la paix, qui avait saisi l’occasion pour mettre en garde, sur un ton comminatoire à la limite du mépris, l’Etat du Mali contre toute tentation de profiter du fait qu’une partie de la CMA  ait signé l’Accord pour combattre ceux qui ne l’avaient pas fait, IBK l’a invité à un peu plus d’égards envers le peuple malien, un peuple qui mérite respect et dignité.

Le Mali, a-t-il laissé entendre, fort de ses valeurs anciennes, a toujours respecté ses engagements et n’a à aucun moment violé le cessez-le-feu. La réponse a été dite, certes de façon crue, mais avec la courtoisie qui sied en la matière. Certains ont cru bon de crier au scandale et au politiquement non correct. En réalité, IBK a dit tout haut ce que les Maliens pensent tout bas. Se faire respecter, de temps en temps, s’il ne grandit pas n’a jamais rabaissé quelqu’un.

Toujours est-il que serait réaliste pour les deux parties de considérer cet intermède comme un incident clos. Car, à quelques mois du prochain sommet Afrique – France que le Mali a l’honneur d’organiser en 2016, personne n’a intérêt à envenimer les relations entre nos pays. Au contraire, les responsables au plus haut niveau seraient bien inspirés de jouer la carte de l’apaisement.

Pour ce faire, la France, en particulier, doit opérer un changement de cap dans ses choix stratégiques. Au nom de la realpolitik, elle doit enfin cesser sa course éperdue derrière un mirage, en manipulant le MNLA et consorts, voire les narco-jihadistes. Et discuter, cartes sur tables, de ses intérêts géopolitiques avec les autorités légitimes du Mali, dans le cadre d’un partenariat gagnant – gagnant, comme le font déjà les Chinois et d’autres pays dans un contexte mondialisé.

Au lieu de persister dans l’erreur et dans cette politique d’une autre époque, faite de pré-carré et même de piraterie. Autrement, elle réveillera contre elle la capacité de résistance, voire de sursaut, du peuple malien. «Errare humanum est, perseverare diabolicum», « l’erreur est humaine, mais persévérer est diabolique » disaient les anciens.

La cessation de cette guerre à fleurets mouchetés et la normalisation des relations entre les deux pays est un impératif. Au risque de voir le prochain sommet se tenir sous haute tension. Au cas où il ne serait pas simplement reporté à une date ultérieure.

Hollande, dans la foulée du déclenchement de l’opération Serval, a été accueilli triomphalement au Mali, en héros, en sauveur. Si les tensions persistent entre nos deux pays, il est fort à craindre qu’en lieu et place des fleurs et des you-yous, il ne reçoive des huées et des quolibets.

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :