Skip to content
Tags

Kidal : le retour de l’Etat ?

by sur 10 octobre 2015

On croise les doigts…

L’Etat réintègre progressivement Kidal la rebelle

Source : RFI –  08/10/2015 

Pour la première fois depuis mai 2014, date à laquelle Kidal est tombée aux mains de la rébellion touarègue, une délégation officielle malienne séjourne dans cette localité. L’objectif de cette mission arrivée mardi 6 octobre de Bamako est d’évaluer les besoins des populations en matière de services sociaux de base.

Ce n’est pas encore le retour de l’Etat malien à Kidal, mais c’est incontestablement un nouveau signe de décrispation. La mission d’évaluation en matière de besoins de services sociaux de base qui a quitté Bamako a été chaleureusement accueillie mardi 6 octobre à Kidal par des délégués de la rébellion de la Coordination des mouvements de l’Azawad.

Accueilli, mais également logé par les mêmes rebelles. L’ambiance est plutôt détendue et le travail a commencé. Depuis 2012 les écoles de la ville n’ont pas véritablement ouvert leurs portes, laissant de nombreux enfants non scolarisés. L’Objectif de l’Etat est d’aider à l’ouverture des classes avant la fin du mois d’octobre.

Autre évaluation en cours sur le terrain, les besoins en matière de santé. Seulement quelques centres médicaux sont ouverts. Une grave carence dans un contexte de mortalité infantile élevée et alors qu’il faut pouvoir faire face à d’éventuelles épidémies.

L’Etat malien entend également intervenir en matière d’énergie. Depuis plus d’un mois, Kidal la rebelle est plongée dans le noir. Le groupe électrogène qui alimente la ville est en panne. Il est question d’installer deux autres groupes d’environ 750 kW.

Sortie de crise : L’administration bientôt de retour à Kidal

Nabi avec StudioTamani – L’Indicateur du Renouveau -8-10-/2015 

            Depuis mardi, des techniciens de l’Etat sont   à Kidal pour évaluer les besoins des populations dans les domaines de l’éducation, de la santé, énergie, etc. Cette visite constitue prépare aussi le retour des services de l’Etat dans la région.

Arrivés donc à Kidal mardi, des cadres sont à pieds d’œuvre et ont déjà procédé à la planification des différentes étapes, les conditions, les modalités et la mise en œuvre de la mission. Ils ont mené hier des  visites de terrain. Selon les responsables de la délégation qui est accompagnée par des leaders de la Coordination des mouvements de l’Azawad, la visite se déroule dans de « bonnes condition» et devra durer plusieurs jours.

Joint au téléphone par Studio Tamani,  Koyïna Ag Hamadou , chef de la division vie scolaire à la direction nationale de l’enseignement secondaire général, membre de la délégation, a déclaré que « dès notre arrivée hier ( NDLR : mardi) , nous avons eu une rencontre avec les leaders, les représentants de la CMA, au cours de laquelle nous avons planifié les différentes étapes et les conditions, les modalités de la mise en œuvre de la mission. Après cette rencontre de planification et de contact, aujourd’hui hier ( NDLR : mercredi) nous sommes sur le terrain pour commencer l’évaluation des besoins par faire l’état des lieux des infrastructures avant de finaliser les besoins en réparation, en réhabilitation, en ressources humaines, matériels didactiques. Nous sommes en trois équipes. Chaque équipe est allée dans les infrastructures qui les concernent. Pour le moment, la mission concerne par anticipation sur la mise en œuvre de l’accord de paix, et le secteur de l’éducation de la santé et de l’hydraulique.

Les populations à travers la CMA sont parfaitement d’accord pour la reprise de ces activités dans ces secteurs là et conformément à la réglementation malienne. Quant au retour des autres services techniques de l’administration, c’est un processus qui commence. Donc, on peut s’attendre à ce que dans les prochains jours et mois à venir, les autres administrations reviendront à Kidal ».

Depuis quelques semaines, les choses semblent le bon chemin pour un retour définitif de la paix.

 

 Réconciliation : Les populations de Gao, Gossi et Ansongo se parleront du 13 au 23 octobre prochains

O.D. – L’Indicateur du Renouveau –  08/10/2015     

Les populations de Gao, Gossi et Ansongo s’organisent pour les rencontres communautaires prévues du 13 au 23 octobre prochains. Organisées en partenariat avec le ministère de la réconciliation, ces rencontres enregistreront la participation des groupes armés, des leaders communautaires et les autorités locales. Pour les organisateurs, l’objectif est de « construire la paix, le vivre ensemble et la cohésion sociale ».

Ansongo : une dizaine de civils ont été tués à Talatayte

Une dizaine de civils ont été tués le 7 octobre 2015 par des hommes armés dans le campement de Tighérifen dans la Commune de Talatayte à une centaine de kilomètres d’Ansongo dans la région de Gao. Le vice-président du Gatia, Haballa Ag Hamzatta, qualifie l’acte de “lâche et atroce” des ennemis de la paix. Pour lui, ces forfaits visent à “torpiller le processus de paix et de réconciliation entre les communautés”.

Mopti : le cancer du col de l’utérus est la 1ère cause de décès

Le cancer du col de l’utérus est la première cause de décès par cancer dans la région de Mopti. Une trentaine d’agents de santé sont formés depuis mardi dernier à Sevaré sur les symptômes et les causes de la maladie. Ils seront également outillés pour détecter les lésions précancéreuses du col de l’utérus et sur le système de référence des cas avérés positifs vers l’hôpital régional. Les participants sont venus des districts sanitaires de Koro, Douentza et de Mopti.

KIDAL : La population bientôt soulagée

La population de la région de Kidal est en passe de retrouver la quiétude d’antan à travers la réouverture des écoles, des structures de développement social et le redéploiement des agents de santé. Il s’agit pour les autorités de venir en aide à une population privée de services sociaux de base depuis l’éclatement de la crise de 2012.

La région de Kidal ne dispose actuellement que de 7 médecins et une portion d’infirmiers qualifiés. Une situation qui nécessite forcément un regard du gouvernement après l’approbation de l’accord d’Alger en mai et juin derniers. C’est ainsi que suite à la crise de paludisme dans toutes les régions du Nord, l’Etat envisage le redéploiement des agents de santé pour venir à bout de cette épidémie.

Le développement social sera axé sur le soutien aux réfugiés et le bien-être de la population.

 

Techniciens de l’Etat à Kidal : « les administrations bientôt de retour »

Studio Tamani – 07/10/2015 

Des techniciens de l’Etat malien, accompagnés des responsables de la Coordination des mouvements armés, sont depuis hier à Kidal. L’objectif de la mission est d’évaluer les besoins des populations dans les domaines de l’éducation, de la santé, énergie, etc.

Cette visite constitue, selon les acteurs du processus de paix, « une étape importance » vers le retour des services de l’Etat dans la région. La visite intervient quelques jours après celle d’une délégation ministérielle à Anefis, où des concertations ont eu lieu avec les responsables de la CMA et de la Plate-forme à la veille des travaux de la 4ème réunion du Comité de suivi. Aussi, les responsables des deux mouvements étaient réunis dimanche dans la même localité pour des « échanges directs » et vue de «donner une nouvelle impulsion » au processus de mise en œuvre de l’accord de paix et de réconciliation.

Arrivés donc à Kidal ce mardi, les membres de la délégation ont aussitôt procédé à la planification des différentes étapes, les conditions, les modalités et la mise en œuvre de la mission. Après cette rencontre, place aux visites de terrain. Selon les responsables de la délégation, la visite se déroule dans de « bonnes condition». Elle va durer une dizaine de jours. Koyïna Ag Hamadou est chef de la division vie scolaire à la direction nationale de l’enseignement secondaire général, membre de la délégation. Il est joint au téléphone par Assetou Kanté :

« Dès notre arrivée hier, nous avons eu une rencontre avec les leaders, les représentants de la CMA, au cours de laquelle nous avons planifié les différentes étapes et les conditions, les modalités de la mise en œuvre de la mission. Après cette rencontre de planification et de contact, aujourd’hui nous sommes sur le terrain pour commencer l’évaluation des besoins par faire l’état des lieux des infrastructures avant de finaliser les besoins en réparation, en réhabilitation, en ressources humaines, matériels didactiques. Nous sommes en trois équipes. Chaque équipe est allée dans les infrastructures qui les concernent. Pour le moment, la mission concerne par anticipation sur la mise en œuvre de l’accord de paix, et le secteur de l’éducation de la santé et de l’hydraulique. Les populations à travers la CMA sont parfaitement d’accord pour la reprise de ces activités dans ces secteurs là et conformément à la réglementation malienne. Quant au retour des autres services techniques de l’administration, c’est un processus qui commence. Donc on peut s’attendre à ce que dans les prochains jours et mois à venir, les autres administrations reviendront à Kidal ».

Par ailleurs, les hostilités se poursuivent dans certaines localités du Nord. Une dizaine de civils ont été tués hier par des hommes armés dans le campement de Tighérifen dans la commune de Talatayte à une centaine de kilomètres d’Ansongo. Un responsable du Gatia, qualifie l’acte de « lâche et atroce » des ennemis de la paix. Pour lui, ces forfaits visent à « torpiller le processus de paix et de réconciliation entre les communautés ».

Haballa Ag Hamzatta, vice secrétaire général adjoint du Gatia, joint par Intalla ag Bilal : « Il y a eu une vingtaine de véhicules d’hommes armés qui ont fait interruption sur des campements Imgrad et Arabe dans les zones de Tighérifen. Ils ont exécuté dix civils à bout portant. Ils ont continué dans la zone. L’information est claire, elle a été vérifiée. Et les gens qui ont fait cet acte sont dans cette zone même aujourd’hui. Ils ont été poursuivis par également nos forces dans la zone, d’après ce qu’on a comme information ce matin. Maintenant la suite on ne la connaît pas pour le moment. C’est vrai qu’à un moment donné, il y avait des tensions les Imgrad et les Daoussahaq. Mais je pense qu’il y a de cela un mois les familles des Daoussahaq et Imgrad et se sont rencontrées dans la même zone de Talatayite. Les responsables ont discuté, ils ont convenu d’un arrêt des hostilités. Un compromis a été trouvé, et depuis lors, il n’y a pas eu de problème ».

Au même moment, les populations de Gao, Gossi et Ansongo s’organisent pour les rencontres communautaires prévues du 13 au 23 octobre prochains. Organisées en partenariat avec le ministère de la réconciliation, ces rencontres enregistreront la participation des groupes armés, des leaders communautaires et les autorités locales. Pour les organisateurs, l’objectif est de « construire la paix, le vivre ensemble et la cohésion sociale ».

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :