Skip to content

Mokhtar Bel Mokhtar visé en Libye

by sur 15 juin 2015

Mokhtar Bel Mokhtar a la vie dure, et pour l’instant sa mort, annoncée, n’a pas été confirmée.

Mokhtar Belmokhtar, l’homme qui était mort des dizaines de fois

Publié le 15.06.2015 à 13:59 – Mis à jour le 15.06.2015 à 14:16

Mokhtar Belmokhtar-Algérie

Mokhtar Belmokhtar sur une photo datant de janvier 2013. – Sahara Media

L.C.

TERRORISME Le gouvernement provisoire libyen affirme que le leader djihadiste a été tué lors d’un raid aérien mené ce week-end par l’armée américaine…

Mokhtar Belmokhtar est-il mort ce week-end ? Pour le gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale, la réponse est oui. Les Etats-Unis ont confirmé lundi que le chef djihadiste du groupe Al-Mourabitoune était la cible d’une frappe aérienne, sans conclure à son décès. La question n’est pas inédite, elle s’est déjà posée à plusieurs reprises, notamment en mars 2013, et, plus récemment, en avril dernier.

Comme les chefs terroristes notoirement célèbres que sont Ben Laden et Abou Bakr al-Baghdadi, la mort de Mokhtar Belmokhtar, dit le « Borgne », fait depuis des années l’objet de rumeurs et de spéculations plus ou moins relayées dans les médias.

Dans un communiqué publié dimanche, le gouvernement provisoire libyen basé à Tobrouk a annoncé la mort de Mokhtar Belmokhtar lors d’un raid de l’armée américaine sur Ajdabiya, une ville côtière du nord-est de la Libye.

Sur Twitter, le journaliste David Thomson, spécialiste des questions relatives au djihad, précise que « cette zone échappe au contrôle de ce gouvernement » et que Mokhtar Belmokhtar a déjà été donné pour mort « une dizaine de fois ».

Empoisonné en avril dernier ?

Le 13 avril dernier, le quotidien algérien Al Chorouk écrivait que le « Borgne », serait mort empoisonné en mars. Quelques jours plus tard, le groupe Al-Mourabitoune revendiquait l’attentat-suicide perpétré le 15 avril contre une base de l’Organisation des Nations Unies dans le nord du Mali, jetant le doute sur cette rumeur.

Assassiné par l’armée tchadienne en 2013 au Mali ?

En mars 2013, le président tchadien Idriss Déby avait annoncé que ses troupes avaient tué plusieurs terroristes, dont Mokhtar Belmokhtar, lors d’une attaque menée dans le nord du Mali, dans le massif des Ifoghas. Par la suite, la photo d’un homme barbu en treillis, au visage maculé de sang, avait été publiée par le magazine Paris Match, qui l’attribuait à Abdelhamid Abou Zeid, l’un des leaders du groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Sur son site, RFI affirmait en revanche qu’il s’agissait du cadavre de Mokhtar Belmokhtar, sur la base des témoignages de militaires tchadiens.

Quoi qu’il en soit, la mort de Mokhtar Belmokhtar a été démentie en avril 2013 par un leader du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) et par le porte-parole de la katiba Al-Mouthalimin (les Enturbannés).

Mort en 2012 lors de combats contre les séparatistes touaregs au Mali ?

En juin 2012, c’est une chaîne de télévision algérienne qui avait rapporté le décès du leader djihadiste, lors d’affrontements entre islamistes et séparatistes touaregs à Gao, dans le nord du Mali. Mais il ne s’agissait une fois de plus que d’une rumeur, finalement démentie par son entourage.

Tué lors d’un raid aérien américain en Libye en 2015 ?

La dernière mort annoncée de Mokhtar Belmokhtar sera-t-elle la dernière ? Lemime Ould M. Salem, auteur d’un ouvrage consacré au djihadiste intitulé Le Ben Laden du Sahara, reste lui aussi prudent. « Pour l’heure, ni les Etats-Unis ni l’entourage de Mokhtar Belmokhtar ne confirment son décès. Or les djihadistes ne font en général pas secret de la mort d’un des leurs », souligne-t-il.

Le Pentagone se montre en effet prudent. « Nous continuons à évaluer les résultats de l’opération et fournirons plus de précisions de manière appropriée », a déclaré dimanche un porte-parole de la Défense. Concrètement, l’état-major américain attend les conclusions d’une éventuelle autopsie avant de se prononcer sur le sort de Mokhtar Belmokhtar.

En l’absence de confirmation par une source fiable, l’information reste donc au conditionnel, insistent de nombreux experts. Wassim Nasr, journaliste et spécialiste des mouvements djihadistes, affirme par ailleurs que des sources djihadistes ont nié la présence du chef terroriste sur les lieux de la frappe militaire.

Wassim Nasr 

✔@SimNasr

#Libye pr le moment aucune confirmation de source fiable concernant la mort de Mokhtar #Belmokhtar ds la frappe US à #Ajdabiya

#Libye dès hier soir plusieurs sources jihadistes ont « nié la présence de Mokhtar #Belmokhtar sur les lieux de la frappe US à #Ajdabiya »

10:11 AM – 15 Jun 2015

 

Mokhtar Belmokhtar visé par une frappe américaine en Libye

Par Jeune Afrique avec AFP – 15 juin 2015 à 08h21 — Mis à jour le 15 juin 2015 à 09h21

Le gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale a annoncé la mort de Mokhtar Belmokhtar, visé par une frappe américaine, dans la nuit de samedi à dimanche. Mais Washington ne confirme par l’information pour le moment.

L’incertitude demeure sur le sort de Mokhtar Belmokhtar. Une frappe aérienne américaine en Libye a visé le chef jihadiste algérien dans la nuit de samedi à dimanche 14 juin, a annoncé le Pentagone à Washington, sans confirmer la mort du cerveau de la prise d’otages du site gazier algérien d’In Amenas, en 2013.

« Nous continuons à évaluer les résultats de l’opération et fournirons plus de précisions de manière appropriée », a déclaré dans un communiqué le colonel Steve Warren, porte-parole du Pentagone.

« Consultations avec le gouvernement »

De son côté, le gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale a annoncé dimanche soir la mort de Mokhtar Belmokhtar des suites de cette frappe américaine.

« Des avions américains ont mené une opération qui a abouti à la mort de Mokhtar Belmokhtar et d’un groupe de Libyens appartenant à une organisation terroriste dans l’est de la Libye », ont indiqué les autorités libyennes sur leur page Facebook, ajoutant que la frappe a eu lieu « après consultations avec le gouvernement intérimaire libyen ».

Une cible « terroriste liée à Al-Qaïda » en Libye visée

Quelques heures plus tôt à Washington, le Pentagone avait annoncé que l’armée américaine avait mené une frappe dans la nuit de samedi à dimanche contre une cible « terroriste liée à Al-Qaïda » en Libye.

L’agence libyenne Lana, citant un responsable du gouvernement reconnu par la communauté internationale, a précisé que « la frappe de l’armée de l’air américaine a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche dans une ferme (…) à Ajdabiya, à 160 km à l’ouest de Benghazi, chef lieu de l’Est libyen, où Belmokhtar tenait une réunion avec d’autres chefs de groupes extrémistes, dont des membres d’Ansar Asharia », une organisation classée terroriste par l’ONU.

Les jihadistes évoquent des morts, aucune référence à Belmokhtar

Sur les réseaux sociaux, des comptes jihadistes ont fait état de 7 morts dans le raid. Une page Facebook d’un groupe islamiste à Ajdabiya a publié dès dimanche matin des photos de corps ainsi que les noms des personnes tuées, sans aucune référence à Belmokhtar.

Des combats meurtriers ont eu lieu par ailleurs autour de l’hôpital de la ville, les jihadistes ayant tenté, en vain, de prendre le contrôle de l’établissement, aux mains de milices locales, pour soigner leur blessés, selon des témoins.

Mokhtar Belmokhtar donné pour mort par le Tchad en avril 2013

Mokhtar Belmokhtar avait réaffirmé mi-mai la loyauté de son groupe, Al-Mourabitoune, à Al-Qaïda et démenti l’allégeance à l’État islamique (EI) proclamée par un autre dirigeant, laissant présager une sérieuse discorde dans la hiérarchie du mouvement.

Donné pour mort par le Tchad en avril 2013, il avait revendiqué un double attentat-suicide au Niger en mai 2013, qui a fait une vingtaine de morts.

Condamné à mort à deux reprises par la justice algérienne, Belmokhtar aurait également commandité l’assassinat de quatre Français en Mauritanie en décembre 2007, et la prise en otages de deux Canadiens en 2008, trois Espagnols et deux Italiens en 2009.

Violents affrontements entre groupes jihadistes en Libye

Plongée dans le chaos depuis la chute en 2011 de l’ancien dictateur Mouammar Kadhafi, la Libye est déchirée par des combats entre milices lourdement armées. Le pays compte actuellement deux gouvernements rivaux : l’un, reconnu par la communauté internationale, installé dans l’est du pays, l’autre à Tripoli sous contrôle de Fajr Libya, une coalition de milices.

Des groupes jihadistes ont profité de ce chaos, notamment le groupe État islamique. Les frappes américaines, soutenue par le gouvernement reconnu, coïncident avec de violents affrontements entre groupes jihadistes rivaux à Derna, fief des islamistes radicaux en Libye, à 280 km à l’est de Benghazi.

Les hostilités ont été déclenchées la semaine dernière après l’assassinat par un groupe se réclamant de l’organisation État islamique d’un leader de Majless Mujahidin Derna, une milice islamiste radicale rivale, plus proche d’Al-Qaïda. Un autre leader de cette milice, Salem al-Derbi, a été tué dans les affrontements qui ont suivi l’assassinat de Nassir al-Akr.

Mokhtar Belmokhtar visé par une frappe américaine en Libye

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 15.06.2015 à 01h18 • Mis à jour le 15.06.2015 à 07h24

L’armée américaine a mené un bombardement ciblé contre l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, figure de l’insurrection djihadiste en Afrique du Nord et au Sahel, dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 juin, a annoncé le Pentagone. « Nous évaluons les résultats de l’opération et fournirons des informations supplémentaires quand cela s’avérera approprié », a déclaré son porte-parole, Steve Warren, dans un communiqué au sujet de cette opération menée en Libye.

Selon le gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale, le terroriste, dont la mort a déjà été annoncée plusieurs fois, a été tué : « Le gouvernement libyen dans l’est de la Libye confirme que les avions de chasse américains ont mené des frappes aériennes la nuit dernière lors d’une mission qui a eu pour conséquence la mort du terroriste Belmokhtar. » La frappe a eu lieu« après consultation avec le gouvernement intérimaire libyen », ajoute le communiqué. L’armée américaine dit attendre des résultats d’autopsie avant de se prononcer sur le sort du terroriste.

L’agence libyenne LANA, citant un responsable du gouvernement reconnu par la communauté internationale, précise que « la frappe de l’armée de l’air américaine a eu lieu (…) dans une ferme (…) à Ajdabiya, à 160 km à l’ouest de Benghazi, chef-lieu de l’Est libyen, où Belmokhtar tenait une réunion avec d’autres chefs de groupes extrémistes, dont des membres d’Ansar Asharia », une organisation classée terroriste par l’ONU.

« L’Insaisissable »

Ex-chef d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), avec qui il était entré en dissidence, Mokhtar Belmokhtar avait créé fin 2012 sa propre unité combattante, les « Signataires par le sang ». En janvier 2013, il avait revendiqué l’attaque sanglante et la prise d’otages massive qui s’en est suivie sur le complexe gazier d’In Amenas, dans le Sahara algérien, qui se sont soldées par la mort de 37 étrangers, un Algérien et 29 ravisseurs.

Donné pour mort par le Tchad en avril 2013, il avait revendiqué un double attentat-suicide au Niger le mois suivant, qui a fait une vingtaine de morts. Condamné à mort à deux reprises par la justice algérienne, il aurait commandité l’assassinat de quatre Français en Mauritanie en décembre 2007, et la prise en otages de deux Canadiens en 2008, trois Espagnols et deux Italiens en 2009. Si elle est confirmée, la mort de celui que les forces françaises ont surnommé « L’Insaisissable » serait un coup très important contre les opérations d’Al-Qaida dans la région.

Mokhtar Belmokhtar avait réaffirmé mi-mai la loyauté de son groupe, Al-Mourabitoune, à Al-Qaida et démenti l’allégeance à l’Etat islamique (EI) proclamée par un autre dirigeant, laissant présager une sérieuse discorde dans la hiérarchie du mouvement.

Chaos en Libye

Plongé dans le chaos depuis la chute en 2011 de l’ancien dictateur Mouammar Kadhafi, la Libye est déchirée par des combats entre milices lourdement armées, et le pays compte actuellement deux gouvernements — et parlements — rivaux : l’un, reconnu par la communauté internationale, qui siège à Tobrouk, dans l’est du pays, l’autre à Tripoli sous le contrôle de Fajr Libya, une coalition de milices.

Des groupes djihadistes ont profité de ce chaos, et notamment l’Etat islamique, qui s’est implanté l’année dernière en Libye et qui a annoncé le 9 juin avoir pris la ville de Syrte (à 450 km à l’est de Tripoli) ainsi qu’une centrale thermique voisine.

Les bombardements américains coïncident avec de violents affrontements entre groupes djihadistes rivaux à Derna, fief des islamistes radicaux en Libye, à 280 km à l’est de Benghazi.

La dernière opération des Américains en Libye date de juin 2014, quand leurs forces spéciales ont capturé Ahmed Abou Khattala, un des organisateurs présumés de l’attaque contre le consulat américain à Benghazi en 2012, qui avait coûté la vie à l’ambassadeur Chris Stevens et trois autres Américains.

Libye: Le djihadiste Mokhtar Belmokhtar aurait été tué par une frappe américaine

M.C. avec AFP- Publié le 15.06.2015 à 01:46 -Mis à jour le 15.06.2015 à 03:48

Il était notamment à l’origine de l’enlèvement de deux Français au Niger en 2011 et de l’attaque sanglante dans l’est de l’Algérie en janvier 2013. Le chef djihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar, lié à Al-Qaïda, a été tué par une frappe aérienne américaine en Libye, a annoncé dimanche soir le gouvernement libyen installé à Tobrouk, reconnu par la communauté internationale.

Le Pentagone a indiqué à Washington que le jihadiste Belmokhtar avait bien été la cible d’une frappe américaine mais n’a pas confirmé sa mort. «Nous continuons à évaluer les résultats de l’opération et fournirons plus de précisions de manière appropriée», a déclaré dans un communiqué le colonel Steve Warren, porte-parole du Pentagone.

«Des avions américains ont mené une opération qui a abouti à la mort de Mokhtar Belmokhtar et d’un groupe de Libyens appartenant à une organisation terroriste dans l’est de la Libye», a indiqué le gouvernement intérimaire dans un communiqué posté sur sa page Facebook. La frappe a eu lieu «après consultation avec le gouvernement intérimaire libyen», ajoute le communiqué.

Quelques heures plus tôt, le Pentagone avait indiqué que l’armée américaine avait mené une frappe dans la nuit de samedi à dimanche contre une cible «terroriste liée à Al-Qaïda» en Libye. Aucun détail supplémentaire n’avait été communiqué par le porte-parole du Pentagone, Steve Warren, au sujet de cette opération dans une région où Washington a déployé des drones par le passé.

L’agence libyenne Lana, citant un responsable du gouvernement reconnu par la communauté internationale, précise que «la frappe de l’armée de l’air américaine a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche dans une ferme (…) à Ajdabiya, à 160 km à l’ouest de Benghazi, chef lieu de l’Est libyen, où Belmokhtar tenait une réunion avec d’autres chefs de groupes extrémistes, dont des membres d’Ansar Asharia», une organisation classée terroriste par l’ONU.

La Libye, déchirée par des combats entre milices, compte deux gouvernements

Mokhtar Belmokhtar avait réaffirmé mi-mai la loyauté de son groupe, Al-Mourabitoune, à Al-Qaïda et démenti l’allégeance à l’Etat islamique (EI) proclamée par un autre dirigeant, laissant présager une sérieuse discorde dans la hiérarchie du mouvement.

Plongé dans le chaos depuis la chute en 2011 de l’ancien dictateur Mouammar Kadhafi, la Libye est déchirée par des combats entre milices lourdement armées, et le pays compte actuellement deux gouvernements -et Parlements- rivaux: l’un, reconnu par la communauté internationale, qui siège à Tobrouk, dans l’est du pays, l’autre à Tripoli sous contrôle de Fajr Libya, une coalition de milices.

Des groupes djihadistes ont profité de ce chaos, notamment le groupe Etat islamique qui s’est implanté l’an dernier en Libye et qui a annoncé le 9 juin avoir pris la ville de Syrte (450 km à l’est de Tripoli) ainsi qu’une centrale thermique voisine.

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :