Skip to content

La nième mort d’Iyad Ag Ghali

by sur 10 avril 2016

Mis à jour lundi 11 avril à 8h15 (heure française)

Bien sûr, si c’était vrai on n’en serait pas attristé outre mesure, mais s’il est une compétition entre le leader d’Al Mourabitoune Mocktar Belmocktar et Iyad Ag Ghali fondateur d’Ansar Dine, c’est bien celle du nombre de fois où leur mort a été annoncée !

Donc Iyad Ag Ghali aurait été tué dans une simple embuscade tendue par de vulgaires bandits de grands chemin sur une piste entre l’Afar des Ifoghas et l’Algérie…

C’est sans doute pourquoi aucun communiqué officiel annonçant sa mort n’a été publié.

Il ne reste qu’à attendre, pour être définitivement convaincu de sa mort,  que ses assassins réclament la prime; sa tête ayant été mise à prix 5 millions de dollars par les Etats-Unis !

En attendant, l’expérience nous amène à rester prudents face à cette « révélation »…

IL AURAIT SUCCOMBÉ À SES BLESSURES DANS UNE EMBUSCADE

Iyad Ag Ghali serait-il mort ?

Lyès Menacer –Liberté (Algérie) – 11 avril 2016

 

Les États-Unis ont mis à prix la tête d’Iyad Ag Ghali à 5 millions de dollars. Mais, jusqu’à maintenant, aucune trace de cet ancien chef rebelle targui qui a versé dans le terrorisme début 2013, et dont le groupe Ansar Eddine a revendiqué plusieurs attaques dans le nord et le centre du Mali.

Iyad Ag Ghali serait mort depuis le 5 avril 2015, a rapporté le portail d’information malien Malijet hier. Le redoutable chef terroriste d’Ansar Eddine, un des sanguinaires maliens les plus recherchés dans le Sahel, aurait succombé à ses blessures à la suite d’un accrochage qui a opposé son groupe à des bandits dans la dangereuse région d’Aguelhok, près de la frontière algérienne, a ajouté le même site.

C’est la première fois que des informations font état de la mort d’Iyad Ag Ghali, un proche des leaders du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (Hcua), un des membres de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion et signataire de l’accord d’Alger).

Le retard pris dans les discussions de paix, dans le cadre du processus inclusif intermalien entre juillet 2014 et mai 2015, était dû en partie à son cas, selon des sources proches de ce dossier. Les membres du Hcua avaient tenté de le blanchir de ses crimes avant de signer l’accord d’Alger, mais leurs tentatives s’étaient avérées vaines.
Si aucune confirmation officielle n’est disponible, la possibilité de la mort de l’ex-chef rebelle targui demeure plausible.

Car, comme c’est le cas pour l’autre chef terroriste algérien d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Mokhtar Belmokhtar, déclaré mort à plusieurs reprises, il sera difficile de vérifier la véracité d’une telle information.

Néanmoins, selon la presse malienne, Iyad Ag Ghali a été ciblé avec des membres de son groupe “au cours de l’un de ses trajets (…) vers la région de Boughessa”, où il se déplaçait régulièrement. Pour rappel, Ag Ghali avait été touché au pied, lors de combats qui ont eu lieu en 2013 dans le nord du Mali. “Ces derniers mois, son état de santé ne faisait que se dégrader, expliquant, peut-être, son extrême discrétion”, ajoutent des sources maliennes.

Mais l’attaque de son convoi à Aguelhok aurait donc eu raison de lui.

D’autres faits accréditent aussi la thèse de sa mort. Depuis quelques mois, le Mali connaît une vague d’attentats terroristes sans précédent. Des attaques revendiquées, dans leur majorité, par Aqmi ou le Mouvement pour la libération du Maçina d’Amadou Kouffa, réputé pour être un des “sous-traitants” d’Ansar Eddine, dans le centre du Mali.

Pour les Attentats commis par Ansar Eddine, ils ont été revendiqués via des communiqués transmis à l’agence de presse privée mauritanienne Al-Akhbar, ce qui n’est pas le cas d’Aqmi qui a souvent usé des enregistrements audio et vidéos pour revendiquer ses attaques contre la mission onusienne et les forces armées maliennes.

Sommes-nous, en fait, devant la situation vécue par les Talibans qui ont caché durant deux ans la mort de leur chef, le Mollah Omar, décédé d’une mort naturelle dans les montagnes afghanes, pour ne pas saper le moral des groupes terroristes qui lui sont affiliés ? Il semblerait que c’est le cas.

Révélation : Iyad ag Ghaly, l’Emir d’Ansar Dine serait mort !

Ibrahim Keïta Pour Maliactu – 9 avril 2016

Selon des informations très sérieuses, le plus dangereux djihadiste du Mali aurait été mortellement blessé lors d’échange de coups de feu aux abords de la frontière Algérienne. Iyad ag Ghaly, principal responsable de la crise du nord Mali, serait décédé des suites de ses blessures le 5 avril dernier.

Fin de partie pour le plus terrible des djihadistes ! Avec la mort Iyad ag Ghaly et la fin de son entreprise terroriste, le peuple malien peut enfin espérer retrouver la paix …

Se déplaçant régulièrement hors de sa zone sanctuaire pour rencontrer ses lieutenants et son armée de terroristes sanguinaires, le convoi du bourreau d’Aguelhok aurait été pris pour cible par des agresseurs dans la région de Boughessa. Les exécuteurs de circonstance seraient très probablement de simples trafiquants qui auraient pris pour cible l’émir d’Ansar Dine, sans même le savoir.

Officieusement, il souffrait d’une vielle blessure au pied datant des combats de 2013. Ces derniers mois, son état de santé ne faisait que se dégrader, expliquant peut être son extrême discrétion. Contre toute attente, ce n’est pas cette blessure qui aurait eu raison de lui, mais bien ce dernier combat. L’attaque qui l’aurait mortellement blessé se serait déroulée au cours de l’un de ses trajets en direction de son sanctuaire algérien. Ironie du sort, le sombre parcours du plus célèbre djihadiste Malien aurait finalement pu prendre fin sur une vulgaire piste de la région de Boughessa, pris au piège d’une simple embuscade avec de pauvres brigands…

Le groupe terroriste Ansar Dine, déjà très affaibli par les forces internationales, se trouve à présent décapité. Orphelin et coupé du soutien financier de son Emir, le groupe ne devrait plus survivre bien longtemps. Avec une bande de djihadistes livrés à eux-mêmes, Ansar Dine est désormais à la portée des autres groupes armés. A moins que les FAMa, appuyées par les forces internationales, ne finissent elles-mêmes le travail…

Juste récompense pour ceux qui luttent avec vaillance et courage contre le terrorisme depuis toutes ces années! Quoi qu’il en soit, cette disparation providentielle résonne comme un chant de liberté pour la population. La mort de l’émir serait surtout synonyme de sécurité et d’une paix retrouvée dans le Nord Mali !

Iyad ag Ghaly vient de rendre son dernier souffle… Les Maliens peuvent enfin respirer !

 

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :