Skip to content

Et l’on reparle d’Iyad Ag Ghali l’insaisissable

by sur 17 novembre 2015

Iyad Ag Ghali, fondateur et leader du mouvement salafiste touareg Ansar Dine, allié à Al Quaïda et dont des membres ont massivement investi les structures touareg de Kidal, fait reparler de lui.

D’une part il vient de rejeter à nouveau les accords de paix signés par ses alliés touareg, mais il recommande aussi d’attaquer la France.

D’autre part, plusieurs mouvements de jeunes et de femmes prennent le chef jihadiste comme cible, ainsi que son épouse, mais également les épouses de jihadistes qui les protègent… leur promettant le sort que la Côte d’Ivoire a réservé à Simone Gbagbo.  

Sans qu’on puisse encore mesurer s’il s’agit d’un mouvement d’humeur ou d’un mouvement de fond.

Mali: un chef jihadiste dénonce l’accord de paix et appelle à combattre la France

AFP – 17 novembre 2015

Iyad Ag Ghaly

IIyad Ag Ghali

Le chef du groupe jihadiste Ansar Dine, Iyad Ag Ghaly, a dénoncé l’accord de paix au Mali signé en mai-juin et appelé à poursuivre la lutte contre la France, dans un enregistrement sonore authentifié lundi et obtenu par l’AFP.

Dans cet enregistrement réalisé avant les attentats de vendredi à Paris, rendu public en octobre, selon plusieurs sources sécuritaires régionales, il approuve l’attentat de janvier contre la rédaction de Charlie Hebdo pour avoir caricaturé le prophète, estimant que ce journal « n’a eu que ce qu’il méritait ».

« Nous authentifions la cassette. C’est bien Iyad Ag Ghaly qui parle. Comme vous le voyez, dans le document, on ne voit pas son visage, mais c’est bien sa voix », a déclaré à l’AFP une source de sécurité malienne.

Iyad Ag Ghaly, ancien chef de rébellions touareg passé à l’islamisme et allié d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), fustige les groupes rebelles du nord du pays qui ont signé en juin un accord de paix négocié à Alger avec le camp gouvernemental, les traitant de « laïcs ».

Dans cet enregistrement d’une vingtaine de minutes, le chef d’Ansar Dine les accuse d’avoir bradé le sang et la terre « en signant l’accord d’Alger qui pue l’impiété et la trahison ».

Il s’en démarque en appelant au jihad, s’adressant plus particulièrement aux jeunes. « C’est votre jour, le Croisé a dépassé toutes les bornes », les harangue-t-il, insistant notamment sur les caricatures du prophète.

 « Répondez à cette offense par vos ceintures d’explosifs, vos charges télécommandées et vos engins piégés », les exhorte-t-il, dans une adresse qui semble destinée à susciter des attaques sur le sol malien.

          Iyad Ag Ghaly salue également « les moujahidine retranchés à Sikasso (sud) au Macina, à Sévaré (centre) et à Tombouctou et Kidal (nord) », où opèrent des groupes jihadistes alliés à Ansar Dine.

Longtemps concentrées dans le nord du Mali, les attaques jihadistes se sont étendues depuis le début de l’année vers le centre, puis à partir de juin au sud du pays aux frontières avec la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, dont Aqmi et Ansar Dine, après la déroute de l’armée face à la rébellion à dominante touareg, d’abord alliée à ces groupes qui l’ont ensuite évincée.

Ces groupes jihadistes ont été dispersés et en grande partie chassés de cette région à la suite du lancement en janvier 2013, à l’initiative de la France, d’une intervention militaire internationale qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères.

La jeunesse et les femmes se mobilisent contre Ag Ghali, le mal du Mali

Mali Actu –  Idrissa Khalou – 16 novembre 2015

Les associations de jeunes ne se comptent plus tellement elles sont nombreuses, au Mali et dans le monde. Ces jeunes du Mali et de la Diaspora s’exprimaient jusqu’alors beaucoup à travers la toile, sur des sites où florissent échanges et débats autour de leur avenir et de celui de notre pays.

Mais leur engagement s’exprime désormais aussi dans les rues, au détour desquelles des mouvements commencent à émerger et des revendications communes à s’affirmer.

Que ce soit dans le domaine de la culture, du développement social, du progrès économique, de la démocratie, la jeunesse malienne est sans contradiction possible d’un dynamisme remarquable. Preuve en est l’abondance d’initiatives locales de jeunes qui, au départ, se réunissaient simplement entre eux pour évoquer leur quotidien, souvent pénible. Ces initiatives sont, petit à petit, en train de muer et de prendre l’ampleur et la consistance de mouvements structurés et organisés.

Les jeunes Maliens et Maliennes se disent solidaires et prêts à relever leurs manches pour frapper le mal où il se trouve. Dans le nord, leurs camarades touaregs font preuve du même engagement profond, qu’ils ont eux aussi été contraints de développer, puisque après avoir subi la violence la misère et le mensonge du vieux Ag Ghali, personne n’a été en mesure de leur offrir l’espoir d’une vie digne, décente et heureuse, dans un pays en paix.

A Kidal, les uns comme les autres sont fatigués, las, en colère, de subir les conséquences d’événements qu’ils n’ont pas engendrés, auxquels ils n’ont pas participé, qu’ils n’ont en fait même pas connus.

Ces événements ont pourtant fait ce que le grand et beau Mali d’antan est devenu aujourd’hui, ils ont fait ce que la vie de nos adultes en devenir est aujourd’hui : misère, chômage et violence,…

Les rebellions touarègues ne les concernent pas, et ils ne veulent pas qu’un vieil islamiste aveugle vienne leur dicter leur conduite et leur voler leurs rêves. Ils sont dans le rejet d’Iyad ag Ghaly, ce vieux djihadiste pervers qui a sali leur belle image de fiers hommes et femmes du désert à travers le monde.

Ançar Dine et sa charia n’ont qu’à aller se rhabiller. Les jeunes n’oublieront jamais la vie de malheur, dénuée de musique et de joie, que les salafistes ont voulu leur imposer, et encore moins l’horreur des châtiments corporels que ces fanatiques ont fait subir à leurs proches. Les femmes et les jeunes ont été les premières cibles de cette idéologie néfaste et aussi les premiers laissées pour compte dans cette crise qui les a livrés à eux-mêmes, seuls et sans avenir, enfoncées dans toujours plus de pauvreté.

C’est ce qui explique le dynamisme des associations de jeunes et de femmes, dont en particulier l’association des femmes maliennes pour la réconciliation et le progrès qui appelle les hommes à reprendre leurs responsabilités dans leurs familles et dans la société.

Ce ne sont en effet certainement pas les terroristes avides d’argent et de sang qui vont enrichir leurs pauvres recrues qu’ils méprisent en réalité et qu’ils envoient se faire tuer à leur place. Saluons ces femmes et ces jeunes courageux qui enfin, prennent la parole pour nous dire que la vérité. Et la vérité est qu’il faut cesser les atrocités, les divisions, et se rassembler pour mener le Mali vers le développement et la prospérité.

Le Mali a besoin de cet engagement profond et de cet activisme solidaire qui émane de sa jeunesse pour sortir du marasme dans lequel, soyons honnêtes et francs, leurs aînés les ont conduits. Ils sont aujourd’hui les seuls à être encore capables de repenser et de construire le Mali de demain. Si leurs mouvements émergeants n’ont pas encore d’unité, des mots d’ordre commencent à circuler et leurs discours se rejoignent à l’unisson : nous sommes tous Maliens, faisons le ménage pour envisager un avenir dans la paix!

Il faut se réjouir de la révélation de ce constat, sachant que les moins de 35 ans représentent les trois-quarts de la population du Mali. L’attitude et l’action courageuse de ces jeunes citoyens à l’encontre des vieux terroristes pervers est un signe fort et encourageant pour l’avenir de notre pays : car cet avenir n’est autre qu’eux et l’espoir qu’il soit meilleur n’est ailleurs qu’entre leurs mains !

JUSTICE : APRES SIMONE GBAGBO, AU TOUR D’ANNA WALET BICHA ?

ISMAILA DIARA – 12 novembre 2015

La presse s’est récemment fait l’écho d’une subite attention pour la santé des femmes du nord du Mali, dont celles qui pourraient être amenées à séjourner en prison et, à la suite, nous avons été rappelés que la justice internationale a toute légitimité pour poursuivre les femmes de terroristes complices des crimes de leurs maris.

Ces informations, qui semblent être passées presque inaperçues dans les informations maliennes, sont pourtant une preuve encourageante que l’heure est vraiment au changement au Mali !

La justice internationale n’a en effet pas uniquement vocation à juger les criminels de guerre, mais au à titre égal tous leur réseaux de complicité, à débuter par leur entourage proche et familial. Ce ne serait dans les faits pas une première, dans la mesure où une femme de criminel a déjà été condamnée à deux décennies de séjour tous frais compris derrière barreaux par la Cour pénale internationale quelques mois auparavant… La tristement célèbre Simone Gbagbo ne ressortira pas de sitôt.

Rassurons-nous donc, entre les défections dans les rangs des terroristes et la judiciarisation de l’entourage complice de ces criminels, tout cela est un avertissement fort à l’attention des dégénérés qui infectent le Mali, à commencer par Iyad ag Ghaly, qualifié bien opportunément d’ennemi public numéro un du Mali.

Mon constat est que sa femme, Anna Walet Bicha, qu’on sait complice de son mari, ne serait-ce que parce qu’elle le cache et le soustrait donc au droit des Maliens victimes de cette bête avide de sang d’obtenir jugement et donc réparation, a du souci à se faire. La justice ne tardera pas à venir frapper à sa porte et à celle de tous ceux qui ont permis au chaos de s’installer dans notre pays pour lui demander des comptes.

Anna Walet Bicha, comme toutes les femmes de terroristes qui cachent leurs meurtriers de maris, leurs armes et leurs complices, traînent tout autant derrière elles l’ombre des cadavres que leurs époux ont semés à travers le pays. Elle est juste en tête d’une longue liste de traîtres au Mali qui doivent être contraints de payer le prix de leurs actes.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :