Skip to content

Islam : un mari peut-il battre sa femme ?

by sur 2 février 2016

On entend toutes sortes de choses et on en lit autant sur les « réseaux sociaux »; il était intéressant de faire un point sur la question des violences conjugales après les drames et la marche blanche qui ont eu lieu à Bamako. En particulier sur les préceptes de l’islam en la matière.

Car si toutes les religions condamnent la violence (dans le couple et ailleurs), les hommes n’en font parfois qu’à leur tête.

Aux enseignements du prophète rappelés précisément dans un premier temps, et qui devraient être la loi pour tous les musulmans, répond un imam égyptien qui les interprête à sa manière; sans oublier l’ordre et les « façons » dont la femme doit être battue… ainsi que les principaux motifs de « corrections ».

Islam : Est-ce qu’un mari a le droit de battre sa femme ?

Maliactu – 1 février 2016

Le problème de la violence conjugale existe bien dans le monde Musulman.

Il est aussi triste de constater que certains Musulmans nient l’existence du problème. Toutefois, est-il juste de dire que l’Islam incite la violence conjugale ? Voyons d’abord ce que le Coran dit au sujet de la colère:

La colère: Le Coran [3:133-134] Et concourez au pardon de votre Seigneur, et à un Jardin (paradis) large comme les cieux et la terre, préparé pour les pieux, qui dépensent dans l’aisance et dans l’adversité, qui dominent leur rage et pardonnent à autrui – car Dieu aime les bienfaisants –

Le Coran [42:43] Et celui qui endure et pardonne, cela en vérité, fait partie des bonnes dispositions et de la résolution dans les affaires.

Quelques hadiths du prophète confirme également ces dires : Hadith Sahih Muslim Livre 032, No 6313 : Le prophète Muhammad a dit : L’homme fort n’est pas celui qui se bat bien. L’homme fort est celui qui sait dominer sa rage.

Hadith Sunan Abu Dawud Livre 41, No 4764 : Le messager de Dieu (paix soit sur lui) nous a dit : si un de vous se met en colère, il doit s’asseoir. Si la colère le quitte, c’est bien ; sinon il doit se coucher

Vous pouvez constater que pardonner et dominer sa rage est une des qualités des croyants. Donc taper lorsqu’on est fâché n’est pas vraiment une qualité chez un croyant.

Détester sa femme … licite ?

Est-ce que détester sa femme et l’opprimer est licite ? Dieu dit dans aux hommes, dans le Coran, de ne pas détester leur femme d’une façon très claire : Le Coran [4:19] Ô les croyants ! Il ne vous est pas licite d’hériter des femmes contre leur gré. Ne les empêchez pas de se remarier dans le but de leur ravir une partie de ce que vous aviez donné, à moins qu’elles ne viennent à commettre un péché prouvé. Et comportez-vous convenablement envers elles. Si vous avez de l’aversion envers elles durant la vie commune, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose où Dieu a déposé un grand bien.

Un hadith nous confirme également ce verset : Hadith Sahih Muslim Book 008, Number 3469: Un croyant ne doit pas détester une croyante. S’il n’aime pas un de ses traits, alors il en aimera un autre.

Violence

Plusieurs détracteurs de l’Islam citent le verset suivant pour tenter de prouver que le Coran incite les hommes à battre leur femme : Le Coran [4:34] Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs que Dieu accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection de Dieu. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Dieu est certes, Haut et Grand !

À première vue, ce verset paraît donner le droit au mari de battre sa femme. Il mérite cependant une analyse plus approfondie :

[…]Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Dieu est certes, Haut et Grand !

Il est important de noter que la traduction française ne contient pas toutes les subtilités de la langue arabe.

De quelle genre de désobéissance s’agit-il ?

Le mot désobéissance utilisé ici est lié aux voeux de mariage. Le mot arabe « Neshooz » signifie, dans ce contexte-ci, le bris des voeux de mariage. Donc, ceci ne peut s’appliquer que si la femme commet un acte grave comme charmer un autre homme, par exemple. Même si cela se produit, Dieu a donné aux hommes des étapes à suivre. La première étant le dialogue (exhortez-les). Faire chambre à part est la deuxième, si la première ne fonctionne pas (éloignez-vous d’elles dans leurs lits).

Le mari doit se conformer à toutes les étapes de cette loi.

Il est aussi bien important de noter que la correction mentionnée au verset 4:34 est une correction symbolique.

Si l’on étudie la tradition musulmane, on peut se rendre compte qu’elle équivaut à un petit coup pour signifier le mécontentement (Le prophète Muhammad a spécifié que c’est une tape qui ne laisse pas de marque). Si le mari choisit de l’appliquer, c’est pour sa femme un signe clair que les choses vont mal et qu’elle doit changer sa façon d’agir.

Frapper son épouse pour la blesser est certes un péché manifeste. En effet, lorsque des femmes vinrent se plaindre au prophète Muhammad de violence de la part de leur mari, le prophète répondit que ceux-ci n’étaient pas de bons croyants : Hadith Sunan Abu Dawud Livre 11, No 2141 : Ne battez pas les servantes de Dieu ! […] plusieurs femmes sont venues près de la famille de Muhammad en se plaignant de leur mari. Ceux-ci ne sont pas les meilleurs d’entre-vous.

Le prophète Muhammad a exhorté les hommes à se comporter convenablement envers les femmes à plusieurs reprises. Si le mari bat sa femme pour la blesser, celle-ci peut le poursuivre dans un tribunal islamique.

Quant au reste du verset [4:34] … Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection de Dieu.

Cette partie fait référence aux voeux de mariage et tout ce que cela implique.

Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs que Dieu accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens.

A l’époque, les hommes étaient les pourvoyeurs (et encore aujourd’hui dans la plupart des cas car il ne faut pas oublier que 4/5 de la planète vit encore de l’agriculture). Donc, Dieu ordonne aux femmes de rester respectueuses puisque leur mari pourvoie aux besoins de la famille (et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs bien). L’autorité dont il est mention ici est aussi reliée à ce fait.

Si la femme regrette son geste, le mari n’a plus le droit d’agir contre sa femme ( : Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Dieu est certes, Haut et Grand !

Conclusion

Véritablement, le verset 4:34 du Coran fut révélé pour ordonner les hommes de ne pas battre leur femme. Si celle-ci comment une faute prouvée et brise volontairement ses voeux de mariage, Dieu a donné aux hommes, par ce verset, les étapes à suivre.

La correction mentionnée au verset 4:34 est une correction symbolique.

Si le mari choisit de l’appliquer, c’est pour sa femme un signe clair que les choses vont mal et qu’elle doit changer sa façon d’agir.

Un simple verset peut vouloir dire beaucoup comme vous pouvez le constater, mais chaque verset a son sens et son contexte.

Il est très important de bien connaître le sens et le contexte de toutes les paroles du Seigneur afin de rester dans le droit chemin. D’ailleurs Dieu nous dit que le Coran est un guide pour les croyants afin que ceux-ci réfléchissent…

Le Coran [38:29] [Voici] un Livre béni que Nous avons fait descendre vers toi, afin qu’ils méditent sur ses versets et que les doués d’intelligence réfléchissent !

Le Coran [30:21] Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent.

Comment battre sa femme ?

Maliactu – 1 février 2016

Ci-dessous des extraits d’un sermon de l’ouléma égyptien Galal Al-Khatib, diffusé sur la chaîne télévisée Al-Rahma.

« La désobéissance, c’est de quitter la maison sans la permission de son époux, de refuser de lui obéir au lit, de lui parler impoliment ou de faire le contraire de ce qu’il aime »

Galal Al-Khatib: « L’un des droits du mari est de corriger sa femme si elle se montre désobéissante. Que signifie le terme ‘désobéissance’ ?

La désobéissance, c’est de quitter la maison sans la permission de son époux, de refuser de lui obéir au lit, de lui parler impoliment ou de faire le contraire de ce qu’il aime. Ce sont là différentes formes de désobéissance.

La loi religieuse a établi plusieurs mesures visant à discipliner une épouse désobéissante.

Ces mesures doivent être suivies dans l’ordre. On ne peut passer directement à la troisième mesure, sans avoir tout essayé avec la seconde, et on ne peut passer à la deuxième sans avoir tout essayé avec la première. L’ordre doit être respecté.

La première mesure visant à corriger une femme désobéissante consiste à lui faire des remontrances. Le mari doit lui parler gentiment, évoquer Dieu et lui rappeler que si elle souhaite aller au Paradis, elle doit lui obéir. Il doit lui dire qu’en contentant son mari, elle contente Dieu et que ses droits [à lui] passent avant ceux de ses parents [à elle].

(…)

Si les remontrances ne suffisent pas, la mesure suivante est l’éviction. Certains disent qu’il convient d’interdire [à l’épouse] son lit [au mari], tandis que d’autres disent qu’il doit éviter d’avoir des rapports sexuels avec elle, mais je ne suis pas d’accord avec ce dernier point de vue, parce que les relations sexuelles sont l’un des droits du mari.

Comment pourrait-il la corriger en se privant lui-même de sexe ?

Il suffit qu’il évite de lui sourire ou de lui parler gentiment, qu’il se montre froid à son égard, mais il a le droit d’avoir des rapports avec elle, même pendant l’éviction. »

« (…) les coups doivent être légers et il faut éviter le visage ou les endroits sensibles, car cela pourrait causer des fractures ou des cicatrices qui gâteraient sa beauté (…) »

« Bon. Il a essayé les remontrances, il a essayé l’éviction – rien n’y fait.

Ses émotions [à elle] sont engourdies et elle se dit: bon débarras. Quelle est la mesure suivante ? « … battez-les. »

Les coups.

Le prophète Mahomet a dit que les coups doivent être légers et qu’il faut éviter le visage ou les endroits sensibles, car cela pourrait causer des fractures ou des cicatrices qui gâteraient sa beauté, que ce soit sur le visage ou n’importe quelle autre partie du corps.

Les coups qui provoquent effusions de sang, fractures, cicatrices, une marque noire sur la peau ou tout autre marque visible, sont proscrits.

Comment administrer les coups ?

Cela peut être une tape légère sur l’épaule, ou un pincement pas si léger que ça, ou la pousser doucement. Il doit lui faire comprendre qu’il souhaite la corriger et qu’elle le mécontente.

C’est comme de dire: ‘Aucune mesure qui ne marche avec les personnes sensibles ne marche avec toi. Une parole suffirait avec n’importe quelle femme aux mœurs élevées mais avec toi, les mots ne servent à rien.’

Puis il tente une nouvelle stratégie, sollicitant sa féminité et ses émotions, en lui faisant comprendre qu’il ne la désire pas et ne l’aime pas. Et si cela ne marche pas, il lui dit: ‘Avec toi j’ai atteint le niveau qui ne sied qu’aux personnes inhumaines – le niveau des coups.’ »

« Les coups sont l’un des châtiments de la loi religieuse » 

« Les coups sont l’un des châtiments de la loi religieuse. A qui administre-t-on des coups ?

Les vierges coupables d’adultère, hommes et femmes, sont battus pour être corrigés.

Qui d’autre est battu ? Une personne coupable d’un outrage condamnée à recevoir des coups par le juge. Qui d’autre est battu ? Quelqu’un qui a commis un crime.

En battant sa femme, un homme lui transmet [le message suivant]: ‘Tu as commis un péché grave qui mérite des coups.’ »

Quelles sont les causes de la violence conjugale ?

Maliactu – 1 février 2016

L’OMS a réussi à lister une série d’événements responsables de la violence conjugale, exercée surtout contre les femmes, quel que soit le pays concerné, en voie de développement, ou développés.

« En voici des exemples :

― ne pas obéir à l’homme ;

― lui répondre ;

― ne pas avoir préparé le repas à temps ;

― ne pas bien s’occuper des enfants ou du foyer ;

― interroger l’homme sur des questions d’argent ou au sujet de petites amies ;

― aller quelque part sans l’autorisation de l’homme ;

― refuser de coucher avec l’homme ;

― l’homme soupçonne la femme d’infidélité. »

Il existe, selon l’OMS, des facteurs de risque à la violence conjugale. « la pauvreté familiale pendant l’enfance et l’adolescence, de mauvais résultats scolaires et une délinquance agressive à l’âge de 15 ans » est un facteur de risque, mais ce n’est pas le seul.

Les antécédents de violences familiales, la consommation d’alcool chez les hommes, et les troubles de la personnalité sont d’autres facteurs de risque.

 

 

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :