Skip to content

Contre le radicalisme religieux

by sur 18 mai 2016

Durant trois jours un colloque sur l’islam comme facteur de paix, de stabilité et de lutte contre le radicalisme religieux s’est tenu à Bamako. Il a abouti à la création d’un réseau international de lutte contre le radicalisme religieux.

Petit problème : le Haut Conseil de l’Islam du Mali n’y participait pas…

Un sommet d’une quarantaine de pays sur le radicalisme religieux à Bamako

De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté – afrique.le360 – 18 mai 2016

Faire de l’islam, un facteur de paix, de stabilité et de lutte contre le radicalisme religieux, tel était l’objet d’une rencontre internationale qui a regroupé les participants d’une quarantaine de pays essentiellement membres de l’organisation de la coopération islamique et les Etats-Unis.

Organisée par l’Association malienne pour la paix et le salut (AMPS), la rencontre, financée par l’ambassade des Pays-Bas dans le cadre du projet d’appui aux initiatives de promotion d’un islam pacifique et tolérant au Mali, a vu la présence d’éminentes personnalités.

Parmi les vedettes présentes figuraient Abdelmohayme Tantawi, représentant de l’Université Al Azhar du Caire, Mme Hamsatou Sow, chef de la délégation du Sénégal, Chérif Ousmane Madani Haïdara, président du Groupement des leaders religieux spirituels du Mali, Adam Muhamed D. et Mustapha Buzum des USA, etc.

Durant trois jours, les participants ont débattu de plusieurs thématiques à savoir : «la violence vue par l’islam»; «l’islam, le rapport entre l’extrémisme religieux et la pauvreté»; «les médias et la culture de la paix»; «l’islam, paix et développement».

Selon le président de l’AMPS, l’imam Mamadou Moussa Diallo, la vision erronée des extrémistes constitue une grave menace au « vivre ensemble ». C’est pourquoi, dit-il, l’AMPS se sentant fortement interpellée par le cas du Mali, a initié cette rencontre internationale sur le thème «paix et islam».

Il s’agit pour les organisateurs de sensibiliser et éclairer l’opinion sur le caractère tolérant et pacifique de l’islam. Il s’agit en outre, de favoriser, à travers l’islam, le dialogue entre les communautés, la réconciliation nationale et le retour de la paix et la sécurité au Mali.

Au terme des travaux, d’importantes recommandations ont été formulées entre autres, la condamnation des opérations terroristes perpétrées dans le monde par les groupes radicaux au nom de l’islam, soutenir la voie soufie sunnite, et organiser annuellement une conférence internationale sur le soufisme, la création des institutions de recherche, de traductions, de publication et des stations audiovisuelles pour répandre les valeurs de l’islam modéré, la création d’un réseau international des Ulémas de lutte contre le radicalisme religieux etc.

Contre l’extrémisme religieux : Un réseau mondial voit le jour à Bamako

Zoumana Coulibaly – l’indicateur du renouveau – Posté le 18/05/2016

La conférence internationale qui a ouvert ses portes le 14 mai dernier au Mali sur l’islam et paix s’est terminée lundi avec la mise en place d’un réseau mondial qui traitera les questions de l’extrémisme religieux.

 Les rideaux sont tombés le 16 mai sur la conférence internationale sur l’islam et paix organisée par l’Association malienne pour la paix et le salut (AMPS). Les travaux ont été sanctionnés par 15 recommandations qui seront transmises au ministère des Affaires religieuses et du Culte. Mais le fait majeur de cette rencontre de Bamako fut la création d’un réseau monial pour la coordination et échanges d’informations par rapport aux terrorismes. Il est composé d’un bureau de 19 membres et sera dirigé par Cheick Ousmane Mohamed Dia de la Gambie, mais le siège social sera basé au Mali.

Mamadou Moussa Diallo, l’initiateur de cette grande conférence, a estimé qu’un vœu a été exaucé celui de pouvoir organiser la rencontre de Bamako qui constitue une étape capitale pour les projets futurs du nouveau réseau. Il a remercié tous les pays qui ont répondu à la rencontre de Bamako notamment les pays de l’OCI.

Invité à donner ses impressions, Chérif Ousmane Madani Haïdara, le guide spirituel d’Ansardine, a avoué que le réseau qui vient de voir le jour ne sera pas la seule affaire de l’AMPS, mais une vision partagée de l’ensemble de la communauté musulmane. Et de s’insurger contre des journalistes qui s’attaquent à lui. Pour lui, ces gens se fatiguent pour rien car, dira-t-il tout ce qu’il entreprend vise la consolidation de la religion musulmane.

Abordant dans le sens, le chef de cabinet du ministre des Affaires religieuses et du Culte a, au nom du ministre félicité l’AMPS, tout en évoquant l’union sacré autour de la religion. Pour Habib Kane, le guide Haïdara ne mérite pas ce genre de traitement car, soulignera-t-il, Haïdara est le seul à montrer le bon exemple en matière de religion à travers la création d’emploi, de solidarité et d’entraide.

 

g

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :