accident bousculade choc mecque pelerinage

Cinq jours après la bousculade meurtrière survenue à Mina, aucun bilan officiel, même provisoire, n’a été communiqué par les autorités maliennes. Et pourtant dès le lendemain du drame qui a fait plus de 700 morts, les premiers bilans officiels provisoires des différentes délégations ayant participé au Hadj étaient disponibles. L’absence d’un bilan officiel pousse les parents des victimes vers d’autres sources plus ou moins crédibles. Ainsi, selon des sources concordantes, il y aurait au minimum plus de 70 morts lors du drame.

Le nombre élevé de victimes maliennes, selon certains, expliquerait le silence des autorités. Même si du côté des autorités, on avance un autre discours et qu’un deuil de trois jours a été décrété. « Nous attendons la fin du travail d’identification des corps par les autorités saoudiennes pour nous prononcer…», a expliqué, le vendredi soir, soit un jour après le drame, sur le plateau de la télévision malienne, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Chogüel Maïga.

Pour la circonstance, le ministre des affaires religieuses et du culte, Thierno Hass Diallo, s’est rendu avant hier en Arabie Saoudite (le samedi 26  septembre 2015). Selon Al Hady Koïta,  le  secrétaire général du ministère des affaires religieuses, contacté par nos soins, il faut attendre le retour du ministre pour avoir un bilan. « On est en contact permanent avec lui. Donc on attend son retour pour avoir toutes les informations. Nous sommes au four et au moulin pour que tout se passe bien. Dès que le bilan sera disponible, on ne le mettra à la disposition du grand public», promet Al Hady Koïta.

Pas suffisant pour dissiper l’angoisse et l’attente des parents des victimes. Surtout qu’au Mali, tout un ministère est dédié à la religion. Une chose reste certaine, Devant le déficit d’information de la part des autorités compétentes en chargece déficit d’information de la part des autorités maliennes soulève beaucoup d’interrogations. Est-ce que les autorités maliennes ont pris la mesure du drame ? Pourquoi il n’y a pas le feed-back nécessaire qui répond à une situation de crise ?

Bousculade meurtrière lors du Hadj 2015: Plus de 50 morts confirmés sur plus de 250 Maliens portés disparus