Skip to content
Tags

Limogeage du PDG de la CMDT

by sur 29 décembre 2015

Alors que le ministre du développement rural Bocary Treta a sauvé son poste et semble régulièrement promis à un bel avenir, alors que le président de l’assemblée des chambres d’agriculture Togola a été brillamment réélu à son fauteuil national, le DG de la CMDT, lui, semble être le seul à faire les frais d’un certain nombre de scandales et du conflit qui l’oppose aux cotonculteurs.

Engrais frelaté-Affaires cotonculteurs-CMDT : Le PDG Kalfa Sanogo limogé

 Lerepublicainmali du 29 décembre 2015

Depuis le mercredi 23 décembre 2015, la Compagnie Malienne de Développement des Textiles (CMDT) a un nouvel Administrateur. Il s’agit de Modibo KONE, Ingénieur des Sciences appliquées. Le Premier ministre Modibo Kéita qui a présidé le Conseil des ministres du mercredi dernier en a livré la teneur sur instruction du Président de la République.

La décision de limogeage du PDG de la CMDT Kalfa Sanogo a pris tout le monde de court. Le président de la République et le Premier ministre l’auront-ils voulu ainsi ? Ni l’intéressé, ni son ministre de tutelle n’étaient au courant de cette décision qui a créé un séisme au département du Développement rural, à la Direction de la CMDT et à la présidence de l’Assemblée permanente de chambre d’Agriculture du Mali (APCAM). La complicité rampante entre les trois hommes dans plus d’un dossier n’était plus un secret.

Le ministre Bocary Treta, le président de l’APCAM Bakary Togola et le PDG de la CMDT ne se lâchent pas et affichent une solidarité légendaire sur bien dossiers les plus controversés de la République, avec des bruits de casseroles et provoquant la polémique partout sur des questions de développement du secteur rural. L’engrais frelaté, la grogne des cotonculteurs et bras de fer engagé par le PDG de la CMDT avec les braves producteurs. C’est les mêmes qui sont allés voir le président de la République après la validation du marché de l’engrais frelaté, accompagnés d’un conseiller du ministère du développement rural et d’un autre du ministère de l’Economie et des Finances. ; avant que Bakary Togola ne se voit raccompagner par des motards…

Le PDG Kalfa Sanogo ne manqua pas de monter en première ligne pour défendre Bakary Togola, mouillé dans l’affaire de l’engrais frelaté, en tant que président de la commission d’appel d’offre des intrants agricoles de la campagne. Mais aussi le PDG n’aura pas su garder sa neutralité dans le renouvellement des instances de l’Union Nationale des Sociétés des Coopératives de Producteurs de Coton (UN-SCPC).

Le PDG de la CMDT Kalifa Sanogo, qui était en fête au parc le samedi 19 décembre, avec Bakary Togola et les responsables de toutes filières, lors du mariage de sa fille, ne savait guère que son dossier de révocation était déjà sur la table. Depuis le limogeage de Kalfa Sanogo, le 23 décembre et son remplacement par Modibo KONE, Ingénieur des Sciences appliquées, on s’interroge à Bamako sur le message envoyé par le président de la République, à travers cette décision. Quelle signification en donner ?

Depuis de longs mois le commun des Maliens savait le malaise qui régnait à la CMDT. Le PDG avait porté plainte contre des cotonculteurs dont le procès était entendu pour ce mois de janvier. On sait par ailleurs que dans ce dossier, deux célèbres avocats maliens, Mes Amidou Diabaté et Demba Traoré sont des conseillers de la Défense. Les cotonculteurs ont en effet rencontré le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita le 2 mars 2015, pour le briefer de la situation incandescente qui prévaut au cœur de la production cotonnière, un poumon de l’économie malienne.

Les menaces

          Des réclamations de ristournes et du renouvellement du bureau de l’Union nationale des sociétés des coopératives de producteurs de coton (UN-SCPC) suivant les textes, l’importation d’engrais frelatés, sont  des sujets ayant conduit le PDG, maladroitement dans un bras de fer sans précédent avec les producteurs de coton. Cette empoignade a été vue comme une grave question de gouvernance de la production cotonnière au Mali, jugée inconcevable.

Les ristournes dont le paiement est réclamé par les paysans, avant l’évacuation du coton graine dans les unités de transformation de la CMDT, concernent la campagne 2014-2015. Cette revendication est doublée de celle portant sur le renouvellement du bureau de l’UN-SCPC.

Ces demandes ont provoqué la colère des responsables de la CMDT. Le PDG de la CMDT, Kalifa Sanogo, a en effet assigné en justice des meneurs du collectif des producteurs de coton, devant le Tribunal de première instance de Koutiala. La direction de la Compagnie  reproche aux paysans d’avoir refusé l’évacuation du coton graine vers les filiales de transformation, les manifestations pour le paiement des ristournes de la campagne passée et le renouvellement du bureau de l’Union nationale des sociétés des coopératives de producteurs de coton (UN-SCPC).

La réaction des producteurs de coton, qui ont eu le sentiment d’un mépris et un déni de leurs droits à manifester, a été spontanée et s’est traduite par des assemblées générales. Ils ont manifesté leur solidarité à leurs camarades convoqués à la justice. Paysans de Koutiala, en collaboration avec délégués de Fana, Sikasso et Kita, organisèrent des assemblées générales à l’entrée du Tribunal de première instance de Koutiala.

Le 22 Octobre dernier, le Collectif des Producteurs de Coton, représenté par Gaousou Sanogo, adressait une « lettre d’avertissement » au Président Directeur Général (PDG) de la Compagnie Malienne pour le Développement des Textiles (CMDT) du Mali.

Le divorce

« C’est avec une réelle amertume, que nous venons vous avertir que de part vos actes posés, vous compromettez dangereusement la campagne d’égrenage de coton 2015 / 2016 », avertit-il au nom des cotonculteurs. Le représentant du Collectif des Producteurs de Coton ajoutait :« Dans l’histoire de la CMDT, aucun  Directeur Général, aucun PDG n’a convoqué un paysan devant la gendarmerie. Aujourd’hui 22 octobre 2015, sur instruction de vos services, la gendarmerie de Koutiala a convoqué dans ses locaux les producteurs de coton… »

Il s’agit entre autres de Mamadou COULIBALY de Ouolobougou, Sekou COULIBALY de Ouolobougou, Oumar Sanogo de Sanga, Soumaila Dembélé de Oundina, Mme Chita COULIBALY de Sirakélé,(une femme), Samba KONE de Konséguélé et Abou KONE de Konséguéla. La gendarmerie a notifié aux producteurs ci-dessus, que c’est la CMDT qui a porté plainte contre eux pour « refus d’évacuation de coton graine », précise la lettre du Collectif des producteurs. « Par là vous venez de poser un acte sans précédant dans l’histoire de la CMDT, par votre mauvaise gestion de la crise actuelle, que traverse la faîtière des producteurs de coton », a écrit le Collectif.

A cet effet, le collectif des producteurs de coton des quatre filiales de la CMDT, réuni, le 22 Octobre 2015 à Bamako, a demandé le retrait  immédiat de la plainte de la CMDT contre les producteurs, au risque de voir la réaction des producteurs de coton de Koutiala s’étendre à l’ensemble des quatre filiales de la CMDT. Et ont tenu le PDG Kalifa Sanogo, comme seul responsable, des germes de la  perturbation de la campagne d’égrenage qu’il venait de semer.

« Et sachez Monsieur le PDG, que rien n’ébranlera notre ferme volonté à faire aboutir nos légitimes revendications, pour la bonne gouvernance de l’Union Nationale des Sociétés des Coopératives de Producteurs de Coton (UN-SCPC) ; malgré votre obstination à soutenir Bakary TOGOLA en ces termes « Les travailleurs de la CMDT ont le devoir de soutenir Bakary TOGOLA ».

Une marche pacifique avait été envisagée par le Collectif de producteurs à Bamako, le vendredi 30 Octobre 2015, qui a été interdite par la mairie de la Commune III du district. Cette marche concernait le Collectif des producteurs de coton des quatre filiales (Koutiala, Sikasso, Fana, Kita) et de l’OHVN.

Les doléances en étaient : la suspension des activités de l’actuel du « bureau illégal et illégitime de l’Union Nationale des Sociétés des Coopératives de Producteurs de Coton (UN-SCPC) » ; l’arrêt des travaux et la  dissolution  de la commission d’appel d’offre des intrants agricoles de la campagne 2016/2017 ; le  paiement des ristournes sur les bénéfices de la vente du coton de la campagne 2014/2015 ; le renouvellement des instances de l’Union Nationale des Sociétés des Coopératives de Producteurs de Coton (UN-SCPC) conformément aux textes en vigueur.

 

Advertisements
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :