Skip to content

L’Union africaine se penche sur le secteur minier

by sur 30 septembre 2015

Mali : Afrique : BAMAKO REFLECHIT A LA GOUVERNANCE DU SECTEUR MINIER

A. DIAKITE – L’Essor – 29 septembre 2015

Comment soutenir une exploitation transparente, équitable et optimale des ressources minières du continent africain ?

Comment assurer la collecte, la consolidation, l’interprétation et la diffusion efficace des géodonnées nationales et régionales en vue de favoriser de larges reformes de la gouvernance dans le secteur minier ?

Ce sont entre autres questions auxquelles tentera de répondre le Groupe technique de travail ( GTT) de la Commission de l’Union africaine à l’issue d’une rencontre de 5 jours qui a débuté hier à l’hôtel Radisson Blu. Elle est organisée par l’Union africaine en collaboration avec notre ministère des Mines.

La cérémonie d’ouverture de l’atelier était présidée par le secrétaire général du ministère des Mines, Mamadou Traoré. Elle s’est déroulée en présence du représentant du Commissaire en charge du commerce et de l’industrie de l’Union africaine, Frank Mugyenyi, du responsable du service d’information géologique et minérale du Centre africain de développement minier, Kaiser Gonçalves De Souza, et de spécialistes du GTT.

Les enjeux de l’information géologique en Afrique sont multiples pour le développement du continent. Si l’importance de cette information pour le secteur minier est évidente, son impact dans divers autres secteurs est tout aussi crucial. L’information géologique peut contribuer aussi bien à l’utilisation et à la gestion des sources d’eau souterraines, à l’identification et la prévention des risques naturels géologiques ainsi qu’à la mise en évidence des caractéristiques du sol lors de la planification et de l’exécution des travaux d’infrastructure, a expliqué Kaiser Gonçalves De Souza.

L’Afrique faisant partie des grands producteurs miniers, Mamadou Traoré regrette le peu de rendement engendré par l’exploitation minière sur l’emploi des jeunes, la sécurité alimentaire, la lutte contre la pauvreté : « L’Afrique reste l’un des continents les plus pauvres où l’impact de l’exploitation de ses ressources minérales sur les économies des Etats et sur les populations locales reste très timide et peu perceptible. Son sol et son sous-sol regorgent d’énormes potentialités minières qui sont encore sous explorées et sous exploitées. Au même moment, les Etats africains font face à certains défis majeurs liés à l’emploi des jeunes, à la sécurité alimentaire, à la lutte contre la pauvreté. Cependant, tous ces Etats s’accordent à reconnaitre que les industries extractives sont parmi les plus grosses pourvoyeuses d’emplois au monde, donnant la possibilité aux Etats de réduire le taux de chômage et le taux de pauvreté dans les zones minières », a souligné le secrétaire général du ministère des Mines.

Les prévisions de 2015, en ce qui concerne la part de l’Afrique dans la production minière mondiale, selon Mamadou Traoré, sont estimées à 60 % pour le cobalt, 57 % pour le manganèse , 57 % pour le diamant, 22 % pour l’or et 22 % pour l’uranium.

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :