Skip to content

L’imam Mahmoud Dicko dans l’oeil du cyclone

by sur 10 décembre 2015

Le président wahhabite du Haut Conseil Islamique du Mali, Mahmoud Dicko, est au centre d’une âpre polémique après ses déclarations au sujet de l’attentat du Radisson Blu, ainsi que nous l’avons relaté.

Les réactions se poursuivent.

Islam : Dicko entre wahhabisme et islam du Mali: pourquoi ce rigoriste attire la foudre

Par Hachi Cissé – Le Matin – 10 déc 2015

Mahmoud-Dicko-

Pendant l’occupation du nord Mali, l’imam Dicko a été au centre de la controverse pour s’être abstenu de condamner la destruction des mausolées de Tombouctou alors que nombre de ses coreligionnaires l’ont fait. Avec les attentats de Radisson Blu, il en a été de même. Pourquoi donc cet imam rigoriste fait tant parler de lui à chaque événement majeur ?

En ces temps qui courent, l’islam est au centre de l’actualité nationale, sous régional, régional et internationale. Difficile de faire deux ou trois jours sans que cette confession ne soit au centre d’une actualité.

Au Mali, si ce ne sont pas les leaders religieux qui se crêpent le chignon, c’est un attentat lié à l’islam ou une organisation terroriste se réclamant de l’islam quifait parler de lui.

Le président du Haut conseil islamique du Mali, Mahmoud Dicko, qui se réclame du courant wahhabite, donc rigoriste, ne fait pas dans la dentelle quand il se prononce sur un sujet d’intérêt public. C’est justement ce qui a provoqué colère et incompréhension dans certains milieux.

Naviguant dans le microcosme trouble de l’islam à la malienne, Dicko s’est attiré la foudre de certains de ses compatriotes très laïcs. Ceux qui sont musulmans et qui fêtent le 25 et le 31 décembre avec les chrétiens. Ces derniers supportent difficilement, par exemple, les remontrances en islam même au nom de la laïcité. Or l’islam n’est pas laïc. C’est justement ça le problème du patron du Haut conseil islamique du Mali.

Rappelons qu’à la faveur de l’attentat de l’hôtel Radisson blu, une vague de condamnation a dominé les jours qui ont suivi. Tout de suite, la guerre de confréries refait surface. On assiste à une guerre larvée entre elles, souvent par personnes interposées.

Dans tout cela, comment séparer le bon grain de l’ivraie dans un pays où n’importe qui peut se réclamer imam? C’est ça la grande équation. C’est d’ailleurs pourquoi des voix se sont élevées depuis pour demander la réglementation des prêches.

Et quand Dicko crie à la déformation de ses propos par rapport à l’attaque de Radisson, c’est parce qu’il ne voulait pas évoquer la rigueur de l’islam prôné par le wahhabisme.

Rigoriste devant l’éternel, Dicko ne peut donc avoir une condamnation aux allures de paroles de politiciens ou d’une quelconque autorité politique.

 

Imam Dicko et l’apologie du terrorisme : Et si le code pénal avait prévu une peine pour ça ?

Par maliweb – AKPITISON – Soft Hebdo – 10 déc 2015

L’affaire des attaques terroristes continuent de susciter des polémiques aussi bien dans le monde religieux que politique. La sortie ratée du président du haut Conseil Islamique du Mali, Mahmoud Dicko, continue d’inquiéter plus d’un. Heureusement que le code pénal malien n’a prévu de poursuite en matière « d’apologie du terrorisme». Sans quoi…

Les attaques terroristes dont sont victimes les Etats dans le monde ne trouvent point de justificatif dans le Livres Saints, de surcroit, le président d’une institution aussi sensible qu’est le HCIM,  aura tout fait d’admissible que de s’ériger en juge en lieu et place de Dieu pour justifier les raisons des maux qu’engendre le terrorisme dans le monde.

Si par « Sachez que tout malheur qui vous arrive est la conséquence de vos propres erreurs », croit savoir Mahmoud Dicko, il est à attendre que Mahmoud Dicko nous enseigne sans hésitation que la crise du nord est une conséquence des comportements que ni lui ni ses amis politiques n’ont eu le courage d’empêcher de germer dans ce pays. Quelle serait donc leur part jouée ? La question reste posée.

Aussi, est-il que l’imam Dicko considère les terroristes et les jihadistes comme étant des petits prophètes qu’Allah nous a envoyés  nous infliger barbarie et terreur, alors que pour aucune raison au monde, Dieu n’envoie quelqu’un tuer son prochain. Sinon pourquoi parle-t-on autant du jugement dernier ?

En tout cas, si tel doit était l’interprétation des Livres Saints, l’on ferait mieux d’être athées, païens et animistes et se condamner entre les mains du diable. Où est la foi qui prévoit l’enfer et le Paradis ? Où est Dieu dans tout ça ? Que non !

Malgré tous ces paramètres, le secrétaire général à la prêche et à la communication de l’islam trouve à justifier ses errements.

On n’est pas obligés de comprendre Daniel, certes, même si lui aussi déconne en proposant de raser les barbes, il serait honnête de reconnaitre que sa proposition selon laquelle il faut effectuer le contrôle des sources de financement de la construction et du fonctionnement de certaines mosquées dans notre pays, et la relecture des textes régissant la création des lieux de culte, est pertinente, voire impérieuse. Car ce qui préoccupe le monde entier aujourd’hui le plus, s’appelle le terrorisme. Une calamité que ceux qui sont des islamistes radicaux secrètement financés utilisent pour tuer des innocents. Il faut donc tuer le cancer depuis à l’origine.

Selon les quelques spécialistes de droit et de terrorisme,  le droit malien n’a pas prévu de poursuites judiciaires contre quiconque fait « l’apologie du terrorisme». Par conséquent, le président du HCIM ne sera aucunement poursuivi. Ce qui est une chance pour l’homme de Dieu qui trouve condamnable ce qui a une raison d’être et de prospérer.

Après tout, à son propre intérêt, l’homme spirituel doit désormais remuer sept fois sa langue avant de parler pour ne pas, à la limite, créer une sorte de guerre religieuse au Mali.

C’est assez clair pour les hommes de Dieu, qu’ils soient chrétiens ou musulmans, ils doivent savoir que le Mali n’est pas un Etat théocratique et doivent alors s’éloigner de la chose politique que de chercher à l’assaillir.

Nos dirigeants politiques, quant à eux, nécessitent une cure de cerveaux pour dorénavant  s’éloigner des religieux avec lesquels ils ne partagent pas les valeurs universelles, démocratiques…

 Cheick Mahamoud Dicko : «Mes propos ont été mal interprétés»

Abdoulaye OUATTARA – Source: Info Matin – Le Reporter – DECEMBER 9, 2015 6:11 AM

Depuis qu’il a tenu des propos sur la Voix de l’Amérique, le 22 novembre dernier, sur l’attaque terroriste de l’hôtel Radisson, l’Imam Mahmoud Dicko, président du Haut conseil islamique du Mali, se trouve brutalement au cœur d’une polémique qui se défait.

On en déduit que l’Imam a fait l’apologie du terrorisme, en assimilant ces attaques terroristes à une manifestation de la colère divine qui s’abat sur la terre, encline à la perversion.

En effet, il s’en est fallu que l’Imam Dicko, après avoir condamné l’attentat terroriste survenu à l’hôtel Radisson, interpelle l’humanité face aux raisons profondes du terrorisme pour que la polémique enfle sur le Net à ce sujet, et qu’il soit ainsi accusé de faire l’apologie du terrorisme. Approché par nos soins, lundi dernier, au siège de son institution, Mahmoud Dicko s’en défend et s’explique : «Je suis un religieux. Face à un acte de ce genre, abominable, je l’interprète selon ma vision, selon ce que dit ma religion. Malheureusement, mes propos ont fait l’objet d’une mauvaise interprétation de la part de certaines personnes malintentionnées. Ce qui est sûr, c’est que j’ai parlé au nom de la religion, et m’assume et je le dis à qui veut l’entendre : le monde appartient à Dieu, et dans nos comportements, nous devons tout faire pour ne pas heurter sa colère. Il faut qu’on revienne à Dieu, à la pratique de l’islam».

Les faits

Sur les antennes de la Voix de l’Amérique, au sujet du meurtrier attentat terroriste, survenu à l’hôtel Radisson, le président du Haut conseil islamique du Mali, Mahmoud Dicko, le 22 novembre dernier, disait ceci en bamanakan : «Ces gens nous ont été envoyés par Dieu à cause de nos comportements, car tout le monde sait aujourd’hui ce qui se passe chez nous ! Il y a actuellement dans notre pays des adeptes de Loufti (Gay, Lesbiennes), des bars et ce qui s’est passé n’est qu’une infime partie de ce qui doit nous arriver ; le plus dur est à venir ! »

«Nous condamnons le terrorisme sous toutes ses formes»

Selon Mahmoud Dicko, aucune religion révélée ne permet à l’homme de donner la mort, gratuitement, même à un animal, à plus forte raison à son prochain. «Ce qui est clair, c’est que cette manière d’agir est contraire à nos traditions, à nos valeurs sociétales, aux vraies valeurs de l’islam modéré et pacifique que nous avons toujours pratiqué chez nous. Surtout quand on constate que ces gens se donnent eux-mêmes la mort pour tuer les autres», a déploré l’Imam Dicko, pour qui, le terrorisme est contraire aux valeurs de toutes les religions monothéistes, révélées sur la terre.

«Mais si on voit les gens se lever pour aller tuer et se donner la mort, cela doit nous interpeller. Pourquoi les jeunes gens font ça aujourd’hui ?» s’interroge-t-il.

Indigné par l’horreur de ces actes terroristes qui se propagent dans le monde, l’imam Dicko interpelle, à son tour, les dirigeants de ce monde sur leurs responsabilités à protéger l’humanité. Pour Mahmoud Dicko, le terrorisme qui frappe aujourd’hui le monde entier peut s’expliquer par le fait que Dieu nous a dressé contre nous-mêmes pour nous punir de nos péchés. Force est de constater, selon lui, que nous sommes face au foisonnement d’un certain nombre de comportements déviants que Dieu a condamnés dans tous les Livres révélés, notamment le Coran.

De l’avis de l’Imam qui déclare condamner le terrorisme sous toutes ses formes, le monde appartient au Créateur (Allah) et s’il y a aujourd’hui ce malheur qui s’abat sur la terre, il y a lieu de se demander si ce n’est pas le signe de sa colère après avoir constaté que l’homme a dévié du droit chemin pour s’adonner à la perversion, au vice.

De ce raisonnement, fait-il remarquer, «mes propos n’ont rien à voir avec l’apologie du terrorisme, non, non, ce n’est pas le même sujet. C’est plutôt un appel à Dieu. Mais, malheureusement, et c’est le cas, quand on est prêt à accuser quelqu’un, on ne manque pas de prétexte. Face au mal sur la terre, Dieu décide librement de répondre par la sanction qui lui semble proportionnelle».

Appel à l’unité nationale

Pour faire face au terrorisme, Mahmoud Dicko en appelle à l’unité nationale. «Nous devons nous faire mutuellement confiance et ne pas nous diviser», a-t-il dit. Avant d’ajouter que rien ne justifie aujourd’hui le terrorisme. «En tout cas, il n’a pas sa justification dans la religion musulmane», a-t-il expliqué. Pour venir à bout de ce fléau, il importe, selon l’Imam, que chaque Malien se considère comme une sentinelle de la sécurité.

Aussi, faut-il qu’il y ait une coordination et une confiance entre les forces de sécurité et les populations. «Il faut vraiment mettre fin à la suspicion et créer un climat de confiance entre autorités et populations pour faire face à cette menace», a-t-il martelé. «Par ailleurs, les gens se tuent aujourd’hui à travers le monde, pour plusieurs raisons, qui méritent qu’on s’y interroge. Ce qui veut dire qu’il y a un malaise à l’échelle du monde qui est lié à la gouvernance. Et ce malaise, il faut avoir le courage de le diagnostiquer», a raisonné l’Imam, qui en veut pour exemple le cas de Mohamed Bouazizi en Tunisie, en 2010, qui, selon lui, n’était pas fait au nom de la religion.

Autre scène dramatique : ces milliers de victimes de l’immigration clandestine. «Ce drame planétaire est également interrogateur. Pourquoi cette folie meurtrière continue à gagner le monde ? En tant que religieux, si je m’interroge sur les conséquences de ces tragédies, on ne peut pas aller transformer mes propos pour leur donner un autre sens», regrette-t-il.

Forte interpellation

Avant de continuer en disant : «En tant que religieux, je me suis demandé qu’est-ce qui pousse les jeunes à se comporter de cette manière, avoir le courage de dénoncer ce qui, à notre avis, est à l’origine de ce malheur, qui n’est pas propre qu’au Mali, ne peut être interprété aussi abusivement, comme on le voit», dit-il. Pour l’Imam, tous ces drames, à travers le monde, «ce n’est ni plus, ni moins que les conséquences d’un mauvais système de gouvernance mondiale», se défend-il, pour qui d’ailleurs, «rien ne peut justifier le terrorisme qui est un acte condamnable». C’est bien pourquoi, affirme-t-il, le Haut conseil islamique du Mali, dans un communiqué, en date du 21 novembre 2015, a condamné sans réserve, et avec la dernière rigueur, l’attaque du Radisson qui ne saurait se justifier.

 

Le terrorisme, « conséquence de la colère divine » Le ministre de la Sécurité refuse d’entrer dans la ‘’polémique’’

Bakary SOGODOGO – Le Prétoire du 7 décembre 2015

Si la controverse enfle depuis quelques jours autour des propos attribués au président du Haut conseil islamique qui mettrait certains actes fâcheux auxquels nous assistons sur le compte de la colère de Dieu, le col-major Salif Traoré se refuse d’entrer dans ce débat. En effet, invité du Forum de la Presse, ce samedi 4 décembre, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile s’est dit convaincu d’une chose: les terroristes ne peuvent pas prétendre poser leurs actes au nom de la religion.

«Lutte contre le terrorisme et le grand banditisme au Mali: forces et faiblesses». Tel était le thème de ce 6ème numéro du Forum de la Presse qui a reçu le ministre de la Sécurité et de la protection civile, Col-major Salif Traoré. Le choix de l’invité du jour était d’autant plus judicieux que notre pays pleure encore 22 victimes maliennes et étrangères suite à l’attentat de l’hôtel Radisson-Blu, survenu le 20 novembre dernier.

Ainsi, face à Seydou Baba Traoré de l’Ortm, Ibrahim Coulibaly de La Nouvelle Tribune et Lanfia Sinaba, Journaliste indépendant, le col-major Traoré a fait un tour d’horizon de l’enquête en cours sur l’attentat du Radisson-Blu ainsi que les dispositions à prendre pour minimiser les risques à l’avenir, notamment en terme d’équipement et de formation de nos forces de sécurité. Après avoir rappelé les péripéties de l’attentat, le ministre de la Sécurité a noté qu’avec l’appui de la communauté internationale, les recherches sont sur une bonne voie. «Au stade actuel de l’enquête, nous n’avons affaire qu’à deux assaillants. Qu’il y ait des complicités ou autres, l’enquête est en train d’évoluer», a-t-il souligné, faisant référence aux deux présumés complices qui ont été récemment arrêtés dans la périphérie bamakoise.

S’il avoue n’avoir à ce jour la moindre idée sur la nationalité des deux auteurs du drame, le Col-major Salif Traoré se réjouit tout de même du fait que plusieurs indices ont été retrouvés sur les lieux, et qui peuvent être très utiles pour la suite de l’enquête. «Nous avons déjà les deux corps; nous avons les armes qu’ils ont utilisées et nous avons d’autres appareils qu’ils avaient sur eux. Tous ces indices sont en train d’être analysés avec la dernière technologie», a-t-il fait savoir. A en croire le ministre, le prélèvement de sang que l’enquête a effectué aux fins d’analyse ADN peut aider à connaître l’origine des deux assaillants.

L’orateur a par ailleurs affirmé qu’il n’y a pas lieu pour l’instant de privilégier la piste de quelque groupe que ce soit, fut-il revendicateur de l’acte. «Nous nous basons sur les faits. Nous vous dirons, éventuellement au cours d’un point-presse, quel est le groupe auquel les éléments dont nous disposons nous ont conduit ou bien s’il y a eu coopération entre les différents groupes», affirme le Colonel-major Traoré.

L’erreur à ne jamais commettre

Du restaurant La Terrasse à l’hôtel Radisson-Blu en passant par l’hôtel Byblos de Sévaré, l’acte terroriste serait-il un syndrome pour les structures hospitalières au Mali ? En réponse à cette question, Salif Traoré estime que ce serait une erreur de penser que toutes les cibles à l’avenir pourraient être des hôtels. «Nous révisons régulièrement le plan de défense et de sécurisation de la ville.

Ce faisant, nous identifierons les structures qui sont sensibles et les édifices qui sont vitaux pour nous, et on renforcera la sécurité autour de ces édifices-là», s’est-il engagé. Avant d’insister sur le fait que l’acte terroriste est, par définition, inattendu. «Vous avez beau mettre des militaires et des gendarmes partout, c’est difficile de les contrer», confesse le Colonel-major, rappelant que ceux qui s’adonnent à ces actes croient être récompensés par le Paradis. Et le ministre d’indiquer: «Nous privilégions d’avoir le maximum de renseignements et d’informations pour éviter qu’une action qui se prépare puisse se produire. Dans le cas contraire, faire en sorte que dès le déclenchement de l’acte qu’on puisse intervenir de façon efficace». Partant, il en a appelé au sens de la vigilance et de la mobilisation permanente de l’ensemble des Maliens.

Tout en reconnaissant qu’il y avait un certain relâchement dans le contrôle des mouvements au niveau des hôtels, l’orateur a estimé que l’attentat du 20 novembre dernier est à présent l’occasion pour eux, responsables de la sécurité des Maliens, de revoir la copie. Le département de la Sécurité a déjà entrepris des actions dans ce sens, si l’on en croit le ministre Traoré. «Nous avons tiré les leçons de cet événement. Et certains hôtels qui pensent que, compte tenu de la nature de leurs clients, ils avaient besoin de plus de sécurité, la sécurité a été immédiatement renforcée à ces niveaux», a-t-il expliqué.

Salif Traoré au dessus de la mêlée

Interrogé de façon insidieuse sur des propos attribués au président du Haut conseil islamique que le Procureur général près la Cour d’appel de Bamako accuse de faire l’apologie du terrorisme, l’orateur a refusé de mener ce débat. «Vous comprendrez que je n’entrerai pas dans une polémique. Ce n’est pas mon rôle. Mais nous sommes conscients que les éléments qui commettent ces actes lâches ne le font pas vouloir le faire au nom de la religion musulmane». D’ailleurs, fait-il remarquer, le phénomène est aujourd’hui mondial.

A en croire l’invité du Forum, les auteurs de cette barbarie sont le plus souvent des anciens délinquants qui ignorent tout de la religion. Quoi qu’il en soit, le ministre dit ne pas analyser la chose sous l’angle religieux. «Nous essayons d’identifier des individus qui veulent créer la psychose et la terreur au sein de la population et nous essayons de tout mettre en œuvre pour les empêcher de le faire», précise-t-il.

Sur un tout autre plan, le Col-major s’est inscrit en faux contre l’idée selon laquelle la levée de l’état d’urgence ferait augmenter le risque d’attentat.

Cette mesure, aux dires du ministre Traoré, n’est pas le couvre-feu, et par conséquent, elle n’empêche pas le regroupement encore le déroulement de la vie normale. «En plein état d’urgence, il peut avoir des actes», rappelle-t-il.

Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile a par ailleurs réaffirmé sa volonté de doter notre pays des forces de sécurité réorganisées, mieux équipées et réconciliées avec les populations. Mais surtout faire un meilleur maillage du territoire national. Cette volonté a, semble-t-il, déjà pris corps à travers la réflexion en cours sur un texte d’orientation et de programmation militaire dont la phase d’élaboration serait beaucoup avancée.

 Polémique autour de la sortie du Président du Haut Conseil Islamique : L’imam Dicko victime du puissant lobby des homosexuels?

Yaya Sidibé – Par 22 Septembre – 7 déc 2015

Suite à l’attaque terroriste du Radisson Blu, qui s’est soldée par 22 morts, y compris les deux kamikazes, le Président du Haut Conseil Islamique, approché par la presse – nationale et internationale – a cru bon, en qualité de leader religieux, de donner son sentiment sur le phénomène du terrorisme à travers le monde.

Une sortie qui ne cesse de défrayer la chronique et qui a, curieusement, provoqué une levée de boucliers sur la scène malienne. On ne parle plus que de ça, dans les chaumières, dans les « grins » et les salons feutrés de Bamako et d’ailleurs. On a entendu des expressions comme «apologie du terrorisme», «halte aux pyromanes et aux hypocrites»…

Nous avons lu en long et en large l’entretien de Mahmoud Dicko que nous ne connaissons, soit dit en passant, ni d’Adam ni d’Eve, publié par l’hebdomadaire «Le Reporter». Nous y avons cherché une once d’appel au terrorisme. En vain.

Au contraire, le Président du Haut Conseil Islamique du Mali a fait une condamnation sans ambages de l’acte terroriste commis au Radisson Blu et du terrorisme d’une manière générale. «Ils ne sont pas musulmans ceux qui tuent des innocents au nom de la religion musulmane. Ils ne fréquentent pas la mosquée et ne partagent pas les valeurs religieuses musulmanes. Vous ne trouverez parmi eux aucun imam, aucun leader religieux, ni prêcheur. La plupart sont des anciens rappeurs, des délinquants, qui ont été interpellés dans des affaires de trafics de drogue… Ils se révoltent et prennent des armes contre leur société» a-t-il souligné dans l’entretien en question. Voilà qui est on ne peut plus clair.

A la limite, on pourrait parler d’un procès d’intention fait à l’imam Mahmoud Dicko, qui a aussi accordé une interview à la radio privée Nyèta. Jeune Afrique n’est pas demeuré en reste. En effet, dans sa version en ligne, l’hebdomadaire panafricain a fait une interprétation de la sortie du Président du HCI selon laquelle le terrorisme est une punition de Dieu.

L’imam Dicko est-il victime de qu’on appelle, en théorie de la communication, l’effet boomerang, pour avoir affirmé que les terroristes nous ont été envoyés par Dieu pour nous punir de la promotion de l’homosexualité, importée d’Occident et qui prospère dans notre société? On ne sait pas quel ton, quelle formulation et quelle syntaxe le leader religieux a adoptés pour la circonstance.

En cherchant la petite bête, on pourrait dire qu’il n’est pas un citoyen lambda, qu’il est un leader d’opinion et que, en tant que tel, il devrait remuer sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler. Car nous sommes dans un pays où, à cause de l’analphabétisme ambiant, les gens font toujours une lecture au premier degré. A-t-il suffisamment nuancé ses propos?

Nous dirons, en l’occurrence, que les jihadistes nous ont été plutôt envoyés par l’Occident. Pour ce qui nous concerne, la déstabilisation de la Libye et la fabrication de toutes pièces du MNLA par la France de Sarkozy ont constitué le principal déterminant de la crise malienne.

Le fin mot de l’affaire ne réside-t-il pas dans le fait que le Président du Haut Conseil Islamique a osé s’attaquer, à visage découvert, au puissant lobby des homosexuels, en mettant en garde contre la promotion de l’homosexualité dans notre pays et à travers le monde? Ce qui est déjà une réalité palpable en Occident, via notamment ce qui est convenu d’appeler pudiquement «le mariage pour tous». Un vrai euphémisme.

Un phénomène qui est en train de gagner du terrain chez nous et qui compénètre toutes les sphères de notre société: le microcosme des leaders politiques, la haute administration, le monde des affaires, l’univers des artistes, le microcosme de la presse, le monde sportif, la jeunesse, la gent féminine… De notre point de vue, le message de l’imam Dicko n’avait d’autre sens que de nous demander de nous amender, d nous ressaisir pendant qu’il est encore temps.

Et de refuser que l’Occident, où le lobby lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels (LGBT) occupe le haut du pavé, nous impose son modèle de société. L’imam Mahmoud Dicko est donc bien dans son rôle. Dénoncer la promotion de l’homosexualité dans notre pays ne veut nullement dire faire l’apologie du terrorisme. La liberté ne doit pas être, non plus, synonyme du culte du veau d’or. Le terrorisme, nous l’avons maintes fois écrit, est le premier ennemi de l’islam, le vrai islam, dont il ne cesse de dégrader l’image dans l’opinion en le diabolisant. Et des musulmans, qui occupent la première place parmi ses victimes.

Le Président du Haut Conseil Islamique est bien dans son rôle, car les religions révélées, l’islam aussi bien que le christianisme, le Coran aussi bien que la Bible, condamnent l’homosexualité.

Les paroles de la Bible consacrées à l’homosexualité sont peu nombreuses, mais tout a fait claires. La Bible interdit catégoriquement l’homosexualité, qui est une forme pervertie de la sexualité, tout en considérant la sexualité normale instaurée par Dieu Lui-même une importante sphère de la vie.

Citons, cependant, quelques passages de l’ancien Testament: Lévitique   ch. 18, vers 22-25: «Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination. Tu ne donneras ta couche à aucune bête; tu en deviendrais impur. Une femme ne s’offrira pas à un animal pour s’accoupler avec lui. Ce serait une souillure. Ne vous rendez impurs par aucune de ces pratiques: c’est par elles que se sont rendues impures les nations que je chasse devant vous. Le pays est devenu impur, j’ai sanctionné sa faute et le pays a dû vomir ses habitants.

Lévitique   ch. 20, vers 13: «L’homme qui couche avec un homme comme on couche avec une femme: c’est une abomination qu’ils ont tous deux commise, ils devront mourir, leur sang retombera sur eux».

1 Timothée   ch.  1,  vers 9-10: «en sachant bien qu’elle n’a pas été instituée pour le juste, mais pour les insoumis et les rebelles, les impies et les pécheurs, les sacrilèges et les profanateurs, les parricides et les matricides, les assassins, les impudiques, les homosexuels, les trafiquants d’hommes, les menteurs, les parjures, et pour tout ce qui s’oppose à la saine doctrine»,

Deutéronome   ch. 22, vers 5: «Une femme ne portera pas un costume masculin, et un homme ne mettra pas un vêtement de femme; quiconque agit ainsi est en abomination à Yahvé ton Dieu».

Les passages du Coran se passent également de tout commentaire: «Accomplissez-vous l’acte charnel avec les mâles de ce monde? Et délaissez-vous les épouses que votre Seigneur a créées pour vous? Mais vous n’êtes que des gens transgresseurs». Ils dirent: «Si tu ne cesses pas, Lot, tu seras certainement du nombre des expulsés». Il dit: «Je déteste vraiment ce que vous faites». Sourate 26, Versets: 165-166

Et Lot, quand il dit à son peuple: «Vous livrez vous à cette turpitude que nul, parmi les mondes, n’a commise avant vous? Certes, vous assouvissez vos désirs charnels avec les hommes au lieu des femmes! Vous êtes bien un peuple outrancier», Sourate: 7 Versets: 80-81.

«Le peuple de Lot traita de mensonges les avertissements. Nous lâchâmes sur eux un ouragan, excepté la famille de Lot que Nous sauvâmes avant l’aube». Sourate: 54 Versets: 33-34. On peut multiplier ces exemples.

En définitive, entre une société moyen âgeuse, que ces illuminés et leurs parrains veulent nous imposer par la terreur, et la délinquance morale que l’Occident veut nous prescrire, il y a de la place pour une société plus intelligente, humaine, tolérante et tolérée par Dieu. A nous de lui donner un contenu.

 Mahamoud DICKO : L’ENNEMI PUBLIC N°1

Ousmane THIÉNY KONATÉ – © maliactu.net – 5 décembre 2015

Mahamoud DICKO est un djihadiste. Tous ceux qui en doutaient viennent d’en avoir la preuve.

Pourtant l’homme avait étalé son intégrisme au grand jour lors de l’occupation de notre pays en affirmant haut et fort qu’il menait le même combat que les barbares qui ont amputé des mains et des pieds, ont lapidé des gens, flagellé publiquement, interdit le football et la musique et privé les populations du nord de toute liberté.

C’est cet homme que malheureusement le pouvoir a contribué à élire à la tête des musulmans du Mali du Haut conseil islamique.

En appelant sur le Mali la colère de Dieu par des attaques terroristes encore plus grandes que celle de l’Hôtel Radisson Blu, Mahamoud DICKO est devenu l’ennemi public N°1 de la Nation malienne. La raison invoquée par l’homme : notre pays provoquerait la colère divine par les nombreux bars et hôtels qui seraient de hauts lieux de fornication et de beuverie.

On peut s’étonner de l’extrême légèreté de l’argument avancé car il y a des hôtels même à la Mecque, des hôtels qui sont, comme le Radisson Blu, des lieux où les étrangers viennent habiter, le temps de régler leurs affaires en Arabie Saoudite. C’est mentir aux Maliens et au monde entier que de mettre en doute l’honorabilité de l’hôtel Radisson Blu où descendent de hautes personnalités du monde entier, des personnalités qui, pour la plupart, sont des partenaires de notre pays.

Il faut être honnête : beaucoup d’hôtels de Bamako et du Mali, faute de clientèle surtout depuis l’insécurité qui s’est installée durablement chez nous, beaucoup d’hôtels donc sont devenus des lieux de passe, de nuit comme de jour.

Les bars se sont multipliés et installés un peu partout dans le pays. Certains de ces débits de boisson sont parfois situés en pleine zone d’habitation et perturbent le sommeil des voisins à cause des bagarres et des bruits inhérents à ce genre d’endroit.

Cependant, en quoi les pauvres innocents qui ont été tués à Radisson Blu, et qui ne sont même pas pour la plupart des musulmans, doivent-ils payer pour des « fautes » commises par des musulmans maliens ? Si Dieu était vraiment en colère contre le Mali, n’est-il pas plus logique qu’il fasse tomber la foudre sur les endroits de débauche et sur les débauchés maliens ?

L’imposture, c’est de faire croire que ceux qui ont tué de sang froid 22 personnes innocentes sont des « envoyés de Dieu ». C’est une insulte inacceptable à leur mémoire. Si Dieu est en colère, c’est certainement contre les musulmans maliens dont les enfants sont des drogués, des brigands, des prostituées. Si Dieu est en colère, c’est contre les musulmans maliens qui vivent de l’argent que leur apportent des enfants dévoyés. Si Dieu est colère, c’est contre tous ces faux musulmans, des chefs religieux, des imams qui s’entredéchirent pour de l’argent lors des décès ou des baptêmes. Si Dieu est en colère, il foudroierait tous ces musulmans qui se servent de l’argent récolté auprès des pays arabes musulmans pour diviser les Maliens.

L’imposture, c’est de faire croire que les musulmans maliens sont des élus de Dieu qui les punit comme il a puni les errances des Hébreux du temps de Moïse.

L’islam malien est un islam syncrétique où se mêlent encore les croyances traditionnelles et les dits du Coran. Il suffit de visiter les alentours du 3ème pont pour voir les adeptes des Jinaton s’adonner à des pratiques à mille lieues des préceptes de l’Islam. Des peuples entiers islamisés continuent d’honorer les morts comme le faisaient leurs ancêtres, tout cela accompagné de beuverie.

Voilà ce que devrait combattre Mahamoud DICKO si tant est qu’il est lui-même un bon musulman. Car il est difficile de croire qu’un bon musulman puisse se réjouir de la tuerie de personnes innocentes. Dieu n’a-t-il pas dit : Lakoun dinikoum waliya dini ? Le juge a raison : Mahamoud DICKO fait « l’apologie du terrorisme ». On s’étonne cependant que son constat ne s’accompagne pas d’une inculpation de fait du président du HCI.

Mahamoud DICKO rêve d’une république islamique du Mali où il serait le président. C’est réfléchir totalement hors du monde. Car il faudrait pour cela marcher sur les cadavres de tous les millions de Maliens qui se battent pour un Mali laïc.

Si le président du HCI peut défier l’autorité de l’Etat, c’est la faute d’IBK et de tous ces politiciens qui, pour des raisons électoralistes, courtisent les chefs religieux en se faisant passer pour des musulmans convaincus. Mahamoud DICKO a dépassé les limites et est désormais indigne de diriger le Haut conseil islamique. Ses propos sur une radio internationale sont inacceptables au moment où le monde entier nous assiste dans notre combat contre le terrorisme et l’obscurantisme.

Les musulmans modérés du Mali comme Chérif Ousmane Madani HAIDARA devraient condamner des propos qui ne sont pas ceux de l’Islam de tolérance que connait le Mali depuis des siècles.

 

Advertisements
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :