Skip to content

Il y a 36 ans : la mort de Cabral

by sur 21 mars 2016

36 ans après, la mort du leader étudiant Cabral est toujours célébrée avec émotion… et le lieu de son inhumation toujours inconnu.

Et si la tombe de Cabral était au nord ?

Source: info-matin – Posté le 19/03/2016  

Lors de la marche commémorative de l’assassinat de leur héros, le mercredi 17 mars 2010, l’Amical des anciens camarades du leader estudiantin, interpellait vivement les autorités nationales quant à leur responsabilité sur les circonstances de la mort et la localisation exacte de la tombe de Cabral, 31 après sa disparition et 19 ans après l’avènement de la démocratie dans notre pays. Six ans après cette interpellation, la demande des amis de Cabral reste plus que jamais justifiée et d’actualité.

 

Le mensonge a beau duré que la vérité finit un jour à le rattraper. Ainsi, tenterons-nous d’expliquer les versions officielles savamment distillées et entretenues, depuis 20 ans sur l’endroit de la tombe du leader estudiantin, Abdoul Karim Camara dit Cabral, qui viennent d’être remises en cause par les anciens camarades de ce dernier.

« (…) Monsieur le Premier ministre, Chef du Gouvernement, nous ne cesserons jamais d’insister sur la révélation de la vérité concernant les circonstances de sa mort et le lieu de l’inhumation de notre camarade. Durant 31 ans l’AMS-UNEEM a mené ses propres enquêtes et après recoupement, nous sommes arrivés à la conclusion que notre camarade (NDR Abdoul Karim Camara dit Cabral) a été enterré au Grand nord », voilà la révélation inattendue que l’Amicale des anciens camarades du leader estudiantin a dévoilé, le mercredi 17 mars 2010, lors de la marche commémorative de l’assassinat de leur héros.

Donc, trois décennies de deuil sans qu’on ne sache réellement dans quelles conditions notre camarade a été prématurément et sauvagement arraché à la vie. Depuis l’avènement de la démocratie, un système pour lequel Cabral s’est sacrifié, cet anniversaire est traditionnellement célébré par ses amis, la société civile et surtout les plus hautes autorités maliennes.

N’est-ce pas que Cabral mérite plus qu’un simple sacrifice à la tradition, qu’un simple « hommage de la nation ». Une nation amnésique au point d’oublier que personne ne sait encore dans quelles conditions le héros célébré est mort. Et qu’on ne sait même pas s’il repose réellement à l’endroit supposé l’être ?

Ce qui est sûr, c’est que Cabral a été torturé ! Il a subi des tortures que peu de tortionnaires osent infliger même à un ennemi pris en flagrant délit de complot. Des témoins de ce crime vivent toujours en toute impunité.

Ennemi ? Cabral l’était pour le régime dictatorial et tyrannique de Moussa Traoré. Il l’était parce qu’il avait réussi à éveiller les consciences par rapport au drame vécu par le peuple. Il l’était parce qu’il était parvenu à ébranler un régime qui se croyait intouchable et invincible à cause de la terreur qu’il faisait régner sur ses opposants. Un pouvoir craint à cause de Kidal et de Taoudenit !

N’empêche que beaucoup de gens ont préféré mourir au fond de ces trous perdus que de courber l’échine et taire leurs opinions ou renier leurs convictions.

Le leader estudiantin, toujours populaire dans l’opinion publique, est mort, il y a 36 ans, dans des circonstances très douloureuses. Un assassinat célébré comme un repère dans la quête démocratique du peuple malien, surtout de sa jeunesse. Ce crime est l’un des fondements du 26 mars 1991 dont les élèves et étudiants ont été les fantassins. Comme le disait Cheick Mohamed Thiam dit Mamoutou (le secrétaire général de l’Amsuneem) : « ce lundi 17 mars 1980 qui fut pour toute la jeunesse de l’époque et plus particulièrement pour sa frange estudiantine, une cruelle journée ».
Des bourreaux réhabilités

Mais, il est inadmissible que même la démocratie n’ait pas encore réussi à faire justice à Abdoul Karim et à sa famille. Il est vrai qu’un monument, Cabral a été édifié à un important carrefour de Bamako (Lafiabougou Tabacoro, Commune IV du district), mais ce leader charismatique s’est battu pour la liberté et la justice.

Et le meilleur hommage qu’on puisse lui rendre, la meilleure reconnaissance qu’il attendrait de ce peuple, c’est que ces assassins répondent de leur crime. Une promesse non tenue des autorités de la IIIe République qui s’étaient engagées auprès de la famille de Cabral et de l’Amsuneem à faire toute la lumière sur les circonstances de la mort du leader estudiantin.

L’Amicale des anciens camarades du leader estudiantin

 

36è anniversaire de l’assassinat d’Abdoul Karim Camara dit Cabral : Le premier ministre honore la tradition

Par M. COULIBALY Source: Essor du 18 mars 2016

Modibo Keïta a déposé hier une gerbe de fleurs au pied du monument dédié au leader estudiantin décédé le 17 mars 1980, suite à son arrestation pour des mouvements de protestation que lui et ses autres camarades avaient menés

Le chef du gouvernement, Modibo Kéita a respecté la tradition en déposant hier au pied du monument dédié à Abdoul Karim Camara dit Cabral, une gerbe de fleurs. La cérémonie s’est déroulée à Hamdallaye en présence de certains membres du gouvernement dont le ministre de l’Education nationale, le Pr Kénékouo dit Barthélémy Togo et sa collègue de la Recherche scientifique, le Pr Assétou Founé Samaké Migan.

On y notait aussi la présence du Pr Ali Nouhoum Diallo, ancien président de l’Assemblée nationale et un des grands animateurs du mouvement démocratique, de l’ancien ministre le Pr Tiémoko Sangaré et de plusieurs membres de l’Amicale des anciens militants et sympathisants de l’Union nationale des élèves et étudiants du Mali (AMS-UNEEM).

Il faut rappeler que Abdoul Karim Camara qui était étudiant à l’Ecole normale supérieure (ENSUP) au département de philo-pédagogie, est décédé le 17 mars 1980, suite à son arrestation pour les mouvements de protestation que lui et ses autres camarades avaient menés. Secrétaire général de l’Union nationale des élèves et étudiants du Mali (UNEEM), il se battait pour l’amélioration des conditions d’enseignement appropriées pour les élèves et étudiants.

Le secrétaire général de l’AMS-UNEEM, Oumar Arboncana Maïga qui a salué la présence du Premier ministre pour le dépôt de la gerbe de fleurs, a rappelé qu’Abdoul Karim Camara était considéré par ses camarades de lutte comme un héros national. Ce modèle d’homme, pétri de sa culture traditionnelle et qui a nourri des idéologies d’avant-garde de son époque, a péri sous la torture qui lui a été infligée.

Abdoul Karim Camara qui n’a vécu que 25 ans demeure et doit demeurer un exemple vivant pour les jeunes générations présentes et à venir, a résumé le secrétaire général de l’AMS-UNEEM. Abdoul Karim Camara dit Cabral est mort pour des idéaux d’un Mali juste, de paix et surtout de partage. Il est mort pour l’école malienne, pour la nation malienne, a-t-il souligné.

« Nous, ses compagnons, nous voulons que le sacrifice de Cabral ne soit pas vain et que le 17 mars soit consacré Journée du martyr, des héros nationaux, à savoir ceux qui ont donné leurs vies pour le Mali éternel », a souhaité Oumar Arboncana Maïga.
Il a saisi l’opportunité de ce 36è anniversaire pour présenter une doléance qui tient à cœur à sa famille et à tous les militants et sympathisants de l’AMS-UNEEM. A savoir que la lumière soit faite sur le lieu où repose enfin Cabral, afin que sa famille et ses camarades puissent lui offrir un deuil.

« Nous voulons savoir où se trouve Cabral, depuis 36 ans. Nous en appelons au président de la République pour qu’il s’investisse personnellement, afin que le 37è anniversaire soit celui de la délivrance pour ses camarades d’infortune et de sa famille », a plaidé Oumar Arboncana Maïga. Avant d’ajouter que « c’est une exigence fondamentale pour la génération Cabral qui a connu trois années blanches d’affilée pour avoir simplement revendiqué une école performante et apaisée ».

L’école est notre crédo et notre raison d’être à l’instar de notre héros mort pour l’école, pour l’avenir des jeunes de son pays. Nous disons à nos cadets de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) que pour nous, un leader estudiantin doit être plus un manipulateur de concepts, de formules, un dialecticien qu’un gros bras, un porteur d’armes. Nous leur disons qu’il est temps que l’école revienne à l’école, afin que les leaders soient des camarades intellectuellement et techniquement bien formés. Les responsables de classe, les leaders de l’AEEM doivent être choisis parmi les meilleurs, a conseillé le secrétaire général de l’AMS-UNEEM à l’adresse des jeunes élèves et étudiants d’aujourd’hui.

Revenant à l’actualité, l’AMS-UNEEM déplore l’absence de patriotisme qui est un des maux de notre société. Les valeurs patriotiques doivent être enseignées, célébrées. Les sacrifices pour le pays doivent être sanctifiés, afin que cela serve d’exemple ici et ailleurs.

L’Amicale a, par ailleurs, rappelé que le Mali est une terre où les minorités ethniques cohabitent dans une harmonie empreinte de relations matrimoniales, économiques, culturelles, mais aussi administratives et politiques. Elle a souhaité que la conférence d’entente nationale soit organisée pour que tous ensemble nous puissions définir un nouveau contrat social, un nouveau pacte d’entente nationale au seul bénéfice de toutes les ethnies.

L’AMS-UNEEM a salué les efforts déployés par les autorités pour atténuer les souffrances de notre peuple, malgré un contexte de crise sécuritaire aggravé. Enfin, l’Amicale partage l’idéal qui soutient que les grands peuples soient ceux qui, à travers les épreuves difficiles de l’existence, ont su taire leurs différences pour une cohésion en vue de relever les défis.

 

Advertisements
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :