Skip to content

De belles victoires maliennes à l’extérieur

by sur 22 juillet 2015

S’il est un domaine où la fierté nationale malienne ne peut être prise en défaut, c’est bien dans le domaine sportif. Maliennes et Maliens se taillent en effet un joli palmarès : détails ci-dessous

Et si l’espoir venait du sport…

Ousmane THIÉNY KONATÉ – © maliactu.net – 21 juillet 2015

Les basketteuses maliennes vainqueurs Afrobasket - U16Les Maliennes championnes  d’Afrique U16

Depuis 2012, notre pays est à la recherche de la stabilité que les rebelles du MNLA et les djihadistes ont mis à mal à travers l’occupation du septentrion malien. Cette occupation s’est accompagnée d’un véritable terrorisme contre les populations, surtout par l’application d’une charia comme en voyait dans l’Afghanistan des Talibans moyenâgeux. La douleur et l’humiliation que ces populations ont subies sont indescriptibles et des milliers de personnes en seront traumatisées jusqu’à la fin de leurs jours.

Le reste est connu. L’intervention armée de la France et la fuite des Djihadistes et enfin les élections d’août 2013 qui portèrent IBK au pouvoir et la paix finalement signée le 20 juin 2015. Si la menace djihadistes est toujours présente, la paix signée entre le Gouvernement du Mali et les rebelles touareg de la CMA permet d’envisager l’avenir avec un certain optimisme même si la route sera longue et semée de pièges qu’il va falloir surmonter.

En attendant, les Maliens vivent courageusement dans la rigueur, tandis que l’économie est au ralenti.

Et voilà que notre pays se fait distinguer de la plus belle manière dans le domaine sportif, faisant parler de lui dans un domaine autre que la guerre. En effet, c’est le basketball féminin qui s’est très bien illustré quand l’équipe malienne est devenue championne d’Afrique féminin des U18 et leurs sœurettes des U16 également championne d’Afrique il y a seulement quelques jours à Madagascar, pour la quatrième fois et se qualifient d’office pour la coupe du monde de leur catégorie.

Comme si cela ne suffisait pas, c’est le football, qui a pris la relève, le football où se sont illustrés les Aiglonnets des U17 en devenant Champions d’Afrique et en se qualifiant du coup pour le mondial de leur catégorie au Chili, au mondial des  U20 où les Aiglons se sont classés de façon magistrale 3ème.

Samedi dernier leurs aînés débutaient positivement les éliminatoires de leur catégorie des U23 en battant les Gabonais chez eux. C’est, comme aimait à  le dire ATT, Le Mali qui gagne.

Il suffit de voir la ferveur de la jeunesse chaque fois que nos héros et héroïnes reviennent de leurs épopées pour se rendre compte de l’amour qu’elle a pour son pays.

Car toutes ces victoires ont été acquises à l’extérieur, ce qui fait qu’elles ne souffrent d’aucune contestation. Dans la grisaille de la politique malienne, ces victoires sont autant de signes d’espoir pour un peuple habitué à jouer les premiers rôles sur le continent africain où il était, il y a peu de temps, cité en exemple comme un peuple digne, courtois et paisible. En effet l’Histoire du Mali, une histoire africaine, est enseignée dans toutes les écoles africaines et fait la fierté de tous autant que l’Egypte ancienne.

Excepté les Aigles qui sont jusque-là restés victimes de la mauvaise gestion de la Fédération malienne de football (Fémafoot), c’est tout le sport malien, à tous les niveaux, qui semble renaître. A la base de cette renaissance sont des hommes courageux et une génération de sportifs bien formés à affronter le haut niveau. C’est pourquoi il faut élever ces jeunes au rang de héros nationaux et leur donner toutes les récompenses qu’ils méritent mais surtout veiller à ce qu’ils ne tombent pas entre les mains d’hommes obscurs mus par leurs seuls intérêts bassement financiers.

Le mérite récompensé de ces jeunes est de nature à susciter l’émulation chez des millions d’autres qui pourraient comprendre que seul le travail bien fait est honorable.

Si seulement les hommes politiques, qui s’empressent d’envoyer des communiqués de félicitations à la télévision, plus pour se faire connaître ou entendre que par patriotisme, pouvaient s’inspirer de ces jeunes qui portent haut le drapeau national. Car le drame du Mali est que l’exemple ne vient pas d’en haut.

Aucun des présidents du Mali indépendant n’a su galvaniser les foules n’en déplaise aux griots et griottes qui les chantent à tout bout de champ comme des héros. Le sport vient nous montrer que quelque chose est possible pour Maliba. Il suffit pour cela de compter sur les femmes et les hommes qui ont là, dans le cœur,  un coin où résonne Mali, notre pays, notre peuple.

Mais comme un écho venant du Mali ancien, les Nyamakala chantent : Le Mali tanguera mais le Mali ne chavirera jamais. Merci donc aux jeunes qui nous montrent la voie et sèment l’espoir dans les esprits. Aux séniors, leurs pères, d’emboîter leurs pas pour nous sortir de l’ornière.

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :