Skip to content

Dicko-Tessougué, suite

by sur 3 janvier 2016

Dernière mise à jour le 5 janvier 2015 à 18h 40

Le journal Sokoni tire un certain nombre de conclusions des déclarations de l’Imam Mahmoud Dicko et de l’éviction  du procureur Daniel Tessougué.

Avec en toile de fond la radicalisation de l’islam et la mise en porte à faux de la présidence.

Incroyable mais vrai: un Procureur général victime de la barbe !

Tiékorobani –  Procès Verbal – Posté le 05/01/2016       

Les décisions du gouvernement malien ont à peine la longevité des lucioles, même si elles s’entourent d’un brouhaha de tous les diables avec, au menu, tambours et trompettes.

Tenez ! Décrétée “année de lutte contre la corruption”, 2014 a enregistré les plus grands scandales financiers du Mali moderne: l’affaire du Boeing “sans papiers” et celui des équipements militaires. Valeur du dossier: 108 milliards! Pourtant, malgré les hauts cri du FMI, aucune des personnes incriminées n’a senti passer le boulet de la justice.Du coup, 2015 a vu apparaître de nouvelles affaires: celles des 1000 tracteurs et des engrais frelatés.

Histoire de se dédouaner sur le dos des juges, Ladji Bourama a déclaré leur avoir transmis, sans suite concrète, 200 dossiers de délinquance financière. Le propos n’a pas, bien sûr, échappé à Daniel Tessougué, le célèbre Procureur Général près la Cour d’Appel de Bamako. Dans les colonnes de “La Sentinelle”(n° 17 du 21 décembre 2015), Tessougué réplique: “Le Président de la République a parlé de plus de 200 dossiers.Plus précisément, c’est 209 rapports de la CASCA…Je me suis amusé à voir un peu dans le document que le procureur de la Commune 3 m’a envoyé… On voit que de 2007 à 2013, il ne reste que 20 dossiers”.

A la question de savoir pourquoi Ladji Bourama“persiste et signe” dans ses affirmations, le magistrat répond : “Il faut comprendre que le président de la République, lorsqu’il annonce qu’il a envoyé plus de 200 dossiers à la justice, est dans son rôle.”. Rôle de propagande, hein ?

Du coup, le petit peuple s’interroge : Tessougué vient-il d’être relevé de ses fonctions à cause des répliques adressées au chef de l’Etat au sujet des “200 dossiers” ? C’est possible. Mais la tête du magistrat était également mise à prix depuis qu’il avait proposé de raser les “longues barbes” afin de lutter contre le terrorisme. Il s’est immédiatement attiré la sainte colère des chefs musulmans qui ont exigé son départ, prévenant que de ce départ dépendaient leurs relations avec Ladji Bourama.

En attendant que celui-ci s’exécute, ils ont multiplié, dans les mosquées, les prêches enflammés contre Tessougué dont un proche fut agressé par des inconnus. Si Tessougué a pu, dans un passé récent, sauver sa place face à Bathily, alors ministre de la Justice, il a dû, cette fois, tirer sa révérence face aux “longues barbes”. Ces barbes-là, nul ne parlera plus de les raser, inch Allah!

Morale de l’histoire: pour peu que le gouvernement malien en fasse la demande, Tessougué entrera, en 2016, dans le livre Guinness des records en qualité de premier magistrat de l’univers victime des barbes. Qui dit mieux ?

En vérité, à travers Tessougué, le parquet général perd un magistrat intègre et travailleur. Son principal défaut était qu’il avait une conception révolutionnaire de la justice qui, à ses yeux, devait servir le peuple, même contre l’avis des gouvernants. Or, en démocratie, tout fonctionnaire est prié de servir les gouvernants avant le peuple.

De la relève du Procureur Général… : Koulouba entre le marteau et l’enclume !

La Rédaction source : Mali Demain – Posté le 04/01/

De l’avis d’observateurs avisés, ce qu’ils qualifient de relève du Procureur Général, Daniel Amagouin Tessougé, de son poste, est une grosse erreur qui devait être évitée compte tenue de la situation du pays qui bat de l’aile.

Du coup, relever le PG Daniel en ces moments, précisent nos sources, n’est pas appréciée dans les milieux avisés et chez bien de citoyens qui suivent l’évolution du Mali après occupation et viserait deux objectifs majeurs :

– primo satisfaire les contestateurs des discours du PG Daniel qui, trois années durant s’est battu pour «  la préservation de l’indépendance de la justice au Mali et mieux, s’est toujours élevé contre les interférences politiques ainsi que la menace de l’islamisme rampant sur la laïcité au Mali », comme l’ont martelé nos confrères de l’Indépendant dans leur parution du 23 décembre dernier.

Secundo, cette relève viserait à adoucir le dossier de l’ancien chef putschiste, Général Amadou Aya Sanogo, dont le jugement vient d’être confirmé suite à la disparition et à l’assassinat de militaires.

Donc Koulouba en relevant, le Daniel A. Tessougué, a-t-il cédé à ce qui précède ? C’est là toute la question. Et les citoyens attendent impatiemment des explications.

Tombouctou : Le discours de l’Imam Dicko aurait-il été compris comme un appel à l’action ?

Par J.DJIRE – SOLONI – 31 Déc 2015

Le 20 novembre 2015, l’hôtel Radisson Blu a été attaqué par  des terroristes qualifiés par Imam Dicko, président du Haut conseil Islamique, comme envoyés de Dieu pour punir notre monde pétri de péché. Dans son interview sur la VOA, Imam inconsciemment lancé un appel aux terroristes à lever et accomplir la mission à eux confiée  par Dieu pour purifier le monde  de ses saletés.

A cet appel, les  jeunes terroristes ont répondu à l’affirmative à mettant en obéissance à la lettre ce jeudi 17 décembre 2015. En effet la cible cette fois-ci des missionnaires de Dicko, n’étaient autres que de jeunes chrétiens.

Mission accomplie. Imam  Dicko et son réseau peuvent dire «Alaou Akbar !». Que reprochait-on à ces jeunes ? Aller les assassiner froidement. Ça y est ! Aucun discours, aucune forme de condoléance, ne peuvent consoler les cœurs meurtris des parents, des familles de ces jeunes.

Au-delà de ces familles, c’est toute la communauté malienne qui pleure ces jeunes, ses soldats de Jésus-Christ.

L’objectif recherché par Imam et de ses amis, celui d’un Etat Islamique, sera-t-il de réalisation ? Peut-être que non. Mais certains indicateurs laissent penser que cela est bien possible à cause de l’incurie des dirigeants devant Imam Dicko, appuyé par le chérif du Nioro. Ce dernier est  comme un père spirituel pour des dirigeants du Mali.

Du coup le vivre ensemble au Mali est en danger si les autorités ne s’assument pas. Le procureur près la cour d’Appel a été la cible des islamistes les  trois semaines qui ont suivi tout simplement pour avoir dénoncé une attitude incompatible du discours de  Dicko avec les principes républicains.

Au niveau de certaines structures de l’Etat, ce n’est un secret pour personnes que certains cadres étatiques, et d’animateurs de radios islamiques de la  capitale, ne veulent pas sentir les chrétiens. Notons que parmi les blessés de Radisson Blu, les terroristes ont tiré sur une chrétienne pour avoir refusé de citer la sourate musulmane ?

Sécurité : y’aurait-il danger à l’horizon?

Les maliens, chrétiens et musulmans, ont longtemps vécu en bonne symbiose. Mais depuis  la montée du  wahâbisme dans  notre pays, cette bonne atmosphère prend des coups de plus en plus.

Les faits sont têtus. La situation que  nous voulons évoquer ici, est  celle de la prolifération des radios islamiques dans la capitale avec  certainement une certaine complicité des  autorités en charge de la  communication.

Deux   de ces fréquences, dont nous taisons le nom mais connues de tous, ne cachent  pas leur aversion  contre les chrétiens et le christianisme. Ceux qu’ils  veulent s’en convaincre, n’ont qu’à les écouter. Un autre cas évident, est le forcing des adeptes du wahabisme de transformer des magasins en une mosquée contiguë  à l’église Evangélique centrale de Bamako. Les haut-parleurs sont pointés sur l’église avec le volume très élevé. Cela est bien constable par les autorités locales (le maire de la commune II et ses conseillers).

Le ministre de l’intérieur et de la sécurité, de même que celui en charge du ministre des affaires religieuses, le savent tous, le constatent tous, mais restent tous silencieux.

Avec l’allure de l’insécurité et de la virulence contre ceux qui ne partagent pas leur vue, particulièrement les chrétiens, nous sommes en droit de nous interroger si le vivre ensemble légendaire au  Mali ne serait-il pas menacé ?

Déjà les deux fréquences, se sont engagées dans une campagne pour critiquer et mépriser les chrétiens et le christianisme. Les chrétiens devront certes veiller, et renforcer  des actions de prière collectives.

NDR : pour c e qui concerne les meurtres de tombouctou, il semblerait q’une affaire de coeur soit à l’origine de la fusillade; un militaire a été arrêté après que sa fiancée se soit confiée aux policiers. Il reste que trois jeunes ont été tués et pas seulement le supposé rival…

Daniel Tessougué est parti : Grand boulevard pour les Islamistes au Mali ?

Par J.DJIRE – SOLONI – 31 Déc 2015

Et il arriva, ce qui devrait arriver ! Le  contraire aurait surpris plus d’un. A l’occasion des assises du conseil supérieur de la magistrature,  le  président a accepté le départ du poste de procureur général près la cour d’Appel de Bamako, l’un des magistrats intègres du Mali, Daniel Tessougué. Pour quelles raisons ? Le président est le  seul à détenir  les  raisons profondes de cette décision. Aurait-il raison de l’avoir fait ? Sa position  de gardien de la justice dans le pays le lui permet. Il sait qui il veut à tel ou tel poste pour « assurer » la justice dans le pays.

Pourquoi  Daniel Tessougué est-il parti? Pour les Islamistes, c’est parce qu’il a osé décrier les intentions et les manœuvres moyenâgeuses de Imam Dicko et son réseau de islamiste dans le pays. Aussi les magistrats véreux soutenus par certains  puissants  au niveau de la  de la famille  sociale et politique  du président de la République y  ont-ils mis tout de leur poids. Que reprochait-on au magistrat Daniel au plan professionnel, moral et personnel ?

Certainement Daniel dérangeait beaucoup de personnes dans le pays, y compris certaines hautes personnalités. Il dérangeait parce qu’il aimait dire le droit et défendre la  justice  contre vents et marrées. Il dérangeait parce qu’il aimait la vérité plus que son  poste de procureur. Il  a certainement dérangé  les  hauts dirigeants par son refus de libérer des terroristes.

Au nom du pouvoir et par amour pour  le pouvoir par les dirigeants actuels,  tous les criminels des massacres  de 2011 et 2012 seront libérés. Tant pis pour les victimes, puisqu’elles  ne verront pas  leurs causes défendues, en tout cas pas  par  les juges de la  race des Bathily et ouilles. Daniel, homme de Droit et intègre de surcroit, ne s’est jamais laissé emballer par les valses du ministre Bathily et des émissaires mêmes des plus hautes autorités.

Qui  perd par ce  départ ? Serait-ce  Daniel ? Jamais parce qu’il est homme à ne  jamais se baisser devant qui que ce soit pour un poste. Les réelles victimes de cette entreprise satanique et machiavélique, ce sont les populations qui n’auront plus droit à une juste  justice. Elles seront des centaines, voire des milliers à voir  leurs causes perdues faute de juste juge. Avec le départ  de Tessougué  il y’a péril  sur la laïcité au Mali. Et pour cause ?

La quasi-totalité des hommes politiques courbent la tête devant l’Imam Dicko au nom de leur  confession religieuse. Auraient-ils tort ? En soi, non !puisque l’Imam Dicko est un guide spirituel respecté en  milieu musulman, surtout à cause de ses accointances avec le  shérif de Nioro. Seulement si ces hommes politiques n’ont pas le courage de défendre les valeurs de la République contre les errements religieux, le pays  est en danger. Aussi parce que la plupart de ces leaders politiques comptent ou veulent  compter sur Imam Dicko pour des consignes de vote pour les échéances électorales prochaines, comme cela fut le  cas en 2013.

Tiéblé Dramé, ce grand défenseur des valeurs républicaines aurait-il perdu sa voix ? Où sont partis Ali Nouhoum  Diallo, Dioncounda Traoré, Zoumana  Sacko, Oumar Mariko et  autres pour laisser le pays  sombrer sous la dictature de la pensée unique  du  Wahabisme ? Même l’opposition dite républicaine ne laissera entendre aucun mot sur ce péril sur la laïcité.

Daniel Tessougué était le rempart de la constitution du pays contre la promotion de cette forme  de pensée unique. La voix est désormais ouverte, largement ouverte pour le règne et la gouvernance des Islamistes.

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :