Skip to content

Veille de ramadan

by sur 17 juin 2015

Le ramadan débutera cette année à la même date au Mali qu’en France, demain jeudi 18 juin.

Et, pour les lycéens, en plein  début des épreuves du baccalauréat commencées ce jour à Bamako.

Souhaitons qu’en ce mois parfois qualifié de « sacré », la population puissent célébrer en paix et en sérénité un des piliers de la religion musulmane.

Veille de Ramadan : LORSQUE LES STOCKS VONT, TOUT VA

D.DJIRÉ – L Essor du 15 juin 2015

Le risque de pénurie et son corollaire de spéculation semblent cette année être écartés en ce qui concerne les produits de première nécessité

Nous entrons dans les tout derniers jours du compte à rebours. La communauté musulmane de notre pays, à l’instar de celles du monde entier, se prépare à observer le mois béni de Ramadan.

L’entrée dans la période de jeûne sera comme de tradition confirmée par la Commission d’observation du croissant lunaire, mais d’ores et déjà l’atmosphère de Ramadan s’est installée dans la capitale. Nos concitoyens se préparent à se plier à la triple obligation d’humilité, d’abstinence et de sobriété. Toutes vertus qui doivent se traduire à travers les actes de la vie quotidienne.

Car, au-delà du jeûne qu’ils observent, les fidèles sont invités à se recueillir, à ressentir l’incitation à la la spiritualité qu’amène cette période très particulière. « Jeûner avec son cœur, jeûner pour Dieu uniquement, jeûner avec sa langue, ses actes, ses paroles, son comportement. Le véritable jeûne réside dans notre sincérité et se confirme par nos actions les plus nobles. C’est un mois où nos récompenses sont multipliées, et nos cœurs purifiés. Le meilleur profit à en tirer quant à l’accomplissement de nos œuvres bonnes réside dans ce mois », nous enseigne le Saint Coran.

Les mosquées ont procédé à des grandes opérations de nettoyage afin que leurs abords puissent accueillir les foules de fidèles qui viendront chaque soir aux «Nafila» (prières). « L’hôte que nous attendons est un cadeau du ciel. C’est un mois plein de grâce durant lequel il est conseillé de multiplier les bienfaits, car la récompense du Seigneur y est immense. Si Dieu a ordonné aux musulmans de se passer de manger et de boire, c’est pour que chacun de nous reconnaisse la puissance de son Créateur à travers l’épreuve du jeûne. C’est aussi l’occasion pour les nantis de ressentir ce que peuvent éprouver les démunis», explique un iman.

Mais le Ramadan a aussi ses aspects domestiques qui imposent parfois un vrai casse-tête aux chefs de famille. Ces derniers sont pratiquement astreints à des efforts supplémentaires pour rendre les moments de rupture de jeûne agréable aux leurs. Les marchés de Bamako ont depuis longtemps pris la mesure les bonnes affaires qu’ils peuvent réaliser tout au long des prochains jours et les vendeurs se sont donc préparés en conséquence. Les étals sont exceptionnellement bien fournis pour accueillir les acheteurs qui viennent s’approvisionner en produits de première nécessité (riz, mil, sucre), mais qui ne négligent pas pour autant ces marchandises dont la consommation explose en cette période particulière (dattes, lait, pain, beurre, fruits, jus locaux, sodas, produits de boucherie, poulets et poissons).

RÉJOUISSANTE, MAIS PRÉPARÉE. A chacune de ses éditions, le marché du Ramadan offre constamment des produits nouveaux, mais ceux-ci ne détrônent pas les valeurs sûres qui continuent à dominer les ventes. Nattes et tapis de prières, chapelets, bouilloires, dattes maghrébines, tenues de circonstance (niqab et djellaba) refont surface et leurs vendeurs envahissent les moindres recoins de la capitale. Idem pour les accessoires indispensables à la préparation des repas matinaux ou de rupture de jeûne.

Les chefs de famille qui ne savent parfois plus où mettre la tête en raison de la diversité de l’offre et de la multiplicité des demandes, choisissent souvent la solution la plus sage. Ils concentrent l’essentiel de leur force de frappe financière sur les produits de première nécessité. Cette année comme l’an passé, le marché est bien achalandé et les prix restent acceptables. Cependant, cette situation, bien que réjouissante, ne s’est pas créée d’elle-même. Elle a été atteinte à travers les dispositions prises par le département du Commerce et par les importateurs. Grâce aux efforts déployés par les deux parties, les prix demeurent stables. Pour le moment.

Au niveau de la direction nationale du Commerce et de la concurrence, le directeur adjoint, Boucadary Doumbia, est formel sur l’effet des précautions prises. « Le niveau d’approvisionnement du pays est excellent, indique-t-il. Il n’aura ni pénurie, ni hausse de prix. Nous avons accentué le suivi régulier du niveau des stocks, et cela depuis l’année passée. A ce jour, les stocks disponibles sur le territoire couvrent plus d’un mois de consommation pour le riz (46.902 tonnes), 229 jours pour le sucre (106.247 tonnes), 55 jours pour le lait en poudre (4.176 tonnes), 58 jours pour la farine de blé (6.726 tonnes) et 89 jours pour l’huile alimentaire (24.090 tonnes). En outre, il a été demandé aux chargeurs et aux importateurs d’accroître le rythme d’importation pour prévenir toute spéculation », explique notre interlocuteur.

Pour accompagner les grands importateurs, la DNCC a pris des dispositions spécifiques, notamment l’abattement de la valeur transactionnelle de certains produits. Ainsi le sucre sera taxé à 165.000 Fcfa la tonne à l’importation contre 255.000 Fcfa en temps normal. Pour le riz, la taxe passe de 265.000 Fcfa la tonne à 130.000 Fcfa pour la période du Ramadan.

« Cependant, assure Boucadary Doumbia, les missions de la Direction ont été renforcées. Un suivi régulier et sans complaisance est effectué chaque semaine dans les magasins de stocks des importateurs. Et un cahier de charge a été élaboré pour le respect strict de la pondération à observer en réponses aux facilités accordées par l’Etat. Les spéculateurs ne seront pas épargnés. Car rien ne saurait expliquer une flambée de prix au moment où le marché est à l’abri de toute pénurie ».

Du côté des importateurs, l’heure est à la mobilisation. Chacun réactive son réseau de distribution. Car les grands achats ont commencé, demi-grossistes et détaillants ont pris d’assaut les entrepôts pour consolider leurs stocks. Les véhicules de distributions débordés peinent à enlever toutes les commandes.

Dans les locaux du Grand distributeur céréalier du Mali (GDCM) de Modibo Keita, tous les produits de grande consommation (sucre importé, riz local et importé, huile alimentaire et lait) sont vendus au prix de grossistes. Ainsi la tonne de sucre est cédée à 430.000 Fcfa, soit 21.500 Fcfa le sac de 50 kilogrammes. Le riz est négocié entre 320.000 à 375.000 Fcfa la tonne selon la qualité. Et le bidon de 20 litres de l’huile importée est vendu entre 14.000 à 14.500 selon les marques.

PAS DE SURENCHÈRE. Dans son confortable bureau, le PDG de GDCM, Modibo Kéita est catégorique. « Il n’y aura ni pénurie, ni hausse de prix. Nous avons assez de stocks dans les magasins pour supporter la consommation pendant le mois de Ramadan et même au-delà. Les opérations d’importation continuent et se sont d’ailleurs intensifiées pour certains produits comme le riz. Le prix du sucre, qui a baissé sur le marché international, connaît une stabilité réelle cette année. Le riz local inonde littéralement le marché », énumère l’importateur.

Chez le Grand grenier du bonheur de Bakoré Sylla, l’offre porte sur le sucre local dont la tonne est cédée à 400.000 Fcfa, ce qui place le sac à 20.000 Fcfa. Le patron de la société explique que les usines locales (Sukala S.A et N-Sukala S.A) ont enregistré des productions exceptionnelles cette année. « Nous avons donc décidé de les accompagner, indique-t-il, et d’écouler la production nationale avant de puiser dans le stock importé. Par ailleurs, nous avons une grande quantité de riz importé cédé entre 315.000 à 325.000 Fcfa la tonne selon les qualités ». Le diagnostic sur l’état des réserves est tout aussi optimiste chez cet autre baron de l’importation de produits de première nécessité, Barou Niangadou dit Petit Barou.

En quelques années, le patron de la Sodima s’est imposé comme un acteur incontournable dans l’approvisionnement correct du pays en produits de première nécessité (riz, sucre, lait, huile alimentaire, farine).

DE PLUS EN PLUS D’AMATEURS. Les assurances données par les plus grands importateurs sur l’excellent niveau d’approvisionnement du marché et surtout sur la stabilité actuelle des prix se vérifient aujourd’hui à la base, c’est-à-dire au niveau des commerçants détaillants. Au marché de sucre et de lait de Dibida, où les vendeurs ont embauché des jeunes gens pour conditionner les produits en sachets d’un kilogramme, les témoignages sont unanimes.

Les prix n’ont pas bougé pour le moment. Le kilogramme de sucre est vendu entre 425 et 450 Fcfa selon la qualité, tandis que le lait en poudre est cédé entre 2500 à 3000 Fcfa le kilo et la farine entre 400 à 500 Fcfa le kilo. « Si les grossistes ne font pas de surenchère, je ne vois pas pourquoi nous nous y mettrions », fait remarquer avec bon sens un détaillant.

Au marché de céréales de Bagadadji et Niaréla, règne la fièvre du petit mil, céréale fort prisée pour la préparation de la bouillie de rupture de jeûne. Dans le magasin de Salif Diarra où nous nous sommes rendus, l’ambiance est bouillante. Tandis que certains clients discutent avec le boss de la quantité et du prix, les manutentionnaires exécutent une noria ininterrompue, chargeant et déchargeant les voitures privées et les véhicules de livraison. Le sac de 100 kilos de la précieuse céréale pilée est vendu ici 28.000 Fcfa, soit 280 Fcfa le kg contre 21.000 à 22.500 Fcfa le quintal de mil non pilé.

Pour le commerçant céréalier, les prix connaissent cette année une stabilité qui manquait lors des Ramadans antérieurs. Il faut cependant savoir que le prix du mil varie en fonction de la qualité de la céréale et selon les zones de production.

Par exemple, le mil en provenance des régions de Sikasso et de Mopti est réputé être de meilleure qualité et est donc vendu un peu plus cher que celui des régions de Ségou et Koulikoro. « De façon générale, relève Salif Diarra, comme la demande sur ce produit explose pendant le Ramadan, la céréale coûte alors un peu plus cher dans les zones de production. Mais cette année la fluctuation est minime et n’influe pas de manière notable sur les prix pratiqués à Bamako. Si bien que le produit est plus abordable que l’an passé ».

Les chefs de famille rencontrés dans les marchés corroborent les propos des vendeurs et ne cachent pas leur satisfaction. L’un d’eux nous raconte avoir acheté son sac de sucre à 21.000 Fcfa et un bidon de 20 litres d’huile à 14.000Fcfa. On lui a même proposé un bidon équivalent d’huile locale à 12.000 Fcfa.

Mais l’euphorie de notre interlocuteur se tempère nettement lorsqu’il souligne que malgré tout, ses économies restent soumises à rude épreuve pendant la période du Ramadan. Et que de manière générale le pouvoir d’achat ne suit pas le rythme de progression des étiquettes.

Au niveau des services de l’administration publique comme des entreprises privées, les achats groupés et les commandes faites par des comités syndicaux paraissent gagner en ampleur. Ce que nous confirment devant un magasin d’importateurs les représentants d’un comité syndical qui s’affairaient à faire charger dans leurs camions les dotations de sucre destinées à leurs adhérents. L’un des syndicalistes assure que le procédé, qu’il renouvelle depuis plus de dix ans, attire de plus en plus d’amateurs. Surtout que le remboursement déduit des salaires est étalé sur trois à quatre mois.

Ainsi va le marché en cette veille de Ramadan. Un marché qui se caractérise aujourd’hui par son excellent niveau d’approvisionnement. Sa structure qui se caractérisait naguère par une extrême fragilité et des variations spectaculaires s’en trouve stabilisée. Aujourd’hui, l’éventualité de mauvaises surprises pour les consommateurs n’est pas totalement écartée. Mais elle a été sérieusement circonscrite par les dispositions prises au niveau du département du Commerce et surtout par le niveau des stocks jugés abondants.

La vigilance reste cependant de mise. Même si aucune menace apparente ne semble peser sur la bienvenue stabilité des prix.

 

Quand les prix prennent l’ascenseur

Par Moussa MAGASSA – 16/06/2015

Le lait, le sucre, les fruits sont autant de produits dont les prix flambent à l’approche du mois de Ramadan. De pair avec un pouvoir d’achat qui n’évolue pas…

À l’approche du Ramadan, certaines vieilles habitudes reprennent dans les marchés. Alors que les ménagères calculent les dépenses, les commerçants se frottent déjà les mains, impatients de récolter les bénéfices tant attendus durant ce mois béni de l’Islam. Sur les étals, les prix des produits de première nécessité augmentent substantiellement.

Très consommé, le kilo de lait en poudre culmine à 3 000 Francs CFA. Quant à la viande de mouton, elle s’achète à 2 500 Francs CFA/kg. La viande de bœuf connait une hausse de 200 Francs CFA qui porte le kilo à 2 200 Francs CFA. Karamoko Keïta, boucher au marché de Dibidani, explique les raisons de cette inflation circonstancielle : « le bœuf coûte très cher et dans les abattoirs, on n’en tue plus autant». Premier servi, premier satisfait.

Autre produit, très consommé durant le Ramadan, le sucre dont le kilo reste à 500 Francs CFA contre 400 Francs CFA dans certaines alimentations. 

 

Mois de Ramadan : le marché national bien approvisionné

Diango COULIBALY – Le Reporter – 10 juin 2015

Les stocks nationaux (riz, sucre, huile alimentaire, farine et lait en poudre) sont largement suffisants pour couvrir, voire dépasser le mois de Ramadan.

C’est ce qui ressort de la visite effectuée par le directeur national du commerce et de la concurrence, Modibo Keïta, le mercredi 3 juin 2015, au magasin de stock du Grand grenier des céréales du Mali (Gdcm) à Sotuba et à la société Mamadou Diarra à la zone industrielle.

L’objectif de cette visite de terrain était de s’enquérir de l’état de disponibilité des produits de première nécessité en cette veille du mois de Ramadan. En effet, les prix des produits de première nécessité appliqués cette année sont raisonnables par rapport à ceux pratiqués à la même période, l’année dernière.

En ce qui concerne le sucre, le stock sur le territoire est de 105.492 tonnes ; ce qui représente 228 jours de consommation. Son prix au détail varie entre 400 et 450 Fcfa. Cette année, le gouvernement a pris une nouvelle mesure : taxer la tonne du sucre importée à 165.000 Fcfa, au lieu de sa valeur réelle de 255.000 Fcfa.

Pour le riz, le stock disponible est de 44.570 tonnes. Le prix varie entre 300 et 350Fcfa le kilo pour le riz importé et entre 350 et 450 Fcfa le kilo pour  le  riz  local. Pour le riz importé, au lieu de taxer à 265.000 Fcfa la tonne, le gouvernement a baissé les taxes à 165.000 Fcfa. Le taux de couverture est de 19 jours, sans compter les stocks qui sont dans les ports.

En ce qui concerne l’huile alimentaire, le Mali a aujourd’hui sur le marché national 25.434 tonnes et elle est vendue entre 600 et 800Fcfa le litre, avec un taux de couverture de 94 jours.

Quant à la farine de blé, le stock national est de 6.128 tonnes dont le kilo est vendu à 2500Fcfa avec un taux de couverture de 52 jours. Pour le lait en poudre, on enregistre sur le marché national 4.076 tonnes et le kilo est vendu entre 2500 et 3000Fcfa avec un taux de couverture de 53 jours.

Selon le directeur national du commerce et de la concurrence, Modibo Keïta, toutes ces mesures prises par le gouvernement doivent contribuer à réduire les prix de vente et soulager les dépenses des consommateurs. Le Pdg du Gdcm, Modibo Keïta, a rassuré que les Maliens vont passer le mois de Ramadan dans la quiétude totale. Il a souligné qu’il dispose dans son magasin de plus de 40.000 tonnes de sucre et 20.000 tonnes de riz. Selon lui, ses produits, ajoutés à ceux d’autres commerçants, sont suffisants pour couvrir voire dépasser le mois de Ramadan.

Quant à Cheick Oumar Diarra, directeur général de la société Mamadou Diarra, il a indiqué qu’il dispose de beaucoup de stocks de sucre et de riz au niveau de son magasin et que bien d’autres sont aussi en cours de route. «Il n’y aura pas de rupture sur le marché. Nous approvisionnons la ville Bamako, Kayes, San, Koutiala, Ségou et Sikasso en riz et sucre», a-t-il déclaré.

 

 

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :