Skip to content

« Thé ou café » pour Rokia Traoré

by sur 27 février 2016

Désolé pour les fans de Rokia Traoré, c’est ce samedi matin qu’elle passait à « Thé ou Café » et non demain diman che. on peut revoir l’émission ce dimanche matin à 3h55, ou sur le pluz…

Le Paris réussi de Rokia Traoré

Le Soir – par Thierry Coljon le 26 février 2016@TCThierry 

PARIS
DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL

Rokia Traoré

La chanteuse malienne a rempli le 140, jeudi à Paris, pour présenter son nouveau «Né So». Elle sera le 19 mars à Flagey.

Rokia a lancé jeudi à sa tournée au 104, ce centre culturel de la rue d’Aubervilliers qui, près de la Goutte d’Or, dynamise tout un quartier. Ce lieu servait au vingtième siècle de service municipal des pompes funèbres mais c’est bien la vie qui résonne dorénavant dans ce gigantesque espace dédié à la danse aussi bien qu’aux arts plastiques et à la musique.

Les 400 places de la salle de concert étaient complètes longtemps avant que Rokia, venue en famille de Bruxelles, ne monte sur scène avec son groupe de cinq musiciens (dont Mamah Diabaté au ngoni).

Rokia aime les sonorités électriques et mettra du temps avant de quitter sa six cordes pour se lâcher et exciter le public avec des danses endiablées. Le public n’attendait que ça et certains n’ont d’ailleurs pas manqué d’envahir la scène pour laisser libre cours à leur joie.

Au début, la chanteuse de Bamako crée le contact en toute sobriété, sans oublier de dire à quel point, aujourd’hui, c’est important de partager la musique le temps d’un soir. Le ton peut se montrer grave quand déboule «Né So», la plage titulaire de son nouvel album.

«En 2014 encore cinq millions cinq cent mille personnes ont fui leurs maisons/ Forcées de se réfugier dans des villes, des pays, loin de chez eux». Rokia parle aussi d’elle, de son histoire, de sa carrière.

«Kolokani» est un superbe hommage à la ville au nord de Bamako d’où sont originaires ses parents. Tout l’art du concert est d’alterner ses moments d’émotion avec une énergie folle, dansante, exubérante. À l’image du rappel, entre la beauté rêche et douloureuse du «Strange Fruit» de Billie Holiday (qu’on retrouve sur Né So) et la jovialité colorée d’une reprise du fameux Super Biton National de Ségou qui conclut un set de deux heures qui marie à la perfection son plaidoyer pour la paix, l’amour et le respect (via un texte de Toni Morrison notamment) avec un rayonnement solaire et bourré d’énergie.

Rokia Traoré sera le 19 mars à Flagey. Infos: http://www.flagey.be. Album «Né So» (Nonesuch-Warner).

 

Publicités

From → Revue de Presse

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :