Skip to content

Gouvernance économique et tourisme en berne

by sur 2 février 2016

Mali : Relance économique et gouvernance des affaires locales : Arga-Mali ouvre le débat

Bréhima Sogoba – Source: L’indicateur du Renouveau – 28 janvier 2016

Bamako abrite depuis hier un atelier national de deux jours sur le Projet relance économique et gouvernance des affaires locales dans les régions de Tombouctou, Mopti et Ségou. Le thème retenu est : “la réconciliation et la reconstruction par le bas, réflexion sur les dynamiques locales et les perspectives politico-institutionnelles“.

La crise sociopolitique et sécuritaire qu’a connue le Mali en 2012, a plongé le pays dans un déséquilibre multidimensionnel sans précédent. Malgré le retour à la normalité, le Mali post-crise fait face aux défis immenses de la réconciliation. C’est pourquoi depuis la fin de la crise, à travers l’organisation des élections générales, les autorités font de la réconciliation nationale un élément structurant de la stratégie de sortie de crise et de création des conditions de paix et de prospérité durable.

Pour appuyer cette volonté des autorités, l’Alliance pour refonder la gouvernance en Afrique (Arga) et ses partenaires organisent un cadre de réflexion autour des défis et perspectives de la réconciliation. Cette politique active de réconciliation vise essentiellement deux objectifs : reconstruire les fondations de la réconciliation nationale et apporter une solution définitive aux problèmes du Nord.

Le coordonnateur de l’Agra, Ambroise Dakouo, a fait savoir que les experts de la décentralisation vont faire un regard croisé sur les défis et perspectives de la réconciliation. “Cet atelier national sur les dynamiques de reconstruction par le bas est conçu comme un espace de réflexion dans le cadre du Projet relance économique et gouvernance mises en œuvre par les organisations partenaires Arga, AMSS, International Alert et LEF”, a-t-il expliqué. Et de préciser que l’objectif est d’ouvrir un cadre de réflexion sur les dynamiques de réconciliation et de reconstruction par le bas. En partant des défis et des perspectives des communautés à la base. Il s’agira de questionner le processus actuel des réformes politiques et institutionnelles au Mali.

Les participants sont des acteurs impliqués dans le processus actuel de réconciliation et de reconstruction des régions de Ségou, Mopti et Tombouctou.

Mali : le tourisme réduit à peau de chagrin sous la menace terroriste

01 février 2016 Mis à jour  à 18h33 Par Baba Ahmed et Benjamin Polle

 

Le nombre de touristes européens est passé de 71 371 en 2014 à 35 700 en 2015, sous le coup des attaques du Radisson Blu de Bamako en novembre et d’un hôtel de Sévaré, au centre du pays, au mois d’août. Le chiffre était déjà tombé de 160 000 à 142 000 entre 2011 et 2013.

Dégringolade du nombre de touristes au Mali. Habituellement les plus propices l’année, les mois de janvier et février ne font pas le plein, loin s’en faut. Depuis quelques semaines à Bamako, restaurants et hôtels ne voient pas l’ombre d’un touriste. Et pour cause : depuis les attaques terroristes qui ont frappé l’hôtel Radisson de Bamako fin novembre, les annulations sont allées bon train.

Si le nombre de touristes européens au Mali était tombé à 71 371 en 2014 (contre 190 000 en 2008, 160 000 en 2011, 142 000 en 2013 selon la Banque mondiale), il devrait encore chuter en 2015. Selon des chiffres encore provisoires de la direction nationale de Tourisme, on estime à 35 700 le nombre de touristes européens l’année dernière au Mali.

Et les revenus du secteur vont de pair. « En 2014, la recette globale du secteur atteignait 50 milliards de F CFA (environ 76,2 millions d’euros) et les investissement 4,65 milliards de F CFA, mais cette année, à cause des attaques terroristes, nous avons prévu 40 milliards de F CFA de recettes », explique Moussa Dembélé, chargé de statistiques touristiques et hôtelières à la direction nationale de Tourisme.

Festival sur le Niger lui aussi touché

Une prévision qui sera très certainement encore revue à la baisse. Elle avait été réduite après l’attaque d’un hôtel, où séjournent touristes et diplomates, à Sévaréau centre du pays en août, mais ne tient pas compte des conséquences des attaques du Radisson de Bamako en novembre.

Même les organisateurs du Festival sur le Niger (dont la prochaine édition a lieu du 3 au 7 février 2016 à Ségou), qui est l’un de plus grand rendez-vous musical au Mali, ont décidé de réduire la voilure et d’annuler le concert géant de musique prévu habituellement sur les berges du fleuve Niger.

Voyages d’affaires et personnels diplomatiques

À Bamako,  si les hôtels et restaurants restent ouverts, c’est en grande partie grâce à la fréquentation des personnels de la Minusma, la mission des Nations Unies au Mali, des ONG, ou des autres partenaires de développement.

« L’année dernière à cette même date, j’avais entre 20 et 30 touristes qui, pour la plus part, font la traversée de l’Afrique, du Maghreb jusqu’en Afrique du Sud en voiture. Cette année, rien », nous confie le gérant d’une auberge dans un quartier résidentiel de Bamako.

Seule petite note d’enthousiasme dans ce climat délétère, les voyages d’affaires : « Ils reprennent petit à petit », glisse Moussa Dembélé, sans donner davantage de précisions.

 

Publicités

From → Revue de Presse

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :