Skip to content

La situation humanitaire toujours préoccupante

by sur 14 juin 2016

La situation humanitaire du pays reste préoccupante, le dernier rapport de la coordination des affaires humanitaires en témoigne… Deux facteurs d’aggravation en cette période : la redoutable sécheresse dont souffre le pays (plus de 40° depuis des semaines) et la toujours délicate période de soudure entre la fin des stocks et la période de récoltes.

Le dernier rapport de la coordination des affaires humanitaires

Par Le Débat – 13-06-2016

Près de 635 000 personnes n’ont pas accès à l’eau potable dans les régions du nord et du centre qui ont été touchées par la crise, d’après les estimations du Cluster Eau hygiène et assainissement (EHA).

Selon le Cluster, le taux d’accès à l’eau dans les régions du nord – en termes de quantité et qualité de l’eau consommée ainsi qu’en terme de distance moyenne à parcourir pour y avoir accès – est en dessous de la moyenne nationale de 65,6 pour cent. Taux d’accès à l’eau potable (Direction National de l’Hydraulique, 2015). Sur le plan de la fonctionnalité des points d’eau, des améliorations ont été observées. 

En effet, 86 pour cent et 59 pour cent des points d’eau sont fonctionnels à Tombouctou et Gao, respectivement (Directions Régionales de l’Hydraulique, 2015).

Toutefois des disparités importantes sont à noter. Il urge d’entreprendre des réhabilitations et aussi de nouvelles réalisations de points d’eau, surtout dans les région de Gao et Kidal où les taux de couvertures demeurent bas en vue de répondre aux besoins de consommation humaine et pour les animaux d’élevage qui constituent un des principaux moyens de subsistance. On note aussi d’importants besoins au sud, où les régions de Ségou et Koulikoro présentent aussi de faibles taux d’accès à l’eau. 

Dans son rapport d’évaluation1 de la situation de l’approvisionnement en eau dans les régions de Gao et Kidal, l’ONG internationale IEDA Relief soutient que la pénurie d’eau dans le nord est à la fois liée aux conséquences du conflit et de l’insécurité et à des facteurs naturels et structurels. Le rapport fait état d’importants dommages aux infrastructures d’eau potable survenus lors du conflit et de l’urgence de réhabiliter les points d’eau non fonctionnels.

Par ailleurs, afin de garantir une production continue d’eau potable au niveau des villes de Gao et Kidal, le rapport souligne l’importance de garantir la fourniture de carburant pour les générateurs des systèmes d’adduction. L’ONG préconise aussi des distributions gratuites d’eau en cette période de forte chaleur où le niveau de la nappe a considérablement baissé. Malgré l’ampleur des besoins identifiés, les actions des partenaires humanitaires restent limitées faute de ressources. A la date du 3 juin 2016, le Cluster EHA indique que ses activités sont financées à hauteur de 16 pour cent seulement. 
Soudure : 3 millions de personnes en insécurité alimentaire 

Selon l’analyse du Cadre Harmonisé effectuée en mars par le Gouvernement du Mali et ses partenaires, pendant la période de soudure (juin – aout 2016), plus de 3 millions de personnes seront affectées par l’insécurité alimentaire – soit 2,6 millions de personnes en phase « sous pression » (environ 14 % de la population totale) et 423 500 personnes en phase de « crise » (environ 2,3 % de la population).

Selon la répartition et la proportion des personnes affectées, 12 cercles sont classés en phase « sous pression » d’insécurité alimentaire tandis que 37 cercles et les 6 communes de Bamako sont en phase minimale. Aucune zone n’est classée en phase de crise, ce qui constitue une évolution positive par rapport à l’an dernier. 

Phase d’insécurité alimentaire par cercle  Juin – aout 2015 Juin – aout 2016 

Les populations du nord du pays demeurent les plus touchées par l’insécurité alimentaire en raison d’une combinaison de facteurs, notamment les conditions climatiques difficiles, les conséquences du conflit de 2012 – 2013 et l’érosion des moyens d’existence.

La recrudescence des violences intercommunautaires constatées dans le nord en 2016 et la volatilité de la situation sécuritaire qui ont affecté les circuits d’approvisionnement et provoqué des déplacements inhabituels de ménages des zones d’insécurité vers des zones plus sécurisées ont dernièrement exacerbé l’insécurité alimentaire. Les partenaires humanitaires coordonnent leurs efforts avec ceux du Gouvernement pour assurer une aide alimentaire d’urgence aux personnes les plus vulnérables, et appuyer les moyens de subsistance des personnes « sous pression. » 

Pour l’année 2016, le secteur de la sécurité alimentaire s’est fixé comme objectif d’assister 1 million de personnes vulnérables à travers le Plan de réponse humanitaire 2016.

En date du 31 mai, environ 270 000 personnes ont notamment reçu un appui en assistance alimentaire ou en intrants agricoles et d’élevage (sous forme de transferts monétaires ou de distribution directe), selon les données rapportées au système ORS (Online Reporting System). Il importe d’accroitre la réponse dans le secteur de la sécurité alimentaire au regard de l’approche de la période de soudure. 

Accès aérien limité à Kidal 

L’aéroport de Kidal demeure fermé depuis les manifestations violentes survenues dans la ville les 18 et 19 avril. Lors de ces événements, la piste a été occupée par des manifestants et des installations ont été endommagées. L’aéroport de Kidal avait rouvert à la fin janvier 2016 après un an de fermeture en raison des travaux de réhabilitation et de sécurisation à la suite de dégâts matériels occasionnés lors d’une autre manifestation violente au début 2015. 

Cette nouvelle fermeture de la piste force la majorité des organisations humanitaires qui interviennent à Kidal à emprunter les axes routiers pour acheminer l’aide et transporter leur personnel,ce qui augmente, d’une part, les risques de sécurité, et d’autre part, les difficultés logistiques en cette saison des pluies où les conditions routières se dégradent. 

Certaines organisations humanitaires recourent maintenant à une piste secondaire située à 15 km de la ville. 

L’accès humanitaire par voie aérienne à Kidal et dans les autres régions du nord demeure un facteur clé pour la fourniture d’une aide efficace aux personnes dans le besoin. 

Recrudescence des incidents sécuritaires 

Une recrudescence des incidents sécuritaires contre les organisations humanitaires a été observée au cours des derniers mois. En particulier, 10 braquages de véhicules de convois humanitaires ont été rapportés dans les régions de Gao et Menaka. Bien que ce type d’attaques ne soit pas nouveau, la tendance notée de l’augmentation du niveau de violence exercée par les assaillants – menaces et atteintes directes à l’intégrité physique du personnel humanitaire – est particulièrement inquiétante.

Un accent particulier sur les méthodes de ciblages basées sur des critères de vulnérabilité. Le plaidoyer se poursuit également à tous les niveaux pour la stricte application de l’article 49 de l’Accord de paix et de réconciliation pour le Mali qui engage l’ensemble des signataires à promouvoir et à respecter les principes humanitaires, « à prévenir toute utilisation à des fins politiques, économiques ou militaires de l’aide humanitaire, à faciliter l’accès des agences humanitaires et à garantir la sécurité de leurs personnels.» 

Bilan des écoles fermées en fin d’année scolaire 

Alors que plusieurs écoles fermées dans le nord et le centre du Mali ont pu rouvrir dans la dernière année (depuis mai 2015), de nombreux enfants sont toujours privés de scolarisation. L’insécurité demeure la principale cause de la fermeture des écoles, tel qu’illustré par la situation dans la région de Mopti où 44 écoles supplémentaires ont dû fermer leurs portes depuis la rentrée scolaire d’octobre 2015.

En fait, dans sept communes de la région de Mopti, toutes les écoles sont actuellement fermées. Dans la région de Gao, où plusieurs écoles avaient rouvert pour la rentrée en octobre 2015, 37 écoles supplémentaires ont dû fermer depuis. Quant à la région de Kidal, elle a pu rouvrir certaines écoles, mais 41 de ses 62 écoles demeurent toujours fermées. Dans la région de Tombouctou des gains ont été réalisés depuis la rentrée, toutefois 53 des 612 écoles demeurent fermées. L’augmentation du niveau de violence exercée par les assaillants est particulièrement inquiétante. 

Nombre de contraintes d’accès enregistrées Ces incidents sécuritaires forcent sporadiquement la suspension temporaire de certaines activités et nuisent à l’accès des populations vulnérables à une aide adéquate. Face à ces défis, les organisations humanitaires redoublent d’efforts en matière de sensibilisation des différents acteurs et des populations aux principes humanitaires d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance ; avec nombre d’écoles fermées par région. Au total, le nombre d’écoles fermées en lien avec l’insécurité dans le centre et le nord du pays est passé de 454 en mai 2015, 268 en octobre 2015, et 296 au début juin 2016.

Les partenaires humanitaires continuent d’appuyer le ministère de l’Éducation afin de rouvrir ces écoles et d’assurer une éducation de qualité à tous les enfants maliens. Il est par ailleurs essentiel d’assurer la protection des élèves. Selon le Cluster Éducation, lors des manifestations violentes les 18 et 19 avril dernier à Kidal, certains enfants ont été retirés des classes afin de participer aux rassemblements. Ceci a empêché le déroulement des cours dans un contexte où la réouverture récente des écoles à Kidal après quatre années scolaires de fermeture avait donné un nouvel espoir aux enfants. 

Cet incident rappelle la nécessité, dans le contexte actuel du Mali, de l’endossement de la Déclaration sur la sécurité dans les écoles2 par le Gouvernement. Le texte signé par 54 États à ce jour est un engagement politique destiné à protéger l’éducation contre les attaques, y compris en appliquant les lignes directrices pour la protection des écoles et des universités contre l’utilisation militaire durant les conflits armés. 

Protéger la population malienne déplacée de la menace explosive 

Près de 37 000 personnes demeurent déplacées internes au Mali (OIM, DTM mai 2016) et 134 800 personnes sont toujours refugiées dans des pays limitrophes (UNHCR, mai 2016) tandis que 468 400 personnes qui avaient fui la crise sont maintenant rentrées dans le nord du pays. Les personnes déplacées sont particulièrement vulnérables aux risques posés par les engins explosifs du fait de leur manque de connaissance des zones suspectées comme dangereuses, tant dans la zone dans laquelle elles sont déplacées, que dans la localité dans laquelle elles habitent, lorsqu’elles y retournent. Des enfants sont sensibilisés aux risques des mines et autres engins explosifs. 

En effet, lorsque les personnes retournent chez elles, le risque d’incidents impliquant des engins explosifs est plus élevé que pour les personnes qui ne sont jamais parties. Afin de planifier et prioriser les activités d’éducation aux risques se focalisant sur les personnes déplacées, UNMAS travaille en collaboration étroite avec l’UNHCR et l’OIM, au niveau national et régional afin d’identifier les zones prioritaires dans lesquelles des personnes déplacées internes sont localisées pour maximiser la réponse en matière de protection. 

Des milliers de personnes sensibilisées 

Entre le 1er janvier 2015 et le 31 avril 2016, 4556 déplacés internes et 26 420 retournés ont bénéficié de sessions d’éducation aux risques. De plus, 8786 nomades et 825 réfugiés provenant de pays voisins ont bénéficié de ces activités de sensibilisation. Des interventions d’urgence sont également réalisées de manière régulière par UNMAS, déployant des équipes d’éducation aux risques, conduisant également des enquêtes, dans les villages d’origine des personnes déplacées lorsque des zones suspectes sont signalées. Toutes les activités humanitaires de lutte antimines sont mises en œuvre.

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :