Skip to content

Habib Sylla reconduit à la tête du HCME

by sur 24 août 2015

A l’issue de la sixième conférence élective, Habib Sylla est à nouveau reconduit à la tête du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur.

Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur (HCME) : Habib Sylla réélu pour un nouveau départ

Aguibou Sogodogo – le Républicain du 24 août 2015

Habib Sylla Pdt HCMEHabib Sylla

La sixième conférence ordinaire du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur (HCME) s’est tenue du 21 au 23 août 2015 au Centre international de conférence de Bamako (Cicb).

La cérémonie d’ouverture de cette conférence était placée sous la présidence du Premier ministre, Modibo Keïta en présence du ministre des Maliens de l’extérieur, Abdrahamane Sylla, du président du Haut conseil des maliens de l’extérieur, Habib Sylla, des délégués venus de l’extérieur et d’autres personnalités. Outre des sujets très importants, la conférence s’est penchée sur les statuts et le règlement intérieur du Haut conseil et a élu un nouveau bureau.

A l’issue des travaux, les délégués ont réélu Habib Sylla comme président du HCME pour un nouveau mandat de cinq. Le verdict de l’élection fait état de 42 voix pour Habib Sylla contre 7 voix pour son challenger Dadji Touré et 3 bulletins nuls.

Durant trois jours, une cinquantaine de délégations venues de l’extérieur ont participé à la sixième conférence ordinaire élective du HCME. En plus des sujets majeurs intéressants la vie de la diaspora malienne, les délégués ont réélu Habib Sylla comme président du HCME pour un nouveau mandat de cinq ans. Il a rempilé avec force, car le verdict de l’élection fait état de 42 voix pour Habib Sylla contre 7 voix pour son challenger Dadji Touré et 3 bulletins nuls.

Le moment pathétique de la cérémonie de clôture qui s’est déroulée hier dimanche 23 août 2015, a été l’annonce sous ovation du public de la victoire de Habib Sylla qui réside au Gabon par le maître de cérémonie, Alassane Diombélé de l’Ortm. Lors de cette cérémonie de clôture, le président du HCME fraichement réélu a reçu beaucoup d’éloges. Les griots ont véritablement alimenté ladite cérémonie. De l’artiste Sali Sidibé en passant par le président du Réseau des Communicateurs Traditionnels pour le Développement (Récotrade), Cheick Oumar Soumano, ont chanté le bilan fort éloquent de Habib Sylla.

Très ému, le président Habib Sylla a remercié les électeurs et électrices pour leurs confiances renouvelées. « Je dédie cette victoire à tous les délégués, aux présidents des conseils de base. On a besoin de tous les maliens de l’extérieur pour que notre organisation puisse montrer sa maturité et prendre un autre envol. Nous voulons être une organisation qui répond aux aspirations du peuple et des autorités », a dit Habib Sylla. Avant de féliciter son challenger, Dadji Touré qui réside en Allemagne. Cette victoire est la sienne, a déclaré Habib Sylla.

Au cours de cette cérémonie de clôture, il y a eu des motions de remerciement à l’endroit du ministre Abdrahamane Sylla. Dans son discours de clôture, le ministre Sylla a fait savoir que cette conférence aura vu la participation de 54 délégations avec 300 personnes qui ont échangé sur la vie du HCME. Il a remercié le bureau sortant pour son effort et le président Habib Sylla pour la confiance placée en lui. Outre des sujets très importants, dit-il, la conférence s’est penchée sur les statuts et le règlement intérieur du HCME. Et de poursuivre que des communications ont été faites sur « la diaspora malienne et défis du développement », sur « l’accord de paix et de réconciliation », et sur « la politique nationale de migration ». « Il s’agit d’un nouveau départ. On peut être bien à l’extérieur, mais on peut être très bien chez soi et pour être bien chez soi, il faut préparer son retour. Ce mandat marque le début d’un véritable investissement au profit de la diaspora malienne. Bon vent au nouveau bureau. L’accompagnement du gouvernement ne fera pas défaut pour le rayonnement du HCME », a conclu le ministre.

Les recommandations issues de cette conférence ordinaire sont entre autres : l’amélioration de la qualité de l’organisation des conférences, conformément aux statuts et règlement intérieur ; La recherche d’un budget conséquent pour la prochaine conférence ; L’amélioration des conditions de travail de la permanence et le renforcement des compétences de son personnel ; L’ouverture de nouveaux consulats dans les zones de grande concentration de Maliens ; La mise à disposition de cartes d’identité consulaires biométriques et bien d’autres recommandations évoquées par le rapporteur général, Salif Sidibé. Par ailleurs, le conseil de base du Ghana et la jeunesse de Tamanrasset ont remis respectivement 5 millions de FCFA  et 1 150 000 FCFA au gouvernement du Mali pour la prise en charge des victimes de la crise.

Mettre fin à la migration irrégulière

Auparavant, plusieurs allocutions avaient marqué la cérémonie d’ouverture le vendredi 21 août 2015. Après les mots de bienvenu du maire de la commune III du district de Bamako, Abdel Kader Sidibé, le président du Haut Conseil des Maliens de l’extérieur, Habib Sylla a mis l’accent sur la contribution de la diaspora malienne dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie. « La diaspora malienne constitue notre plus grand atout hors de nos frontières, en raison de son considérable potentiel en ressources humaines et financières qu’il conviendrait de valoriser. Elle est une force capable d’influencer considérablement au niveau national, les orientations et stratégies de développement», a-t-il dit. Avant de remercier le président IBK pour la décoration de 23 Maliens de l’extérieur.

Il s’est également réjoui de la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation. « Le document de politique nationale de migration du Mali adopté par le Conseil des ministres du 03 septembre 2014 et dont le lancement a eu lieu le 19 mai 2015, sous la présidence du ministre des Maliens de l’extérieur, est venu à point nommé. L’adoption de ce document traduit selon le ministre, la volonté du Gouvernement de mieux gérer la migration, de répondre à un engagement du Président de la République et de combattre sous toutes ses formes, l’immigration irrégulière, le trafic et la traite des personnes. Les derniers évènements survenus dans les déserts et dans les eaux de la méditerranée, ayant provoqué la mort des centaines de nos compatriotes, sont à la fois tragiques et révoltants », a laissé entendre Habib Sylla.

Puis, il a souhaité la représentation des Maliens de l’extérieur au sein du Haut Conseil des Collectivités et au sein du Conseil Economique, Social et Culturel. Par ailleurs, dans les perspectives d’une révision de la loi Fondamentale, Habib Sylla a souhaité la représentation des Maliens établis à l’extérieur à l’Assemblée nationale, conformément à la volonté de la conférence nationale souveraine. Quant au ministre des Maliens de l’extérieur, Adrahamane Sylla, il a fait savoir que l’assistance des maliens de l’extérieur ne fera pas défaut. Pour preuve, ajoute-t-il, il y a eu la libération de plus de 200 personnes qui étaient emprisonnées en Libye, 307 Maliens de l’extérieur ont eu des logements sociaux, les problèmes de pièces d’identité et de passeports seront aussi un mauvais souvenir. Il a invité ses compatriotes à la lutte contre la migration irrégulière tout en mettant l’accent sur les conséquences affreuses que celle-ci engendre.

Selon lui, à cause de cette migration irrégulière, 360 jeunes maliens sont noyés dans les eaux de la méditerranée, sans compter ceux disparus dans le désert. « L’épineuse question reste la migration irrégulière. Elle se pose avec acuité. Il faut y apporter des réponses idoines », a conclu le ministre. Le Premier ministre, Modibo Keïta abonde dans le même sens. « J’ai noté avec beaucoup d’émotion quand le ministre des Maliens de l’extérieur vous exhortait avec insistance à œuvrer pour tarir définitivement le financement de la migration clandestine du fait que nous avons perdu beaucoup de nos enfants et beaucoup de nos frères », a dit le PM à l’endroit des maliens de l’extérieur.

Après avoir fait observer une minute de silence en la mémoire des disparus, le PM a mis l’accent sur l’accord de paix, le développement du pays, la bonne gouvernance, la sécurité des personnes et de leurs biens… Il a souhaité que la diaspora malienne soit l’ambassadeur du Mali à l’étranger.

Le président sortant rempile : Qui est Habib Sylla?

Par Boukary Daou

Instaurer la paix et la stabilité dans tous les regroupements de nos compatriotes à l’étranger, et apporter le développement au Mali, c’est le leitmotiv de Habib Sylla, président du Conseil de base du Gabon, auquel la Conférence du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur vient de renouveler sa confiance pour un nouveau mandat et un nouveau départ.

Ce nouveau mandat pour la consolidation des acquis, devra également être celui qui fera profiter au maximum, le pays des efforts de la diaspora et s’atteler à trouver une solution durable aux problèmes des expatriés.

Natif de Gorel dans le cercle de Nioro, Habib Sylla est un opérateur économique expatrié au Gabon, avec résidence à Libreville. Il a été élu par le Conseil de base du Gabon en 1993, pour rempiler avec un deuxième mandat en 1998. Les Maliens du Gabon ont cru en cet homme de foi, de sagesse, de tolérance, de dialogue et de paix. Il est l’homme du changement dans l’unité, la cohésion et le respect de l’autre.

Avec la confiance des Maliens, il rempile encore en 2003, malgré quelques difficultés qui ont émaillé les élections à cette époque. Il parviendra ensuite à construire l’unité autour de lui, avec les Maliens du Gabon regroupés au sein d’un même conseil de base. Il a institué au Gabon une rencontre trimestrielle avec l’Ambassade, à laquelle, tous les Maliens participent. Cette parfaite communion lui a valu d’être élu en 2009, pour présider aux destinées de tous les Maliens de l’extérieur. Le Conseil de base du Gabon lui renouvelle sa confiance en 2014.

Candidat à sa propre succession lors de cette conférence du HCME du 21 au 23 aout 2015, Habib Sylla a eu comme challenger le président du Conseil de base d’Allemagne, Dadji Touré, un jeune ambitieux. Habib gagne 42 voix, contre 7 pour Dadji Touré et 3 bulletins nuls. Mais c’est l’ensemble des délégués qui a gagné a souligné Habib Sylla. « Mes félicitations à Dadji Touré, cette victoire est aussi la sienne, ses ambitions sont aussi les miennes », a déclaré Habib Sylla.

Dans son entourage, tout le monde s’accorde à reconnaitre que le secret de ses victoires repose sur le dynamisme d’un homme qui s’appelle Kalilou Sofara. Félicitation président Habib Sylla !

Haut conseil des maliens de l’extérieur (HCME) : La représentativité au sein des institutions au cœur des débats

Ousmane Daou – L’Indicateur du Renouveau du 24 août 2015

Le Haut conseil des Maliens de l’extérieur (HCME)  a tenu du 21 au 23 août 2015 sa 6e conférence statutaire. Les Maliens de l’extérieur, avec un apport financier annuel de près de 300 milliards de F CFA, réclament un député de la diaspora et une représentation honorable au sein du Conseil économique social et culturel (CESC) et du Haut conseil des collectivités.  Le ministre des Maliens de l’extérieur, Abdrahamane Tounkara, a promis de le soutenir.

La 6e conférence du  Haut conseil des Maliens de l’extérieur (HCME) était présidée par le Premier ministre Modibo Kéita. Il  avait à ses côtés le ministre des Maliens de l’extérieur, Abdrahamane Tounkara, et le président du HCME, Habib Sylla.

Les Maliens de l’extérieur estimés à environ 5 millions d’âmes, concourent largement à l’émergence du Mali. Par an, leur apport à l’économie se chiffre à plus de 300 milliards de F CFA.

La présente rencontre avait au cœur des débats, la révision des statuts et règlement intérieur du Haut conseil pour l’adapter au contexte actuel, en les rendant plus exigeant pour l’atteinte de résultats féconds  ainsi que l’élection d’un nouveau bureau exécutif. Etaient également à l’ordre du jour, des communications sur l’accord de paix et de réconciliation et sur la politique nationale de migration.

Dans son discours inaugural, le président sortant du HCME, Habib Sylla, a adressé ses remerciements au président de la République, IBK, et au gouvernement  pour le soutien accordé à la diaspora ainsi que la promotion et la défense des droits et intérêts des Maliens de l’extérieur. Il a rendu un vibrant hommage à l’ensemble des membres fondateurs du HCME, créé en novembre 1991.

Il a rappelé le rôle capital joué par l’Etat lors des crises humanitaires qui ont touché la diaspora, notamment les crises libyenne, ivoirienne, centrafricaine,  et la dernière en date l’expulsion des compatriotes du Gabon, où l’ambassade et le HCME, grâce au concours du ministre des Maliens de l’extérieur, ont permis l’acheminement de ces derniers à Bamako à bord d’autocars.

Il a transmis toutes les félicitations et encouragement des Maliens de l’extérieur au chef de l’Etat, suite à la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, gage d’ouverture des “chantiers de l’espérance pour le Mali d’aujourd’hui et de demain”. Il a remercié aussi le PM Modibo Kéita pour son engagement et sa détermination tout au long de ce processus de paix.

Le président du HCME a également salué l’adoption de la politique nationale régissant la migration, adoptée par le conseil des ministres du 3 septembre 2014 et dont le lancement est intervenu le 19 mai 2015. Une série de mesures qui va désormais réguler la migration.

Le ministre des Maliens de l’extérieur, Abdrahamane Sylla, a d’abord remercié l’ensemble des délégués qui ont répondu présents à cette conférence statutaire. Pour lui, la présence des Maliens de l’extérieur dans presque tous les pays est un atout formidable au rayonnement culturel pour le Mali.

Il a ajouté que leur capacité d’adaptation aux différentes conditions climatiques, leur aptitude à dominer leur environnement, ainsi que leur faculté à parler les langues des pays de résidence sont des gages certains qui expliquent leur réussite.

Le chef du département des Maliens de l’extérieur s’est dit convaincu que les réflexions de cette assise aboutiront à des opportunités  d’affaires et d’investissement dans  notre pays, notamment dans les domaines agro-sylvo pastoral, de la transformation, de même que dans les mines. “La diaspora considérée comme un des atouts majeurs de notre pays, à travers le soutien qu’elle apporte à plusieurs familles et dans la mise en œuvre des politiques publiques, nous leur devons respect et considération”, dira-t-il.

Il a renouvelé son soutien indéfectible à l’endroit de l’ensemble des Maliens de l’extérieur avant de dresser un bilan à mi-parcours  de son département, à savoir le rapatriement de Bangui (2600 personnes), de la Libye (800 personnes, du Gabon et Guinée équatoriale, de l’Arabie saoudite, etc.

Il faut ajouter à ce bilan la libération de 200 personnes des prisons en Libye avec le concourt de l’OIM, plusieurs missions à l’étranger à l’écoute de la diaspora ou en détresse, 307 logements octroyés à des Maliens à l’extérieur lors des attributions des 1552+ 500.

Un important projet est en cours, il s’agit de la mise en place d’une cité des MME.  A ceux-ci s’ajoute,  une nouvelle politique de rapprocher les consulats des compatriotes pour faciliter l’octroi des pièces d’identités. Le MME a aussi remercié les conseils de base des ME de leur franche collaboration et invité les participants à prendre l’engagement à ne pas soutenir l’immigration illégale.

Le PM Modibo Kéita a salué la tenue de cette rencontre statutaire. Il a également reconnu à sa juste valeur la place prépondérante des Maliens de l’extérieur dans l’économie nationale et dans le dispositif de développement local. Il a pris l’engagement de transmettre l’ensemble des messages formulés à l’endroit du président de la République, qui a au cœur de son programme de société des politiques visant l’amélioration des conditions de vie de la diaspora malienne.

Habib Sylla, président du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur : « Notre bilan est à mettre au compte des bases »

Propos recueillis par Boukary Daou – Le Républicain du 21 Août 2015

Le Républicain : Que représente pour vous cette 6ème Conférence du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur, qui s’ouvre ce vendredi matin ?

Habib Sylla : Merci de l’attention que vous portez au Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur depuis de longues années. Je profite de votre micro pour saluer les délégués venus nombreux en provenance des pays d’Afrique de l’Ouest, d’Afrique du Nord et de la corne de l’Afrique, d’Afrique centrale, d’Afrique australe et orientale, d’Amérique, d’Asie et d’Europe.

A cela, j’ajoute les remerciements des hautes autorités maliennes, qui n’ont ménagé aucun effort pour la bonne organisation de cette instance.

Partis du Mali à la recherche d’un mieux être, pour les populations de notre pays, nous voici revenus au bord du Djoliba, pour mieux nous ressourcer, revisiter de près notre organisation commune, le Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur. Cette 6ème Conférence de notre organisation sera un cadre, pour lui doter de meilleures règles d’organisation et de fonctionnement. Cela pour le bonheur de l’ensemble de nos compatriotes de la diaspora, et pour le développement économique, social et culturel de notre cher pays, le Mali.

Vous avez été porté à la tête du Haut conseil des Maliens de l’Extérieur en février 2009 ; à la fin de ce premier mandat aujourd’hui, comment se porte l’Organisation ?

Je pense que notre organisation se porte mieux. En acceptant la charge de président du HCME à la suite des élections de 2009, des défis de l’efficacité et des méthodes de travail plus modernes se posaient, en raison des conditions particulières que vivaient nos compatriotes ; des conditions de vie de nos compatriotes, qui ont bravé montagnes, sables et océans en quête d’une vie meilleure ; des conditions de vie de nombreuses familles laissées derrière eux ; le développement du pays, à travers leur apport intellectuel et financier.

En outre, la sérénité était à rechercher dans certains conseils de base. Beaucoup d’efforts ont été consentis pour apporter des solutions à ces problèmes. De nos jours, tous ces conseils de base ont retrouvé leur sérénité. Vous avez compris que la paix, la reconnaissance du mérite constituent, a n’en pas douter les gages de notre réussite. Le HCME a obtenu le statut d’utilité publique, cinq mois après notre prise de fonction.

Il y a eu la mise en place d’un plan de développement institutionnel (P.D.I), qui a permis de renforcer du coup les capacités du secrétariat permanent grâce à la tenue de plusieurs ateliers dont le plus important est le plan de communication interne et externe.

Les textes du HCME ont été relus et seront soumis à l’appréciation des délégués durant les travaux de cette conférence. Deux fora ont été organisés : le forum des investisseurs de la diaspora tenu du 11 au 13 Décembre 2009 au C.I.C.B et celui de l’intelligentsia scientifique et technique tenu du 29 au 31 juillet 2010 au même centre. Je lance un appel à nos autorités en vue de la mise en œuvre des recommandations issues de ces travaux.

Vous bénéficiez de l’estime des autorités sécuritaires du Gabon, mais vous n’avez toujours pas pu empêcher l’expulsion de certains de vos compatriotes, pourquoi ?

Vous savez, personne ne peux avoir la prétention de résoudre tous les problèmes. Notre implication n’a pas fait défaut pendant la transition de 2012 à la suite des évènements douloureux que notre pays a connus, en Centrafrique et en Côte d’ivoire en faveur de nos compatriotes en détresse durant leur plus grave crise.

Nous avons pu régulariser 2350 compatriotes au Gabon, comme d’autres présidents ont pu le faire aussi. Par contre, Mr SYLLA ne peut outrager les lois du pays d’accueil. C’est une règle d’or, respecter les lois du pays d’accueil.

Quels sont vos éléments de bilan et les perspectives ?

Loin de moi la prétention d’avoir résolu tous les problèmes de la Diaspora malienne, nous avons l’avantage d’avoir cerné de manière claire et précise les objectifs que nous nous étions fixés en début de mandat et d’avoir mis en place des balises qui nous permettent d’asseoir un mécanisme de gestion efficace de notre association. Je ne vais pas répéter les éléments de bilan que j’ai déjà évoqué en répondant à votre deuxième question [pacification des Conseils de base, fora des investisseurs de la diaspora et de l’intelligentsia scientifique et technique, contribution à l’effort de guerre…].

Ce bilan est à mettre au compte des bases. Au regard des rapports, je pense que le bilan est positif.

Pour les perspectives, c’est de s’inscrire dans la continuité avec une nouvelle vision. Il s’agira de consolider les acquis du mandat précédent, redonner à nos compatriotes la confiance en soi dans une atmosphère de cohésion sociale plus poussée, consolider l’esprit de paix, et de réconciliation nationale au sein des conseils de base du HCME et à l’échelle nationale, créer des mécanismes pour minimiser l’immigration clandestine source de nombreux décès qui endeuillent les familles, à travers la mise en œuvre de la politique Nationale de Migration (PO.NA.M). Une attention particulière est à accorder aux jeunes et aux femmes par la création des emplois.

Etes-vous candidat à votre succession ?

C’est le souhait de beaucoup de nos compatriotes de la diaspora, et je réponds à cet appel. Je ne saurais terminer sans adresser mes vifs remerciements, à notre gouvernement pour l’accompagnement constant chaque fois que la diaspora en a senti le besoin ; aux institutions de la République au sein desquelles nous sommes représentés, et à la presse qui permet de porter nos messages.

Mme Diarra Mariam Savane, Secrétaire chargée de la promotion de la Femme au Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur (HCME) : « Il y a eu la cohésion entre les Maliens de l’étranger sous l’ère de Habib Sylla »

Aguibou Sogodogo – Le Républicain du 21 Août 2015

Le Haut conseil des maliens de l’extérieur (HCME) a organisé, mercredi 19 août 2015, une conférence de presse sous la direction de Habib Sylla, président du HCME. En marge de cette rencontre, Mme Diarra Mariam Savane, Secrétaire chargée de la promotion de la Femme au HCME, a invité les délégués à renouveler leur confiance au président Habib Sylla. Témoignage !

« Je suis une ancienne du Gabon et j’ai travaillé avec le président Habib Sylla. Actuellement, je suis à la permanence, donc je ne vote pas. Seuls les délégués qui sont dans les différents pays peuvent voter. Au regard des acquis de ce mandat de cinq ans, je soutiens le président sortant, Habib Sylla, pour qu’il puisse poursuivre et consolider les acquis.

Il faut reconnaitre quand même que le HCME a changé de visage depuis que le président Habib Sylla est là. Par exemple, le statut d’utilité publique. C’est une association reconnue d’utilité publique. Nous disposons désormais d’un plan de développement institutionnel, grâce auquel, les membres de la permanence ont bénéficié de renforcement de capacité.

Nous travaillons en étroite collaboration avec le ministère et nous sommes consultés pour tout ce qui concerne le domaine migratoire. La cohésion entre les Maliens à la base est une réalité. Ce sont des acquis, entre autres, à l’actif de Habib Sylla. Pour tout cela, nous souhaitons que le président Habib doit continuer sur la lancée, au bénéfice du HCME. J’invite les délégués à renouveler leur confiance au président Habib Sylla, qui a fait déjà ses preuves pendant les cinq premières années, afin de renforcer les acquis ».

Haut conseil des Maliens de l’extérieur : la 6e conférence en cours

A.T.Dansoko –  MaliJet – 22 aout 2015

La salle Djélibaba Sissoko du Centre international de conférence de Bamako (CICB) abrite depuis hier matin les travaux de la 6e conférence du Haut conseil des Maliens de l’extérieur.

Placée sous la présidence du Premier ministre, Modibo Kéita, la cérémonie d’ouverture des travaux a enregistré la présence de plusieurs personnalités notamment des membres du gouvernement, des ambassadeurs et chefs de missions diplomatiques et plusieurs délégués venus des pays d’Afrique de l’Ouest, Nord, centrale, australe et orientale ; d’Amérique, d’Asie et d’Europe.

Après avoir souhaité la cordiale bienvenue aux personnalités distingués, le président du Haut conseil des Maliens de l’extérieur (HCME) a exprimé ses sentiments de gratitude à l’endroit de tous ceux qui ont œuvré inlassablement et de façon désintéressée à l’essor du HCME.

La Diaspora malienne, a-t-il souligné, constitue le plus grand atout hors de nos frontières, en raison de son considérable potentiel en ressources humaines et financières qu’il conviendrait de valoriser.

De son côté, le ministre des Maliens de l’extérieur, Abdrahamane Sylla, dira que cette 6e conférence du Haut conseil des Maliens de l’extérieur se tient à un moment important de l’histoire du Mali car, elle intervient deux mois après la cérémonie de parachèvement de la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale au Mali. Un moment marqué par une volonté inébranlable de tous les fils du pays à conforter la paix, mais aussi de s’interroger sur le rôle des uns et des autres dans la mise en œuvre de cet Accord.

Cette 6e conférence permettra aux délégués de réfléchir sur toutes les opportunités d’affaires et d’investissements  au Mali dans le domaine agropastoral, la transformation et les mines à travers une communication sur la diaspora malienne et défis de développement.

En outre, la conférence se penchera sur le statut et le règlement intérieur du HCME pour l’adapter au nouveau contexte, en les rendant plus exigeants. Aussi, des communications seront faites sur l’Accord  pour la paix et la réconciliation nationale, la Politique nationale de migration dont le lancement a eu lieu le 19 mai dernier.

Pour sa part, le Premier ministre, chef du gouvernement, Modibo Kéita, dira que cette conférence est un événement important dans son approche globale.

Le chef du gouvernement s’est dit convaincu que cette rencontre permettra d’associer  davantage la communauté malienne résidente à l’étranger aux soucis du processus de sorti de crise.

« Nous sommes conscients d’un fait, votre mobilisation est un des facteurs essentiels pour soutenir le développement du pays dans la paix, la stabilité et la sécurité. Cette 6e conférence aboutira à des conclusions pertinentes qui permettront de mieux mobiliser notre diaspora pour le développement de notre pays ».

Tout en  rassurant  les délégués que son gouvernement accordera une attention toute particulière à leurs préoccupations, le chef du gouvernement a réitéré la haute appréciation  que les pouvoirs publics ont du HCME et de sa contribution au développement du Mali.

Conférence élective du HCME : Habib Sylla, seul candidat en lice ?

Nouhoum DICKO – Le Prétoire du 21 août

Le Haut conseil des Maliens de l’extérieur (Hcme) tient sa conférence élective du 21 au 23 août 2015. Au cours d’une conférence de presse qu’il a animée hier, KalilouSofara, représentant du président sortant, a laissé entendre qu’Habib Sylla, jusqu’en début de matinée de ce mercredi 19 août 2015, était le seul à avoir déposé sa candidature au Secrétariat exécutif du Hcme.

Pour informer l’opinion publique nationale sur le bilan du candidat Habib Sylla à la tête Haut conseil des Maliens de l’extérieur (Hcme) depuis février 2009, une conférence de presse a été animée par son représentant, KalilouSofara. C’était le mercredi 19 août 2015, à l’hôtel Radisson Blu de Bamako.

A en croire M. Sofara, en briguant la présidence du Haut conseil des Maliens de l’extérieur (Hcme) en 2009, Habib Sylla s’est inscrit dans une dynamique de «changement dans le dialogue et la paix». Cet élan combien salutaire se poursuit toujours, a-t-il dit. En outre, l’orateur a laissé entendre que la paix et la stabilité dans les organisations des Maliens de l’étranger sont devenues une réalité. «Des efforts restent cependant à faire pour surmonter certaines questions de souveraineté des pays d’accueil, qui contrarient souvent les intérêts de la diaspora malienne», a reconnu KalilouSofara.

Faisant le bilan, le conférencier a affirmé que plusieurs rencontres, des fora notamment, ont été organisées par le Hcme. Du 11 au 13 décembre 2009, l’équipe d’Habib Sissoko réalise le premier Forum des investisseurs de la diaspora malienne (Fidima), qui a permis de dégager les possibilités d’investissement au Mali et les pistes qui peuvent intéresser la diaspora. En outre, il soutient que le président sortant, soucieux de voir le Mali retrouver la paix, la stabilité et l’unité nationale, a remis aux autorités maliennes une contribution de 100 millions de FCFA en janvier 2013.  Selon Sofara, bien des défis ont été relevés par le bureau sortant qui a été élu dans un contexte de divergence grave dans bien des conseils de base des Maliens de l’extérieur (CME).

Aujourd’hui, des avancées significatives ont, dit-il, été enregistrées grâce à au regain de l’entente dans les différents conseils. Pour terminer, l’orateur a estimé que ce bureau a fait profiter à notre pays le maximum d’efforts des Maliens de la diaspora, tout en s’attelant à trouver une solution durable aux problèmes des expatriés.

Lors de la conférence de presse, plusieurs témoignages ont été faits en faveur de la réélection d’Habib Sylla. Ce, en raison de son parcours et son bilan. Depuis son élection en février 2009, apprécie-t-on, Habib Sylla a réussi à rassembler les Maliens de l’extérieur. Il a fait honneur au Conseil du Gabon et aux Maliens de l’Afrique centrale dont il a été le candidat en 2009. Natif du cercle de Nioro, plus précisément de Gorel, Habib Sylla est un opérateur économique expatrié au Gabon, avec résidence à Libreville.

Ce premier mandat de M. Sylla à la tête du Haut conseil des Maliens de l’extérieur a été marqué par une franche collaboration des membres de son équipe, qui présenteront son bilan à la conférence élective qui s’ouvre ce vendredi.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :