Skip to content

Prise d’otages à Sévaré : la revendication

by sur 7 août 2015

Mise à jour mardi 11 août

Mali : un ex-combattant de Belmokhtar revendique l’attaque de Sévaré

Mis à jour le 11 août 2015 à 09h01 – Par Jeune Afrique avec AFP

 Souleyman Mohamed Kennen, un proche du prédicateur islamiste radical malien Amadou Koufa et ex-combattant dans une unité de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, a revendiqué mardi l’attaque d’un hôtel à Sévaré qui a avait fait quatre jours plutôt 13 morts dans la région de Mopti (centre du Mali).

« La main de Dieu a guidé les moudjahidine à Sévaré contre les ennemis de l’islam. Quinze ‘cafres’ [infidèles] et leurs complices ont été tués », a déclaré, le mardi 11 août, Souleyman Mohamed Kennen, cadre jihadiste, dans un bref entretien téléphonique avec un journaliste de l’AFP à Bamako. À l’en croire, le cheikh Amadou Koufa a également donné sa bénédiction pour l’attaque.

Souleyman Mohamed Kennen a par ailleurs affirmé que « la même main de Dieu [a permis] aux moujahidine de tuer trois militaires dans la région de Mopti, et promis d’autres attaques contre les ennemis de l’islam ». Allusion faite à la mort de trois soldats maliens dont le véhicule a sauté « lundi vers 12 heures 30 [locales et TU] sur un engin explosif improvisé près de la localité de Diabozo, cercle (département) de Ténenkou », dans le centre du Mali. Une information confirmée par le gouvernement malien dans la soirée du 10 août.

« Alliance avec le diable pour l’application de la charia »

Réputé proche d’Amadou Koufa, ce prédicateur islamiste originaire de la région de Mopti, Souleyman Mohamed Kennen a également fait partie en 2012 de l’aile malienne de combattants pour Mokhtar Belmokhtar, alors que le nord du Mali était sous contrôle de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, dont Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et Ansar Eddine. Puis il a fondé son propre groupe de combat.

Avant cette revendication de l’attaque de l’hôtel Byblos de Sévaré, les soupçons des enquêteurs maliens se portaient vers un groupe récent allié d’Ansar Eddine, le Front de libération du Macina (FLM). « Il y a une passerelle entre tous ces groupes jihadistes. En revendiquant le coup de Sévaré, Souleyman parle aussi pour les autres groupes jihadistes », a affirmé à une source de sécurité régionale.

« Il n’est pas du tout impossible que des groupes islamistes traditionnels ont aidé à l’organisation de l’opération jihadiste à Sévaré, Souleyman Mohamed Kennen étant prêt à faire une alliance avec le diable pour l’application de la charia », a-t-elle commenté.

« Une zone de guerre »

Une opération jihadiste décrite comme une « zone de guerre » par un Sud-Africain qui a été tué dans l’attaque. Il était en lien par messagerie avec ses proches pendant la prise d’otages.

« Il disait que c’était comme une zone de guerre à l’extérieur », a expliqué son beau-frère, Cobus Smal. « Tout le monde se cachait, ils étaient pris au piège dans leurs chambres », a-t-il ajouté.

Le secouriste sud-africain a continué à envoyer des messages jusqu’à environ 18 heures vendredi jusqu’à ce que la batterie de son téléphone soit complètement déchargée.

Ce n’est que le lendemain après-midi que sa famille a appris la nouvelle de sa mort. « De toute évidence, c’est très difficile pour ma sœur et les enfants », a confié Cobus Smal. « Nous essayons à présent de voir comment nous pouvons récupérer son corps pour organiser des funérailles », a-t-il expliqué.

Mali : le bilan de l’attaque de Sévaré porté à 13 morts

09 août 2015 — Mis à jour le 10 août 2015 à 09h52 – Par Jeune Afrique avec AFP

Cinq contractuels de l’ONU, quatre soldats maliens et « quatre terroristes », ont été tués lors de la prise d’otages qui s’est déroulée vendredi dans un hôtel de Sévaré, selon un dernier bilan communiqué dimanche par le gouvernement malien.

« Le bilan définitif » de l’attaque comprend « quatre soldats des Fama », les Forces armées maliennes, « cinq contractuels de la Mission de l’ONU au Mali et quatre terroristes tués » durant l’opération de riposte à l’attaque de l’hôtel Byblos de Sévaré, qui s’est déroulée vendredi 7 août, a indiqué dimanche le gouvernement.

Les cinq contractuels de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) sont formés « d’un chauffeur malien, d’un Sud-Africain, de deux Ukrainiens et d’un Népalais ».

Des suspects arrêtés 

« Sept suspects ont été arrêtés » par les forces maliennes. Ces dernières comptent « huit blessés » dans leurs rangs, précise encore le communiqué officiel.

Par ailleurs, « quatre otages libérés » par l’armée malienne dont deux Ukrainiens, un Russe et un Sud-Africain sont « en bonne santé », selon la même source.

« Des enquêtes sont en cours en relation avec la Minusma et d’autres partenaires pour déterminer les facteurs liés à cette attaque et à son dénouement », a ajouté le gouvernement malien. L’attaque n’a pas encore été revendiquée depuis.

Le FLM soupçonné 

Vendredi vers 5h, selon le gouvernement, des assaillants, non identifiés et dont le nombre demeure inconnu, avaient fait irruption au Byblos de Sévaré, où séjournent régulièrement des expatriés. Ils en ont été délogés dans la nuit de vendredi à samedi par les forces maliennes.

« De forts soupçons pèsent » sur le Front de libération du Macina (FLM), un « groupe terroriste qui tient à faire parler de lui par tous les moyens », a indiqué une source militaire jointe à Sévaré depuis Bamako. Apparu début 2015, le FLM est présenté comme un groupe radical allié aus jihadistes d’Ansar Eddine, dirigé par Iyad Ag Ghali. Le FLM a revendiqué plusieurs attaques visant surtout les forces de sécurité dans cette région centrale du Mali.

Attaque terroriste à Sévaré : Le film d’une journée cauchemardesque

Madiassa Kaba Diakité – Lerepublicainmali – 02h (heure française)

Dans la matinée du vendredi, 07 août 2015, des terroristes se sont infiltrés à l’hôtel « Byblos » de la ville de Sévaré, à Mopti, et ont pris en otage plusieurs ressortissants européens. La prise d’otages va durer toute une journée et ne prendra fin que dans le petit matin du samedi 08 août.

L’opération a été menée par l’unité d’élite de la gendarmerie malienne (GIGN). Un bilan provisoire du gouvernement malien, au moment où nous mettions sous presse, fait état de 12 morts : 5 militaires maliens, 4 terroristes, 3 trois civils, dont un membre de la Minusma. Le film d’une « journée sans fin ».

Les habitants de Sévaré, Mopti, ont  vécu, le vendredi 07 août 2015, sûrement l’une des journées les plus longues de leur existence. Dans la matinée du vendredi saint, vers 7 heures, des terroristes ont pris en otage des ressortissants européens-des travailleurs de la de mission onusienne au Mali pour la plupart-dans leur hôtel « Byblos ». Surpris par les militaires maliens au moment de leur forfait, les terroristes ont riposté. Des échanges de tirs qui se sont  poursuivis toute la journée.

«Brusquement, on a entendu des coups de feu entre l’armée et les terroristes. Des balles fusent de partout. Les soldats font le tour des maisons pour vérifier si des terroristes ne se sont pas infiltrés dans certaines maisons. Toutes les portes sont fermées. Pas de civils dans les rues. Les gens sont paniqués et terrés chez eux. On a fait évacuer les agents des services publics.

Il est demandé à tout le monde de rester enfermer  », nous expliquait à 8 heures, un habitant de Sévaré,  joint au téléphone et dont la maison est contigüe au camp de l’armée de terre.

Les forces armées et de sécurité dans la ville étaient à pied d’œuvre pour déloger les assaillants. Ainsi, toute la ville est quadrillée et durant trois heures- 11h à 13h-, les habitants de la ville ont entendu des tirs d’armes lourdes. « Ça devient de plus en plus chaud par ici. On attend des tirs d’armes  lourdes à quelques mètres de chez nous. » nous confie une habitante de Sévaré.

Les tirs vont se calmer vers 13h et les populations restent toujours terrées dans leurs maisons. « Les tirs se sont calmés, il y en a encore mais pas comme tout à l’heure. Mais personne n’ose sortir. On n’a rien mangé de la journée. Mais bon je pense que tout le monde est rassasié. J’ai mal aux oreilles à cause des coups de feu », poursuit notre source.

A 17h, des hélicoptères survolent la ville – des avions de la Minusma et des militaires français de Barkhane – . Les habitants parlent d’au moins deux avions. Au même moment, dans un communiqué, le gouvernement malien dresse un bilan provisoire : 7 morts, 5 militaires maliens, 2 terroristes tués et 7 suspects arrêtés. «

Aussitôt l’attaque perpétrée, une unité d’intervention rapide des Forces armés du Mali est intervenue pour mettre hors d’état de nuire les terroristes. Elle est en train de ratisser large afin de sécuriser les axes principaux, les édifices, les camps et environs. L’hôtel attaqué par les terroristes est présentement encerclé par les Fama… », explique le communiqué.

Et vers 20h, l’unité d’élite de la gendarmerie malienne qui a quitté Bamako arrive à Mopti pour prêter main forte aux forces de l’ordre sur place. Les habitants continueront d’entendre des coups de feu jusqu’au petit matin. Entre 4 h et 5h du matin, l’assaut final est donné par l’unité  d’élite de la gendarmerie du Mali. Et au moment où nous mettions sous presse, un nouveau bilan provisoire du gouvernement malien faisait état d’une douzaine de  morts,  5 militaires maliens, 4 terroristes, 3 trois civils dont un membre de la Minusma.

Pour sa part, la Minusma, la force de maintien de la paix de l’Onu au Mali,  dans un communiqué le samedi, s’est dit « soulagée par la conclusion tôt le matin aujourd’hui des opérations menées avec succès par les forces maliennes et les en félicite. » et dresse le bilan suivant concernant les personnels associés de l’organisation: « 4 ont été récupérés à l’Hôtel Byblos dès la fin des opérations et amenés au Bureau de la MINUSMA à Mopti Sévaré, où ils se trouvent encore en attendant leur transfert à Bamako.

Ils sont  respectivement  originaires d’Afrique du Sud (2), de la Fédération de Russie (1) et d’Ukraine (1). Ils sont tous en bonne santé. 5 ont perdu la vie et une enquête est en cours pour établir les circonstances exactes de leur mort durant les évènements. Il s’agit d’un malien, qui était le chauffeur de la compagnie sous-traitante de la MINUSMA, un népalais, un sud-africain et deux ukrainiens… »

Vendredi (hier) matin, une attaque a eu lieu contre l’hôtel « Byblos » à Sévaré, la ville abritant l’aéroport international de Mopti, à une douzaine de km de cette ville siège de région.

Il semble que, repoussés lors de leur attaque du camp militaire malien, les terroristes se sont réfugiés dans l’hôtel avec comme objectif de prendre des occidentaux en otages pour assurer leurs arrières.

Des occidentaux, notamment des pilotes de la Minusma, seraient retenus en otages; l’un d’entre eux aurait été abattu lors de sa tentative de fuite.

Ce samedi 8 août, à la fin déclarée de la prise d’otages, on dénombre désormais 13 morts dont sept cinq soldats maliens.

Les forces maliennes, qui disposent d’un camp et d’une base de l’armée de l’air, ont bouclé les secteurs concernés et des tirs d’armes automatiques étaient encore entendus en début d’après-midi.

Du fait de son aéroport, Sévaré est un lieu stratégique pour les forces armées maliennes, pour la Minusma, mais moins pour l’opération Barkhane qui, depuis la reconquête du territoire, utilise plutôt Gao comme base principale.

Prise d’otages au Mali : l’ONU annonce 5 morts parmi ses contractuels, 1 Malien et 4 étrangers

AFP le 9 août 2015

Cinq employés travaillant pour des compagnies sous-traitantes de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma), un Malien, un Népalais, un Sud-Africain et deux Ukrainiens, ont été tués dans l’attaque de l’hôtel de Sévaré, par un commando armé, a annoncé ce samedi la Minusma.

« Le bilan concernant les personnels associés » de la mission onusienne après l’attaque de l’Hôtel Byblos à Sévaré comprend cinq morts : « Un Malien, qui était le chauffeur de la compagnie sous-traitante de la Minusma, un Népalais, un Sud-Africain et deux Ukrainiens », a-t-elle affirmé dans un communiqué. Elle a également fait état de quatre étrangers rescapés de l’attaque: deux Sud-Africains, un Russe et un Ukrainien.

 Prise d’otages dans un hôtel au Mali : 12 morts dont cinq militaires maliens

Jeune Afrique – Mis à jour le 08 août 2015 à 16h40 – Par AFP

Douze personnes, dont cinq militaires maliens, ont été tuées lors de la prise d’otages dans un hôtel de Sévaré, dans le centre du Mali, selon un nouveau bilan communiqué samedi à l’AFP par des responsables de l’armée malienne.

« Il y a eu 12 morts au total durant les opérations liées à l’attaque de l’hôtel Byblos par un commando armé, qui a retenu plusieurs personnes », a affirmé un des responsables. « Les douze tués sont cinq Fama (membres des Forces armées maliennes), cinq terroristes et deux Blancs dont les identités et nationalités étaient en cours de vérification », a-t-il indiqué.

Selon lui, parmi ces deux Blancs, il y en a un dont le corps est resté longtemps devant l’hôtel, il y était visible depuis vendredi matin.

Un Sud-Africain tué dans l’attaque

« Un Sud-Africain figure parmi les douze personnes tuées lors de la prise d’otages dans un hôtel de Sévaré, dans le centre du Mali », a annoncé de son côté samedi le ministère sud-africain des Affaires étrangères.

L’ambassade sud-africaine au Mali a confirmé que trois citoyens (sud-africains) avaient été affectés par l’attaque. Deux sont sains et saufs. Une personne de 38 ans de Pretoria a perdu la vie, a tweeté le porte-parole du ministère Nelson Kgwete.

Une deuxième source militaire jointe dans la région de Mopti, couvrant Sévaré, a fait état à l’AFP de 12 morts, en déclinant tout détail. Un porte-parole de l’armée malienne, sollicité sur le bilan a simplement répond : Affirmatif, douze morts.

Une source au ministère malien de la Défense a de son côté soutenu que pour ce qui concerne les militaires maliens, le bilan des morts n’a pas changé depuis ce qui a été dit hier (vendredi), soit cinq décès.

Vendredi soir, le gouvernement malien avait annoncé un bilan provisoire comprenant cinq morts, deux blessés du côté des forces armées maliennes (Fama) et deux tués dans le camp des assaillants ainsi que l’arrestation de sept suspects, sans plus de détails.

Auparavant, une des sources militaires maliennes avait parlé à l’AFP de huit morts: trois militaires, deux terroristes et trois corps visibles devant l’hôtel à côté d’un minibus calciné, dont celui d’un homme à la peau blanche.

La Mission de l’ONU au Mali (Minusma) avait fait part de la mort dans l’attaque d’un membre du personnel international associé de la Minusma.

Les assaillants, non identifiés de source officielle, avaient fait irruption vendredi vers 07H00 (locales et GMT) à l’hôtel Byblos de Sévaré, où séjournent régulièrement des expatriés, selon le gouvernement malien et des sources militaires.

D’après des sources militaires maliennes interrogées par l’AFP vendredi, au moins cinq étrangers – trois Sud-Africains, un Français et un Ukrainien – y étaient enregistrés avant l’assaut.

Une source diplomatique russe au Mali avait indiqué qu’un Russe employé d’une compagnie aérienne s’y trouvait également. De source militaire malienne, un Ukrainien avait pu s’échapper vendredi de l’hôtel et fait état de la présence avec lui à l’hôtel, avant l’attaque, de trois Sud-Africains, un Russe comme expatriés.

Fin de la prise d’otages au Mali : 13 morts et 4 personnes libérées

Le Monde.fr avec AFP et Reuters 8 août 2015 à 11h 30

Les forces spéciales maliennes, appuyées par des soldats français, ont libéré dans la nuit quatre personnes retenues depuis vendredi matin dans un hôtel à Sévaré (centre du Mali), lors d’une opération marquée par au moins treize morts selon un conseiller du ministre de la défense. Au moins cinq soldats maliens et ont été tués, deux assaillants et six autres personnes.

L’hôtel « a été nettoyé » et les assaillants, des extrémistes islamistes, délogés de l’établissement, où séjournent régulièrement des expatriés, notamment du personnel de la mission de l’ONU au Mali (Minusma).

Les assaillants avaient fait irruption vendredi vers 7 heures (9 heures à Paris) à l’Hôtel Byblos de Sévaré, ville à plus de 620 km au nord-est de Bamako où séjournent régulièrement des expatriés.

L’attaque a eu lieu à Sévaré, à 640 km au nord de Bamako. L’attaque a eu lieu à Sévaré, à 640 km au nord de Bamako.

Dans un communiqué, la Minusma a condamné « l’attaque terroriste à Sévaré », durant laquelle « un membre du personnel international associé de la Minusma a été tué ».

Sur France 24, le porte-parole du gouvernement malien, Choguel Kokalla Maïga, a estimé que « cette prise d’otage rentr[ait] dans la stratégie des terroristes contre lesquels le Mali et la communauté internationale sont mobilisés ».

Un Français enregistré à l’hôtel

Un Ukrainien a réussi à s’échapper de l’hôtel dans l’après-midi. L’homme a fait état « de quatre ou cinq terroristes » dans l’hôtel au moment de sa fuite. Selon cet Ukrainien, d’autres expatriés, trois Sud-Africains et un Russe, se trouvent dans l’hôtel. Une autre source évoquait également un Français enregistré dans cet hôtel avant l’attaque. La thèse d’une tentative d’enlèvement a aussi été évoquée, piste avancée par des habitants de la ville joints par l’AFP.

Le chargé de communication de l’ambassade de Russie au Mali, Viktor Gorelov, cité par l’agence Interfax, a indiqué que les trois ressortissants Russes « étaient sains et saufs ». M. Gorelov a ajouté qu’un autre Russe, employé d’une société d’aviation, pourrait se trouver dans l’hôtel Byblos, confirmant les propos de l’Ukrainien échappé.

Sévaré se trouve à la lisière du vaste Nord malien, où ont été enlevés de nombreux Occidentaux. La ville était tombée en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes islamistes extrémistes liés à Al-Qaida, dont Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), qui avaient profité d’une offensive rebelle touareg contre l’armée.

Trois attaques en une semaine

Les djihadistes ont été en grande partie chassés et dispersés de ces régions à la suite du déclenchement, en janvier 2013, à l’initiative de la France, d’une opération militaire internationale, toujours en cours. Cependant, des zones entières échappent encore au contrôle des autorités maliennes comme à celui des forces étrangères.

L’attaque à Sévaré est la troisième en moins d’une semaine dans le pays. Elle fait suite à deux assauts qui ont fait treize morts parmi les militaires : deux ont péri dans une embuscade vers Nampala, ville de la région de Ségou (Centre) le 1er août ; onze ont été tués sur une base de la garde nationale à Gourma-Rharous, dans la région de Tombouctou (Nord-Ouest) le 3 août. Cette dernière opération a été revendiquée par AQMI, selon l’agence de presse privée mauritanienne Al-Akhbar.

Longtemps concentrées dans le nord du Mali, les attaques djihadistes se sont étendues depuis le début de l’année vers le centre du pays, puis à partir de juin dans le Sud, près des frontières ivoirienne et burkinabée. Elles illustrent la difficulté d’isoler les djihadistes des rebelles ayant signé le 20 juin un accord de paix entériné par le camp gouvernemental le 15 mai, visant à établir une paix durable dans le nord du Mali.

Mali: prise d’otages dans un hôtel de Sévaré

Par RFI Publié le 07-08-2015 Modifié le 08-08-2015 à 08:32

Au Mali, une prise d’otages était en cours depuis vendredi matin dans un hôtel de Sévaré, dans le centre du pays. Selon nos informations, l’armée malienne a achevé ses opérations ce samedi 8 août. Des sources militaires font part de huit morts, dont six militaires. L’un d’entre eux serait de la Minusma. Deux terroristes auraient été tués. Des otages ont été libérés dans la nuit de vendredi à samedi, cinq étrangers évacués selon des sources militaires.

« Un certain nombre » d’otages ont été libérés dans la nuit de vendredi à samedi, et cinq étrangers ont été évacués vers Bamako, selon des sources militaires maliennes. Selon nos informations, l’opération est terminée. Le bilan reste cependant, ce samedi matin, encore incertain.

L’attaque d’hommes armés a débuté vendredi matin à Sévaré, dans le centre du Mali. Les attaquants sont entrés dans un hôtel, le Byblos, où des étrangers ont l’habitude de loger et où, d’après des sources militaires interrogées par l’Agence France-Presse, au moins cinq étrangers étaient enregistrés avant l’attaque : trois Sud-Africains, un Français et un Ukrainien.

« Nous avons la certitude qu’il y a plus d’une demi-douzaine d’otages dans l’hôtel », a expliqué vendredi une source sécuritaire à RFI, qui ne souhaitait pas en dire plus pour ne pas donner d’informations aux preneurs d’otages. Des sources, interrogées par l’AFP, déclarent qu’il y aurait huit morts, dont trois militaires et un assaillant. Les forces armées maliennes bouclent le secteur. Le gouvernement malien indique que sept suspects ont d’ores et dejà été arrêtés sans plus de précisions.

Selon des sources militaires, un otage ukrainien a réussi à s’échapper de l’hôtel. L’Ukrainien a fait état « de quatre ou cinq » terroristes dans l’hôtel au moment de sa fuite. Il a également confié qu’il y avait avec lui « trois Sud-Africains et un Russe ».

La Minusma, la Mission des Nations unies, elle, annonce dans un communiqué qu’un membre du personnel international qui lui est associé a été tué durant l’attaque. La Minusma dit également qu’elle a pris des dispositions, à la demande du Mali, pour assurer le transport d’une équipe malienne d’intervention rapide jusqu’à Sévaré, en renfort.

Par ailleurs, en fin d’après midi, ce sont deux avions de chasse français de l’opération Barkhane qui ont survolé Sévaré à une altitude qui leur a permis d’affirmer une présence. C’est ce qu’on appelle le « show off ». Une information confirmé par l’état-major français.

« Leur stratégie consiste à démoraliser les Maliens : les amener à douter de leur armée, amener l’armée à douter d’elle-même, d’amener les Maliens à douter de leur gouvernement. » Choguel Kokalla MaïgaMinistre de la Communication

Les habitants se terrent  

La ville, elle, est restée paralysée toute la journée. Selon les témoignages que nous avons recueillis, dans certains quartiers, les mosquées sont même restées fermées pour la prière du vendredi. Dans d’autres, elles ont ouvert mais l’affluence n’était pas la même que d’habitude. « Je suis devant ma porte, expliquait en fin d’après-midi un habitant, je vois juste quelques hommes ou chefs de famille partir pour aller acheter des conserves ou du pain à la boutique du coin. »

« Depuis l’intervention de la France au Mali, cette attaque contre Sévaré est une première », constate un autre habitant de Sévaré. Dans son quartier, un quartier populaire éloigné de la zone des combats, la population est restée chez elle. « Je discute avec des amis, on parle beaucoup et on se demande qui sont les agresseurs. »

Une infiltration terroriste ?

Même incrédulité pour cet homme qui vit à Sévaré : « Ça a surpris tout le monde. On pensait être à l’abri ici parce qu’il y a un bon détachement de la Minusma, nous avons deux camps militaires. Il y a la gendarmerie, la police… Les populations sont terrées dans leurs maisons, la circulation a été bloquée par les forces de l’ordre qui ont donné des instructions pour éviter de recevoir des balles perdues. »

Ce même habitant explique que les tirs se sont calmés vers 11 heures en temps universel. Pour l’instant, difficile d’être catégorique sur l’identité des assaillants et les raisons de l’attaque, mais beaucoup évoquent une tentative d’enlèvement. Une source militaire contactée vendredi matin par RFI parlait d’une « infiltration terroriste à Sévaré ».

Mali: une prise d’otages en cours dans un hôtel de Sévaré

Par RFI Publié le 07-08-2015 Modifié le 07-08-2015 à 15:50

Au Mali, une prise d’otages est en cours dans un hôtel de Sévaré, dans le centre du pays. L’armée est sur place. Il y aurait au moins quatre morts et plusieurs personnes seraient retenues par des hommes armés.

Une attaque d’hommes armés a démarré ce vendredi matin à Sévaré, dans le centre du Mali. Les attaquants sont entrés dans un hôtel, le Byblos, où des étrangers ont l’habitude de loger et où d’après des sources militaires interrogées par l’Agence France-Presse, au moins cinq étrangers étaient enregistrés : trois Sud-Africains, un Français et un Ukrainien. La zone a été bouclée par les forces armées maliennes qui tentent de déloger ces assaillants.

Des sources, interrogées par l’AFP, déclarent qu’une prise d’otages est en cours dans l’hôtel. Il y aurait quatre morts, dont deux militaires. Ces mêmes sources disent qu’un corps sans vie est visible devant l’hôtel.

Un habitant de Sévaré, joint par RFI, dit avoir entendu des tirs depuis 7h30. Les déflagrations d’armes à feu continuaient il y a quelques minutes. « Depuis l’intervention de la France au Mali, cette attaque contre Sévaré est une première », dit cet habitant. Dans son quartier, un quartier populaire éloigné de la zone des combats, la population est restée chez elle. « Je discute avec des amis, on parle beaucoup et on se demande qui sont les agresseurs ».

Infiltration terroriste

Même incrédulité pour cet homme qui vit à Sévaré : « Ça a surpris tout le monde. On pensait être à l’abri ici parce qu’il y a un bon détachement de la Minusma, nous avons deux camps militaires. Il y a la gendarmerie, la police… Les populations sont terrées dans leurs maisons, la circulation a été bloquée par les forces de l’ordre qui ont donné des instructions pour éviter de recevoir des balles perdues ».

Ce même habitant explique que les tirs se sont calmés vers 11 heures en temps universel. Pour l’instant, difficile d’être catégorique sur l’identité des assaillants et les raisons de l’attaque, mais beaucoup évoquent une tentative d’enlèvement. Une source militaire contactée ce matin par RFI parlait d’une « infiltration terroriste à Sévaré ».

 

Attaque de la ville de Sévaré : 4 assaillants arrêtés, un ressortissant étranger tué, 2 soldats maliens blessés

Par Abdoulaye Diakité et A. T. Dansoko – Malijet – 7 août 2015 à 14h30

Tôt ce  vendredi matin  des hommes armés à l’allure jihadiste ont attaqué la ville de Sévaré, une localité située à une dizaine de kilomètres de Mopti. Selon nos dernières infos, c’est une prise d’otages qui a été déjouée par l’armée malienne à l’hôtel Débo où séjournaient des étrangers. S’en sont suivis des tirs nourris qui ont duré plusieurs heures pendant la matinée. Les assaillants se sont retranchés dans l’enceinte de l’hôtel avec des otages occidentaux.

Une source locale indique que c’est l’un de ces otages ayant tenté de fuir qui a été abattu par les terroristes.  L’armée malienne a immédiatement bouclé le secteur jusque dans les rayons du Biblos. Actuellement, personne ne sort, personne ne rentre. Il s’agit de faire en sorte que la vie des otages qui sont toujours dans les mains des assaillants soit sauvée. Deux soldats maliens ont été blessés et 4 assaillants seraient arrêtés. Aussi, une large opération de sécurisation et de ratissage est en cours dans la ville afin de débusquer d’éventuels éléments infiltrés.

Depuis l’intervention militaire internationale dans notre pays, c’est la première fois que la ville de Sévaré est attaquée.

On se rappelle qu’en janvier 2013, lorsque les jihadistes d’Iyad Ag Ghaly avaient défait l’armée malienne à Konna et prétendaient mettre le cap sur Sévaré, le président Français François Hollande sur demande de son homologue malien d’alors (Dioncounda Traoré) déclenchait l’Opération Serval pour stopper leur avancée vers le Sud et libérer par la suite tout le Nord du pays.

Prise d’otage à l’hôtel Sévaré, déjà 7 morts

Source: afrik

Alors que le bilan initial, était d’un mort, l’attaque en cours dans l’hôtel Sévaré, dans le centre du Mali, a fait en tous sept morts. Le bilan pourrait bien s’alourdir.

La prise d’otage à l’hôtel Sévaré dans le centre du Mali se poursuit. Au moins sept personnes, dont deux militaires, ont été tuées dans l’attaque de l’établissement hôtelier situé, dans le centre du Mali, où séjournent de nombreux étrangers, a affirmé une source militaire malienne, évoquant une “prise d’otages” toujours en cours en début d’après-midi. L’attaque a été menée ce vendredi matin par des hommes armés.

Face à la situation, des militaires maliens ont rapidement bouclé la zone de l’hôtel pour tenter de libérer les otages. Ils ont enregistré “deux morts et trois blessés dans leurs rangs”, un homme avec une ceinture explosive “a été abattu” et, devant l’hôtel, gît le corps d’un homme à la peau blanche, affirme cette source militaire. Pour le moment il n’y a pas de dénouement, la prise d’otages est toujours en cours. Le bilan pourrait s’alourdir.

Pour le moment, peu d’informations ont filtré étant donné que la prise d’otage est toujours en cours. Le Mali est toujours en proie au terrorisme. Les groupes armés qui rodent dans le nord du pays ont aussi montré qu’ils étaient en mesure d’attaquer les autres régions du Mali, mais aussi Bamako. L’attaque en mars dernier d’un restaurant à Bamako, qui avait fait cinq morts, dont un Français, un Belge et deux Maliens, revendiquée par le groupe terroriste les Signataires du sang, dirigé par l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, avait marqué les esprits.

Les derniers attentats dans le nord-Mali, qui ont fait plusieurs morts dans les rangs de l’armée malienne, préoccupent d’avantage les autorités. De son coté, le Président Ibrahima Boubacar Keita, qui se veut rassurant, a promis que le terrorisme au Mali sera vaincu, appelant ses concitoyens à rester unis.

Sévaré, une attaque en cours…

Le Journal du Mali – Par MDD avec autres medias et sources locales…. – 07/08/2015

Les assaillants ont fait irruption dans cet hôtel situé à plus de 620 km au nord de Bamako tôt ce matin, «les Fama (Forces armées maliennes) ont bouclé la zone».

Les forces maliennes étaient déployées ce matin à Sévaré, dans le centre du Mali, pour tenter de mettre fin à une attaque d’homme armés dans un hôtel de la ville, ont indiqué des sources militaires maliennes, faisant état d’au moins un mort. Selon une source a l’interieur de l’hotel, des tirs ont eclaté et ont duré plus d’une trentaine de minutes.

Les assaillants ont fait irruption dans cet hôtel situé à plus de 620 km au nord de Bamako tôt ce matin, «les Fama (Forces armées maliennes) ont bouclé la zone» d’où elles tentent de les déloger, a affirmé une source militaire. «L’attaque est toujours en cours», a indiqué une autre source militaire. Un corps sans vie était visible devant l’hôtel, selon les deux sources.

Selon une source a l’intérieur de l’hotel BYBLOS, des tirs ont éclaté et ont duré plus d’une trentaine de minutes. Tôt ce matin une dizaine de djihadistes ont infiltrés la ville notamment l’hôtel Debo qui est également collé à la base de l’armée de l’air de Sevaré, les premiers qui étaient aux nombres de 3 sont rentrés à pieds aux environs de 5h, le second groupe était à moto et dispersé en petits groupes de deux personnes sur chaque moto pour essayer de tromper l’apparence des militaires et ils étaient aux nombres de 8 personnes, témoigne notre source.

Quand le second groupe est venu et a voulu rentrer dans l’hôtel aux environs de 6h50 mn, le premier a été stoppe par un garde du camp aussitôt, des tirs très violents se sont engagés entre les éléments de la garde et les terroristes, les populations de secteur se sont terrées dans les maisons. Il y’a une heure les tirs ont cessé face à la puissance de feu des FAMA et les terroristes ont été contraint de prendre la fuite, la situation reste toujours confuse…

Selon nos informations les hommes d’Ahmadou Diallo dit Ahmadou_Kouffah sont derrière cette attaque. Toujours selon nos informations, quelques assaillants se seraient cachés dans l’hôtel et les forces de l’ordre ont tenté de les déloger occasionnant des tirs sporadiques qui continuent toujours. Il y aurait 2 blessés dont un grave parmi les FAMAs soldats et 2 tués parmi les terroristes.

Le bilan fait etat de 4 morts et il reste toujours deux pilotes ukrainiens pris en otage dans l’etablissement.

Mali : « prise d’otages » en cours dans un hôtel fréquenté par des Occidentaux, au moins 4 morts

(c) Mali Actu – 7 août 2015

Au moins quatre personnes, dont deux militaires et un assaillant, ont été tuées vendredi dans l’attaque contre un hôtel où séjournent des Occidentaux à Sévaré, dans le centre du Mali, tandis qu’une source militaire parlait d’une « prise d’otages » toujours en cours en début d’après-midi.

Des hommes armés ont fait irruption tôt vendredi matin dans la ville et se sont infiltrés dans l’hôtel Byblos, a affirmé à l’AFP une des sources militaires jointe à Gao.

Juste après, des membres des forces maliennes se sont déployés pour tenter de mettre à fin à cette attaque survenue à Sévaré, une ville stratégique localisée à une douzaine de kilomètres de Mopti, elle-même située à 640 km de Bamako.

« Les Fama (Forces armées maliennes) ont bouclé la zone » d’où elles tentent de les déloger, « les opérations sont toujours en cours. Les hommes sur place ont aperçu un corps devant l’hôtel », a ajouté la source militaire.

Cette attaque « est une prise d’otages », a-t-elle encore affirmé. Les Fama ont enregistré « deux morts et trois blessés dans leurs rangs ». Par ailleurs, a-t-elle précisé, un homme avec une ceinture explosive « a été abattu » et, devant l’hôtel, gît le corps d’un homme à la peau blanche. « Il n’y a pas de dénouement pour l’heure », a-t-elle conclu.

Selon une de ces sources, au moins cinq étrangers – trois Sud-Africains, un Français et un Ukrainien – étaient enregistrés dans cet hôtel avant l’attaque. Une autre source évoque une tentative d’enlèvement, piste également avancée par des habitants de la ville joints par l’AFP.

Mopti se situe à la lisière du vaste Nord malien, où ont été enlevés de nombreux Occidentaux et qui était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes islamistes extrémistes liés à Al-Qaïda, dont Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui avaient profité d’une offensive rebelle touareg contre l’armée.

Les jihadistes ont été en grande partie chassés et dispersés de ces régions à la suite du déclenchement en janvier 2013, à l’initiative de la France, d’une opération militaire internationale, toujours en cours. Cependant, des zones entières échappent encore au contrôle des autorités maliennes comme à celui des forces étrangères.

L’attaque à Sévaré est la troisième en moins d’une semaine dans le pays, après deux assauts ayant fait 13 morts parmi les militaires: deux ont péri dans une embuscade vers Nampala, ville de la région de Ségou (centre) le 1er août, onze ont été tués sur une base de la Garde nationale à Gourma-Rharous, dans la région de Tombouctou (nord-ouest) le 3 août. Cette dernière opération a été revendiquée par Aqmi, selon l’agence de presse privée mauritanienne Al-Akhbar.

– ‘Ils ont essayé d’enlever des Occidentaux’ –

« D’après nos premières informations, un groupe d’éléments armés se serait infiltré tôt ce matin vers le sud de Sévaré » et s’est rendu à l’hôtel, avait expliqué plus tôt un responsable de l’armée malienne, joint à Bamako, n’excluant pas une tentative d’enlèvement de clients de l’établissement. « L’armée est actuellement en train de chercher à les en déloger », avait-il ajouté, indiquant que les opérations étaient rendues délicates par la présence de clients dans l’hôtel.

La thèse de la tentative d’enlèvement a été avancée également par un habitant de Sévaré contacté par téléphone.

« Nous ne savons pas encore si les terroristes sont en ce moment arrêtés. Selon nos informations, ils ont essayé d’enlever des Occidentaux. Mais ils n’ont pas réussi. Ils étaient obligés de se réfugier dans un hôtel », a affirmé cet habitant sous couvert d’anonymat.

Une résidente de Sévaré a expliqué à l’AFP avoir été réveillée par des tirs vendredi matin et être calfeutrée avec sa famille chez elle. « Les tirs se poursuivent toujours, mais je ne sais pas qui tire », a-t-elle dit.

En raison des deux précédentes attaques, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a annulé un déplacement en Egypte, initialement prévu mardi. Il avait dénoncé des « actes perfides et lâches contre le Mali et la paix ».

Longtemps concentrées dans le nord du Mali, les attaques jihadistes se sont étendues depuis le début de l’année vers le Centre, puis à partir de juin dans le Sud, près des frontières ivoirienne et burkinabè.

Ces attaques illustrent la difficulté d’isoler les jihadistes des rebelles ayant signé le 20 juin un accord de paix entériné par le camp gouvernemental le 15 mai, visant à établir une paix durable dans le nord du Mali.

Attaque terroriste à sévaré : Sept (7) morts dont quatre militaires

Issiaka M Tamboura (maliweb.net)

Bamako- La ville de Sévaré, située à une dizaine de kilomètres du chef-lieu (Mopti) et à 675 kilomètres de Bamako a été attaquée ce vendredi matin, a appris maliweb.net de sources locales.

Profitant d’une pluie fine qui tombait cette nuit sur la ville, des hommes armés encore non identifiés, avaient commencé s’introduire dans la ville de Sévaré à pieds depuis le jeudi vers 23 heures.

Venus de l’Ouest, indique une source qui précise que c’est à partir du dernier poste à l’entrée de Sévaré après Djenné que les hommes armés ont fait leur entrée.

D’autres sources concordantes, ils espéraient enlever d’éventuels touristes dans deux grands hôtels (hôtel Débo et le Byblos) de la ville, situés tous, près du camp de l’Armée de l’air, affirme un habitant de Sévaré, qui ajoute : « après des combats depuis tôt ce matin, les assaillants restent retranchés dans l’hôtel avec des otages étrangers. Et plusieurs éléments de l’Armée et la garde nationale se sont déployés dans les rues et les abords de la ville à leur recherche ».

A l’heure où nous mettons cette information en ligne, au moins sept (07) personnes ont perdu la vie dont quatre militaires maliens.

Selon une source sécuritaire, les personnes encore retenues dans l’hôtel Byblos, sont des pilotes ukrainiens de la minusma.

A la dernière minute, une autre source sécuritaire nous apprend que des militaires maliens encerclent l’hôtel-bar le Byblos où ils tentent de rentrer en contacts avec les ravisseurs.

Point de passage pour une grande partie des touristes attirés par le pays dogon et du site touristique de la ville historique Djenné, Sévaré abrite également un aéroport international (hambodedjo) et importants camp militaire malien.

Le 10 janvier 2013, la ville de Sévaré, après Douentza, fut le point stratégique convoité par la galaxie des terroristes qui se verront stoppés par l’intervention militaire internationale.

 

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :