Skip to content

Le général Diendéré incarcéré… à Bamako !

by sur 23 octobre 2015

 

Curieuse information que celle donnée mardi soir sur TV 5 Afrique et reprise par le journal « Les Echos ».

Le général Gilbert Diendéré détenu à la maison centrale d’arrêt de Bamako : une insulte des autorités à la démocratie au Mali

Denis Koné – Les Echos du 22 octobre 2015

L’information aura surpris plus d’un Malien. Le général Gilbert Diendéré, chef du putsch manqué du 17 septembre au Burkina Faso est détenu à la maison centrale d’arrêt de Bamako-Coura en plein cœur de Bamako.

L’information été révélée sur la chaine télé TV5, mardi 21 octobre au journal 20 h de l’Afrique, par la présentatrice du JT. Il s’agit là ni plus ni moins d’une insulte autorité malienne à la démocratie.

Nombreux sont les maliens qui ont été choqués après avoir entendu sur TV5, au soir de mardi, que le général Gilbert Diendéré est au Mali et précisément à la maison centrale d’arrêt de Bamako-Coura. Le général Gilbert Diendére n’est autre que le chef du putsch manqué du 17 septembre 2015 au Burkina Faso et responsable des violences qui ont suivi avec son cortège de morts, blessés et de biens privé ou public pillés ou cassés.

On sait qu’il a été  inculpé de crimes contre l’humanité par le procureur militaire, le colonel Sita Sangaré qui avait déclaré que Diendéré  «  va subir son procès devant un tribunal militaire ».

Qu’est ce que cette personne, déclarée persona non grata a Ouaga, ennemi de la démocratie, vient elle foutre au Mali ? Notre pays doit cesser de recevoir de prisonniers de ce genre particulier. Même les organisations de la défense des droits de l’homme dont Amnesty International promptes à réagir en faveur des bourreaux des enfants d’Afrique s’oppose à toute idée d’amnistie pour des soldats de l’ex RSP, qui ont tué des manifestants.

Selon l’organisation, l’ancienne garde présidentielle du Burkina Faso a fait preuve « d’un mépris flagrant pour la vie humaine » tuant 14 manifestants et passant non armés et blessant des centaines d’autres avec armés automatiques.

L’enquête détaillée menée par Amnesty international sur la mort des personnes dans les jours qui ont suivi le coup d’Etat du 16 septembre a conclu que 14 manifestants et passants avaient été tués par des tirs d’armes automatiques imputables à des membres du RSP. Aucune des victimes dont deux enfants, n’était armée ni ne présentait une menace pour les forces de sécurité.

Ce séjour de Diendéré à la maison centrale d’arrêt de Bamako Coura montre bien que nos autorités sont très magnanimes. Décidément,  elles ne finiront pas de surprendre.

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :