Skip to content

Modibo Keïta célébré

by sur 17 mai 2016

Alors que circule à nouveau les rumeurs de départ de la Primature de son homonyme, l’anniversaire du décès du premier président de la République du Mali est célébré avec faste.

Hommage national au président Modibo Kéïta : AU GRAND HOMME, LA PATRIE RECONNAISSANTE

A.DOUMBIA – Source : Essor – Posté le17/05/2016

Après le dépôt de gerbe de fleurs sur la tombe du président Modibo Keïta, hier matin, par le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta, le Centre international des conférences de Bamako a abrité dans l’après-midi, une cérémonie d’hommage national au premier président du Mali indépendant. C’était dans la salle Djéli Baba Sissoko du CICB.

La cérémonie était présidée par le  président de la République en présence de plusieurs personnalités : l’ancien président de la Transition Dioncounda Traoré, également président d’honneur de la Commission d’organisation du Centenaire, le Premier ministre Modibo Kéïta, les présidents des institutions de la République, les membres du gouvernement, les ambassadeurs accrédités dans notre pays. L’assistance était également constituée des membres de la famille Daba Kéïta, d’anciens compagnons de Modibo Kéïta, des médaillées d’or de l’Indépendance et d’une foule nombreuse composée surtout de jeunes scolaires.

La cérémonie d’hommage a été marquée par quatre interventions et la projection du film documentaire intitulé « Modibo Kéïta, un homme, un destin » de Sidi Békaye Traoré, du Centre national de la cinématographie du Mali (CNCM).

Le chef de l’Etat a tenu à rappeler aux jeunes que le temps du président Modibo Kéïta fut bref, mais dense car cela ne l’a pas empêché de bâtir les bases d’un pays stable, noble et souverain. « Il était beau et bien né. Il est de la lignée princière et guerrière. Imbu des valeurs de noblesse, il était discipliné, travailleur et courageux. Ce qui lui a permis d’être major de sa promotion au lycée Terrasson de Fougère (NDLR : actuel Lycée Askia Mohamed) de Bamako et major de sa promotion à l’Ecole William Ponty de Dakar. A la tête du pays, Modibo Kéïta est sans doute l’un des plus grands hommes de ce pays, si non le plus grand », a dit en substance le président Ibrahim Boubacar Keïta.

Et le chef de l’Etat de poursuivre : « Souviens-toi jeunesse du Mali que  pendant la période où nous n’étions pas des citoyens à part entière, Modibo Kéïta et d’autres comme Mamadou Konaté, Félix Houphouët Boigny, ont lutté à travers le RDA. Ils ont certes bénéficié des retombées de la participation des Africains aux deux guerres mondiales pour nous affranchir. C’est à travers toutes ces luttes que Modibo Kéïta nous a amenés à l’Indépendance. Aux grands hommes, la patrie reconnaissante ».

Pour le ministre de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo, les messages de Modibo Kéïta font prendre conscience de la hauteur de l’homme et de sa mission au service du Mali. C’est pourquoi la célébration de son Centenaire visait non seulement à lui exprimer la reconnaissance de la Nation, mais aussi à dire à toutes celles et tous ceux qui accomplissent leur devoir de génération pour le Mali, que leur sacrifice ne sera pas vain et que le Mali leur sera reconnaissant, a poursuivi le ministre, rappelant qu’en juin 2015, la Commission nationale, avec le concours de la famille Daba Keïta et des camarades politiques, s’est donnée comme tâche de rendre hommage et de faire connaitre l’homme dans sa vie, son itinéraire et ses œuvres. « S’il fallait en retenir une seule, ce serait le symposium sur la vie et l’œuvre du premier président du Mali », a encore dit Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo.

Quant à Bocar Moussa Diarra, le président de la Commission d’organisation et président du parti l’UM-RDA, après avoir remercié le président de la République pour tout ce qu’il a fait pour ce Centenaire, il lui a rappelé sa promesse d’ériger un Panthéon pour Modibo Keïta lors du lancement des activités  du Centenaire.

Enfin Komakan Kéïta, représentant de la famille Kéïta et alliés a vivement remercié le chef de l’Etat pour ce travail de réhabilitation de Modibo Kéïta.

Anniversaire du décès de Modibo Kéïta : L’EMOTION NE PERD RIEN DE SON INTENSITE

A. DOUMBIA- Source : L’ Essor – Posté le17/05/2016

Depuis la restauration, dans notre pays, de la démocratie en 1991, la cérémonie de dépôt de gerbe de fleurs sur la tombe du premier président du Mali est devenue une tradition. Chaque année, le président de la République sacrifie à ce rituel le 16 mai, date anniversaire de la mort de Modibo Kéïta, la cérémonie marquant le respect que l’institution porte à ce grand homme.

Cette année, celle du centenaire de la naissance du premier président, Ibrahim Boubacar Kéïta n’a pas dérogé à la tradition. C’était hier, au cimetière de Hamdallaye, en présence des présidents des institutions de la République, du Premier ministre Modibo Kéïta, des membres du gouvernement, du représentant de l’Union européenne, de la famille du disparu, des membres du comité d’organisation du centenaire et des anciens compagnons de Modibo Keïta.

Après l’accueil du chef de l’Etat, la fanfare nationale procède à l’exécution de l’hymne national. Ibrahim Boubacar Keïta passe en revue un détachement de la garde présidentielle, salue les corps constitués et s’avance vers l’entrée cimetière. Accompagné des présidents des institutions, il dépose la gerbe de fleurs sur la tombe de Modibo Kéïta. Deux clairons jouent la Sonnerie aux morts. Puis le silence revient. Le président reste immobile quelques minutes, visiblement sous le coup de l’émotion.

S’adressant à la presse nationale après la cérémonie, le président de la République évoque le devoir de reconnaissance et le mérite d’un homme qui a servi jusqu’au bout, jusqu’à l’extrême, son pays, son peuple, l’Afrique et la dignité humaine. Chaque année, c’est la « même émotion, très vive qui nous étreint », avoue Ibrahim Boubacar Keïta. « Me trouvant ici, j’ai le sentiment d’être porteur de l’émotion de l’ensemble du Mali, je suis envahi par cette émotion ».  C’est comme si cela venait de se passer, comme si nous venions juste de procéder à l’inhumation de l’illustre disparu, assure-t-il.

Pour le chef de l’Etat, « Modibo Kéïta est ce sentiment diffus en nous, mais très présent. » Car il a donné à notre pays une très forte dignité et une très forte fierté sur l’échiquier international. Quant à ce devoir là, parmi ses nombreuses charges, il est en même temps l’un des plus douloureux et l’un des plus beaux, a-t-il souligné. Et le chef de l’Etat de faire le vœu : « Puissions-nous ne jamais y faillir. Chaque année, chaque fois l’an révolu, que nous puissions venir ici faire cet hommage au grand homme qui l’a mérité. »

Modibo Keïta et la jeunesse malienne : “Le Mali, c’est Vous !”

Boubacar Sankaré –  Source : Le 26 Mars – Posté le 17/05/2016

A Koulikoro ce 19 novembre 1968 où les militaires n’avaient pas osé venir l’arrêter au port, les jeunes étaient au rendez-vous. Modibo Kéïta leur avait déclaré : “le Mali, ce n’est plus nous, ce n’est non plus ceux qui ont pris le pouvoir aujourd’hui. Le Mali, c’est VOUS !”

Un des premiers actes de confiance du Président Modibo Kéïta en la jeunesse, dans l’action politique, remonte à juillet 1950 à Bamako.

Une initiative prise par les jeunes, d’organiser un grand meeting populaire en faveur de l’appel de Stockholm contre la bombe A, s’était heurtée à la répression policière déclenchée par l’administration coloniale qui était alors féroce et faisait planer une atmosphère de terreur sur toutes les activités démocratiques, qu’elles soient politiques ou populaires.

Qu’à cela ne tienne, grâce à l’appui ferme du secrétaire général Modibo Kéita, le bureau politique du parti aida à l’organisation matérielle du meeting, lequel fut un très grand succès populaire.

Le défi des jeunes face à la terreur coloniale consacra le ridicule du grand déploiement de son appareil policier et relança l’initiative et la hardiesse dans l’action politique des masses militantes du parti.

Cette confiance que le futur Président de la première République du Mali, mettait déjà en la jeunesse, prenait racine dans son expérience d’ancien leader de mouvement socio-culturel de la jeunesse soudanaise.

En effet, Modibo Kéita considérait la jeunesse comme “une période de la vie où l’homme est naturellement capable de grande générosité, naturellement ouvert aux idéaux de justice et d’égalité, bref, réceptif et sensible aux grandes valeurs morales, civiques et humanitaires. C’est plus que jamais l’âge de l’aptitude à les appliquer avec rigueur”.

Aussi, considérait-il que la “jeunesse est une source permanente de renouveau de la société qu’il faut protéger de toute pollution et dont il faut soigner l’environnement”.

D’ailleurs, pendant ses dernières heures en tant que Président de la République, alors qu’il était à bord du bateau Général A. Soumaré, et sachant qu’un groupe de militaires parjures avait pris le pouvoir, Modibo Kéita avait continué son voyage jusqu’au port de Koulikoro.

Il avait encore quelque chose à dire au peuple malien et sa jeunesse. A Koulikoro où les militaires n’avaient pas osé venir l’arrêter au port, les jeunes étaient au rendez-vous.

Modibo Kéita, leur avait déclaré ce jour-là : “Le Mali, ce n’est plus nous, ce n’est non plus ceux qui ont pris le pouvoir aujourd’hui. Le Mali, c’est vous !”.

Advertisements
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :