Skip to content

Armée : l’heure des sanctions ?

by sur 29 février 2016

On ne nous en voudra pas de citer un général de l’armée malienne qui, sur le théâtre des opérations, les mains dans le cambouis, soucieux d’éviter le désastre à ses hommes, se plaignait amèrement des décisions de l’état-major : « l’armée c’est comme le poisson : ça pourrit par la tête« …

C’était au plus fort de l’offensive des « groupes armés » (djihadistes et indépendantistes alors unis) en 2012.

Il semble que toutes les conclusions des désastres successifs vécus par l’armée malienne n’ont pas encore été tirées, puisque des officiers supérieurs continuaient à se servir dans les caisses, détournant les primes de risques, d’alimentation, de logement au détriment de la troupe.

Plusieurs, démasqués, couchent en prison  en attendant leur jugement.

En un mot : Graves détournements dans l’armée

DAK – l’indicateur du renouveau – Posté le 29/02/2016    

Un nouveau scandale vient d’éclater au sein de l’armée. Il s’agit du détournement de la Prime globale d’alimentation spéciale (PGAS), qui fait 1200 F CFA par militaire sur le terrain et par jour, et la Prime de risque appelée prime “Haya”, passée de 8000 à 50 000 F CFA en 2012.

Le montant du détournement présumé serait de 700 millions à plus d’un milliard de F CFA. Si le Bureau du Vérificateur général, dans son rapport 2014, avait levé le lièvre, c’est le contrôle sur le terrain qui a précisé l’ampleur des dégâts et surtout l’identité des animateurs de ce réseau qui comprend des officiers supérieurs, des financiers (trésoriers payeurs, comptables et contrôleurs financiers), des informaticiens.

Pour l’heure, seul le colonel Cheick Hamallah, commandant central administratif (titre du DFM dans les états-majors) de l’armée de terre, est mis aux arrêts. D’autres officiers auraient été interpellés dès le 4 février par la SE. Il s’agirait du colonel-major Mary Diarra, ancien directeur des finances et du matériel (DFM) du ministère de la Défense, son chef de division budget et finances ; le colonel Mahamane Satao de la Mutuelle de l’état-major, le capitaine Achofikoi Maïga de la cellule informatique et un civil du nom de Bassidi.

Il se dit que le colonel-major Mary Diarra aurait déjà déboursé 100 millions de F CFA, le capitaine Achofikoi Maïga 85 millions de F CFA. C’est le nouveau DFM du ministère de Défense qui a dévoilé le scandale après avoir refusé un pot-de-vin de plus de 400 millions de F CFA. Plusieurs dizaines de personnes devraient arrêtées puisque impliquées dans la magouille, qui a consisté à gonfler les effectifs (plus de 200 contre 50 à Ménaka) par exemple.

Du reste, ce n’est peut-être qu’au début du scandale.

 Détournement au sein de l’armée : Le coup de brodequins

A.Niangaly – Source :  La Dépêche – le29/02/2016       

La cupidité avait pris des proportions très inquiétantes au sein de nos forces armées et de sécurité. Mais on était loin d’imaginer une telle amoralité au sein de la hiérarchie militaire. Pendaison ou écartèlement ? Le sort qu’ils méritent doit être exemplaire.

Il y’a peu, le président de la république disait dans un de ses discours qu’aucun cas de détournement des primes des soldats ne saurait être toléré. Les plus naïfs ont cru qu’il ne s’agissait que de simples menaces verbales. Aujourd’hui, Il a choisi de faire usage de ses brodequins pour châtier les aigrefins.

Il s’agit pour l’instant du colonel-major Mary Diarra, DFM du ministère de la Défense ; du colonel Cheick Hamalla Traoré de la division budget et finances ; du colonel Satao de la Mutuelle de l’état-major ; du capitaine Achofikoi Maïga de la cellule informatique et un civil du nom de Bassidi.

Ils viennent de subir la rigueur de la loi. Interpellés par les services de sécurité, ils mis au frais et méditent présentement sur leur sort.

Ils sont soupçonnés d’un détournement présumé de 700 millions de francs CFA. C’est le Bureau du vérificateur général dans son rapport 2014 qui avait levé le lièvre, avant que des enquêtes plus poussées n’aboutissent à la découverte du pot-au-rose. Ils ont alors été arrêtés et seront présentés à un juge militaire dans les jours à venir quand bien même certains ont déjà commencé à rembourser l’argent.

Leur forfait a consisté à détourner des primes de soldats déployés au Nord ou à gonfler les effectifs pour empocher le surplus. Il s’agit de la Prime générale d’alimentation (PGA) qui est de 1000 FCFA par militaire de rang et par jour, la Prime générale d’alimentation spéciale qui est de 1 200 FCFA par militaire de rang et par jour, et la Prime de risque ou la prime Aya qui est passée de 8 000 à 50 000 FCFA.

Des sources proches du dossier, nous apprenons que les enquêtes se poursuivent et que d’autres cadres cupides de l’armée pourraient également être interpellés. Selon les mêmes sources, personne ne parvient à communiquer exactement l’effectif mobilisé aujourd’hui sur le terrain. A cela s’ajoute les primes de logements des soldats détournés par le commandement à l’indifférence totale de l’administration militaire. A suivre.

 Détournement de primes au sein de l’armée : plusieurs officiers arrêtés

Par A. Diakité – Malijet –  27 Février 2016 

C’est pour un détournement de primes que le colonel-major Mary Diarra, DFM du ministère de la Défense ; le colonel Cheick Hamalla Traoré de la division budget et finances ; le colonel Satao de la Mutuelle de l’état-major ; le capitaine Achofikoi Maïga de la cellule informatique et un civil du nom de Bassidi, ont été interpellés depuis le 4 février par les services de renseignement maliens (SE).

Ils sont soupçonnés d’un détournement présumé de 700 millions de francs CFA. C’est le Bureau du vérificateur général dans son rapport 2014 qui avait levé le lièvre, avant que des enquêtes plus poussées n’aboutissent à la découverte du pot-au-rose. Ils ont alors été arrêtés et seront présentés à un juge militaire dans les jours à venir quand bien même certains ont déjà commencé à rembourser l’argent. 

Leur forfait a consisté à détourner des primes de soldats déployés au Nord ou à gonfler les effectifs pour empocher le surplus. Il s’agit de la Prime générale d’alimentation (PGA) qui est de 1000 FCFA par militaire de rang et par jour, la Prime générale d’alimentation spéciale qui est de 1 200 FCFA par militaire de rang et par jour, et la Prime de risque ou la prime Aya qui est passée de 8 000 à 50 000 FCFA. 

Selon des informations parues dans un journal de la place (Le Sphinx Ndlr), la quasi-totalité des crédits de fonctionnement de l’armée était aussi passée à la trappe. C’est dire que c’est le début du démantèlement d’un grand réseau de rapaces qui n’ont même pas pitié de leurs frères d’armes en ces moments difficiles pour les soldats déployés au Nord ! D’autres arrestations suivront dans les jours à venir, précise-t-on.

 

 

 

 

Publicités

From → Revue de Presse

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :